LOCTOPUSVOITOU

Vive la 6ème république, non aux chèques en blanc

       Vive la 6ème république, non aux chèques en blanc


  Rendez-vous compte.  À 1 mois et demi de l’élection présidentielle, 2 des candidats parmi les 4 chevaux préférés des propagandistes sondagiers n’ont même pas de programme écrit !

  Et le “grand favori”, donné vainqueur avec prétendument plus de 10 points d’écart ( ? ) au second tour selon les faiseurs d’opinions, bien qu’en ayant un (de programme), ne semble pas vouloir (ou pouvoir) s’y tenir plus que ça!

  Résume la situation :

Candidat Statut objectif du programme Mes qualificatifs sur les programmes (attention subjectivité detected ;-) )
Marine Le Pen Programme écrit depuis fin 2011 nauséabond, rétrograde, droitier, libéral à l’intérieur de l’hexagone, sclérosant, replié sur soi, apeuré, xénophobe, misogyne
Nicolas Sarkozy Pas de programme écrit ? (ultra libéral pour sûr)
François  Bayrou Pas de programme écrit ? (très libéral pour sûr)
François Hollande Programme écrit avec dérives orales admises (?!) Petit bras, de gauche sur les aspects sociétaux, libéral sur les aspects économiques et sociaux, incomplet, dans la continuité, sans perspective, faible, sans volonté, soumis
Jean- Luc Mélenchon Programme écrit et disponible depuis septembre 2011 Ambitieux, fort, radical, courageux, social, socialiste, européen, internationaliste, écologique, complet, précis, chiffré, raisonnable, cohérent

  Une insulte à l’intelligence des français, ne trouvez-vous pas ?

  Ah, par contre, pour faire des coups avec des annonces tonitruantes aussi inattendues qu’incongrues, alors là, y’a du monde !  Quelle avalanche de nouvelles propositions dans tous les coins depuis quelques jours !  Un véritable feu d’artifice.  On en a plein les yeux.

  Prenons F. Hollande par exemple.  Il annonce sur TF1 il y a quelques jours (le 27 février 2012), au beau milieu d’une tranche incroyable de vide intersidéral nappée d’une fine couche transparente d’absence de rien, il annonce donc, une “nouvelle tranche d’impôts à 75% au delà de 1 000 000 € de revenus par an”.  Ça sort d’où ça ? 

  Quelle mouche bolchévique a bien pu piquer notre François?

  Car en tous cas, ce n’est pas dans son programme écrit Bon tout le monde sait bien qu’il s’agit uniquement d’une tentative de repêchage de voix à gauche après sa dernière dérive droitière à la City de Londres.  Dieu que ça peut tanguer un pédalo dans la tempête !  On sent bien l’urgence et l’impréparation de “sa bombe”.  On voit bien que la proposition nouvelle n’a été passée au filtre de la cohérence globale du programme du candidat.

  Creusons un peu.

  F. Hollande veut-il finalement 7 tranches dont la dernière à 75% au lieu des 6  prévues au programme ou est-ce sa 6ème tranche qui passe à 75%?  Veut-il conserver sa tranche à 45% pour les revenus supérieurs à 150 000 €?  Est-ce la 6ème ou la 7ème du coup?   Prévoit-il réellement un saut de 30 points (tranche à 45% puis tranche à 75%) entre ses 2 dernières tanches?  Bonjour la progressivité de l’impôt!  Tout cela semble bien improvisé, non ?  En outre, il ne s’agirait que d’une mesure symbolique puisque à peine 0,02 % des contribuables seraient touchés, soit environ 4 000 foyers fiscaux. Cela rapporterait au mieux 1,6 milliards d’euros :-D .

  Pour comparaison, le programme du Front de Gauche prévoit 14 tranches (9 de plus qu’aujourd’hui) pour un impôt très progressif limitant ainsi les effets de seuil sur les classes moyennes.  Les tranches s’échelonnent avec douceur pour aller des 41 % actuels au taux de 100 % (allez, peut-être 95% selon ce que l’assemblée décidera au final).  En plus, les 9 nouvelles tranches progressives du Front de Gauche rapporteraient plus de 20 milliards d’euros.  On est loin du symbole.   Enfin, l’ensemble du programme est cohérent puisque le seuil d’application de la tranche maximum (100%) n’a pas été choisi au hasard, à l’inverse de la méthode qui semble avoir guidé le choix du seuil de 1 000 000 € de F. Hollande.  Il a été calculé comme 20 fois le revenu médian, soit 360 000 euros par an aujourd’hui.  Pourquoi 20 fois?  Car c’est le facteur choisi pour fixer l’écart maximum autorisé dans une entreprise entre le plus haut et le plus bas salaire.  Mais ce facteur 20 sera probablement également discuté au parlement.  Et le salaire maximum (seuil d’applicabilité de la tranche à 100%) sera recalculé régulièrement en fonction de l’évolution du salaire médian des français.  Tout se tient.  Le maître mot est cohérence, j’vous dis ;-) .

 Revenons à notre cher Hollande.  Tout cela n’est donc bien sûr que de la bricole électoraliste et personne n’y croit (j’espère ;-) ).

  Mais le problème est ailleurs.  Ce qui exaspère le plus c’est que ce monsieur s’est cru autorisé à dire tout haut un machin qui lui passait par la tête, seul dans son coin et visiblement sans aucune concertation préalable avec ses équipes (à en croire la réaction de Jérôme Cahuzac, chargé du budget dans l’équipe du candidat socialiste).  Il s’est cru supérieur, au dessus de la mêlée des infâmes besogneux qui l’entoure, plus beau qu’il n’est assurément, jouant seul dans son coin.

  Comme l’autre-là, notre président-candidat N. Sarkozy !  Depuis quelques jours, il dégaine à tout va.  Bon, aujourd’hui, tout le monde se rend compte du ridicule de la chose. On ne rappelle même pas ses dernières annonces pour ne pas faire partie de la meute colportant ces insultes à la démocratie et à l’intelligence du peuple.  Mais n’empêche que voilà encore un individu qui croit que ce qu’il pense à l’instant t est d’essence historique, d’ordre divin et ne saurait, en tout état de cause, attendre plus longtemps avant d’être révélé au bon peuple reconnaissant de tant de prescience.  Toujours de manière orale, bien sûr.  Surtout n’écrivons rien, ou le moins possible.

  Et l’autre !  Le bon M. Bayrou.  Eh ben, c’est pareil.  Rien d’écrit.  Rien de concret.  Que d’la gueule.  Lui, en plus, il s’est déclaré candidat il y a plusieurs mois.  Ne pensez-vous pas qu’il aurait pu essayer, depuis tout ce temps, de coucher sur le papier, ou le clavier, ses quelques idées prétendument révolutionnairement nouvelles.

  Y’en a marre de ce régime, de cette 5ème république concoctée aux petits oignons pour satisfaire l’égo surdimensionné du Général de Gaulle.  Une république monarchique (oxymore bien connu mais tellement vrai et tellement d’actualité) dans laquelle l’État ne connaît pas de véritables contre-pouvoirs.  Seul le président-monarque, entouré de sa cour, règne et gouverne.  Les ministres, tels des apôtres, porte la bonne parole; le Parlement enregistre; la justice suit; les faiseurs d’opinion, presse (prétendu 4ème pouvoir) et sondagiers, montrent la seule voie raisonnable et possible; les amuseurs de la petite boîte du salon anesthésient les résidus de cerveaux; et le peuple est invité à participer tous les 5 ans à un grand jeu national pour nommer la “Nouvelle Star”.

  Fi des argumentaires clairs, des mesures précises, des programmes cohérents.  Il suffit de s’en remettre aux faiseurs d’opinion.

  Prenez un clampin moyen, oui-oui-iste pusillanime de base, sans aucune espèce de vision claire sur quoi que ce soit.  Seule condition imposée, qu’il n’ait aucune volonté de nuire aux intérêts des puissants, voire, si possible, qu’il soit lui-même partie prenante dans la défense de ces intérêts (sans que cela se voit trop, faut pas abuser).  Un égo hypertrophié avide de pouvoir et de reconnaissance constitue toutefois un sacré plus.  Dopez-le à la potion magique monarchique à base de communication, de stratégie, de look, de posture, de buzz, trimballez-le pendant quelques temps sur toutes les ondes médiatiques, confortez-le avec des sondages préfabriqués à sa gloire incontournable et vous obtenez … un magnifique candidat à “l’investiture suprême” (comme ils disent, ouuhhh, ça force le respect, vous ne trouvez pas).  Ça y est, c’est maintenant un semi-dieu irresponsable pouvant déblatérer à longueur d’ondes ce que bon lui semble, puisant son inspiration à la source de l’instantanéité de l’actualité et demandant aux citoyens de le croire sur parole, de lui signer un chèque en blanc, parce qu’il le vaut bien.

  Et puis advient l’élu, l’Élu devrait on dire, “la Nouvelle Star”.  Le semi-dieu laisse alors tomber sa dernière bonne moitié et devient Dieu à part entière.  Il touche du doigt l’infini.  Il s’envole.  Il flotte.  Inaccessible au commun des citoyens, faisant montre de la plus haute suffisance et de la plus basse condescendance à l’égard des besogneux chiens de garde serviles, n’admettant plus que la fréquentation de ses pairs sur le mont Olympe du G20, et, celle, plus occasionnelle, de l’oligarchie qui l’a enfanté.

  Arrêtons cette personnalisation à outrance de la politique!  Un homme, tout président de quoi que ce soit qu’il puisse être, reste un homme.  Et la femme est un homme comme les autres ;-) .  Personne n’est dieu, personne ne détient la Vérité, personne n’est indispensable.  Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables.

  Comment arrêter ça?  On ne vois objectivement qu’un seul moyen. On ne connais qu’un seul programme rédigé par un collectif d’une demi-douzaine de formations politiques rassemblées sur un objectif commun, un programme clair, précis, chiffré, complet et cohérent, un programme écrit et disponible à tous depuis septembre 2011 et qui est resté inchangé depuis lors, un programme porté par un candidat certes passionné, intègre, talentueux et orateur hors pair, mais dont l’un des attraits principaux reste à nos yeux sa volonté déclarée d’en finir avec la fonction de Président de la République, d’en finir avec la 5ème république en lançant un processus constituant dès son élection.  Vous l’aurez compris, on parle de l’Humain d’abord, le programme du Front de Gauche porté par M. Mélenchon, un homme qui est le seul candidat à être le dernier président de la République française.

Non aux chèques en blanc!

Oui à la 6ème république!

Tous le 18 mars à la Bastille!

Résistance !

A jour ce 19/03/2012  vt



20/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres