LOCTOPUSVOITOU

Avant de se mettre a table ... Bon Appétit !

 
                  Avant de se mettre a table ... Bon Appétit !

De quoi se pendre avec sa serviette…
Avant de se mettre à table !
Du bon blé, de la bonne farine et du bon
pain… c'est encore possible, mais…
Des bons œufs, du bon lait, de la bonne crème,
c'est aussi encore possible, mais…
Et pour conclure, des bonnes cerises, la cerise
sur le gâteau ! C'est encore possible, mais…

                      ******************************
Histoire chimique d'une tarte aux cerises de
supermarché
:

La Farine
Les grains de blé ont été enrobés d'un fongicide avant semis.
Pendant sa culture, le blé a reçu de deux à six traitements de
pesticides
selon les années, un traitement aux hormones pour raccourcir
les tiges afin d'éviter la verse et une dose importante
d'engrais : 240kg d'azote, 100kg de phosphore et 100kg de
potassium à l'hectare.
Dans le silo, après récolte, les grains sont fumigés au
tétrachlorure de
Carbone et au bisulfite de carbone puis arrosés au
chlopyriphosméthyl.
Pour la mouture, ma farine reçoit du chlorure de notrosytel.
Puis de l'acide ascorbique, de la farine de fève, du gluten et de
l'amylase.
La Poudre Levante
Elle est traitée au silicate de calcium et l'amidon est blanchi au
Permanganate de potassium.
Les Corps Gras
Ils reçoivent un antioxydant comme l'hydroxytoluène de
butyle et un
émulsifiant type lécithine.
Histoire de la crème
Les oeufs proviennent d'un élevage industriel où les poules
sont nourries
Aux granulés contenant des antioxydants (E300 à E311),des
arômes, des émulsifiants comme alginate de calcium,des
conservateurs comme l'acide formique,des colorants comme la
capsanthéine,des agents liants comme le lignosulfate et enfin
des appétants pour qu 'elles puissent avaler tout ça comme
l'acide cholique et une enzyme pour retirer le sucre du blanc.
Le lait
Il provient d'un élevage industriel où les vaches reçoivent une
alimentation
riche en produits chimiques :des antibiotiques comme le
flavophospholipol (E212) ou le monensin-sodium (E714),des
antioxydants comme l'ascorbate de sodium (E301), l'alpha-
tocophérol de synthèse (E307), le buthyl-hydrox-toluène
(E321) ou l'éthoxyquine (E324),
des émulsifiants comme l'alginate de propylène-glycol (E405)
ou le polyèthylène
glycol (E496),des conservateurs comme l'acide acétique,
l'acide tartrique (E334), l'acide
propionique (E280) et ses dérivés (E281 à 284), des composés
azotés chimiques comme l'urée
E801), ou le diurédo-isobutane(E803),des agents liants comme
le stéarate de soduim,
des colorants comme le E131 ou 142 et enfin des appétants
pour que les vaches puissent manger tout cela comme le
glutamate de sodium.
Les huiles
Elles ont été extraites par des solvants comme l'acétone puis
raffinés par l'action de l'acide sulfurique, puis lavage à chaud,
neutralisées à la lessive de soude, décolorées au bioxyde de
chlore ou au bicarbonate de potassium et désodorisées à
160°C avec du chlorure de zinc.
Enfin, elles ont été recolorées à la curcumine.
La crème
Une fois obtenue, elle reçoit des arômes et des stabilisants
comme l'acide alganique (E400)
Histoire des cerises
Les cerisiers, ont reçu pendant la saison entre 10 et 40
traitements de pesticides selon les années.Les cerises sont
décolorées à l'anhydride sulfureux et recolorées de façon
uniforme à l'acide carminique ou à l'érythrosine. Elles sont
plongées dans la saumure contenant du sulfate d'aluminium et
à la sortie elles reçoivent un conservateur comme le sorbate de
potassium (E202). Elles sont enfin enduites d'un sucre qui
provient de betteraves qui, comme le blé, ont reçu leur dose
d'engrais et de pesticides.
Le sucre extrait par décantation à la chaux et à l'anhydride
sulfureux puis décoloré au sulfoxylate de sodium, puis raffiné
au norite et à l'alcool isopropylique. Il est enfin azuré au bleu
anthraquinonique.

Bon Appétit !
Maintenant vous êtes informé,
vous savez dans quoi vous marchez
Claude Bourguignon

Pour découvrir qui est Claude Bourguignon :
//fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Bourguignon
Simon de Quoisiry, le 30 juin 2007

 Manfred qui ne cesse de veiller, a reçu un courriel d'un de ses nombreux correspondant,
attirant l'attention sur les recherches et travaux de Claude Bourguignon, « ex-chercheur » de
l'INRA… Il y a des nuits où je maudirais Manfred ! Merci quant même…
Comme vous le savez, l'INRA c'est l'institut national de la recherche agronomique. Ce n'est pas un
institut de pacotille, c'est le :
  « Premier institut de recherche agronomique en Europe, deuxième dans le monde, l'Inra mène
des recherches finalisées pour une alimentation adaptée, pour un environnement préservé et
pour une agriculture compétitive et durable. »
C'est ce qui est dit sur le site de l'institut. Et on nous en dit plus :
« Un institut de recherche finalisée, au cœur des enjeux de développement, de l'échelle locale à
celle de la planète. Nos recherches sont guidées par l'évolution des questionnements scientifiques,
et, orientées par les défis planétaires posés par l'alimentation, l'environnement et la valorisation des
territoires, que l'agriculture et l'agronomie ont à relever. Changement climatique, nutrition humaine,
compétition entre cultures alimentaires et non alimentaires, épuisement des ressources fossiles,
équilibre dans la gestion des territoires sont autant d'enjeux qui positionnent l'agronomie comme
fondatrice d'un développement harmonieux sur les plans économique, social et environnemental.
L'Inra produit des connaissances fondamentales et construit grâce à elles des innovations et des
savoir-faire pour la société. Il met son expertise au service de la décision publique. »
Ne me demandez pas pourquoi Monsieur Claude Bourguignon est ex-chercheur d'un tel institut. Il
n'en demeure pas moins vrai que Claude Bourguignon est microbiologiste des sols. Ce n'est pas
rien. Il est aussi « formateur » à l'école d'Agrobiologie de Beaujeu et il a écrit un livre « Le sol, la
terre et les champs » Aux Editions Sang de la Terre. Rassurez vous ce n'est pas la bible de la
révolution nationale revue et corrigée. Monsieur Claude Bourguignon passe pour être un
microbiologiste sérieux.
Il doit être aussi quelque peu gourmand, ce qui le rend encore plus sympathique. Ne le sommes-
nous pas tous un peu ?
Et il est généreux : il nous livre les secrets de la tarte aux cerises ! Ne vous pourléchez pas les
babines. Ce ne sont pas les secrets de la tarte aux cerises de sa chère grande tante. Ce sont les
secrets de la tarte aux cerises de supermarché

Mon rouleau à pâtisserie m'étant tombé des mains, j'ai retrouvé la trace de ces révélations…
//www.amisdelaterre.org/Les-Cerises-sur-le-gateau.html
puis
//www.opain.com/opain-fr/index.html/bando/g-nral-edito4.htm

//www.christian-jacquiau.fr/


14/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres