LOCTOPUSVOITOU

Ce que la gauche a perdu ...

                   Ce que la gauche a perdu en perdant Mélenchon

Mélenchon. La gauche. Une histoire piquante, puissante, passionnée.

Certainement inséparable de sa construction personnelle, de sa vision, la gauche qui vient de se ressouder autour de Mélenchon n’en est peut-être pas la seule héritière.

Il était debout, droit, regardant posément la foule compacte. Le tribun de sortie, les rues retenaient leur souffle. La voix se posait sur chacun, montait, éclatait. La place s’est aujourd’hui vidée de sa voix.

L’homme qui a le mieux représenté la gauche portait cependant beaucoup plus qu’elle sur ses épaules. Il était peut-être le dernier élan du vieux Monde.

 

  Mélenchon l’ancien

 Sa raideur, déjà. Le sourcil froncé, l’œil lourd, grave. Regard perçant, tranchant. Il parlait de la voix puissante de celui qui ne serait pas interrompu.

Ménageant l’autorité du professeur à la conviction du prêtre, il incarnait mieux que quiconque la transmission dans tout ce qu’elle possède de sacré. Même prise dans les filets de l’hologramme, la posture tenait, solidement, messianique, quasi crépusculaire. Cheveux au vent, main levée et bras retombant dans la foudre des syllabes.

Du grand art, digne des souffles républicains qui secouèrent la France de Victor Hugo à Jaurès. Toute une tradition mêlant la finesse des mots au spectacle du geste.

Mais cette continuité à travers l’histoire drainait tant et tant avec elle. Et nombre d’éléments conceptuels rattachés, eux aussi, à l’ancien.

 

 

 

Jean Jaurès

  Mélenchon le conservateur

Mélenchon le rouge était la survivance du passé, et surtout de la France.

 

Son projet ? Surtout tenir compte des rapports de force internationaux. Ce qui lui a valu d’être cloué au pilori avec Assad, Poutine et Chavez, venait surtout de la responsabilité innée de l’homme d’histoire devant le risque de disparaître. Les frontières, la diplomatie, les armées. Rendre sa grandeur et son indépendance à la France. Lui redonner les moyens, économiques, culturels et politiques afin de rayonner tout en étant unie et forte.

 

Sa VIe République mêlait la stabilité du septennat à la solidification du français comme lingua franca à travers le monde. Ses affiches proclamaient pour la France le dépassement des frontières de l’Homme.

La France universelle, puissante et protectrice. Cette foi dans la patrie républicaine, dans son nom et sa symbolique émancipatrice, ouverte, mais aussi fermement souveraine, redessinait un gaullisme de moins en moins honteux à gauche de la gauche.

Le patriotisme n’est pas forcément de gauche, mais c’est à gauche qu’il a tenté d’exister lors de cette campagne présidentielle 2017.

 

« Mélenchon se rapprochait du populisme en ce qu’il rassemblait les forces productives et le capital sur des enjeux d’intérêt général neufs. »

Quant au projet intérieur. Qui parlait de lutte des classes ?

Semblait-il si révolutionnaire d’en appeler à la planification écologique lorsque toutes les têtes blondes du pays se trouvent aujourd’hui remplies de produits chimiques ? Était-ce communiste que de plaider pour l’augmentation des minimas sociaux et du Smic lorsqu’un salarié payé à 1300€ net par mois s’en sort difficilement ? Pouvait-on réellement parler de menace bolchévique quand il s’agissait de relancer la consommation en l’orientant sur des produits plus sains ?

 

Le projet de 2017, bien plus coloré en 2012, n’était qu’une proposition de “sortie de crise” largement conciliante.

Mélenchon se rapprochait du populisme en ce qu’il rassemblait les forces productives et le Capital sur des enjeux d’intérêt général neufs (l’écologie, la place de la France entre Trump et Poutine). Bref, un gaullisme de la crise écologique, sans l’uniforme.

Cette prose social-patriotique pouvait rebattre les cartes, mais il était encore trop tôt pour réaliser ce que Chevènement tenta une époque : le « dépassement des deux rives ». “Méluche” se refusera toujours à dépasser le clivage gauche-droite. Ce dernier est pourtant mort subitement lors de cette campagne, mais cette fois-ci, c’est l’hypocrisie qui fit office d’hologramme.

 

 

                                       

  

Gauche et droite, deux jambes, un système : consommer

L’hypocrisie de la droite catholique d’abord.

À quoi ressemble l’identité nationale et les racines chrétiennes lorsqu’on consent, pour relancer la machine économique, à supprimer 20% des allocations d’un chômeur au bout de six mois, et encore 20% six mois après ?

À quoi ressemble une croyance folle en la science, et la possibilité (infondée) de recréer des millions d’emplois autour des nano-technologies, du numérique et de la robotique ?

La brave droite défilant sous les couleurs de la famille craignait le mariage pour tous mais laisse encore ses bambins tripoter des smartphones cancérogènes dont l’utilité spirituelle peut paraître relative. Est-il nécessaire de soulever les conditions de fabrication de ces appareils dont personne ne s’émeut plus, conscient des “réalités” de la mondialisation, et de la “responsabilité” face au réel ?

À quoi ressemble une France éclatée de ses tentacules financiers ? Ligotée de ses flux de capitaux, d’humains, de marchandises ?

Le monde du mouvement écrase une contemplation impossible. Qui parle d’autorité et de patriotisme là où la nation est seulement tributaire des impulsions économiques qui la cadenassent ?

Ni liberté ni identité. Chaque Français a la posture qu’il convient d’adopter pour s’adapter au marché.

 

« La voilà l’hypocrisie. Le confort. Et l’indigne crasse d’avoir empêché la victoire d’un gauche protectrice pour les plus faibles. »

                                          

 

 

  Mais l’hypocrisie la plus tenace est venue de la gauche.

Celle qui s’est glacée du fameux « Plan B ». L’Europe.

Quelle histoire d’amour lie pourtant la France à ce conglomérat de contradictions, chapeautée par la très caporale Germanie ? La vérité est cruelle. Comment consommer, passer de douces vacances à l’étranger pour pas trop cher, acheter son pain bio le lundi et s’éclater à Amsterdam le dimanche ?

 

La gauche “revenu universel” qui consomme et qui s’amuse, s’estomaquait d’une sortie de l’Europe, qu’elle a repeinte en franchouillardise nationaliste.

Pour mieux enterrer sa malformation cognitive, elle s’est accrochée au projet européen de paix et de fraternité, alors que ce faisant, elle a surtout défendu sa monnaie forte, sa monnaie de consommation, de reniement et plus que tout, de confort. La voilà l’hypocrisie. Le confort.

 

Et l’indigne crasse d’avoir empêché la victoire d’un gauche protectrice pour les plus faibles.

Le “hamoniste” préfère manger des pesticides en regardant les spéculateurs saccager le pays plutôt que de discuter avec Poutine. Bravo.

 

Le peuple s’en souviendra peut-être aux législatives.

Au fond, rien n’est condamnable et encore moins la volonté de poursuivre une vie douce, à l’abri des risques et des menaces que profilent les changements, les ruptures.

 

Mais l’idéal solférinien s’est enfin liquéfié de son verbiage.

La « sobriété heureuse » revendiquée par Benoît Hamon était un beau concept. Le tout était d’y consentir plus que de raison. Il s’agissait de trancher ! Qui concrètement, était prêt à n’acheter qu’une gamme de vêtement ? À sacrifier ses vacances en Argentine ? À refuser le bombardement satellitaire, le wifi ? Qui même se fût-il privé de son compte Internet pour refuser une surveillance commerciale ?

Personne. La société “heureuse” de demain était morte née. Car aujourd’hui se consomme maintenant. Certains l’ont bien compris. Ils ont choisi.

 

    Homo sapiens ou Homo numericus ?

Et pourtant il y avait encore Mélenchon, évoquant ça et là la blessure de la mort, le souffle du vent, la lumière dans les oliviers.

Le vieux monde était là, tout prêt, porté par la bogue du verbe. Assurément poésie, elle se chargeait d’une vivacité plus coupante encore lorsqu’elle étreignait la politique. Parler de l’insoluble, de l’indéfini était à la fois nécessaire face à l’économicisme total, mais aussi indissociable de la grande politique. L’incarnation, le sacré, nécessitaient la magie du transport.

Au-delà de la fraternité, de l’écologie, de la simplicité, il y avait quelque-chose d’indescriptible, un lien. Tout est sujet à la lumière. Humilité et puissance que de l’évoquer. La différence entre un homme et un système. Entre l’esprit et la mode.

 

« Le socialisme ne s’entiche ni de gauche ni de droite. Il trace sa route dans la conviction la plus profonde : la dignité conditionne le système. Pas l’inverse. »

Et pourtant, repensons à l’hologramme qui, bien que domestiqué par la subtilité littéraire et intellectuelle d’un homme hors norme, se trouve aussi être l’étape obligatoire pour happer les foules.

Dévorer le consommateur politique sans être dévoré soi-même par cette logique de séduction proche de la vocation commerciale, était-ce possible ?

 

Que dire de l’équipe de la France insoumise ? Hyper connectée, bariolée de nouvelles technologies, usant du marketing le plus innovant pour s’accaparer les parts du marché électoral…

Quel pas de trop eût-il fait basculer la conviction ? N’était-elle pas déjà une chimère ?

 

 

 

                                

 

 

Et qu’il gagnât ou qu’il perdît, Mélenchon eût-il vraiment tenu face au tout technologique ? Au consumérisme déchaîné ?

 

Le socialisme ne s’entiche ni de gauche ni de droite. Il trace sa route dans la conviction la plus profonde : la dignité conditionne le système. Pas l’inverse.

Le dernier poète en politique ayant échoué, la société et son lot de transhumanisme, de technologisme, de totalitarisme de la puce s’apprête à fondre définitivement sur le peuple.

Et la gauche, qu’elle soit bien de gauche, ou la droite, qu’elle se dise chrétienne, s’improvisera le levain de la post-réalité.

 

Mélenchon n’était pas en fin de compte le héraut de la gauche. Il était peut-être, sans le savoir, un condensé de ce qui reste du christianisme, de l’État, de la bourgeoisie, de l’ouvriérisme, de la littérature et de la parole. Bref, une part de la civilisation. Battue 

 

Corentin Clément

Le message de Melenchon n’est pas prêt de s’éteindre car sur le fond :

la conscience collective s’est élevée pour relever les défis et répondre aux attentes accrues. Résistance !

vt

Nos Desserts :

https://comptoir.org/2017/05/05/ce-que-la-gauche-a-perdu-en-perdant-melenchon/



06/05/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres