LOCTOPUSVOITOU

Rémunération globale des patrons ...

 

Les revenus des grands patrons français ont grimpé de 20% en 2015

 

La rémunération globale des patrons des 120 plus grandes entreprises françaises cotées a atteint 3,5 millions d'euros en 2015, en hausse de 20% par rapport à 2014, selon le cabinet Proxinvest.

                            Cinq d'entre eux ont touché plus de 10 ME...

 

    Les revenus des grands patrons français ont grimpé de 20% en 2015

 

Crédit photo © Sanofi

(Boursier.com) —

 

Les revenus des grands patrons français ont atteint des records en 2015...

 

En moyenne, les dirigeants des 120 sociétés composant l'indice boursier SBF 120 ont touché 3,5 millions d'euros l'an dernier, une hausse de 20% par rapport à 2014.

 

Ces chiffres, publiés par le cabinet de conseil aux investisseurs Proxinvest, comprennent tous les types de rémunération: salaire fixe, bonus annuel, jetons de présence, avantages en nature, stock-options et actions gratuites de performance à leur date d'attribution, intéressement en numéraire et autres formes indirectes de rémunération.

 

Des rémunérations déconnectées des performances financières des sociétés

Pour les plus grosses sociétés, celles composant le CAC 40, la rémunération moyenne atteint 5 millions d'euros, en hausse de 18% par rapport à 2014. Proxinvest souligne dans son rapport annuel sur les rémunérations que ce montant excède désormais la rémunération maximale socialement acceptable, que le cabinet a fixé à 240 fois le SMIC (4,8 ME).

 

Le cabinet souligne aussi que les performances économiques des entreprises observées en 2015 "semblent justifier certaines réserves sur l'ampleur de l'augmentation et sur les niveaux observés".

Ainsi, l'indice CAC 40 aura vu des performances contrastées en son sein... Globalement, l'indice a grimpé de 8,5% en 2015, alors que le chiffre d'affaire cumulé de ses membres a baissé de 3%, le résultat opérationnel cumulé a reculé de 7% et les bénéfices nets cumulés ont cédé 11%, explique Proxinvest.

 

Les patrons de Sanofi, Rubis et Renault en trio de tête

Pour la première fois depuis 2005, les rémunérations des 5 patrons les mieux payés ont dépassé 10 millions d'euros par an.

Le Directeur Général de Sanofi, Olivier Brandicourt, arrive en tête avec 16,8 ME, dont 7,2 ME de "primes de bienvenue" octroyées sous la forme d'indemnités et d'actions gratuites de performance.

 

Gilles Gobin, fondateur de Rubis, est deuxième avec 16,4 ME, incluant la quote-part d'un dividende d'associé commandité égal à 3% de la hausse de la capitalisation boursière sur l'année...

 

Carlos Ghosn, le PDG de Renault et de Nissan est troisième du classement avec un revenu de 15,6 ME. Il est le seul patron français à cumuler une double rémunération non validée par ses actionnaires, qui l'ont rejetée lors de l'assemblée générale.

 

4ème du classement, Bernard Charlès, Directeur Général de Dassault Systèmes, a vu sa rémunération totale augmenter de 31% et atteindre 14,1ME,

tandis que Jean-Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric, arrive, malgré une année 2015 décevante, en cinquième place du classement avec 10,4 ME, une hausse de 86%. Ce bond s'explique essentiellement par le versement à M. Tricoire d'une compensation financière liée à l'abandon de son régime de retraite supplémentaire...

 

Le "Say On Pay" devrait devenir contraignant d'ici à 2018

L'introduction depuis 2013 d'un vote consultatif des actionnaires en assemblée générale sur la rémunération ("Say On Pay") ne semble donc pas avoir eu d'effet modérateur sur la rémunération des dirigeants, en particulier sur les éléments variables et exceptionnels, qui ont explosé. Pourtant, lors des Assemblées générales, les investisseurs ont exprimé leur préférence pour des rémunérations modérées.

Ainsi, relève Proxinvest, les trois rémunérations du CAC 40 les plus élevées (Sanofi, Renault, Schneider Electric) ont obtenu les scores d'approbation les plus faibles, respectivement 63%, 46% et 58%.

A l'inverse, les quatre plébiscites les plus élevés du CAC 40 ont été obtenus dans des sociétés ne dépassant pas 2 ME de rémunération totale (Bouygues, Orange, Legrand, Klépierre).

 

Blocage des Assemblées

En 2015, pour la première fois en France, des assemblées générales ont refusé d'approuver la rémunération totale de leur dirigeant...

C'est le cas de celle de Carlos Ghosn (Renault), de Patrick Kron (ex-Alstom) et des dirigeants de Solocal.

Ces rejets n'ont cependant pas de conséquence juridique, le Say on Pay n'étant que consultatif...

Cette situation devrait cependant changer à partir de 2017, car le Parlement vient d'adopter dans le cadre de la loi Sapin 2, une mesure visant à donner aux actionnaires le pouvoir effectif de s'opposer aux rémunérations excessives des dirigeants d'entreprises cotées.

Une fois la loi promulguée (avant la fin de l'année en principe), les actionnaires se prononceront dans un premier temps, en 2017, sur les critères de détermination, de répartition et d'attribution des rémunérations fixe, variable et exceptionnelle. Et l'année suivante, en 2018, ils pourront s'exprimer sur les montants effectivement attribués et leur accord deviendra contraignant pour pouvoir verser les rémunérations...

— ©2016, Boursier.com

http://www.boursier.com/actualites/economie/les-revenus-des-grands-patrons-francais-ont-grimpe-de-20-en-2015-33561.html?fil74

 



11/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres