LOCTOPUSVOITOU

Trump, héros de Macron, un siècle après…

 

   Il y a cent ans, les Américains débarquaient. Un extrait du film « Howard Zinn, une histoire populaire américaine »

     Trump, héros de Macron, un siècle après…

Le

 

 
 
 
L'entrée en guerre des Etats-Unis par lesmutins.org

Pour le 14 juillet, Macron invite son ami Trump, histoire de célébrer l’entrée en guerre des États-Unis, au printemps 1917.

Il y a juste un siècle, Zorro est arrivé, les méchants ont perdu, et la paix est revenue grâce au sacrifice héroïque des braves Américains.

Pour ceux qui auraient des doutes sur cette version de l’histoire, voici un extrait de notre film, HOWARD ZINN, UNE HISTOIRE POPULAIRE AMÉRICAINE.

Pour ZINN et quelques autres, cette guerre fut surtout une formidable aubaine pour le capitalisme américain…

« Une baïonnette est une arme avec un travailleur à chaque extrémité. » Ainsi parlait le socialiste Eugene V. Debs avec ceux qui, aux États-Unis, dénonçaient dès 1914 cette « guerre capitaliste ».

 

Jusqu’en 1917, l’Amérique resta vertueusement neutre, ce qui lui permit de faire de bien juteuses affaires avec les pays engagés dans la grande boucherie.

Mais au début 1917, le vent s’est mis à tourner et l’engagement dans la guerre s’est imposé.

Mais avec quelle armée ? Malgré l’énorme propagande pour convaincre les jeunes Américains d’aller se faire trouer la peau en Europe, les candidats ne se bousculaient pas et il fallut avoir recours à la conscription.

Il y avait urgence. Début 1917, la révolution russe mettait un bâton dans la roue de la fortune. La Russie sortant de la guerre, l’Allemagne pouvait se désengager du front de l’Est et se trouvait donc renforcée. La victoire semblait à sa portée face à une France épuisée .

Jusque là, tout avait été bénéfique pour les États-Unis, cette guerre était une aubaine autant pour la finance que pour l’industrie américaine.

De 1914 à 1917, la production industrielle avait augmenté de 32 %, et le PNB de 20 %.

Les banquiers – J.P. Morgan en tête – finançaient la guerre par des prêts énormes aux pays de l’Entente, des prêts qui encourageaient la poursuite de la guerre.

Des voix s’élevaient pour la suspension de ces prêts afin de « sauver des vies humaines », et pas seulement les voix de la gauche et des pacifistes.

 

Si la guerre a besoin des banques, c’est d’abord les banques qui ont besoin de la guerre.

 

Le secrétaire d’État William Jennings Bryan était opposé au soutien financier aux États en guerre, dès août 1914, il voulut interdire les prêts aux belligérants.

Il déclara au président Wilson : « Le refus de prêts aux belligérants aurait naturellement tendance à hâter la conclusion de la guerre. »

Inutile de dire que son conseil ne fut pas suivi, il finit d’ailleurs par démissionner.

La crainte de ne pas récupérer les prêts consentis et leurs avantages, en cas de défaite, fut la raison essentielle de cette entrée en guerre.

54 000 jeunes Américains y laissèrent leur vie, et autant moururent d’accident ou de maladie.

 

À la fin, en 1918, les États-Unis étaient devenus la première puissance mondiale – devant l’Europe –, et allaient devenir aussi « l’arsenal de la démocratie ».

 

Welcome Mister Trump !

Daniel Mermet

Howard Zinn, une histoire populaire américaine (Les Mutins de Pangée, 2015)

 



21/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres