LOCTOPUSVOITOU

Europa City «le zombie festif en son royaume» ...

        

        N Polony : «le zombie festif en son royaume»

 

Par Natacha Polony Publié le 16/09/2016


http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/09/16/31003-20160916ARTFIG00359-natacha-polony-le-zombie-festif-en-son-royaume.php

Le projet fou de méga complexe porté par Auchan mêle équipemements commerciaux, de loisirs et culturels. Implanté à Gonesse dans le Nord de Paris, son ouverture est envisagée en 2024. Crédits photo : EuropaCity

LA CHRONIQUE DE NATACHA POLONY - Le projet de construction en Île-de-France d'un complexe gigantesque de loisir et de commerce, véritable temple à la gloire du consumérisme, parachève le bétonnage de la région.


                  Connaissez-vous EuropaCity?

Non? C'est normal. Les élus et les promoteurs tremblent à l'idée que ce projet d'un gigantesque complexe de loisirs et de commerce au nord-est de Paris ne devienne un «nouveau Notre-Dame-des-Landes». Alors que font-ils? Ils font vivre la démocratie locale pour éviter les procès en illégitimité futurs? Non. Ils avancent en silence.

Ils imposent le projet en espérant atteindre sans heurts le point de non-retour, le moment où l'on se dit qu'après tout, puisque les bulldozers sont déjà là… Cette semaine a été présenté le compte rendu du débat public tenu depuis mars 2015. Enfin, public… le moins possible. Mais il fallait bien concéder cela à quelques associations. Résultat: un modèle d'équilibrisme ...

Cet article a été publié dans l'édition du Figaro du 17/09/2016 . 80% reste à lire.

        ..........................................

18 septembre 2016

EUROPA CITY, PROJET AUCHAN INUTILE DE LA FOLIE CONSUMERISTE

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2016/09/17/natacha-polony-le-zombie-festif-en-son-royaume-5849204.html

IL N'Y AURA PAS 12000 EMPLOIS DE CREES, MAIS SEULEMENT 1200 COMPTE TENU DES EMPLOIS DETRUITS!

               « le zombie festif en son royaume »

Le projet fou de méga complexe porté par Auchan mêle équipements commerciaux, de loisirs et culturels. Implanté à Gonesse dans le Nord de Paris, son ouverture est envisagée en 2024. -  

EuropaCity Par Natacha Polony Dans cette chronique sans concessions,

Natacha Polony expose et dénonce le projet de construction en Île-de-France d'un complexe gigantesque de loisir et de commerce, véritable temple à la gloire du consumérisme, qui parachève le bétonnage de la région [Figarovox - 16.09].

Sa critique ne porte pas simplement sur ce projet en tant que tel - ce qui aurait déjà son importance - mais, bien plus essentiellement, sur le cadre, les méthodes, l'idéologie, la visée à long terme dans lequel il s'inscrit : « venir à bout des résidus des temps anciens »; poursuivre le passage au monde orwellien en cours de construction voire d'achèvement.

Cette critique est nôtre, et, même si, selon nous, ce n'est pas toujours le cas, Natacha Polony, en l'espèce, a mille fois raison.

Connaissez-vous EuropaCity ? Non ? C'est normal. Les élus et les promoteurs tremblent à l'idée que ce projet d'un gigantesque complexe de loisirs et de commerce au nord-est de Paris ne devienne un « nouveau Notre-Dame-des-Landes ». Alors que font-ils? Ils font vivre la démocratie locale pour éviter les procès en illégitimité futurs ? Non. Ils avancent en silence. Ils imposent le projet en espérant atteindre sans heurts le point de non-retour, le moment où l'on se dit qu'après tout, puisque les bulldozers sont déjà là…

Cette semaine a été présenté le compte rendu du débat public tenu depuis mars 2015. Enfin, public… le moins possible. Mais il fallait bien concéder cela à quelques associations. Résultat : un modèle d'équilibrisme qui va permettre au projet de se poursuivre après « quelques amendements ».

Et ce constat sublime : « Le projet EuropaCity porte une vision de l'évolution de la société qui n'a pas fait l'unanimité. »

Résumons donc. La richesse maraîchère de l'Ile-de-France n'est plus depuis longtemps qu'un folklore d'ouvrages culinaires.

Qui se souvient encore des asperges d'Argenteuil ? Pourtant, les terres entourant Paris étaient les plus fertiles. Vergers, maraîchage… Il y avait là de quoi nourrir l'innombrable plèbe urbaine. Mais il n'en reste presque plus rien.

Peu à peu, les dernières fermes ont été vendues, les dernières terres agricoles recouvertes de goudron, de supermarchés et de parkings aménagés. Ah, si, il reste quelques champs du côté de Gonesse.

Aussi de grands esprits ont-ils décidé de venir à bout de ces résidus des temps anciens. Un génie, dans le groupe Auchan, a imaginé de bâtir là un complexe pharaonique. Hôtels, restaurants, cinémas, centres commerciaux… Allez, soyons fous, on vous met aussi une piste de ski - pardon, un « snowpark » pour « freestylers »

. Et puis, est-ce pur cynisme ou bien faut-il y voir le stade ultime de la stupidité progressiste et de son art de transformer le vrai en faux, on ajoutera même une « ferme pédagogique ». On présente le projet à Jean-Paul Huchon, alors président de la région Ile-de-France, qui trouve ça formidable. Manuel Valls, Nicolas Sarkozy, tout le monde est emballé. Les maires aussi.

Il faut dire qu'Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, sait trouver les arguments : 30 millions de visiteurs par an, dont 6 millions de touristes, 12 000 emplois créés. Le nirvana de l'élu local. Avec l'argumentaire directement issu du cerveau de marketeurs drogués à la boursouflure langagière : une «expérience à 360°» avec « show-émotion », « sun-émotion », « Xtrm-émotion » (traduction pour les ploucs et les plus de 25 ans : « émotion extrême »). Bien entendu, le projet est « écoresponsable ».

D'ailleurs, le groupe invite les Franciliens à le « coconstruire ». Comme le précise le sociologue payé pour l'occasion, EuropaCity « anticipe des formes possibles de rupture dans nos modes de vivre » (sic). Bienvenue dans le cauchemar orwellien. Toute personne à peu près saine d'esprit serait saisie d'un doute.

On prétend donc que 30 millions de personnes, 6 millions de touristes par an, se transformeront en ces « déambulateurs approbatifs » que moquait Philippe Muray, et viendront dépenser l'argent qu'ils n'ont pas (pour ce qui est des Français) et se pâmer devant ce qu'ils auront pu voir à Dubaï ou n'importe où ailleurs. Quintessence du consumérisme festif, Disneyland sans le prétexte de la souris à grandes oreilles.

Les zombies contemporains s'ennuient, ils ont besoin de distraction. Il a fallu attendre la toute fin du débat public pour que soit produite une étude contradictoire mesurant le nombre d'emplois détruits dans l'ensemble des centres commerciaux existant déjà alentours.

Résultat : de 12 000, on passe à 1 200 emplois créés. Au mieux. Peu importe. La région Ile-de-France, désormais présidée par Valérie Pécresse, a rendu en juillet un avis favorable au projet EuropaCity. Pardon, un « feu vert conditionnel ». Traduction : on a compris que tout cela est une aberration environnementale, une promesse de saturation des axes routiers (pas grave, on bétonnera encore pour élargir les routes) et un mensonge pur et simple en matière économique, on a compris mais on le fera quand même. Parce que c'est moderne. Parce qu'on est « tourné vers l'avenir ». Une fois que tous les élus auront validé dans l'indifférence médiatique, on sera tout étonné que des citoyens contestent leur décision.

Remettre en cause la démocratie représentative et ses merveilleux rouages ? Quel populisme ! La révolte des derniers humains qui refusent le destin de zombies consuméristes infantilisés leur semblera violente. Elle n'est pourtant qu'une trace de vie. • Ce projet d'un gigantesque complexe de loisirs et de commerce

Natacha Polony

 

               Europa City

C’est le nom d’un projet au nord de Gonesse, à 15 kilomètres de Paris.

La Croix revient sur l’opposition d’une partie de la population locale à cet immense complexe de loisirs et de commerces imaginé par le groupe Auchan. trois milliards d’euros pour un parc aquatique, une piste de ski, des boutiques et même une ferme urbaine.

Qui nécessitera bien sûr le bétonnage de plusieurs hectares de terre agricole. Tout cela dans l’indifférence générale : on ne va pas installer des cabanes et une ZAD à deux pas de l’aéroport du Bourget.

Quant au maire de Gonesse, il estime que sa réélection fait office de référendum sur le projet

La COP 21 s’est tenue à quelques encablures mais elle est déjà tellement loin.

 

                  ***************************************

 

En prime : Marketing

On trouve dans Les Echos un petit article qui nous démontre qu’une société de consommation n’est jamais à court d’innovations inutiles.

Lotus invente donc le papier-toilette humide. On ne dit pas « lingettes », depuis que tout le monde sait qu’elles contiennent des polluants.

La responsable marketing papier-toilette Europe du sud de l’entreprise explique : "Les attentes des Français en matière d’hygiène et de fraîcheur se développent". Ils commencent à aimer la propreté donc !

L’autre innovation inutile, c’est dans Charlie Hebdo. Un article hilarant consacré aux nouveaux abribus parisiens, rebaptisés "abrutis".

Ils cumulent tous les avantages, nous raconte Iégor Gran. Ils sont laids, d’une belle laideur bureaucratique, parfaitement en accord avec la vision playmobil qu’ont nos technocrates de ce que représente le bonheur d’attendre le bus à Paris. Mais ce n’est pas leur seule qualité.

Les abrutis nouveaux laissent passer la pluie beaucoup mieux que les anciens. Des pans entiers de vitrage ont été supprimés, le toit a été surélevé.

Une conception révolutionnaire. Des heures de tests en soufflerie. Des ingénieurs sortis de nos plus grandes écoles ont phosphoré sur ce magnifique projet unique au monde : un abruti qui n’abrite pas !

Les acheteurs de la Mairie de Paris ont été enthousiastes. Bien sûr, il a fallu 5 à 6 mois pour installer chaque abribus car les bornes d’information voyageurs étaient compliquées à connecter. Évidemment, on a gardé les publicités mais on a supprimé le plan des lignes de bus.

Et la ville de Paris, enfin les contribuables, vont payer la modification desdits abribus. Ce qui plombe les comptes publics, ce sont les salariés trop protégés ou ce genre d’aberration ?

Par Natacha POLONY

 


                                     ****************************

http://www.europe1.fr/emissions/la-revue-de-presse/loi-travail-hollande-tes-foutu-la-gauche-est-dans-la-rue-2688049

Loi travail : Hollande t'es foutu, la gauche est dans la rue !

 le 09 mars 2016

La presse quotidienne revient sur la colère des étudiants qui manifestent

contre la loi travail de Myriam El Khomri.

 

Ce matin en Une de vos journaux, on guette les soubresauts de la jeunesse :
Libération : Loi Travail : l’ombre du CPE.
L’Humanité : 68% des jeunes contre la loi El Khomri.
Le Figaro prévient : Code du travail : le risque de la non-réforme.
Quant à l’Opinion, il ironise : "Hollande, t’es foutu, la gauche est dans la rue"
Réponse en Une du Canard Enchaîné : Hollande : « Moi aussi, je serai bientôt à la rue ».

Pendant ce temps, l’Express lance sa nouvelle formule, papier glacé, police de caractères modernisée, photos très gros plan d’Emmanuel Macron, avec col blanc et petites pattes d’oie qui suggèrent l’entrée dans la maturité : "Ce que je veux pour 2017". En gros, plus d’Europe fédérale, plus de flexibilité et plus de multiculturalisme. Quelle rupture !

Loi Travail

Les éditoriaux ce matin pointent un mouvement protéiforme. Quel patchwork, s’exclame Nicolas Beytout dans l’Opinion. "Quel rapport entre toutes ces communautés d’intérêt ? A priori, aucun : beaucoup défileront contre le projet de loi El Khomri, que celui-ci puisse, ou non, avoir un impact sur leur statut". " Le pays gronde, constate Cécile Cornudet, dans Les Echos. Il se passe quelque chose, entend-on en boucle dans les cercles gouvernementaux. Oui, mais quoi ? Personne ne le sait vraiment". Ceux qui voudront prendre un petit coup de jeune pourront lire le reportage de Marie-Estelle Pech, dans Le Figaro. La journaliste s’est invitée dans une AG de l’Université Paris-VIII. Entre le Barbu qui veut faire peur aux bourgeois et se demande ce qu’on attend pour mettre le feu et les passionarias qui réclament qu’on donne prioritairement la parole aux femmes pour neutraliser les comportements virilistes dans la prise de parole, on entre dans un monde à part. Le journal alerte sur le fait que les PME auraient le plus à perdre à une réécriture de la loi.

La peur des Prud’hommes, les critères du licenciement économique, ça ne gêne pas franchement les grands groupes. Mais la question qui revient partout est celle du chômage des jeunes.

Dans Les Echos, un chercheur récuse l’idée selon laquelle la jeunesse serait sacrifiée. Selon lui, ce qui explique la mobilisation des jeunes pour défendre une forte protection de l’emploi qui, de fait, pourrait conduire à rendre leur insertion plus difficile, c’est le problème du logement. Sans CDI, pas d’appartement.

Pour autant, si l’on veut comprendre les conséquences potentielles de cette loi sur un travailleur lambda, le site Causeur imagine le cas de Kevin, développeur pour une petite entreprise de vente par correspondance. Une fiction avec tous les articles de loi cités et qui se termine très mal pour Kevin.

Radicalisation dans la police

La double page du Parisien est édifiante. On y évoque des fonctionnaires de police qui écoutent des versets du Coran pendant le service, qui qualifient le pantalon de leur uniforme de "saleté de torchon de la République" et se recouvrent d’un hidjab pour rentrer chez elles, ou qui expliquent que les sanctions prises contre elles pour non-retrait du voile sont un harcèlement qui prendra fin car l’Islam va dominer le monde.

Cela dit, sous ce titre accrocheur, le journal relativise. 17 cas seulement entre 2012 et 2015. En général, des fonctionnaires assez jeunes, entrés en tant qu’adjoints de sécurité à la fin des années 2000 et qui ont ensuite réussi le concours interne. Sans doute, la meilleure réponse est-elle dans Libération, avec le portrait d’Ahmed Aboutaleb, maire de Rotterdam, arrivé du Maroc à l’âge de 15 ans et qui voit dans l’Islam d’Europe une chance pour l’ensemble de l’Islam car, dit-il, ici il y a pour chaque musulman la liberté d’être en accord ou non, celle de décider par lui-même ce qui est licite ou non. Inlassablement, il prône l’intégration. "Si vous décidez d’immigrer dans un autre pays, c’est un choix libre. Et vous ne pouvez pas ne pas en accepter les lois et les coutumes". Bien sûr, il a subi les assauts du parti d’extrême-droite mais il l’a désarmée aussi bien qu’il désarme les discours intégristes victimaires. Un modèle d’intégration devenant maire d’une métropole. Et chez nous ?



02/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres