LOCTOPUSVOITOU

CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES ET SANTE PUBLIQUE


                      CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES ET SANTE PUBLIQUE

 Propriétés physiques et effets sur les systèmes biologiques

De nombreuses sources naturelles et artificielles émettent de l'énergie sous la forme d'ondes électromagnétiques. Ces ondes proviennent de champs électriques et magnétiques oscillants qui interagissent de diverses façons avec les systèmes biologiques, par exemple les cellules, les plantes, les animaux ou l'homme. Pour mieux comprendre ces interactions, il est indispensable de bien connaître les propriétés physiques des ondes qui constituent le spectre électromagnétique.
Les ondes électromagnétiques se caractérisent par leur longueur d'onde, leur fréquence ou leur énergie. Ces trois paramètres sont liés entre eux. Chacun a une incidence sur les effets que le champ peut exercer sur un système biologique.
* La fréquence d'une onde électromagnétique est tout simplement le nombre d'oscillations qui passent par un point fixe par unité de temps. Elle se mesure en cycles par seconde ou hertz. Un cycle par seconde est égal à un hertz (Hz). Les multiples du hertz couramment utilisés pour décrire les radiofréquences (RF) sont le kilohertz (kHz), égal à 1000 cycles par seconde, le mégahertz (MHz), égal à 1 million de cycles par seconde et le gigahertz (GHz), qui représente un milliard de cycles par seconde.
* La fréquence est d'autant plus élevée que la longueur d'onde est plus courte. Le centre de la bande de radiodiffusion AM par exemple, a une fréquence d'un million de hertz (1 Mhz) et une longueur d'onde d'environ 300 mètres. Les fours à micro-ondes fonctionnent à une fréquence de 2,45 milliards de hertz (2,45 GHz), ce qui correspond à une longueur d'onde de 12 centimètres.
* Une onde électromagnétique consiste en de minuscules paquets d'énergie appelés photons. L'énergie de chaque paquet ou photon est directement proportionnelle à la fréquence de l'onde : plus la fréquence est élevée, plus l'énergie transportée par chaque photon est élevée.
La façon dont les ondes électromagnétiques agissent sur les systèmes biologiques est déterminée
d'une part par l'intensité du champ, et d'autre part par la quantité d'énergie de chaque photon.
(ndlr de Next-up organisation : Les photons de lumière sont arrêtés par la peau, alors que ceux du spectre EM artificiel des micro-ondes pénètrent sous la peau. Car ces ondes, et donc les photons qu'elles transportent, ont la propriété de pénétrer notre organisme d'autant moins profondément que leur fréquence est grande, ou dit autrement, que leur longueur d'onde est petite. Là où les photons s'arrêtent, leur énergie continue sous une autre forme : thermique, induction électrique cellulaire, etc ....)
On désigne par "champ électromagnétique" les ondes électromagnétiques à basse fréquence et par "rayonnement électromagnétique" les ondes à très haute fréquence. Selon leur fréquence et leur énergie, les ondes électromagnétiques peuvent être classées parmi les "rayonnements ionisants" ou les "rayonnements non ionisants".
* Les rayonnements ionisants sont des ondes électromagnétiques de fréquence extrêmement élevée (rayons X et gamma) qui ont suffisamment d'énergie pour produire une ionisation (création d'atomes ou de parties de molécules portant une charge électrique positive ou négative) en cassant les liaisons atomiques à l'intérieur des molécules qui forment les cellules.
* "Rayonnements non ionisants" est un terme général qui désigne la partie du spectre électromagnétique où l'énergie des photons est trop faible pour provoquer la rupture des liaisons atomiques. Les rayonnements non ionisants comprennent le rayonnement ultraviolet (UV), la lumière visible, le rayonnement infrarouge, les radiofréquences et les micro-ondes, les champs à fréquence extrêmement faible (ELF), ainsi que les champs électriques et magnétiques statiques.
* Les rayonnements non ionisants, même de forte intensité, ne peuvent provoquer d'ionisation dans un système biologique.
Les effets biologiques des ondes électromagnétiques peuvent parfois, mais pas toujours, conduire à des effets nocifs pour la santé. Il est important de comprendre la différence entre les deux :
* Un effet biologique se produit lorsque l'exposition aux ondes électromagnétiques provoque un changement physiologique notable ou détectable dans un système biologique.
* Un effet nocif pour la santé se produit lorsque l'effet biologique dépasse les possibilités de compensation normale de l'organisme, ce qui entraîne une altération de l'état de santé.
* Certains effets biologiques peuvent être anodins, comme l'activation de la circulation sanguine dans la peau en réponse à un léger échauffement sous l'effet du soleil. D'autres peuvent être agréables, comme la sensation de chaleur que l'on ressent au soleil par une journée fraîche, ou même positifs pour la santé, comme la production de vitamine D par l'organisme, qui est favorisée par l'exposition au soleil. Mais certains peuvent aussi être néfastes, comme les coups de soleil ou les cancers de la peau.
Le Projet international CEM de l'Organisation mondiale de la Santé étudie les problèmes de santé posés par l'exposition aux radiofréquences (RF) et aux micro-ondes, aux fréquences extrêmement basses (ELF), ainsi qu'aux champs électriques et magnétiques statiques.
On sait que les champs RF provoquent un échauffement et l'induction de courants électriques. D'autres effets biologiques moins bien définis ont également été signalés.
* Le principal effet des champs RF de fréquence supérieure à environ 1 MHz est un échauffement dû au déplacement d'ions et de molécules d'eau dans le milieu qu'ils traversent. Même des champs RF de très faible énergie provoquent un léger dégagement de chaleur, mais celle-ci est éliminée par le processus normal de thermorégulation de l'organisme, sans que le sujet s'en aperçoive.
* Un certain nombre d'études donnent à penser que l'exposition à des champs RF trop faibles pour provoquer un échauffement pourrait avoir des conséquences néfastes pour la santé, notamment en provoquant des cancers et des pertes de mémoire. Un des principaux objectifs du Projet international CEM est de recenser les problèmes et d'encourager une recherche coordonnée dans ce domaine.
* Les champs RF de fréquence inférieure à 1 MHz induisent des charges et des courants électriques qui peuvent stimuler les cellules de certains tissus comme les nerfs et les muscles. Des courants électriques circulent dans l'organisme du fait des réactions chimiques normales qui se déroulent dans tout être vivant. Si les champs RF induisent des courants nettement supérieurs à ce niveau de fond, il peut en résulter des effets néfastes sur la santé.
Champs électriques et magnétiques de fréquence extrêmement basse (ELF). Ces champs agissent sur les systèmes biologiques principalement
Il est peu probable que ce mécanisme explique les effets attribués aux champs ELF rencontrés dans l'environnement, comme la survenue de cancers chez les enfants.
* Des champs électriques ELF existent chaque fois qu'une charge électrique (tension) est présente, que le courant circule ou non. Le champ électrique ne pénètre pratiquement pas dans le corps humain. Lorsque son intensité est très élevée, il peut être perçu par le mouvement des poils sur la peau. Selon certaines études, l'exposition à des champs de ce type, même à faible dose, pourrait être associée à une incidence accrue des cancers chez les enfants et à d'autres effets sur la santé, mais de nombreux autres travaux n'ont pas confirmé une telle association. Le Projet international CEM recommande des recherches plus ciblées dans ce domaine afin de mieux évaluer les risques pour la santé.
Toutefois, on a montré qu'ils pouvaient avoir d'autres effets
biologiques, par exemple en provoquant un échauffement, en modifiant des réactions chimiques ou
en induisant des courants électriques dans les tissus et les cellules.
Ces champs électromagnétiques peuvent produire divers effets biologiques susceptibles d'avoir des
conséquences pour la santé.
en induisant des charges et des courants
électriques.
* Des champs magnétiques ELF existent chaque fois que le courant électrique circule. Ils pénètrent facilement l'organisme de l'homme sans atténuation notable. Certaines études épidémiologiques ont signalé un lien entre les champs ELF et le cancer, notamment chez les enfants, mais ce n'est pas le cas de toutes. Des recherches sont actuellement en cours sur les effets des champs ELF de faible intensité (ceux que l'on rencontre dans l'environnement), notamment une étude suivie et encouragée par le Projet international CEM.
Champs électriques et magnétiques statiques. Le principal effet de ces champs sur les systèmes biologiques est l'induction de charges et de courants électriques. On a constaté d'autres effets potentiellement néfastes pour la santé, mais seulement pour les champs de très forte intensité.
* Les champs électriques statiques ne pénètrent pas dans l'organisme, mais ils peuvent être perçus par le mouvement des poils sur la peau. A l'exception des décharges produites par les champs électriques très intenses, ils ne semblent pas avoir d'effets significatifs sur la santé.
* Les champs magnétiques statiques pénètrent dans l'organisme pratiquement sans être atténués. Lorsqu'ils sont très intenses, ils peuvent modifier la circulation sanguine ou perturber les impulsions nerveuses normales, mais de tels champs ne se rencontrent pas dans la vie courante. Par contre, les informations dont on dispose sur les effets de l'exposition à long terme aux champs magnétiques statiques rencontrés dans l'environnement professionnel sont encore insuffisantes.
* Normes de sécurité : diverses lignes directrices et normes internationales ont été adoptées pour s'assurer que l'exposition humaine aux champs électromagnétiques n'ait pas d'effets défavorables sur la santé, que les appareils générant de tels champs ne présentent pas de danger et que leur utilisation ne perturbe pas le fonctionnement d'autres appareils. Ces normes sont élaborées après examen de la littérature scientifique par des groupes d'experts qui recherchent l'existence d'effets constants et reproductibles pouvant avoir des incidences néfastes sur la santé. Ces groupes formulent ensuite des lignes directrices relatives aux normes édictées par les organismes nationaux et internationaux compétents.
La Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP)
est une Organisation Non Gouvernementale (ndlr ONG)
domaine de la protection contre ces rayonnements.
officiellement reconnue par l'OMS dans le
[Ndlr dossier : le président-fondateur de l’ICNIRP est le prévaricateur M. Repacholi de ... l’OMS !]
L'ICNIRP a établi des lignes directrices internationales sur les limites de l'exposition humaine à tous les champs électromagnétiques, y compris le rayonnement ultraviolet (UV), la lumière visible, le rayonnement infrarouge, les champs RF et les micro-ondes.
Pour de plus amples informations, les journalistes peuvent prendre contact avec Communication pour la santé et Relations publiques, OMS, Genève. Téléphone : (41 22) 791 2532 Télécopie : (41 22) 791 4858.
Tous les communiqués de presse, aide-mémoire et articles de fond peuvent être obtenus sur Internet à la page d'accueil http://www.who.ch//

Aide- mémoire N182
Vérifié en mai 1998


25/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres