LOCTOPUSVOITOU

Palmarès 2014 des salaires des patrons ...



            CES GENS LA TROUVENT QUE NOUS COUTONS TROP CHER ...

  Ils veulent un sous-smic pour les jeunes, bloquent les augmentations de salaires et les pensions de retraites, spéculent sur le chômage qu'ils organisent et parlent de CRISE pour nous faire tenir tranquille
   Alors que ce gouvernement lâche encore du lest à Gattaz, le chef des patrons !!!!
   Luttons pour une répartition des richesses équitable.
   jl vt

                                                   *************************

   Le palmarès 2014 des salaires des patrons

Source : Capital.fr
 Mis à jour le 07/04/2014 à 19:33
    La crise ? Pas pour le CAC 40 !

 Si les entreprises se montrent chiches d'augmentations de salaires, nombre de grands patrons ont vu, eux, leur fiche paie grimper en flèche l'an dernier.
 Le record revient à Thierry Breton, le patron d'Atos, qui a vu bondir ses émoluments de 74,5%, à 4,9 millions d'euros. Ceux de Nonce Paolini, à la tête de TF1, ont progressé de 40,4%, à 2,1 millions d'euros, comme le montre notre classement des salaires des grands patrons ci-dessous.

  Pour réaliser ce palmarès, nous suivons les publications des documents de références des 120 plus grandes sociétés cotées à la Bourse de Paris et épluchons les rémunérations de leurs dirigeants. Pour cela, nous prenons en compte le salaire fixe, le variable, les extras (jetons de présence, avantages en nature, voire certaines rémunérations complémentaires comme des primes exceptionnelles). Ce à quoi nous additionnons les stock-options et actions gratuites attribuées au titre de l'année 2013 (ou de l'exercice 2012-2013 pour les firmes publiant leurs comptes de manière décalée).

   Nous publions la première mouture de notre classement,

 Le P-DG le mieux payé est Christopher Viehbacher, à la tête du groupe pharmaceutique Sanofi, avec 8,6 millions d'euros (+15,6% sur un an), dont plus de la moitié en actions et stock-options. L'équivalent de… 500 années de Smic !

  Il devance de peu Jean-Paul Agon, le P-DG de L'Oréal et ses 8,5 millions d'euros (+8,9%).

  Bernard Arnault, le boss du géant du luxe LVMH, a récolté de son côté un peu plus de 8 millions et complète le podium (-16,1%).

  Dans les entreprises où l'Etat est actionnaire, on est loin des 450.000 euros annuels imposés aux patrons du secteur public.

  Carlos Ghosn, aux commandes de Renault, par exemple, a certes vu sa rémunération glisser de plus de 20%, mais celle-ci s'affiche tout de même à 2,7 millions d'euros. Et encore, ce montant ne prend pas en compte les émoluments versés par le japonais Nissan, dont il est aussi le patron. En 2012, la firme nippone l'avait gratifié de près de 9 millions d'euros. Pas mal pour un secteur à la peine…

  A noter : il est possible de trier ces données. Pour cela, il vous suffit de cliquer sur le titre de chaque colonne (Dirigeant, Entreprise, Rémunération totale, Fixe + Variable + Extras, Actions/Stock-Options).

          Le palmarès 2014 des salaires des grands patrons :


Dirigeant Entreprise Rémunération Totale Dont Fixe + Variable + Extras Dont Actions/Stocks-options Evolution sur un an (3)
Viehbacher Christopher Sanofi 8 648 326 € 2 964 976 € 5 683 350 € 15,6%
Agon Jean-Paul L'Oréal 8 517 300 € 4 022 500 € 4 494 800 € 8,9%
Arnault Bernard LVMH 8 070 873 € 3 575 539 € 4 495 334 € -16,1%
Castries (de) Henri Axa 5 323 146 € 3 538 114 € 1 785 032 € 12,5%
Margerie (de) Christophe Total 5 273 592 € 3 543 672 € 1 729 920 € 7,3%
Kessler Denis Scor 5 134 250 € 2 562 500 € 2 571 750 € 10,4%
Breton Thierry Atos 4 941 034 € 2 690 261 € 2 250 773 € 74,5%
Tricoire Jean-Pascal Schneider Electric 4 716 500 € 2 377 100 € 2 339 400 € 14,7%
Hennequin Denis (parti le 23/04/13) Accor 4 690 803 € 4 268 803 € 422 000 €
Potier Benoît Air Liquide 4 559 800 € 2 602 800 € 1 957 000 € 3,6%
Riboud Franck Danone 4 375 058 € 2 492 645 € 1 882 413 € -19,2%
Pilenko Thierry Technip 4 032 246 € 1 765 341 € 2 266 905 € -15,9%
Chalendar (de) Pierre-André Saint-Gobain 3 729 912 € 2 017 412 € 1 712 500 € 14,0%
Oudéa Frédéric Société générale 3 675 745 € 2 711 995 € 963 750 € 9,5%
Hermelin Paul (nommé le 24/05/12) Capgemini 3 512 285 € 2 606 500 € 905 785 €
Bonnafé Jean-Laurent BNP Paribas 3 440 375 € 3 440 375 € 0 € 8,1%
Lafont Bruno Lafarge 3 210 000 € 1 890 000 € 1 320 000 € -13,7%
Sagnières Hubert Essilor 3 176 205 € 1 655 205 € 1 521 000 € 5,7%
Aschenbroich Jacques Valeo 3 031 740 € 2 131 740 € 900 000 €
Combes Michel (nommé le 01/04/13) Alcatel-Lucent 2 884 100 € 1 516 500 € 1 367 600 €
Mestrallet Gérard GDF Suez 2 849 533 € 2 219 533 € 630 000 € -5,2%
Ghosn Carlos Renault 2 723 262 € 2 723 262 € 0 € -21,7%
Cuvillier Christophe (nommé le 25/04/13) Unibail-Rodamco 2 337 290 € 1 844 275 € 493 015 €
Charlès Bernard Dassault Systèmes 2 235 684 € 2 235 684 € 0 € 3,1%
Chifflet Jean-Paul Crédit agricole 2 140 439 € 2 140 439 € 0 € 38,8%

Affichage des lignes 1 à 25 sur 42

(1) Exercice clos le 30 juin 2013
(2) Exercice clos le 31 mars 2013
(3) Les cases vides correspondent à des patrons nommés ou partis au cours de l'année 2012 ou 2013, dont l'évolution de la rémunération n'est pas pertinente.

Thomas Le Bars

© Capital.fr

                                        *********************************

         Les augmentations de salaires seront médiocres en 2014


 Les salariés ne doivent pas s'attendre à des augmentations phénoménales de leur fiche de paie cette année. Vu la faiblesse de la croissance, la plupart des entreprises françaises vont se montrer encore plus chiche qu'en 2013, si l'on se fie aux prévisions des différents cabinets spécialisés dans le conseil en ressources humaines, publiées ces derniers jours.

 Ainsi, la moitié des 350 sociétés interrogées par Altedia ont revu à la baisse leur enveloppe dédiée aux revalorisations salariales, contre seulement 16% l'ayant augmenté. Au final, les augmentations ne devraient pas dépasser 2% en moyenne, voire 1,5% dans le seul secteur de la logistique et du transport, d'après ce cabinet.

 Même son de cloche chez Hay Group, qui prévoit lui aussi des hausses de l'ordre de 2%. Cela représenterait un net ralentissement par rapport à 2013, alors que les revalorisations avaient déjà été médiocres l'an dernier, entre 2,3% (pour les cadres dirigeants et les non-cadres) et 2,4% (pour les cadres).

 Aon Hewitt, de son côté, est un peu petit peu plus optimiste, avec une hausse moyenne de 2,5% cette année. Néanmoins, le cabinet a révisé en baisse son estimation, qui était de +2,8% en août dernier. Un recul lié au fait que l'inflation a été bien moins importante que prévu (0,9% sur l'ensemble de l'année, contre 1,8% anticipé dans le cadre du projet de loi de finances 2013).

 Dans tous les cas, comptez davantage sur une augmentation individuelle que sur une revalorisation générale. Les entreprises privilégient en effet de plus en plus ces récompenses au cas par cas, en particulier pour les cadres et les cadres dirigeants. Un moyen de récompenser et fidéliser leurs meilleurs éléments sans pour autant faire bondir la masse salariale.

© Capital.fr
http://www.capital.fr/carriere-management/actualites/les-augmentations-de-salaires-seront-mediocres-en-2014-910702
Source : Capital.fr
13/02/2014


17/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres