LOCTOPUSVOITOU

NDDL - Médiateurs nommés par Matignon...

Notre-Dame-des-Landes : de nouveaux médiateurs nommés par Matignon


 
De gauche à droite : Edouard Philippe, Elisabeth Borne, Nicolas Hulot, Gerard Feldzer, Michel Badre et Anne Boquet, devant l'Hôtel de Matignon le 1er juin. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Trois médiateurs de la société civile ont été nommés par Matignon pour mettre un point final au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes -et ce, d’ici décembre.

La saga de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes devrait prendre fin en décembre. Trois nouveaux médiateurs ont été désignés jeudi par Matignon pour débloquer le dossier d’ici la fin de l’année, et enfin clôturer le projet vieux de plus de 50 ans.

Le projet aéroportuaire remonte en fait à 1963, et fait face à une opposition organisée depuis 1972. Il a été réactivé en 2000 sous le gouvernement de Lionel Jospin et déclaré d’utilité publique en 2008. Les travaux n’ont cessé d’être repoussés depuis en raison des controverses. Les écologistes n'en veulent pas et même L’UDI de Jean-Louis Borloo s’est opposée au projet sous le gouvernement Ayrault. Du côté de la société civile, un sondage Odoxa de février 2016 montre que l’opinion publique y est majoritairement défavorable à l’échelle nationale. Mais un référendum local organisé le 26 juin 2016 a vu le «oui» au projet l’emporter avec 55,17% des voix, contre 44,83 % pour le «non».

 

A lire : Notre-Dame-des-Landes : les écolos mauvais perdants

 

Selon le Syndicat Mixte Aéroportuaire du Grand Ouest, le coût du projet s'élèverait à 561 millions d'euros. Une somme contestée par ses opposants, qui évoquent plusieurs milliards d'euros.

Nicolas Hulot veut "remettre les choses à plat"

Le dossier Notre-Dame-des-Landes a traversé tout le quinquennat de François Hollande et divisé son gouvernement. Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, y était notamment opposée, alors que le Premier ministre Manuel Valls y était favorable. Emmanuel Macron a mis un terme à cette opposition en nommant au Nicolas Hulot ministre de la Transition écologique et solidaire dans le gouvernement Edouard Philippe.

L'ex-animateur s’est prononcé dès 2012 contre le projet d’aéroport du Grand Ouest à Notre-Dame-des-Landes. En janvier 2016, il avait décliné la proposition de François Hollande d’entrer au gouvernement à cause notamment d’un désaccord sur ce sujet. Après la consultation populaire en juin 2016, il se disait sur Europe 1 «profondément attristé» par le résultat mais acceptait le résultat des urnes : «On ne peut pas demander d'aller voter et si le résultat ne vous plaît pas, ne pas en tenir compte. J'en prends acte […] Les gens ont massivement voté pour le oui. Au gouvernement maintenant de prendre ses responsabilités.»

Devenu membre du gouvernement Philippe, il a promis le 28 mai dans un entretien au «JDD» de «remettre les choses à plat» pour Notre-Dame-des-Landes. «Il y aura un temps –six mois– pour une médiation, a-t-il affirmé. Je suis intimement convaincu qu'il y a de possibles alternatives à Notre-Dame-des-Landes.»

 

A lire : Les opposants investissent la ZAD en tracteur

Les nouveaux médiateurs, une nomination polémique

Cette médiation reposera sur trois membres de la société civile : Gérard Feldzer, un ancien pilote de ligne et proche de Nicolas Hulot, Michel Badré, un ingénieur membre du Conseil économique, social et environnemental, et une préfète, Anne Boquet. Matignon leur a accordé un délai court : les médiateurs devront trouver une solution d’ici le «1er décembre au plus tard».

Le choix des médiateurs est loin d’avoir fait l’unanimité chez les protagonistes du projet. L'ONG France Nature Environnement s'est ainsi félicitée de la désignation de la mission de médiation et de «la complémentarité des profils des trois personnes désignées», et a demandé à «être reçue rapidement» par les médiateurs. Mais du côté des pro-aéroport, l’association Des ailes pour l’Ouest a rejeté la médiation, qu’elle a qualifié de «mascarade». Selon elle, Gérard Feldzer et Michel Badré seraient «deux opposants notoires» au projet. Elle a donc renouvelé «sa demande d'entretien de toute urgence avec le Premier ministre».

Ce mot de «mascarade» a été repris par Bruno Retailleau, sénateur Les Républicains et président du Syndicat mixte aéroportuaire (SMA), qui regroupe les collectivités soutenant le nouveau projet d'aéroport. «Si le gouvernement ne me donne pas des garanties sérieuses sur la neutralité de cette médiation, je ne me rendrai pas à cette réunion», a-t-il menacé.

Les trois médiateurs ont été reçus jeudi en fin d'après-midi par le Premier ministre Edouard Philippe, Nicolas Hulot et la ministre des Transports Elisabeth Borne. «Cette mission de médiation envisagera toutes les solutions allant dans le sens de l’intérêt général, dans un dialogue apaisé avec les acteurs et dans le respect de l’ordre public», a indiqué Matignon dans un communiqué.

 

Paris Match|Marine Jeannin

 

http://www.parismatch.com/Actu/Politique/Notre-Dame-des-Landes-de-nouveaux-mediateurs-nommes-par-Matignon-1275809#xtor=AL-23



03/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres