LOCTOPUSVOITOU

Infractions commises à l’occasion des manifestations ...

             BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE


Circulaire du 20 septembre 2016 relative à la lutte contre les infractions commises à l’occasion
des manifestations et autres mouvements collectifs
NOR : JUSD1626163C


Le garde des sceaux, ministre de la justice,
à
Pour attribution
Mesdames et messieurs les procureurs généraux près les cours d’appel
Monsieur le procureur de la République près le tribunal supérieur d’appel
Mesdames et messieurs les procureurs de la République
Madame la procureure de la République financier près le tribunal de grande instance de Paris


Pour information
Mesdames et messieurs les premiers présidents des cours d’appel
Monsieur le président du tribunal supérieur d’appel
Mesdames et messieurs les présidents des tribunaux de grande instance
Monsieur le membre national d’Eurojust pour la France
Date d'application : immédiate


Annexe : 1
De récentes manifestations ont été émaillées, en plusieurs points du territoire, de violences graves, notamment
dirigées contre les forces de l’ordre, et de dégradations de biens privés ou publics. Ces débordements, qui sont le
fait d’une minorité de personnes souvent très organisée, mobilisent fortement les services de police et les
militaires de la gendarmerie dans le cadre d’opérations de maintien de l’ordre relevant de leurs missions de police
administrative.
Ces comportements font également l’objet de procédures judiciaires dont la qualité ne permet pas toujours
l’engagement de poursuites pénales satisfaisantes, compte tenu des difficultés engendrées par le traitement, dans
l’urgence, de faits qui relèvent d’un phénomène de masse, et de l’articulation malaisée entre les opérations
nécessaires de maintien de l’ordre et les impératifs d’efficacité judiciaire.


Ces difficultés rencontrées à l’occasion de manifestations sur la voie publique sont proches de celles constatées
lors de violences urbaines ou dans le traitement des infractions commises par certains mouvements dits
« zadistes ».


La présente circulaire vise à identifier ces mouvements collectifs et les infractions qu’ils sont susceptibles de
générer (I), à améliorer les dispositifs de constatation des infractions (II) et à fixer des orientations de politique
pénale (III). Elle évoque enfin la situation des fonctionnaires de police et des militaires de la gendarmerie, parfois
mis en cause pour des violences commises lors des opérations de maintien de l’ordre ou des interpellations, mais
également ciblés par certains individus ou mouvements contestataires et victimes à ce titre d’actes d’intimidation
ou de représailles (IV).


I. Des mouvements collectifs divers
La difficulté à concilier la préservation de l’ordre public et l’efficacité judiciaire se retrouve dans
l’appréhension de situations très diverses : les manifestations, les violences urbaines, les mouvements dits
« zadistes »
– Les manifestations
Les manifestations professionnelles, étudiantes ou catégorielles sur la voie publique sont parfois l’occasion de
débordements violents.
Les manifestations sur la voie publique sont régies par les articles L 211-1 et suivants du code de la sécurité
intérieure, qui renvoient à l’article 6 de la loi du 30 juin 1881 disposant que les réunions sur la voie publique sont
BOMJ n°2016-09 du 30 septembre 2016 – JUSD1626163C – Page 1/7


BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE
interdites. Tout cortège, défilé, rassemblement de personnes, et plus généralement toute manifestation sur la voie
publique doivent faire l’objet d’une déclaration préalable auprès de l’autorité administrative compétente (mairie,
préfecture, ou, pour Paris, préfecture de police) trois jours au moins avant la manifestation et quinze jours au plus,
signée par au moins trois organisateurs et indiquant le but, la date et le parcours prévu de la manifestation.
L’autorité administrative peut interdire par arrêté la manifestation, si elle estime que celle-ci est de nature à
troubler l’ordre public. Cette décision est notifiée aux signataires de la déclaration au domicile élu par eux.
La violation de ces dispositions ne constitue cependant qu’une contravention pour les participants et permet
uniquement l’interpellation des organisateurs, si ces derniers ont pu valablement être identifiés.
Dans le cadre de l’état d’urgence, en application de la loi n° 201-987 du 21 juillet 2016, modifiant la loi n° 55-
385 du 3 avril 1955, l’article 8 un dernier alinéa dispose que « les cortèges, défilés et rassemblements de
personnes sur la voie publique peuvent être interdits dès lors que l'autorité administrative justifie ne pas être en
mesure d'en assurer la sécurité compte tenu des moyens dont elle dispose ».


Les infractions constituent alors des délits punis de six mois d'emprisonnement et de 7 500 € d'amende
conformément à l’article 13 de la loi du 3 avril 1955 modifiée, qui s’applique aux organisateurs ainsi qu’aux
participants.


– Les violences urbaines
Les violences urbaines, à l’occasion desquelles des infractions multiples sont souvent commises en réunion,
dans le contexte d’un quartier ou d’une ville, constituent des atteintes à l’Etat, aux personnes et aux biens, de
nature à troubler gravement l’ordre public.


– Les mouvements dits « zadistes »
Ces mouvements d’occupation souvent illicite de terrains, afin de s’opposer à un projet d’aménagement au
motif qu’il porterait atteinte à l’environnement, se sont multipliés ces dernières années. Ils s’accompagnent parfois
d’atteintes aux biens, mais également de comportements violents.
Les principales qualifications susceptibles d’être retenues à l’occasion des procédures judiciaires ouvertes dans
le cadre de ces mouvements collectifs figurent en annexe 1 de la présente circulaire.


II. La mise en place de dispositifs d’enquête adaptés et efficaces
Les contraintes liées au maintien de l’ordre public ne sont pas sans incidence sur la qualité des procédures
diligentées, lesquelles ne permettent pas toujours d’imputer les infractions constatées aux personnes interpellées.
Ce défaut d’éléments probants conduit les parquets à classer sans suite ou les juridictions correctionnelles à
prononcer des relaxes.
Afin d’éviter cet écueil, des dispositifs peuvent utilement être mis en oeuvre à différents stades des événements.
– En amont
En application des dispositions des articles 78-2 et 78-2-2 du code de procédure pénale, il appartient aux
procureurs de la République de délivrer toutes réquisitions aux fins de contrôle d’identité, de visite de véhicules,
d’inspection visuelle et de fouille de bagages, qui apparaîtront utiles pour la recherche et la poursuite d’infractions
susceptibles d’être commises dans le cadre ou en marge de manifestations ou de tout mouvement collectif connu.
Ces réquisitions doivent viser notamment les lieux des manifestations, mais aussi les axes principaux de
circulation permettant de s’y rendre.
De concert avec l’autorité préfectorale, les procureurs de la République doivent s’assurer, que le dispositif de
sécurité mis en place mobilise à chaque fois, des moyens humains et matériels spécifiquement dédiés à
l’accomplissement des missions de police judiciaire, et ce, en tenant compte des capacités des services
territoriaux de police et de gendarmerie.
Il s’agira notamment de prévoir la mobilisation d’officiers et d’agents de police judiciaire spécialement
affectés à ces missions et dégagés des contraintes inhérentes au maintien de l’ordre. Selon l’ampleur de la
manifestation concernée et le risque prévisible de débordements, certains des officiers de police judiciaire
pourront se tenir à proximité des lieux d’interpellation dans des véhicules adaptés susceptibles de constituer des
antennes mobiles pour la notification immédiate des droits aux personnes placées en garde à vue.
BOMJ n°2016-09 du 30 septembre 2016 – JUSD1626163C – Page 2/7


BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE
Des réunions peuvent utilement être organisées par les procureurs de la République avec les autorités de police
judiciaire, pour préciser la qualité et le contenu attendus des procédures judiciaires diligentées à la suite
d’opérations de maintien de l’ordre.
A cette occasion, pourront notamment être précisées les infractions pour lesquelles un placement en garde à
vue devra être systématiquement envisagé.
Enfin, en cas d’indices laissant présumer la participation d’individus armés aux manifestations organisées, le
service des douanes compétent pourra être destinataire de ces informations afin d’assurer une coordination
optimale avec les services de police judiciaire, notamment en vue de la remise des personnes contrôlées ou
retenues et des objets ou produits appréhendés. En effet, au regard de leur positionnement sur les principaux axes
de circulation et de leurs attributions dans le contrôle des flux de marchandises prohibées, les agents des douanes
peuvent être mis en situation de contrôler des individus armés se rendant sur les lieux de manifestation et de
procéder à la saisie de leurs armes. Toutefois, les prérogatives de contrôle de la douane ne sauraient être mises en
oeuvre à d’autres fins que celles prévues par le code des douanes, et notamment pour suppléer aux contrôles
d’identité et visites de véhicules susceptibles d’être réalisés par ailleurs.


– Lors des manifestations et dans le cadre des enquêtes
Les services d’enquête doivent être invités à utiliser des dispositifs de captation d’images (photographiques
et/ou audiovisuels) dont la plupart des unités constituées sont aujourd’hui dotées dans le cadre des manifestations
les plus sensibles, et plus généralement à prendre toutes mesures conservatoires permettant l’identification
ultérieure des auteurs d’infractions (relevé des numéros d’immatriculation des véhicules, du nom et de l’adresse
de la société ayant loué le matériel de sonorisation dans le cadre de rassemblements festifs à caractère musical,
saisie des images de vidéoprotection…). Ces éléments de preuve doivent pouvoir être exploités dans de brefs
délais, et notamment dans le temps de la garde à vue, afin de permettre aux parquets d’orienter utilement les
procédures1.
En cas d'interpellation, il convient de veiller à ce que la remise d’un individu à un OPJ soit systématiquement
accompagnée d'une fiche de mise à disposition2 dûment complétée. L’établissement d’une telle fiche est en effet
de nature à permettre :
– L’information immédiate de l’OPJ sur les éléments ayant justifié l’interpellation (éléments
constitutifs de l’infraction dont la personne est soupçonnée, éléments d’identification – identité et
signalement - de la personne mise en cause, éléments matériels éventuellement appréhendés) et
sur les conditions de l’interpellation (usage de la force, résistance violente ou non) ;
– L’identification des agents interpellateurs et des autres témoins afin de faciliter la prise de contact
rendue nécessaire par une audition ou une confrontation éventuelle.
La fourniture immédiate et modélisée d’informations pertinentes mettra l’OPJ en mesure d’exercer un contrôle
plus rigoureux de la nécessité du placement en garde à vue. Elle constitue en outre un facteur de facilitation de la
rédaction du procès-verbal de saisine par l’OPJ et de la réalisation des investigations ultérieures. Elle constitue un
gage de qualité, de lisibilité et de traçabilité de la procédure d’enquête dont les magistrats du parquet et du siège
destinataires ne peuvent que tirer avantage.
L’audition des agents interpellateurs et leur mise en présence avec les personnes interpellées doivent dans
la mesure du possible être largement prescrites, tout particulièrement lorsque les faits sont contestés. Elles doivent
être organisées en s’efforçant de concilier les impératifs liés aux investigations judiciaires et ceux liés aux
contraintes opérationnelles du maintien de l’ordre. En outre, il pourra opportunément être demandé que soit établi
un procès-verbal descriptif du contexte et du déroulement chronologique de la manifestation (ambiance
générale, description des événements marquants, circonstances ayant conduit à la délivrance des annonces et
sommations en cas de dispersion par la force des manifestants3).

Afin d’éclairer au mieux la juridiction de
jugement appelée parfois à statuer plusieurs semaines après la commission des faits dont elle est saisie, ce


1Il pourra s’avérer utile de vérifier l’accessibilité de ces images dans les entreprises de transport public de voyageurs et dans les
services de police municipale lors des congés de fin de semaine.


2Une trame de fiche de mise à disposition est proposée en annexe. Il conviendra de la faire diffuser avant toute manifestation aux
commandants d’unités de maintien de l’ordre.


3Cette indication pourra s’avérer particulièrement utile pour caractériser les infractions y afférent ou pour renseigner l’autorité
judiciaire en cas de plainte ultérieure mettant en cause l’intervention des forces de l’ordre.
BOMJ n°2016-09 du 30 septembre 2016 – JUSD1626163C – Page 3/7


document pourra comporter des éléments de contexte fournis par les services de renseignement précisant la
mouvance dont se réclament les organisateurs, l'existence de groupuscules organisés, leur mode d'action, etc.
En cas d’interpellations multiples, et lorsque cela est pertinent au regard de la taille de la juridiction, le
déplacement de magistrats du parquet dans les locaux des services d’enquête pourra être envisagé pour délivrer les
autorisations de prolongation de garde à vue, mais aussi contrôler le contenu des procédures (évaluation
immédiate des interpellations effectuées, contrôle des qualifications retenues, validation des principales
orientations procédurales). A défaut, il pourra être opportun de mettre en place une ligne téléphonique dédiée et
une adresse mail destinée à l’envoi des procès-verbaux utiles.


III. La mise en oeuvre d’une réponse judiciaire adaptée à l’urgence et à la gravité des faits


1. L’anticipation du surcroît de l’activité pénale par une politique de juridiction efficace
Afin d’anticiper une possible augmentation de l’activité pénale, au regard du nombre conséquent
d’interpellations auxquelles un mouvement collectif d’ampleur peut conduire, il est important d’envisager, en lien
avec le siège et le greffe de la juridiction dans le cadre d’une politique de juridiction concertée, la mise en place
d’un service de juges des libertés et de la détention renforcé, d’audiences correctionnelles dédiées, notamment
pour les comparutions immédiates (création d’audiences spécifiques lorsqu’elles n’existent pas, ou dédoublement
de celles déjà prévues).
Il convient par ailleurs que soit envisagée et organisée la possibilité de diffuser à l’audience les
enregistrements vidéos des faits poursuivis, y compris les extraits des enregistrements de vidéoprotection, et des
opérations d’interpellations lorsque les dispositifs de captation d’images envisagés plus haut ont pu être mis en
place, afin de permettre au juge correctionnel de se prononcer avec des éléments venant à l’appui des procèsverbaux.
En cas d’important surcroît d’activité, les procureurs généraux apprécieront l’opportunité de déléguer des
magistrats du parquet général auprès des juridictions du premier ressort concernées, conformément aux
dispositions de l’article R.122-2 du code de l’organisation judiciaire.


2. Des orientations de politique pénale empreintes de réactivité
La gravité des infractions qui peuvent être commises à l’occasion des mouvements collectifs et la volonté
affirmée par leurs auteurs de troubler profondément l’ordre public justifient une réponse immédiate et adaptée.
Pour les faits les plus graves ou qui s’inscrivent dans une démarche délibérée d’affrontement avec l’Etat
(notamment pour l’ensemble des violences commises à l’encontre des forces de l’ordre), les parquets
privilégieront le défèrement des mis en cause et la comparution immédiate. Il doit en être de même pour les faits
commis par les récidivistes ou réitérants.
Pour les agissements les plus complexes ou les plus contestés, des ouvertures d’information judiciaire pourront
être envisagées. La saisine d’un juge d’instruction est également pertinente lorsque les premières investigations,
souvent réalisées en préliminaire, permettent de suspecter que des casseurs organisés se préparent à commettre des
violences ou des dégradations d’ampleur, afin de mettre en évidence le délit d’association de malfaiteurs et
d’interpeller les auteurs avant qu’ils ne passent à l’acte.
Pour les faits non contestés les moins graves et les plus isolés, des alternatives aux poursuites peuvent être
envisagées, qui permettent de donner une dimension pédagogique à la réponse pénale, tels que les stages de
citoyenneté.
Une attention particulière doit être portée aux auteurs mineurs, en privilégiant également les alternatives aux
poursuites qui présentent un contenu éducatif et permettent d’engager le mineur dans une réflexion concernant les
faits, pour les infractions les moins graves (mesure de réparation pénale, stage de citoyenneté…). Les faits plus
graves justifieront la saisine du juge des enfants selon toutes les modalités possibles, notamment dans le cadre de
défèrements assortis de réquisitions de mesures provisoires éducatives ou de sûreté. Il convient enfin de s’assurer
que la réponse pénale choisie soit la mieux adaptée à la personnalité du mineur. A cette fin, il parait nécessaire de
saisir la protection judiciaire de la jeunesse d'une enquête de personnalité.
BOMJ n°2016-09 du 30 septembre 2016 – JUSD1626163C – Page 4/7


Enfin, à l’issue de la manifestation, notamment dans le cadre de l’exploitation des vidéos enregistrées, il peut
être pertinent que des procédures soient établies sur le fondement de l’article R 645-14 du code pénal qui punit de
l’amende prévue pour les contraventions de 5ème classe le fait de dissimuler volontairement son visage afin de ne
pas être identifié, au sein ou aux abords d’une manifestation sur la voie publique, dans des circonstances faisant
craindre des atteintes à l’ordre public.


3. L’attention portée aux victimes
Les parquets veilleront à mobiliser le plus en amont possible le réseau des associations d’aide aux victimes de
leur ressort.
Ils s’assureront de la transmission systématique aux victimes identifiées des coordonnées de ces associations
par les services d’enquête ou à leur initiative.
Enfin, ils s’organiseront pour qu’une information soit apportée aux victimes sur les suites données à leur
plainte et, le cas échéant, communication de la date de l’audience.
IV. La situation particulière des fonctionnaires de police et des militaires de la gendarmerie nationale
1. La réponse aux faits commis au préjudice des forces de l’ordre
Les faits commis au préjudice de personnes dépositaires de l’autorité publique4 portent profondément atteinte
aux valeurs de la République. Ils justifient qu’une attention particulière soit portée à ce type d’agissements et que
les parquets fassent preuve à ce sujet d’une grande fermeté.
Plusieurs dépêches et circulaires de politique pénale – dont la circulaire générale de politique pénale du 2 juin
2016, la dépêche du 12 novembre 2013 relative aux violences et atteintes aux biens et celle du 12 janvier 2015
relative aux infractions commises à la suite des attentats terroristes commis les 7, 8 et 9 janvier 2015 – , dont les
instructions demeurent d’actualité, appellent déjà les parquets à mettre en oeuvre une réponse pénale
particulièrement ferme et systématique et à faire preuve d’une vigilance nécessaire face aux actes commis contre
les fonctionnaires de police et les militaires de la gendarmerie nationale.
Il importe que les parquets continuent à faire preuve de réactivité dans la conduite de l’action publique envers
les auteurs de ces infractions, qui portent gravement atteinte à l’autorité de l’Etat, et maintiennent leur engagement
dans la lutte contre les diverses formes de violences commises à l’encontre des forces de l’ordre.
La constatation de toute infraction de cette nature doit induire la plus grande rigueur dans les enquêtes
diligentées, tant dans le cadre du traitement en temps réel que lors du suivi des enquêtes préliminaires ou des
dossiers d’instruction, et les poursuites engagées. Cette exigence doit constituer une préoccupation majeure des
parquets de vos ressorts.
2. Le traitement des plaintes déposées contre les forces de l’ordre
A l’occasion de manifestations ou de mouvements collectifs, les forces de l’ordre peuvent faire l’objet de
dénonciations à raison de leur comportement ou de leur action.
- La mise en oeuvre d’une politique de saisine adaptée
Lorsque ces faits revêtent une qualification pénale, vous veillerez à mettre en oeuvre une politique de saisine
des services d’enquête adaptée en fonction de la qualité de la personne mise en cause, de la nature, de la gravité et
de la sensibilité des faits dénoncés.
Cette politique de saisine pourra être utilement concertée avec les autorités hiérarchiques de la police et de la
gendarmerie.
4Ces faits peuvent recevoir les qualifications mentionnées dans l’annexe 1 de la présente circulaire
BOMJ n°2016-09 du 30 septembre 2016 – JUSD1626163C – Page 5/7

Ainsi, lorsque la personne mise en cause est un fonctionnaire de police, les investigations seront confiées à un
service de police, et lorsqu’il s’agit d’un militaire de la gendarmerie, elles le seront à une unité de gendarmerie.
Dans un souci d’impartialité des investigations, il conviendra que le service d’enquête saisi soit distinct et
extérieur à celui dans lequel la personne mise en cause exerce ses fonctions.
La qualité d’officier de police judiciaire et la position hiérarchique de la personne mise en cause peuvent
également orienter la saisine du service d’enquête.
D’une manière générale, la complexité, la gravité et la sensibilité des faits sont des critères qui conduiront à
distinguer les procédures pouvant être confiées à des services d’enquête généralistes et celles qui nécessitent la
saisine de services spécialisés comme les inspections générales5.
– Pour les fonctionnaires de police mis en cause
Ainsi, lorsque les faits mettant en cause un fonctionnaire de police sont peu complexes et/ou de faible gravité,
les investigations pourront être confiées à la direction départementale de la sécurité publique, qui peut disposer
d’un ou plusieurs enquêteurs spécialisés dans le traitement de ce contentieux.
Lorsque les faits sont d’importance moyenne, les enquêtes pourront être confiées à des services de police
judiciaire plus spécialisés tels que les services régionaux ou les directions interrégionales de police judiciaire.
Enfin, lorsque les faits sont d’une particulière gravité ou complexité, il conviendra de saisir l’inspection
générale de la police nationale (IGPN).
– Pour les militaires de la gendarmerie mis en cause
Lorsque les faits mettant en cause un militaire de la gendarmerie sont de faible ou de moyenne importance, les
investigations pourront être confiées à une brigade de recherches, une section de recherches ou au groupement de
gendarmerie.
Lorsque les faits sont d’une particulière gravité ou complexité, il conviendra de saisir l’inspection générale de
la gendarmerie nationale (IGGN).
- Les suites judiciaires
Lorsque l’infraction reprochée est caractérisée, les différentes modalités de poursuite judiciaire peuvent être
envisagées.
Elles dépendent essentiellement de la nature, de la gravité et de la complexité des faits, mais également des
sanctions disciplinaires éventuellement prises à l’encontre des personnes mises en cause par leur autorité
hiérarchique.
Indépendamment de la complexité des actes d’enquête à réaliser, l’ouverture d’une information judiciaire
pourra s’avérer opportune lorsqu’il apparaitra nécessaire de confier ces investigations à un juge d’instruction,
notamment au regard de la médiatisation d’une affaire ou de la nécessité de donner aux victimes la possibilité de
se constituer partie civile et de faire des demandes d’actes.
Dans certaines hypothèses et notamment au regard de la sensibilité des faits, un dépaysement de l’affaire en
application de l’article 43 du code de procédure pénale pourra être envisagé.
De manière générale, il est opportun que les autorités hiérarchiques des personnes mises en cause soient
informées des suites judiciaires données aux faits, et réciproquement s’agissant des suites disciplinaires en cas de
procédure disciplinaire.
Enfin, il convient de rappeler que lorsque la personne mise en cause a la qualité d’officier de police judiciaire,
le procureur général peut, en application des articles R.15-2 et R.15-6 du code de procédure pénale, suspendre ou
retirer l’habilitation d’officier de police judiciaire en cas de manquements professionnels ou d’atteintes à
l’honneur ou à la probité ayant une incidence sur sa capacité à exercer des missions de police judiciaire de
manière satisfaisante. Il peut également, en application des dispositions des articles 224 et suivants du code de
procédure pénale, saisir la chambre de l’instruction afin de priver temporairement ou définitivement les OPJ, APJ
ou APJA de l’exercice de toute fonction judiciaire.
5Voir les dépêches DACG des 20 décembre 2010 et 20 février 2014 relatives à la réforme de l’IGGN et de l’IGPN.
BOMJ n°2016-09 du 30 septembre 2016 – JUSD1626163C – Page 6/7

Le nouvel article 229-1 du code de procédure pénale, introduit par la loi du 3 juin 2016, permet au procureur
général de saisir le président de la chambre de l’instruction afin de sanctionner à titre conservatoire, pour une
durée maximale d’un mois, sans délai et sans procédure contradictoire, tout officier ou agent de police judiciaire,
ou toute personne investie de fonctions de police judiciaire, qui serait mis en cause pour des faits d’une
particulière gravité, et sans attendre l’issue de la procédure judiciaire et/ou disciplinaire.
Il peut être rappelé que, conformément aux articles 16 et 20 du code de procédure pénale, dans le cadre
d’opérations de maintien de l’ordre en unité constituée, l’exercice des attributions attachées à la qualité d’officier
de police judiciaire ou d’agent de police judiciaire est momentanément suspendu. Cette suspension temporaire a
pour effet de vicier les actes de police judiciaire (placement en garde à vue, contrôle d’identité, etc.)
éventuellement accomplis par les fonctionnaires de police ou les militaires de la gendarmerie à l’occasion de leur
participation en unité constituée à une opération de maintien de l’ordre. En revanche, elle ne saurait avoir pour
effet de priver l’autorité judiciaire des prérogatives précitées en matière de suspension ou retrait d’habilitation ou
d’interdiction d’exercer des fonctions de police judiciaire dès lors que pourraient être caractérisés à l’encontre des
agents agissant dans ces circonstances, des manquements professionnels ou des comportements constitutifs
d’atteintes à l’honneur ou à la probité susceptibles d’avoir une incidence sur leur capacité à exercer des missions
de police judiciaire de manière satisfaisante.
***
Vous voudrez bien continuer à informer ma direction, sous le timbre du bureau de la politique pénale générale,
des procédures les plus significatives, mais également de toute difficulté susceptible d’être rencontrée dans la mise
en oeuvre de la présente circulaire.
Le directeur des affaires criminelles et des grâces,
Robert GELLI
BOMJ n°2016-09 du 30 septembre 2016 – JUSD1626163C – Page 7/7

 

 

 

 

 



17/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres