LOCTOPUSVOITOU

Vitamine D et cancer de la Prostate

                              Vitamine D et cancer de la Prostate


Forum sur la Prostate (Volume 9 -2)

 

Points à discuter :
La Vitamine D est devenue un sujet d’intérêt et à la fois dans le domaine général de la santé que dans
l’étude de la santé de la prostate. Mais quand on en vient aux suppléments il est important de se rappeler
qu’au Forum sur la Prostate nous avons considéré que tous les outils disponibles présentant un aspect
bénéfique pour la santé étaient équivalents et que ce n’était pas différent pour les suppléments. En fait il
est réconfortant de savoir qu’il y a de simples modifications du régime alimentaire que vous pouvez
entreprendre qui peuvent avoir une influence considérable sur votre santé et si vous êtes dans le contexte
d’une maladie potentiellement mortelle, telle que le cancer de la prostate, vous pouvez vous soumettre à
un type de style de vie qui a le pouvoir potentiel de vous permette de vivre plus longtemps et d’améliorer
votre qualité de vie.
Alors que nous avons examiné complètement la vitamine D et son rôle dans le contrôle du cancer de la
prostate, particulièrement pour les hommes Africains américains et d’autres peuples de couleur, il y a eu
des avancées majeures lors des années passées dans notre compréhension du rôle de la vitamine D. Ceci
a conduit à une conférence NIH récente sur la vitamine D et à beaucoup de discussions sur le cancer de la
prostate dans les groupes de discussion sur le Web. Aussi considérons nous qu’il est temps pour nous de
passer en revue ces découvertes. Dans cette démarche, nous discuterons de la vitamine D et de ses liens
spécifiques avec le cancer de la prostate. Nous discuterons aussi de ce facteur et de son application à la
santé en général, lors de la publication en mai de « Vivre plus longtemps, vivre mieux ».
Tout d’abord les opinions ont beaucoup évolué sur les doses journalières nécessaires. La dose journalière
recommandée de 400 UI était basée sur la dose pour éviter le rachitisme. Naturellement, ces études
concernaient les jeunes enfants et c’était une énorme erreur, pour les autorités officielles en fonction de
penser que cette dose était adéquate pour des adultes. Il est toujours risqué de mettre en exergue un seul
document pour changer tout un domaine, mais il y a actuellement un papier publié en 1999 dans le journal
de la nutrition clinique par Reinhold Vieth de Toronto, Canada, qui a révolutionné la façon de voir le rôle de
la vitamine D. Dans cet article, Vieth avançait que la dose journalière de 400 UI n’était pas adéquate.
Cependant, la vitamine D est bien connue pour sa capacité à prévenir le rachitisme chez les enfants, et
aussi pour réduire le risque d’ostéoporose, diabètes, maladies de coeur, faiblesse musculaire, bien d’autres
maladies. Vieth a souligné que les hommes exposés au soleil, peuvent fabriquer, très rapidement,
d’énormes quantités de Vitamine D bien au-delà de 400 UI. En fait, après 20 minutes d’exposition au soleil
d’été les individus produisent jusqu’à 20000 UI. Il est aussi clair que les gens ne développent pas d’effets
toxiques à la suite d’une exposition au soleil d’été, aussi pouvons nous supporter des quantités de Vitamine
D bien supérieures à un simple dose de 400 UI. Vieth aussi argumenté sur le fait qu’il était peu probable
que nous ayons développé cette capacité de production de Vitamine D si nous n’en avions pas besoin. La
nouvelle interprétation de cette capacité de production est la suivante : les hommes ont la faculté de
produire de grande quantité de Vitamine D en été et de stocker les excès dans les tissus graisseux. Ces
stockages permettent ainsi de réduire le risque de déficience en Vitamine D en hiver.
Malheureusement, la plupart d’entre nous reçoivent moins de soleil que nos ancêtres. La plupart d’entre
nous n’ont plus à chasser ou cultiver pour se nourrir. L’Américain moyen passe la majeure partie de son
temps à l’intérieur. Et dès que le soleil passe à travers une vitre, il perd son pouvoir de générer de la
Vitamine D dans votre peau. Plus la peau d’une personne est sombre plus la quantité de Vitamine D
produite pour une exposition donnée est faible. Certains aliments sont riches en Vitamine D dont le
poisson, et le lait enrichi en Vitamine D. Cependant beaucoup de gens ne mangent pas de poisson et ne
tolèrent pas les produits laitiers. En conséquence beaucoup d’Américains présentent des niveaux de
Vitamine D bien inférieurs au niveau optimum.
- Au cours de ces dernières années il y a eu des avancées majeures dans notre compréhension de la
vitamine D
- La meilleure estimation courante de la dose journalière en vitamine D est de 4 à 5000 UI.
- La meilleure estimation pour ceux d’entre nous qui s’exposent régulièrement au soleil serait de 2000
UI.
- Les hommes présentant des dommages rénaux » ou de plus de 80 ans ont besoin très
vraisemblablement d’administration de calcitriol plutôt que de vitamine D
- S’il s’avère impossible de maintenir les taux sanguins en calcitriol au dessus de 40 pg/ml,
j’envisagerais de basculer sur l’administration de calcitriol.


      Tableau 1
Maladies améliorées par la Vitamine D.
Nombreux cancers,cancer de la prostate inclus.
Diabètes
Maladies de coeur
Hypertension,
Ostéoporose et ostéopénie
Ostéoarthrite,
Faiblesse musculaire (équilibre et risques de chute)
Sclérose multiple,
Maladies mentales
Myalgie diffuse (douleurs musculaires)
Mais combien de vitamine D devez-vous prendre si vous ne prenez jamais de soleil ? Les meilleures
estimations courantes sont de 4 à 5000 IU par jour. La meilleure estimation pour ceux d’entre nous qui
s’exposent régulièrement au soleil serait de 2000 UI. Cependant je soulignerais que ces chiffres ne sont
que des estimations ; nous ne disposons pas d’essais aléatoires contrôlés, de durée suffisante pour établir
la dose nécessaire à l’obtention d’effets bénéfiques.


Que fait la Vitamine D
La Vitamine D n’agit pas directement. Le nom scientifique de la Vitamine D est cholécalciférol. Ce produit
est transformé dans le foie en 25hydroxy-cholécalciférol (calcidiol) qui est la forme principale de la Vitamine
D dans le sang. En fait le niveau de calcidiol dans le sang est la meilleure et seule façon de mesurer le taux
de Vitamine D pour savoir s’il est suffisant. En général,le manque de vitamine D est défini à partir d’un
niveau de calcidiol inférieur à 20-40 nmol/L. Mais c’est bien loin de l’optimum. L’une des fonctions clefs de
la Vitamine D est de faciliter l’absorption du calcium dans les intestins ; une augmentation de 20-40 nmol/l
à 100 nmol/L traduit une augmentation très significative de l’absorption de calcium. Bien que le calcidiol soit
la forme dominante de la vitamine D dans le sang, ce n’est pas la forme responsable des effets bénéfiques
sur la santé énumérés ci-dessus. La transformation clef dans ce processus est la transformation du
calcidiol en calcitriol. La majeure partie du calcitriol est produite par les reins. C’est pourquoi les gens qui
présentent de graves problèmes de reins n’ont souvent pas assez de calcitriol pour éviter les problèmes
osseux . Dans ces cas,la Vitamine D et ou le calcidiol ne sont pas suffisants car l’individu ne peut pas les
transformer en calcitriol. Tandis que la majeure partie de la conversion du calcidiol en calcitriol se fait dans
les reins, des conversions considérables se produisent aussi dans d’autres tissus tels que la peau . Le
calcitriol apparaît en effet très important pour la santé de la peau.


La santé de la Prostate et la Vitamine D
Les cellules normales de la prostate sont issues d’endroits où le calcidiol se transforme en calcitriol. C’est
important pour la santé de la Prostate car lorsque les niveaux en Vitamine D sont trop bas, le risque
d’hypertrophie bénigne de la Prostate ((BPH) s’accroît. Pourquoi ? Le calcitriol ralentit bien la croissance de
la Prostate, conservant ainsi à la glande sa taille normale.


L’une des très intéressantes observations récentes est que les cellules prostatiques cancéreuses perdent
cette capacité à convertir le calcidiol en calcitriol. Il est maintenant d’une évidence patente que le calcitriol
supprime la croissance des cellules cancéreuses. Quand les cellules de la Prostate deviennent
cancéreuses, elles perdent leur faculté de fabriquer du calcitriol à partir du calcidiol. Etant donné que
beaucoup de cellules prostatiques cancéreuses ne fabriquent pas leur propre calcitriol, la seule façon
d’obtenir une exposition à ce composé est l’injection de calcitriol dans le sang. Ceci explique pourquoi les
études épidémiologiques établissent un lien entre le calcitriol et le risque métastasique ou de mort du
cancer de la prostate. En fait, Giovannucci et ses collègues de l’Ecole de Santé Publique de Harward ont
découvert que le risque de métastases était plus bas, de façon significative si la teneur du sang dépassait
40 pg/ml.
Alors que le calcitriol seul peut ralentir la croissance du cancer de la prostate chez les patients, cette forme
active de la Vitamine D modifie aussi le cancer en ce sens qu’elle le rend plus sensible à d’autres formes
de traitements. L’exemple le plus saisissant est l’effet du cacitriol sur l’activité du Taxotère (Docetaxel).
Le fait d’ajouter une forte dose de calcitriol un jour avant le taxotère double presque le taux de réponse de
cette chimiothérapie avec une faible augmentation des effets secondaires.
Quand le cancer de la prostate touche les os, cela provoque une augmentation de la quantité de calcium
déposée sur le site concerné ; cette augmentation se fait au dépend du reste du squelette. Pour cette
raison de l’ostéopénie ou de l’ostéoporose dans le reste de leur squelette. Dans les formes avancées de
cancer de la prostate, le débit de calcium aux endroits osseux concernés peut être si élevé que les patients
souffrent d’un niveau de calcium dans le sang anormalement bas. Le corps répond à ce challenge en
produisant une hormone parathyroidique qui brise les os pour libérer assez de calcium pour rétablir un taux
sanguin normal de ce minéral. Non seulement ce processus accélère la destruction des os qui ne sont pas
concernés par le cancer mais il provoque des douleurs osseuses. Le calcitriol est un traitement efficace
pour une élévation du niveau de l’hormone parathyroïdique et une réduction significative des fractures
osseuses mais aussi une atténuation de l’inconfort osseux général. Pour toutes ces raisons, je ne crois pas
qu’il y ait discussion sur le fait qu’il soit important, chez les patients souffrant d’un cancer de la Prostate, de
maintenir un niveau sanguin adéquat en .calcitriol.. La discussion principale porte sur la meilleure façon de
le faire.


     Calcitriol & cancer de la Prostate
Jusqu’à une époque récente, les études classiques publiées sur le cancer de la prostate se sont focalisées
sur la meilleure façon d’administrer le calcitriol pour en tirer le meilleur bénéfice ; Cependant,
l’administration de calcitriol entraîne la production par le corps d’une protéine qui peut le détruire : le 24-
hydroxylase ; Ceci a conduit à plusieurs propositions sur la façon de protéger le calcitriol une fois qu’il est
dans le sang. Les docteurs Peehl et Feldman de l’université de Stanford on proposé une idéee intéressante
Ces auteurs ont remarqué que le ketoconazole, un médicament utilisé pour traiter les infections fongiques,
inhibait la faculté du 24-hydroxylase de détruire le calcitriol. Tandis que le calcitriol est utilisé à des doses
aussi hautes que 400mg toutes les huit heures comme traitement pour le cancer de la prostate, une dose
de 200 mg ou moins par jour peut être suffisante pour bloquer la protéine intervenant dans la destruction
du calcitriol.
Une autre approche qui a été proposée consiste à administrer du calcitriol avec de la Vitamine D ou du
calcidiol ; l’idée est de neutraliser le 24-hydroxylase. Dans notre clinique, pendant des années,nous avons
traité des patients avec du calcitriol a des doses de 0,5 mcg par jour. Chez une grande majorité d’hommes,
cette dose est suffisante pour maintenir leur niveau sanguin en calcitriol au dessus de 40pg/ml.. Si nous
augmentons la dose de calcitriol à 0,75 ou 1mcg par jour les patients développent ordinairement des
niveaux élevés de calcium dans le sang, ce qui est une indication certaine d’un excès de calcitriol. En fait,
de nombreux essais cliniques ont montré qu’une limitation majeure relative à l’utilisation du calcitriol pour
traiter le cancer c’est que cela élève dangereusement le niveau de calcium dans le sang. .Je considère
comme une preuve positive le fait que pour une immense majorité de patients il n’y a pas de problème
posé par la délivrance d’autant de calcitriol que le patient peut supporter. Nous avons vu
occasionnellement des hommes chez lesquels cela n’était pas adéquat et, rétrospectivement ils évacuaient
probablement plus rapidement le calcitriol via le 24-hydroxylase. Mon opinion courante est que ce n’est pas
un problème commun et ne limite pas l’utilité du calcitriol. Une autre approche beaucoup plus intéressante
a été récemment testée par Reinhold Vieth, l’auteur du papier de 1999 qui a encouragé beaucoup d’entre
nous à réévaluer la dose journalière optimale de vitamine D. Vieth a soigné quinze patients qui avaient
rechuté après une chirurgie et une thérapie par irradiation avec 2000 UI de vitamine D.
Rappelez-vous que c’est la dose dont la plupart des gens ont besoin d’un point de vue général de santé.
Chez neuf patients (60%) le PSA a soit décru soit resté stable pendant 21 mois. Le temps de doublement
moyen, un indicateur du taux de croissance du cancer est passé de 14,3 mois avant l’administration de la
vitamine D à 25 mois après.
Cette approche a plusieurs avantages sur l’administration de calcitriol. La vitamine D est largement
disponible librement, tandis que le calcitriol nécessite un ordonnance. La vitamine D est très bon marché
tandis que le calcitriol est très cher : un problème si vous n’êtes pas couvert pour la prescription de
médicaments. La vitamine D et son principal métabolite, le calcidiol disparaissent très lentement du corps,
tandis que le calcitriol est éliminé très rapidement. En conséquence, si vous manquez plusieurs jours
d’administration de la vitamine D, cela a beaucoup moins d’impact qu’avec le calcitriol. Il y a quelques
limitations potentielles à l’utilisation de la vitamine D, mais celles-ci sont faciles à surmonter. Si vous
absorbez une forte quantité de calcium et/ou de phosphate (comme dans le régime cola et lait), la
formation de calcitriol à partir de la vitamine D et du calcidiol décroîtront considérablement. Si vous mangez
une quantité de sucre, en particulier le sucre des fruits (fructose) vous pouvez tout d’ un coup fabriquer trop
de calcitriol, ce qui conduit à des niveaux en calcium dangereux. Ainsi, le calcitriol qui apparaît dans le
sang à la suite de l’administration de vitamine D est essentiellement formé dans les reins. Beaucoup
d’hommes ayant un cancer de la prostate ont des reins endommagés. Il se peut qu’ils aient eu un blocage
du flot urinaire par le cancer pendant suffisamment longtemps pour que les reins ne fonctionnent plus. Un
cathéter peut être à l’origine d’infections bactériennes de la vessie et des reins. Le Zometa, un des
médicaments utilisé couramment pour traiter les cancers avancés de la prostate peut endommager les
reins. Une forme plus subtile d’endommagement des reins se développe avec l’âge. En moyenne,un
homme de 80 ans a la moitié de la fonction rénale d’un homme de 20 ans. Il en résulte que les hommes de
plus de 80 ans ne forment pas aussi bien le calcitriol que les patients plus jeunes.


    Quid du bain de soleil ?
Au début de cet article nous avons discuté du fait qu’une exposition de 10 à 20 minutes au soleil d’été peut
produire plus de 10000 UI. Bien plus, l’excès de vitamine D fabriquée en été peut être stocké dans le gras
corporel pou être utilisé pendant les mois d’hiver. Il semble facile de s’assurer que vous avez une
exposition au soleil d’été suffisante. Cette idée simple est devenue un sujet de vive controverse. Plusieurs
livres tels que « L’avantage des UV » de Michel Holick ont essayé de faire de cette approche un cas de
controverse très marquée. Les dermatologues, d’autre part soulignent que l’exposition au soleil provoque
un vieillissement prématuré de la peau et accroît le risque de cancers variés de la peau. Mon point de vue
personnel sur cette question, est que l’exposition au soleil est un bon moyen d’avoir de la vitamine D3 en
grande quantité, mais que l’exposition au soleil pose plusieurs problèmes. L’exposition chronique au soleil
accélère en effet le vieillissement de la peau. Elle joue aussi un rôle majeur dans le développement de la
cataracte. Et même, plus préoccupant, cette exposition au soleil, supprime certaines fonctions du système
immunitaire. Dans un papier récent de la revue « Nature Médecine », des investigateurs montrent que
l’immuno-déficience résultant de l’exposition au soleil est assez puissante pour protéger du rejet des
greffes d’organes. C’est bien la dernière chose dont un patient cancéreux puisse avoir besoin. En toute
honnêteté, je soulignerais que tous ces problèmes sont bien plus importants pour ceux qui n’ont pas de
pigment dans leur peau. Peut être que le fait que j’ai des cheveux blonds et une barbe rousse biaise ma
vue sur cette controverse. Néanmoins la vitamine D3 est dors et déjà disponible en pilules, bon marché
d’ailleurs. La vitamine D3 sous forme orale ne provoque pas de vieillissement de la peau, de cancer de la
peau,de cataracte, et d’effondrement majeur du système immunitaire.
Si vous avez la peau sombre, particulièrement si vous êtes Africain Américain, l’exposition au soleil peut
être une solution plus attrayante. Les peaux plus sombres sont moins susceptibles d’être endommagées
par une exposition modérée au soleil. Aussi, enfin, une étude suggère que le soleil est beaucoup moins
susceptible de créer un effondrement immunitaire chez les Africains Américains. Cependant vous devez
savoir qu’il faut beaucoup plus d’exposition au soleil pour atteindre des niveaux semblables de production
de vitamine D3 et cela peut être plus difficile à concilier avec une vie active. Enfin, la prise orale de la
vitamine D3 reste l’approche la plus pratique.


    Recommandations
Pour la plupart des hommes ayant un cancer de la prostate et aussi bien pour ceux qui sont intéressés par
la prévention de cette maladie, je recommande la prise de 2000 UI de vitamine D par jour. Je mesure
régulièrement le PSA tous les trois mois chez les hommes ayant un cancer de la prostate. Enfin, je suis
d’avis de mesurer les niveaux sanguin de calcidiol et de calcitrol avec la même fréquence. S’il s’avère qu’il
est impossible de maintenir les niveaux sanguins en calcitriol au dessus de 40pg/ml, je suis d’avis de
passer au calcitriol.
Les hommes présentant des dommages aux reins et ayant plus de 80 ans relèvent plutôt d’un traitement
au calcitriol plutôt qu’à la vitamine D. La dose de départ est de 0,5 mcg/jour. A nouveau je suis d’avis de
mesurer les niveaux sanguins en calcitriol et d’ajuster la dose en tant que de besoin pour maintenir le
niveau au dessus de 40 pg/ml



21/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres