LOCTOPUSVOITOU

Ouverture des magasins le dimanche...

                               

                         Ouverture des magasins le dimanche...

   Le pouvoir d'achat des ménages ne dépend pas de l'horaire d'ouverture des commerces ; c'est une valeur fixe. Mais la répartition de cette valeur entre les commerces dépend étroitement des plages horaires d'ouverture. On voit donc que les commerces qui souhaitent ouvrir le dimanche demandent benoîtement à ce que leurs revenus augmentent… au détriment de ceux qui ne peuvent pas ouvrir. L'ouverture du dimanche favorise donc la concentration du capital. Chacun a à faire son choix : être pour ou contre l'ouverture le dimanche, c'est être pour ou contre la concentration du capital !

   Prenons l'exemple de Bricorama. La célèbre chaîne de magasins de bricolage, qui n'a pas le droit d'ouvrir le dimanche en région parisienne, conteste que ses concurrents, Leroy-Merlin et Castorama, puissent le faire. L'affaire va en justice, et Bricorama perd ! Surprise ? Eh bien pas vraiment ! Il suffit de comparer les chiffres d'affaires : Bricorama : 732 millions d'euros ; Leroy-Merlin : 5,5 millards ; Castorama : 3,3 milliards ! Il est clair que pour la justice aussi, l'ouverture du dimanche est une question de concentration du capital… et elle est pour !

   Mais ces questions d'ouverture du dimanche ont un autre volet, syndical celui-là, et il n'est pas très glorieux ! Certes, nombre de syndicats résistent, comme par exemple les cinq UL CGT du Bassin Minier Ouest. Mais où sont donc les confédérations ? Elles laissent, quasiment sans réagir, les patrons manipuler les salariés qui viennent dire : « on ne gagne pas beaucoup, alors travailler le dimanche, ça met du beurre dans les épinards ! ». Et ces étudiants d'expliquer devant des caméras compatissantes que « le dimanche, c'est le seul jour où on peut travailler… parce que les bourses ne volent pas très haut ! ». Et on voit des salariés, avec tee-shirts et banderoles fabriqués par le service com de la maison, manifester sur les Champs-Élysées. Il n'y a pas problème, là ? Les salaires bas, le temps partiel, les bourses de misère, ça ne demande pas une expression syndicale, des explications, des commentaires, une prise de position, une mobilisation ?

   Les syndicats, et surtout leur direction, permettent d'intégrer le prolétariat dans la société capitaliste à travers des aménagements, et ce afin de contenir la colère des exploités. Pour Léon de Mattis, auteur de « mort à la démocratie », « le patronat et l'État se cherchent toujours des interlocuteurs pour représenter ceux qui luttent contre eux. Ils savent que c'est la meilleure manière d'en stériliser la puissance potentielle. Or, il n'y a aucune permission à demander avant de s'opposer en actes aux décrets du pouvoir qui nous oppresse. La sédition n'a pas besoin de se justifier. Elle est en elle-même sa propre justification ». Difficile de lui donner tort…


Lire aussi :
» Écartelé entre emploi et social, Ayrault crée... une mission
» 14 magasins Leroy Merlin et Castorama ouverts malgré l'interdiction
» Birenbaum bashe les bricoleurs, les bricoleuses
» BLOG - "La loi sur le travail dominical est un des vrais échecs de la précédente majorité"




Travail du dimanche: "Les bricoleurs du dimanche", financés et encadrés par Leroy Merlin et Castorama

Un slogan accrocheur ("Yes week-end"), une identité visuelle aboutie, des porte-parole efficaces, des t-shirts, des banderoles, des affiches... vous y aurez difficilement échappé ces derniers jours alors que la polémique sur le travail dominical mobilise les plus hautes sphères de l'État.

Créé en décembre 2012, le collectif "Les bricoleurs du dimanche" regroupe des salariés de Castorama et de Leroy-Merlin "pour mobiliser l'opinion publique et faire bouger le gouvernement". Dans les médias ou dans leurs magasins, ces salariés-militants multiplient les interventions pour dire tout le mal qu'ils pensent de l'interdiction du travail dominical.

Cette communication est évidemment soutenue par les directions des deux enseignes. Mais au-delà du soutien moral, c'est une véritable assistance pratique et financière que les deux enseignes, main dans la main pour l'occasion, procurent à leurs salariés.

La suite sur : http://www.huffingtonpost.fr/2013/09/30/leroy-merlin-castorama-collectif-bricoleurs-travail-du-dimanche-communication_n_4015571.html

 



08/12/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres