LOCTOPUSVOITOU

Le saviez-vous ?


                     Le saviez-vous ?

La France interdit aux citoyens de filmer les actes violents

Le Conseil Constitutionnel vient d'approuver une loi qui criminalise le tournage ou la diffusion, en particulier sur Internet, des actes de violence par toutes personnes, autres que les journalistes professionnels. En cas de violation de cette loi, les sanctions encourues peuvent conduire à un emprisonnement d'une durée maximale de cinq ans et à une amende de 75 000 euros. "Si Holliday - Le vidéo amateur qui a tourné le tabassage de Rodney King par la police le 3 mars 1991 à Los Angeles Ndlr - avait filmé la même scène en France aujourd'hui, il pourrait se retrouver enfermé dans une geôle avec cette nouvelle loi", s'insurge Pascal Cohet, porte-parole des libertés civiles sur le Net du groupe Odebi.

Cette loi, proposé par le Ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, est destinée à lutter contre une vaste gamme de délinquance, et en particulier le "happy slapping". Un acte dans lequel une attaque physique violente est filmée par un complice. Mais allant encore plus loin, le gouvernement entend proposer un système de certification des sites Web, des bloggers, des opérateurs mobiles, etc. par lequel il approuverait les sources et donc les informations ! Avec le risque grave de créer un système parallèle juridique qui contrôlera la publication des informations sur l'Internet. D'ailleurs, l'organisation Journalistes Sans Frontières, qui a toujours fait campagne pour une presse libre, avertit qu'un tel système pourrait bien mener à une censure excessive. Les sociétés de diffusion d'informations choisissant plutôt de supprimer certaines histoires que de perdre leur éventuelle certification.

[France] Des décrets favorisant l'implantation d'OGM sont en préparation

Comme vous le savez le gouvernement a renoncé à soumettre à l’assemblée nationale la loi OGM visant à transposer la directive 2001-18. C’est en effet difficile de se lancer à quelques semaines des élections dans un combat aussi impopulaire dans l’opinion publique (86% des français hostiles aux OGM).

Mais ce qu’il ne veut pas soumettre au débat public, le gouvernement se prépare à l’imposer dans les prochains jours par décret, pour répondre en partie aux injonctions de la commission européenne.

Le contenu de ces décrets n’est pas encore connu dans le détail, mais ils seront encore plus laxistes et favorables aux OGM que la loi votée par le Sénat en mars : irresponsabilité civile et financière totale des semenciers en cas de dissémination, et info minimale des populations.

Les transgéniculteurs, (qui en veulent toujours plus !) ont commencé une campagne de lobbying pour que la localisation des parcelles cultivées ne soit pas inscrite sur le registre (cf courrier de Monsanto).

Il est donc urgent de réagir, à la fois pour dénoncer ce passage en force, et pour contrer l’offensive de Monsanto.


Médias : censure et manipulation

Connivences entre politiques et médias, obsession des cartes de visite (prestige !), corruption, censure, désinformation, faux-débats qui viennent masquer les vraies problématiques...
Les voix indépendantes sont rares dans le Paysage Audiovisuel Français.

  • Canal + a censuré un reportage sur le Turkménistan, impliquant le groupe Bouygues et sa filiale TF1, qui devait être diffusé dans le Vrai Journal de Karl zero.
    Ce reportage faisait écho à la publication du livre "Le Pays où Bouygues est Roi" du journaliste David Garcia, paru aux éditions Danger Public le 2 mars 2006, qui révèle les agissements de Bouygues et de sa filiale TF1 dans une dictature d’Asie centrale, le Turkménistan.
  • France5 verrouille l’émission de Daniel Schneidermann « Arrêt sur images », habituellement diffusée sur le net dans sa version intégrale (avant montage) afin que les téléspectateurs puissent vérifier la nature des coupes effectuées et apprécier les choix effectués, en toute transparence. Désormais, les internautes devront se contenter de la version "télé".
  • M6 censure le reportage intitulé « Loto : la grande saga des jeux de grattage », diffusé dans le magazine « Capital ». Son tort : il apportait des révélations sur les chances réelles de gagner aux jeux de grattage et sur la répartition des gains.
    Pour la deuxième fois depuis septembre, avec l’affaire Logan, un reportage de « Capital » est censuré.
  • Presse : licenciement abusif du journaliste Daniel Schneidermann par le quotidien Le Monde en septembre-octobre 2003. La direction du journal lui reprochait les passages de son livre Le cauchemar médiatique (Denoël, oct. 2003) où il critiquait la façon dont elle avait réagi au livre La Face cachée du Monde, de Philippe Cohen et Pierre Péan (Fayard/Mille et une nuits, 2003).
  • Censure dans l’émission "Campus" (France 2) de Philippe Cohen, auteur d’une biographie de Bernard-Henri Lévy (BHL, une biographie, Fayard, 2005). L’émission avait été enregistrée la veille dans les conditions du direct, selon la formule consacrée. Elle avait pour thème « Les médias ont-ils dévoyé la justice, la culture et la politique ? »
  • Consanguinité médiatique : au cours de l’été 2005, une rumeur lancée par le magazine "Challenges" fait état d’une OPA hostile lancé sur Danone par Pepsi. Bien que démentie par ce dernier, l’info est aussitôt relayée par la presse généraliste (notamment le Nouvel Observateur). Le grand cirque s’organise : la sphère politico-médiatique s’agite frénétiquement au nom du patriotisme économique, l’action de Danone en bourse gagne 28%, et son PDG Franck Riboud (celui des licenciements boursiers chez LU...) devient une sorte de Jeanne d’Arc de l’agroalimentaire ...
    Or, l’info ne repose sur aucune source et le 2 août, l’International Herald Tribune publie un article qui révèle que la sœur de Franck Riboud, Christine Mital, qui détient des actions Danone, est journaliste économique au Nouvel Observateur et à Challenges. À travers Danone, Riboud a par ailleurs longtemps été un actionnaire de Libération et l’est toujours du Monde...

USA : piratage des machines à voter

Le concept du vote électronique n'est pas toujours très bien accueilli en France, mais il est bien ancré aux Etats-Unis, ce qui rend cette info si sensible. Des hakers ont démontré la possibilité de remplacer en quelques minutes la mémoire CompactFlash de l'ordinateur à voter par une autre, faisant booter la machine dessus et éxécutant un virus.

Problème, le malware permet de voler des voix de manière invisible, et peut contaminer d'autres machines en réseau sur le même district. Or ces appareils sont portables et peuvent être amenées aux domiciles des responsables juste avant les élections. De plus, il n'y a pas de documentation sur leur fonctionnement interne et peu de traces papiers.

DieBold, créateur du système, a utilisé la justice pour éviter des audits de sécurité et muselé les critiques. Des solutions ouvertes et documentées car OpenSource existent mais la société refuse toute discussion. Le débat contestataire sur les résultats tendancieux des présidentielles Bush / Al Gore pourrait bien refaire surface.

Sources : Infos-du-net.com


Alerte high-tech sur les nanotechnologies

En Allemagne, un nettoyant ménager à base de nanoparticules a été précipitamment retiré du marché.

C'est le premier nano-scandale. La première alerte sanitaire au monde impliquant l'univers complexe des nanotechnologies: lancé en Allemagne à grand renfort de publicité, le nettoyant ménager pour salle de bains Magic Nano devait révolutionner la vie des ménagères en projetant sur le carrelage un film invisible capable de repousser la saleté et les bactéries. Las! Ce produit miracle a été retiré précipitamment des magasins, après avoir déclenché des phénomènes de détresse respiratoire chez 97 consommateurs. Et ce en l'espace de trois jours à peine. Plusieurs d'entre eux ont même été hospitalisés pour un oedème pulmonaire (accumulation de liquide dans les poumons).

Jusqu'ici, les risques liés aux nanotechnologies étaient purement théoriques. De nombreuses expériences sont en cours dans les laboratoires pour tenter de déterminer si ces particules qui se mesurent à l'échelle du nanomètre (un milliardième de mètre) peuvent mettre en danger la santé des citoyens. Leur petite taille les rend en effet susceptibles de pénétrer profondément dans les poumons ou de traverser la barrière de la peau. Mais nul ne sait aujourd'hui en mesurer les conséquences.

Les intoxications observées en Allemagne constituent-elles la preuve qu'attendaient les militants «anti-nano», particulièrement actifs en Amérique du Nord ? Pas si vite. Les experts réunis le 7 avril dernier par l'Institut fédéral allemand de l'évaluation du risque (BFR), à Berlin, ont refusé de se prononcer. Pour une raison simple : ils n'ont pu obtenir du fabricant Kleinmann ni la composition détaillée de l'aérosol ni la taille exacte des particules suspectées ! L'enquête se poursuit donc. Pendant ce temps, les crèmes antirides et les écrans solaires à base de nanoparticules continuent à se vendre partout dans le monde, y compris en France... sans susciter de craintes particulières.


[DADVSI] Une loi pour forcer à la consommation

Un aspect des DRM est souvent peu abordé. Le débat se situe souvent au niveau du piratage et du P2P mais rarement sur les effets à plus ou moins long terme dans notre vie quotidienne.
Je pense que cette attitude est voulu afin de masquer les véritables buts de ces DRM qui sont :

  • la relance de la consommation des appareils et supports multimédias dans les 5 prochaines années
  • un verrouillage total de la culture

Ainsi, peu de personnes ont saisi l'enjeu des DRM et de leurs utilisations au lendemain du 15 mars 2006.

La petite vidéo de Tristan Nitot illustrera parfaitement mon propos : //lestelechargements.fr/temoignages/nitot-copy-control/

Au lendemain du vote de la loi, la majorité des lecteurs CD, platines DVD, autoradios, lecteur MP3... seront doté du support de ces fameux DRM. Il ne faut pas se leurrer, tout est en place depuis longtemps, il ne manque plus que la législation qui va avec. Dans un futur très proche (probablement à la date d'entrée en vigueur de la loi, peut-être même avant), les matériels multimédias vendus ne pourront lire QUE des supports protégés par DRM. Les supports non protégés par DRM seront ainsi incapable de lire votre collection de "vieux" CD achetés ces dix dernières années. Finalement, vous allez regretter d'avoir jeté votre vieille platine, pourtant pas si mal que ça !!!!

Je ne crois pas que cette perspective soit surréaliste ou paranoïaque. Il s'agit de la simple évolution des choses (ou plutôt devrais-je dire de la "non évolution" des lobbies liées au multimédia et à la culture).

Rappelez-vous, avant le CD il y avait les Vinyles. Peu résistant aux rayures, au café ou à la chaleur, il était courant de racheter régulièrement un disque abîmé lors d'une soirée. L'avènement du CD, avec ces 10 ou 20 années de durée de vie a complètement sapé cette consommation régulière.
L'industrie du disque ne pouvait évidemment pas en rester là, et elle vient aujourd'hui de trouver un moyen de toucher le jack pot, à grand coup de corruption et de lobbying.

Bien sûr cela se fait au détriment du libre accès à la culture et nous nous approchons d'un contrôle total de ce que nous pourrons lire, écouter et même penser !

Je me souviens avoir été marqué par une "fiction" écrite en l'an 2000, affreusement d'actualité.
Celle-ci est une lettre écrite en 2020 et anticipe de façon très réaliste ce qui nous attends.
Je vous la laisse découvrir ici : //www.uzine.net/article138.html

Nous allons vers un drôle de futur, et il serait peut-être temps que nous, Citoyens, cessions de nous laisser manipuler par ceux qui nourrissent plus leurs intérêts personnels que l'intérêt des générations futures.


Sarkozy fait sa pub sur Google !

Afin de promotionner un site de soutien à Nicolas Sarkozy, l'UMP a acheté des mots clés via le système Adwords auprès du célèbre moteur de recherche Google.
Ainsi la rédaction de Zescoop.com a pu constater ce dimanche soir que tout internaute qui lance, via Google, une recherche comportant les mots "banlieue", "émeutes", "violences" ou encore "cités" et même "racaille" (!!), se verra proposer un lien (publicitaire) vers une page du site de l'UMP (www.u-m-p.org) intitulée "Affrontements dans les banlieues : Soutenons Nicolas Sarkozy". Il s'agit en fait d'une pétition en ligne visant à soutenir le Ministre de l'Intérieur, également président de l'UMP.
"Ces violences doivent cesser. Il n'est pas question que la République s'incline. Il faut être sans faiblesse face à ceux qui défient les lois et les valeurs fondamentales de notre pays. Face aux attaques politiques et médiatiques dont il fait l'objet, Nicolas Sarkozy a besoin que s'exprime haut et fort le soutien populaire dont il bénéficie dans cette période particulièrement grave et décisive pour l'avenir de la France", est-il notamment écrit dans le texte de cette pétition.

A propos de Google Adwords

Le système Google Adwords a été développé par Google. Il s'agit d'un système automatique d'achat d'espaces publicitaires sur le célèbre moteur de recherche. Il suffit de réserver des mots clés pour qu'un petit texte et un lien promotionnel redirigeant vers un site Internet spécifique apparaissent lorsqu'un internaute effectue une recherche sur l'un ou plusieurs des mots réservés.


Vous roulez à l'Huile Végétale Pure en France ? Voilà ce que vous risquez...

Si vous mettez déjà de l'huile dans votre moteur, vous savez probablement que la France est un des pays qui n'ont pas encore défiscalisé l'HVP comme carburant (à l'inverse de d'Allemagne, du Portugal et de la Belgique à l'heure où j'écris ces lignes).
Les francais sont donc hors la loi dans leur pays et s'exposent donc à des sanctions pour défaut de paiement de la TIPP (nouvellement renommée en TIC, Taxe Intérieure sur la Consommation).
Voici un petit topo de ce que vous risquez réellement si vous vous faites prendre la main dans le sac (et le nez au pot d'échappement) à rouler en polluant moins la planète...

Lettre de l'IFHVP dénonçant les fausses informations destinées à dissuader les utilisateurs d'Huiles Végétales Pures.

Rappels :

  1. la Directive 2003/30/CE reconnaît l'HVP comme un biocarburant, et cette reconnaissance s'impose à tous les Etats membres de la CE.
  2. l'additivation est "libre de droit" dans la Loi Française (cf. Bulletin Officiel des Douanes cité), donc le mélange Huiles Végétales Pures-Gazole est légal.
  3. Depuis la directive européenne 2003/96/CE, l'HVP utilisée en mélange au gazole est passible d'une partie de la TIPP (pas la taxe au profit de l'Institut Français du Pétrole notamment !) au taux applicable au carburant équivalent. Or, le carburant équivalent de l'HVP est le diester détaxé à 80% de TIC ! Et la TVA applicable à l'HVP doit être de 5,5% en tant que produit agricole n'ayant subi aucune transformation (code général des impôts). Approximativement, la "TIC" que peuvent réclamer les Douanes sur 1 litre d'HVP est de 0,10 euro ! Et il existe une procédure légale de déclaration volontaire et d'acquittement de ces taxes ! (cf. BOD cité).
  4. En résumé, un automobiliste arrêté par un douanier pourrait devoir payer 0,10 euro multiplié par le nombre de litres d'HVP contenu dans son réservoir (10 litres environ pour un mélange à 30% d'HVP dans un réservoir moyen à moitié plein) soit 1 euro ! Et si l'automobiliste déclare avoir prévu de faire la déclaration volontaire prévue dans le BOD (et cette déclaration n'est possible qu'après la consommation effective), aucune amende (1 à 3 fois le montant de la TIC due, soit 1 à 3 euros !) n'est exigible par le douanier ! Vous imaginez tous les douaniers 24h/24 à la chasse des utilisateurs d'HVP pour faire rentrer dans les caisses de l'Etat 1 euro par contrevenant ?
  5. Il est grand temps que les députés français mettent le droit français en conformité avec la Directive européenne 2003/30/CE en autorisant l'Huile Végétale Pure carburant. Pour éviter toute discrimination avec les esters, et pour apporter un ballon d'oxygène au monde rural, nos Députés doivent saisir l'opportunité de la Loi d'Orientation Agricole (qui va être débattue dans la session parlementaire qui s'ouvre le 3 octobre) et voter les 2 amendements que nous leur avons proposé.

Si un quelconque utilisateur d'HVP était malgré tout inquiété, qu'il contacte directement notre Institut qui lui transmettra toute l'information juridique disponible sur la question.

   Norbert Castan - vice président
   Institut Français des Huiles Végétales Pures
   membre de la European Pure Plant Oil Association
   Maison Départementale de l'Agriculture
   271, rue de Péchabout
   47000 AGEN, FRANCE


Un Marseillais inaugure la voiture à l'huile de friture

Un Marseillais a fait modifier sa voiture diesel pour rouler à l'huile de friture, un procédé qu'il juge efficace et moins polluant que les habituels carburants et qu'il souhaiterait voir s'étendre aux bus urbains.

Pour faire le plein, Christophe Oudelin se ravitaille dans les restaurants et les snacks, trop heureux de se débarrasser de l'huile usagée, a-t-il expliqué à l'AFP.

L'huile - de préférence de tournesol "car elle fige moins vite" - est filtrée deux fois "pour l'épurer des graisses et des cires" puis versée dans le réservoir.

Christophe Oudelin a fait modifier par un garagiste les injecteurs de sa 405 Diesel. Il a fait poser une plaque chauffante autour d'une durite - car "avant de mettre le contact, et surtout en hiver", il faut faire chauffer l'huile à 30 degrés - et a adjoint au tout une pompe à essence dite de "pré-gavage" qui fait circuler le liquide.

"On ne consomme pas davantage, on roule même plus confortablement car la conduite est plus souple", assure le jeune homme qui circule ainsi depuis l'été dernier. "Il y a une petite odeur de friture qui se dégage mais ce n'est pas désagréable", ajoute-t-il.

Selon le quotidien La Provence, qui a révélé son expérience insolite, il a fondé avec une dizaine d'amis de la région l'association "Roule ma frite" pour promouvoir ce nouveau carburant, selon lui, moins polluant que le gasoil ou l'essence. L'association fréquente les foires locales et salons de "l'éco énergie". "On rêverait d'appliquer ce procédé aux transports en commun", dit-il.

Source : Dépêche AFP du 17.03.2005 - 16:54


Brevets des logiciels : polémique, synthèse et pièces du débat

Le dossier de la brevetabilité des logiciels continue de susciter des remous. Au delà des options contradictoires qu'il induit, il révèle une fois de plus, la différence d'appréciation des enjeux spécifiques de l'industrie du logicielle entre les Etats-Unis et l'Europe.

Les intérêts en jeu se chiffrent en dizaines de milliards.

Contrairement à une première impression, les hommes politiques n'ont pas pris ce dossier à la légère. Le candidat aux présidentielles, Jacques Chirac, s'y était intéressé et avait prix l'engagement de résister aux pressions des commissaires européens. Et beaucoup de responsables politiques sont au courant de l'impact stratégique des nouvelles dispositions. Mais au rang de leurs priorités du moment, il semble que cette affaire des brevets de logiciels ait nettement reculé, ce dont le Conseil des ministres européen a pu tirer parti. Dans des termes abscons, et partiellement contradictoires, un texte a d'abord avalisé la brevetabilité (5114 La Commission européenne valide les brevets de logiciels du 19 mai 2004), puis un pas avait été fait en marche arrière, jusqu'à l'aval donné par le Conseil des ministres européen.

Les allers-et-retours, entre partisans et opposants au projet législatif, n'ont pas cessé, depuis fin 2003. Il est vrai que dès les premiers textes de synthèse ou proposition de directives, les documents étaient pour le moins opaques, interprétables à l'envi par les uns et les autres (cf. 2593 Brevets sur les logiciels : le Parlement européen a-t-il dit oui ou non? (06/10/2003). Comme s'il de ménager un peu tout le monde, alors que le débat de fond était autant idéologique qu'économique.

Pour résumer dans les grandes lignes, le débat contradictoire aura surtout mis en vis-à-vis, grosso modo, la version des grands éditeurs de logiciels (dont des Européens, alliés objectifs le plus souvent de leurs confrères américains) contre celle des petits développeurs. L'influence grandissante de l'univers Linux et de l'Open Source n'a pas manqué de rajouter une dramatisation des thèses anti-brevets.



Une belle manière d'exploiter les automobilistes...

Qui n'a jamais vu un paiement par carte bancaire refusé pour un petit montant ? La plupart des clients pensent à un problème technique ou informatique. Mais l'antenne nancéenne de l'UFC-Que choisir vient probablement de mettre au jour l'une des véritables raisons de ce désagrément, grâce au témoignage d'un jeune automobiliste. Les résultats de l'enquête menée par l'association de défense de consommateurs mettent en évidence un système de "dépenses fictives" sur les achats de carburant aux pompes automatiques.

"Les faits remontent à juin 2003. Cet étudiant avait un solde créditeur de 113,04 €. Il se rend dans une station-service automatique et met pour 29 € de carburant. Quelques jours plus tard, il remet 40 € dans une autre station en souhaitant régler au guichet. Le paiment est refusé, pourtant il n'a pas de découvert", raconte le président de l'UFC Nancy, Guy Grandgirard. Le porteur de la carte demande alors des explications à sa banque qui rétorque que "pour tout paiement aux pompes automatiques, un montant de 85 € est retenu pendant huit jours". Autrement dit, au moment de remettre de l'essence, le client possédait fictivement un solde insuffisant, d'où le rejet de la transaction.

Scandalisée, l'association se saisit du dossier et interroge toutes les banques. "Certaines n'ont pas répondu. Globalement, les sommes forfaitaires retenues vont de 70 € à 100 € selon les pompes. Et les délais avant déblocage, donc avant que vous puissiez utiliser cet argent, vont de quatre à trente jours selon les organismes", constate Guy Grandgirard, qui a cherché à savoir à qui revenait l'initiative d'une telle pratique.

La majorité des établissements, ainsi que le Groupement des cartes bancaires, ont souligné qu'il s'agissait d'une demande des pétroliers afin d'éviter les fraudes très importantes pour les achats de ce type. "Mais nous nous sommes également rendu compte que certains supermarchés, qui proposent leur propre carte de crédit, agissent de la même manière", poursuit le président qui précise qu'"il vaut mieux mettre une fois 45 € d'essence, plutôt que trois fois 15 € car la somme bloquée sera multipliée par trois !"
L'UFC-Que choisir de Nancy va désormais entamer un combat afin d'obtenir la suppression pure et simple de ces dépenses fictives et souhaiterait s'assurer que les "victimes de ce système" n'ont pas à payer de frais de découvert.

Source : Dimitri Rahmelow, Nancy - Meurthe et Moselle


Dans la famille Dassault je voudrais...

... Le Figaro, L'Express, L'Expansion, Mieux vivre votre argent... ou un autre des 70 titres du groupe.

Le marchand d'armes, Serge Dassault, vient de racheter à huit dirigeants de la Socpresse 5% supplémentaires du capital du premier groupe de presse français, faisant ainsi passer sa participation dans celui-ci de 82% à 87%
Il n'y a désormais plus que deux actionnaires de la Socpresse : Dassault et Aude Ruettard, petite-fille de Robert Hersant qui détient le solde de 13 % du capital.
Concernant l'interdiction faite aux journalistes du Figaro d'aller interviewer le président Algérien en Août dernier au sujet des ventes d'avions rafales, Serges Dassault a déclaré, devant la Société des rédacteurs : «Il y a quelquefois des informations qui nécessitent beaucoup de précautions. Il en est ainsi des articles qui parlent des contrats en cours de négociation. Il y a des informations qui font plus de mal que de bien. Le risque étant de mettre en péril des intérêts commerciaux ou industriels de notre pays.»
Alors la prochaine fois que vous achèterez un titre de la Socpresse, souvenez vous de ces "intérêts commerciaux ou indistriels", expression politiquement correcte pour "ventes d'armes" que vous soutenez par votre acte de consommateur averti...


Lavage de cerveaux à TF1

Décidément, le PDG de TF1, Patrick Le Lay, fait de remarquables efforts pour ressembler à sa marionnette des Guignols de l'Info. Interviewé dans un ouvrage intitulé Les dirigeants face au changement et qui vient de paraître (Editions du Huitième jour), il déclare qu' "il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective "business", soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit". Après ce constat, le discours de la méthode : "Pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible, c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible." Un tel cynisme est réjouissant. Tout simplement parce qu'il est bon d'entendre la vérité, même quand elle n'a rien de ragoûtant. Mais après tout, diront certains, il n'y a rien de choquant dans les propos de Patrick Le Lay : TF1 est une chaîne privée, qui ne vit donc pas d'argent public : elle est libre de faire ce qu'elle veut, et les téléspectateurs qui la regardent sont libres de se laisser conditionner. Mais il se trouve que la chaîne de télévision que dirige M. Le Lay a reçu son autorisation d'émettre et d'occuper l'espace hertzien - qui est limité par nature - au vu de critères d'intérêt public, notamment au plan informatif et culturel, qu'elle ne respecte pas et que l'autorité de tutelle, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), se garde bien de lui rappeler. TF1 s'est donc approprié un bien public pour un usage purement commercial et privé et n'en éprouve pas le moindre remords. Un tel cynisme est très représentatif de la dégradation de l'esprit public en France. Tels les augures à la fin de la République, à Rome, les politiciens et les oligarques détenteurs de privilèges ne peuvent se rencontrer sans éclater de rire, tant leurs affèteries démocratiques sont insincères et leur paraissent burlesques. Tout cela va mal finir !


La micropuce sous-cutanée pour les humains : la fin du mythe ?

Au Baja Beach Club de Barcelone, la carte VIP fait place à VeriChip, une puce électronique que l'on implante sous la peau. Avec elle, plus besoin de faire la queue ou de sortir sa carte de crédit puisqu'elle permet aussi de payer les consommations. Pour 125 euros, un médecin vous injecte dans le bras une capsule de la taille d'un grain de riz (long) à l'aide d'une seringue hypodermique. Mais on ne dit pas combien il vous en coûtera le jour où vous déciderez de changer d'ambiance, la puce n'étant pas biodégradable.

Source : Courrierinternational.com


Les effets inquiétants du maïs Monsanto 863

L'inquiétude de l'opinion face aux OGM a accru l'exigence des essais préliminaires aux autorisations. Depuis moins de deux ans, on sacrifie des rats nourris pendant 90 jours avec du maïs Monsanto 863, génétiquement modifié, pour évaluer son impact.
Ce maïs produit des protéines insecticides. Les résultats obtenus ont suffisament troublé les membres de la commission du génie biomoléculaire pour qu'elle reconnaisse ne pas être " en mesure de conclure à l'absence de risques pour la santé animale. Parmi les effets biologiques observés, la modification de la formule sanguine, l'augmentation du taux de sucre dans le sang chez les femelles et des anomalies rénales chez les mâles.
Malgré cet avis défavorable et au vu des mêmes éléments du dossier, l'Afssa a rendu un avis favorable au maïs Monsanto 863, considérant qu'il ne représente pas de risque nutritionnel ! Le comité scientifique européen de l'Efsa (Europeen food safety authority) a également prononcé un avis de mise sur le marché. Inquiétant, non ??

Source : Alternative Santé n° 312, juin 2004


Un air de neuf pour la musique

Les médias nous chantent tous le même refrain : le disque ne tourne pas rond. Faux ! La consommation de musique n'a pratiquement jamais été aussi forte. Même si elles ont diminué en 2003, les ventes de disque restent exceptionnelles : dans toute l'histoire du disque, il n'y a que trois années où les Français ont été plus gourmands de musique.
Surtout, les nouveaux talents sont au rendez-vous.
Ce sont d'ailleurs ceux que vous, adhérents de la Fnac, plébiscitez le plus souvent : Norah Jones, Vincent Delerm, Kyo... sur les dix meilleurs ventes de l'année, cinq sont des premiers albums.
La vérité c'est que l'accès à la musique est en pleine mutation. Le CD (qui avait chassé le vinyle) a pris un coup de vieux, mais c'est pour laisser une place croissante au DVD musical, à l'écoute en 5.1 et au téléchargement. Et la Fnac, naturellement, se mobilise pour vous faire profiter de ces nouvelles techniques [....]

Rodolphe Buet
Directeur du disque de la Fnac

Source : Odebi.org


Allemagne - Maïs transgénique tueur ?

Un fermier allemand suspecte le maïs Bt176 de Syngenta d'être responsable de la mort de plusieurs de ses vaches depuis 2001. Ce dernier a en effet cultivé de plus en plus de maïs Bt176 depuis 1997. Ses vaches sont tombées malades après avoir reçu pour nourriture la récolte de maïs 2000. Cinq vaches sont mortes en quatre mois et les autres ont eu une production de lait moins conséquentes. Des prélèvements de tissus ont été envoyés à l'Université de Göttingen pour analyse mais ont disparu sans explication. En octobre 2002 puis en 2003, sept autres vaches sont mortes malgré la décision de l'agriculteur d'arrêter la culture de maïs transgénique en février 2002. En avril 2002, Syngenta a accepté d'assumer les dommages pour la mort de cinq vaches alors même que la cause de leur mort n'a pas été établie. Les connaissances actuelles sur la toxicité de la protéine Bt ne sont pas claires bien qu'il soit établi que cette protéine puisse persister dans l'estomac des vaches, voire se retrouver dans le sol par le biais des déjections bovines. Aujourd'hui, aucune analyse n'est prévue, ni sur la cause de ces morts, ni sur la toxicité réelle de cette protéine. Le maïs Bt176 a été autorisé à la commercialisation en Europe en 1997 mais des pays comme l'Italie, l'Autriche et le Luxembourg en ont interdit l'utilisation. L'Allemagne en a également restreint l'utilisation en mars 2000 au seul domaine de la recherche sans pour autant exclure la possibilité de nourrir des animaux avec ce maïs. Malgré cette réglementation, l'association Greenpeace a découvert, en 2002, que des champs avaient été ensemencés avec du maïs Bt176, hors cadre d'essais en champs, ce qui a conduit à la destruction de ces cultures. Ce même maïs est actuellement cultivé en Espagne (environ 30 000 ha).


Comment le BCG a-t-il été rendu obligatoire ?


 » Cliquer pour agrandir ->

Cliquez sur l'image pour agrandir

Source : extrait du livre de René Bickel "Vaccination : la Grande Illusion". Vous pouvez aussi visiter son site


Coca-Cola light is (no) good !

Des milliers de G.I.'s, pendant la guerre du Golfe (et non de l'Irak), ont été victimes d'intoxications dues au Coca-Cola light. Les Coca-Cola light sont édulcorés à l'aspartame. Pendant les hostilités, les palettes de canettes étaient entreposées au soleil, chaud dans ces régions.
A partir de 33°C, l'aspartame devient du méthanol (alcool à brûler) très toxique, qui, ensuite, se dégrade en formaldéhyde (formol) encore plus toxique. Et que se passe-t-il dans l'estomac, à 37°C bien tassés ?
Bizarre, bizarre, l'aspartame a été inventé par... Monsanto, dans le cadre de la guerre chimique (acésulfamine de potassium). Depuis deux ans, des scientifiques et des médecins dénoncent sa dangerosité (diabètes graves et cancers du cerveau, Journal of Neurology and Experimental Neurology, 1996). Ils réclament son interdiction.
Et, cependant, il est toujours largement consommé dans 90 pays, et notamment par les jeunes par souci (erroné) de mincir.

Source : Votre santé n°45, juin 2003


Les singes préfèrent les bananes bio

Les singes et tapirs du parc zoologique de Copenhague préfèrent manger des bananes et autres fruits bio, laissant de côté toute autre nourriture traditionnelle.
"Pour une raison ou une autre, les tapirs et chimpanzés choisissent des bananes cultivées biologiquement plutôt que les autres. Peut-être qu'ils arrivent instinctivement à sentir la différence, et leur choix n'est absolument pas dû au hasard", a déclaré à la revue Oekologisk Jordbrug (Agriculture biologique), le gardien Niels Melchiorsen, préposé à la nourriture des animaux.
"Les chimpanzés sont notamment capables de discerner le bio du conventionnel. Si on leur offre des bananes bio et traditionnelles, ils prennent systématiquement les bananes écologiques, qu'ils mangent avec la peau", a-t-il souligné. "Ils épluchent en revanche les bananes classiques avant de les manger".
Le zoo de Copenhague, qui aspire à recevoir le "label vert" (écologique), a commencé l'année dernière à donner 10% de produits alimentaires bio à ses pensionnaires. Il vise cette année la barre des 15%, et espère atteindre jusqu'à 33% d'aliments écologiques en 2005.

Sources : site Ecobio Info


Vaccins: vingt ans de controverses sur l'aluminium

Les vaccins inactivés sont moins actifs quand ils ne sont préparés qu'avec la souche vaccinale. Aussi les fabriquants de vaccins utilisent-ils des adjuvants de l'immunités qui renforcent leurs actions. L'hydroxyde d'aluminium est le principal adjuvant utilisé aujourd'hui et on le trouve dans les vaccins contre l'hépatite A, l'hépatite B, la fièvre jaune et dans la plupart des vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la polio, qu'ils soient utilisés seuls ou en association avec d'autres vaccins (Pentacoq, Infanrix).
Pourtant, il y a plus de vingt ans que l'usage est discuté en raison de la toxicité de l'aluminium. Ce produit chimique est connu pour ses effets allergisants et certains chercheurs mettent en cause sa toxicité pour le système nerveux, le soupçonnant d'être l'une des causes de la maladie d'Alzheimer.
A l'époque où Pasteur Vaccins était un laboratoire de l'Institut Pasteur, ses chercheurs avaient mis au point un adjuvant à base de phosphate de calcium. Il y a quinze ans, une polémique avait éclaté entre les chercheurs de Pasteur et ceux de Mérieux à propos de la toxicité des adjuvants aluminiques. Peu après, les laboratoires Mérieux rachetèrent Pasteur Vaccins. L'affaire fut enterrée, les vaccins à base de phosphates de calcium disparurent et l'utilisation de l'hydroxyde d'aluminium fut généralisée. Il est aujourd'hui très difficile de se procurer des vaccins inactivés non adsorbés sur hydroxyde d'aluminium.

Sources : Alternative Santé


Lutter contre la pollution due aux produits d'hygiène féminine

Lorsqu'on pense à la pollution que représente ces produit non recyclable, on finit par se demander s'il existe une méthode pour s'en passer...

Dans nos pays industriels, nous sommes obligé de reconnaître que ces tampons hygiéniques ne disparaissent pas dans les toilettes. Ils seront filtrés par les stations d'épurations et incinérés, au mieux. Ou alors ils passent au travers des systèmes de filtration et finissent comme nourriture pour les poissons...
Pourtant il existe une alternative : la coupe menstruelle qui est une coupe en silicone ou en caoutchouc naturel qui s'utilise en interne comme un tampon, et qui recupère le flux menstruel. Il se présente et s'utilise comme un diaphragme contraceptif, se vide et se réutilise, ne laissant aucun déchêt polluant. La coupe menstruelle est simple d'utilisation et confortable. Et une seule coupe dure 10 ans. Chaque femme utilise 10 000 tampons ou serviettes hygiéniques durant sa vie, qui, non seulement finissent par coûter cher, mais créent une quantité importante de déchets polluants.
Il faut savoir que la coupe menstruelle est apparue sur le marché aux USA aux alentours de 1930, à peu près en même temps que les tampons Tampax. Mais à cette époque il était très très mal vu que les femmes touchent leur vagin, donc Tampax inventa l'applicateur pour résoudre ce problème. Des générations entières de femmes sont devenues dépendantes de ces produits d'hygiène féminine, permettant des profits énormes pour les fabricants. La coupe menstruelle, réutilisable, donc sans gros profits à l'horizon, ne pouvait résister dans ces conditions. Soixante dix ans plus tard, alors que nous comprenons enfin l'impact sur la planète de ces produits non recyclable que sont les produits périodiques, la coupe menstruelle refait son apparition.

Liens : Divacup & Mooncup

Source : « Shangri-la-la », Printemps 2003


Les bienfaits du chlorure de magnésium

Le magnésium est un élément qui a un rôle capital pour l'économie organique. L'homme dépérit quand le magnésium manque.
Malheureusement, l'agriculture ayant trop de carences en magnésium, la consommation des fruits et légumes verts n'est pas suffisante pour nous fournir du magnésium en abondance.
Le magnésium exerce des fonctions d'une importance insoupçonnée. Il est irremplaçable et indispensable au bon fonctionnement de l'organisme.
La prise quotidienne de chlorure de magnésium permet de rééquilibrer ces carences avec des effets spectaculaires sur notre santé.


Le Mythe de 14-18

Après l'entrée en guerre des USA en 1917, les Allemands qui avaient jusque là dominé le champ de bataille voient le 26 septembre 1918 leur front brisé par les troupes américaines.
Ludendorff fait une attaque cardiaque à la suite de cette première défaite allemande. A la demande du haut commandement allemand, le 5 octobre, le chancelier Maximilien de Bade informe le Reichstag qu'une armistice s'impose. Ignorant la France et la Grande Bretagne, le gouvernement allemand négocie et accepte les termes d'un armistice en quatorze points avec Wilson.
Les dirigeants britanniques et français sont furieux de voir l'Allemagne négocier unilatéralement avec les EU sur les bases d'un document pour lequel ils n'ont pas été consultés. Le 29 octobre 1918, le commandement américain informe la France et la Grande-Bretagne que si l'Allemagne accepte les termes de l'armistice et pas eux, les Etats-Unis négocieront tout simplement la paix directement avec l'Allemagne. Clémenceau demande alors si une paix séparée entre l'Allemagne et les Etats-Unis signifierait que le président américain laisserait la Grande-Bretagne et la France se faire écraser par les Allemands. La réponse est claire : "oui", et les alliés s'inclinent. C'est ainsi que le traité de paix américano-allemand devint traité de paix des alliés...

Sources : John Mosier, "The Myth of the Great War", Literary group ed., 2001, dans le Motus n°7 - Octobre 2001


Croyez-vous en la sorcellerie et la magie noire ?

Contrairement à une majorité de citoyens formatés à l'image rationaliste rassurante, sachez que les plus hautes instances mondiales non seulement prennent la magie noire au sérieux, mais que sa pratique est la condition sine que non pour accéder à des postes à hautes responsabilités.
Le livre de Sylvie Jumel ("La sorcellerie au coeur de la République"), qui ne révèle que 10% de l'ampleur du phénomène, confirme tout de même l'étendu planétaire de rituels dans les milieux politiques, industriels et sphères des "Grands de ce Monde".
On y découvre que la tendance mono-maniaque de certains hommes politiques les amènent à pactiser, à envoûter, à assister à des rituels morbides qui nous feraient sourire s'ils n'étaient pas entremêlés d'assassinats en tout genre.
Concernant ces pratiques, la Justice bornée et pilotée rationnellement n'y voit que du feu. Il est vrai que si ça existait, ça se saurait !

Sources : Motus n°14 - Décembre 2002


TVA sur les dons du sang

Chaque année, 1,6 million de Françaises et de Français offrent leur sang afin de venir en aide aux grands malades et aux grands accidentés.
Ce sang, les hôpitaux l'achètent aux centres de transfusion sanguine qui doivent l'analyser, le traiter et le séparer.
Jusque-là, tout rien d'anormal.
Là où ça cloche, c'est que l'Etat ose en profiter pour prélever sa dîme. Ainsi, ces opérations de retraitement sont-elles assujetties à une TVA de 2,1%.
Pourtant, l'éthique de l'Etablissement Français du Sang stipule que "Le sang et les produits sanguins ne peuvent être source de profit financier".
Tel que vient de le relever le journal "Sciences et Avenir", les hôpitaux peinent désormais à suivre financièrement pour maintenir à niveau les stocks sanguins qui leur permettent, chaque jour de sauver des vies.
Tout cela parce que l'Etat arrive à taxer le plus symbolique des dons : le sang...

Sources : Motus n°11 - Juin 2002


Les bienfaits de l'Argile Douce

Les qualités de l'argile verte s'expliquent en grande partie par sa structure physico-chimique. Sa richesse en sels minéraux et en oligo-éléments est telle que ses propriétés s'appliquent à l'organisme en fonction du terrain spécifique de chacun, à tous les âges de la vie.

Reminéralisante, absorbante, cicatrisante, anti-inflammatoire, antalgique, anti-congestive, il semblerait que l'argile possède avant tout une étonnante faculté d'adaptation spontanée au contexte qu'elle rencontre. Silice, aluminium, magnésium, calcium, fer, phosphore, sodium, potassium, cuivre, zinc, sélénium, cobalt, manganèse... Tel est l'exceptionnel palmarès naturel de l'argile verte. Une mine de micro nutriments indispensables à la vie ! Ceux-là même que chacun s'efforce d'absorber quotidiennement pour entretenir sa vitalité. L'importance de ces sels minéraux et de ces oligo-éléments est plus que jamais d'actualité à une époque où l'homme est soumis au stress de façon quotidienne. Savoir que l'efficacité de ces substances repose sur leur faculté à agir en synergie permet de comprendre encore plus précisément quelle puissante réserve minérale l'argile verte offre aux êtres vivants. Les uns avec les autres, au rythme d'alliances biologiques subtiles et scientifiquement vérifiées, sels minéraux et oligo-éléments de l'argile verte dispensent avec discernement leurs bénéfiques propriétés naturelles. Ces vertus exceptionnelles sont profondément optimisées lorsque l'argile est séchée au soleil.

Sources : Extrait du guide conseil de l'argile verte d'Argiletz


Les amalgames dentaires au mercure

Pas vraiment des médicaments, les plombages dentaires n'en sont pourtant quelquefois pas moins toxiques, car, contrairement à ce que laisserait entendre leur nom, ils ne contiennent pas de plomb... mais du mercure, allié à différents autres métaux (52% de mercure).

On a longtemps pensé que cet alliage constituait un composé stable et que le patient ne risquait rien. Malheureusement, la salive s'est avérée un dangereux corrosif, et des vapeurs de mercure finissaient par échapper de ces alliages, à raison d'un microgramme par jour et par surface.
Autrement dit, une personne ayant 10 plombages de trois surface chacun, avale quotidiennement trente microgramme de ce poison.

A ces doses, bien sûr, on peut parler d'intoxication au mercure.
Un dentiste américain (Dr Huggins) a recensé plus de 100 symptomes liés à cette sub-intoxication par faibles doses de mercure : anxiété, apathie, dépression, pertes de la mémoire, insomnie, irritabilité, hypertension, troubles de l'audition, angine de poitrine, maux de tête, colites, arthrite, etc...

Ajoutons, pour corroborer les consatatations du DR Huggins, que des cas de guérison spectaculaire ont été enregistrés après extraction de plombages.
Autosuggestion ? Peut-être, mais qui prendrait le risque de parier ?


Quels sont les matériaux à éviter pour la cuisson des aliments ?

Il faut éliminer tous les matériaux nuisibles ou de mauvaise qualité, préférer l'acier inoxydable, la fonte émaillée, l'acier vitrifié ou émaillé de qualité, le pyroflam, le pyrex, la terre cuite mate.

Eviter la cocotte à pression ou cocotte minute, non pas à cause de la qualité de ses matériaux mais parce que la cuisson se fait à trop haute température ce qui a pour effet de détruire une grande partie des vitamines et des sels minéraux. Lui préférer le cuit vapeur ou cuisson à étage en acier inoxydable 18/10 de préférence, qui permet de faire cuire les aliments à basse température. De plus, si les aliments ne sont pas de provenance biologique, ce procédé permettra d'éliminer une partie des engrais chimiques, fongicides ou pesticides qui seront captés par l'eau. Dans le cas de cuisson de viande ou de poisson, il y aura épuration des mauvaises graisses. Surtout ne pas consommer l'eau de cuisson.
Quant au Téfal, il est nuisible car lorsque le revêtement vieillit ou s'abime, il peut y avoir ingestion de téflon, produit toxique. Par précaution, il vaut mieux éviter de l' utiliser.
Il y a aussi la cocotte Römertopf en terre cuite qui permet aux aliments de cuire dans leur propre jus sans ajout de graisse et avec très peu de liquide. Les vitamines et les minéraux ne sont pas altérés. Mais attention aux imitations fragiles, aux ajustements imparfaits. Bien suivre les conseils d'utilisation.
Le seul inconvénient de ces ustensiles de bonne qualité, c'est leur prix. Ils sont en général assez chers.

Le Téflon ou Tefal qui recouvre le fond de votre poêle à frire est du PTFE, c'est à dire du Polytétrafluoréthylène, c'est à dire une "résine fluorée" ou du fluor mélangé à du plastique. (Paul Caldwallader)


Sommes-nous vraiment les plus évolués ?

Savez-vous que chez les fourmis on trouve :

  1. l'invention de l'agriculture et de l'élevage
  2. une répartition des tâches non imposées car les 2/3 de la fourmillière ne fait rien et est quand même nourrie.
  3. la transmissions de pensées-émotions par phéromones (chimiquement).
  4. une démocratie et non un pouvoir de la Reine qui se contente de pondre.
  5. la possibilités de se pêter la gueule en léchant certaines chenilles qui sont hallucinogènes.
  6. la création d'Empires et batailles intra-spécifiques tout comme chez l'homme.

La couleur du beurre

Les beurres d'été sont en général plus foncés en raison du carotène et de la chlorophylle contenus dans les herbages, alors que les beurres d'hiver sont plus pâles. Pour ne pas pertuber le consommateur, les industriels rajoutent des colorants dans le beurre pour qu'il soit de la même couleur toute l'année.

Les beurres issues de l'agriculture biologique en sont bien sûr exempt.


La douve du mouton (Fasciola hepatica)

La douve du foie est un vers plat qui prospère dans le foie des moutons. La douve se nourrit de sang et des cellules hépatiques, grandit puis pond ses oeufs.
Mais les oeufs de douve ne peuvent pas éclore dans le foie du mouton.
Tout un périple les attend.
Les oeufs quittent leur hôte par les excréments. Ils se retrouvent alors dans le monde extérieur, froid et sec. Après une période de murissement, ils éclosent pour laisser sortir une minuscule larve.
Laquelle sera consommée par un hôte : l'escargot. Dans le corps de l'escargot, la douve se multipliera avant d'être éjectée dans les mucosités que crache le gastéropode en période de pluie.
Ces mucosités, en forme de grappes de perles blanche, attirent fréquemment les fourmis. Elles ne demeurent pas longtemps dans le jabot social des fourmis. Elle en sortent en le perçant de milliers de trous, le transformant en passoire qu'elles referment avec une colle qui durcit et permet à la fourmis de survivre à l'incident (sic!). Puis les douves circules à l'intérieur du corps de la fourmi, alors que rien à l'extérieur ne laisse présager le drame interne. Les douves sont maintenant adultes et doivent retourner dans le foie du mouton pour compléter leur cycle de croissance.
Le problème, c'est que les fourmis font leur travail le matin, à raz-le-sol, bien à l'abris des bouches de moutons qui broutent le haut des herbes.
Dès l'instant où cette unique larve de douve s'implante dans son cerveau, le comportement de la fourmis se modifie : le soir, alors que toutes les ouvrière dorment, les fourmis contaminées par les douves quittent leur cité. Elles avances en somnambules et montent aux cimes des herbes pour y être présent au petit jour !
Mais attention ! La douve n'envoie pas la fourmi sur n'importe quelle herbe, celle que préfèrent les moutons : luzernes et bourses-à-pasteur !

Vous trouvez cet organisme épatant ? Cliquez pour voir à quoi il ressemble :)


La vitamine C

Incapable de synthétiser la vitamine C, le corps humain dépends entièrement des apports extérieurs. Cette vitamine, qui intervient dans la plupart des métabolismes, est un pilier du système immunitaire.

Jadis, le fort taux de mortalité par maladies infectueuses était lié aux carences en vitamines C, associées aux carences en protéines, sans oublier l'hygiène défectueuse, la peur etc...
Il est curieux de constater que les malades des hôpitaux sont carencés en vitamines C (nourriture proche de zéro), alors que les infections y font tant de ravages (officiellement 10.000 décès par an, plus que les accidents de la route). Il suffirait de suppléer les malades en vitamine C naturelle (associé avec du magnésium) et de ne plus donner d'antibiotiques n'importe comment, pour voir cette mortalité chuter de façon spectaculaire.

Source : Information provenant de l'ouvrage de René BICKEL, "Les chemins de la souveraineté individuelle"




14/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres