LOCTOPUSVOITOU

2 - Mettre en œuvre les communs

 

Chapitre 2

      Mettre en œuvre les communs

 

Sur la ZAD, de nombreux lieux de production et de transformation ont vu le jour : moulin de Saint-Jean, jardin maraîcher collectif des Rouge et Noir, champs de céréales, élevage bovin et production laitière, fabrication de pain, gestion forestière et production de bois, conserverie, bibliothèque. L’enjeu est autant d’occuper le territoire que de démontrer qu’il est possible et souhaitable de produire des biens matériels en dehors des cadres de l’État et du marché.

Penser une filière du bois

Un chantier charpente.

Marion : « Nous voulons prendre en main les parcelles boisées sur la ZAD. On les arrache à l’industrie et à la logique Natura 2000 de préservation. Le bois que l’on produit, c’est pour nos besoins. L’auberge du Liminbout a été refaite avec le bois de la forêt de la ZAD. J’ai envie de construire de beaux et grands espaces communs. Dans la forêt de Rohanne, il y a des parcelles d’épicéas, tous plantés en même temps il y a 52 ans. Le problème, c’est qu’ils empêchent d’autres espèces de pousser. Avec le groupe Abracadabois, on essaie d’enlever des épicéas pour laisser d’autres essences pousser naturellement : des chênes de Douglas, châtaigniers, saules, quelques pins maritimes. On réfléchit à la forêt à long terme : à une dizaine et même à une centaine d’années. »

On essaie de faire tout, de l’arbre à la poutre.

« Le monde en général est très cloisonné, et cela nous dépossède de plein de choses. Les bûcherons se distinguent des débardeurs, des charpentiers, de la scierie… Nous, on essaie de faire tout, de l’arbre à la poutre. Avoir cette vision d’ensemble te permet de reprendre possession de sphères de ta vie. C’est très stimulant de savoir à quoi va servir le bois que tu coupes. »

Une question communiste

Fayance : « Produire n’est pas juste une posture. C’est la volonté de reprendre sa vie en main. Pour nous, il y a des terres. Elles sont communes. Qu’est-ce qu’on en fait ? On se pose la question de la production, mais sans avoir l’objectif d’en tirer des revenus et pour mettre en partage ce qui est produit. C’est une question communiste. La production agricole est doublement importante, car elle permet d’être en prise sur ses besoins et de tenir une stratégie d’occupation des terres. Aujourd’hui, 220 hectares de terres ont été arrachés à la chambre d’agriculture. Elles ont été communisées. Prendre des terres et les mettre en commun, c’est une question révolutionnaire basique. »

 

Tous les vendredis, les produits de la ZAD sont mis à disposition des habitant-es et des riverain-es à prix libre – chacun laisse l’argent qu’il veut ou peut, ou rien du tout, pendant le non-marché. Les caisses de ce marché non marchand – le seul endroit de la ZAD où tout le monde est à l’heure, entend-on parfois – abondent « Sème ta Zad ». Cette structure collective, créée pour discuter de l’usage des terres reprises par le mouvement, sert à coordonner les projets agricoles.

L'argent récolté est destiné à la lutte collective, et non à la vie quotidienne des habitant-es. Environ 20 000 euros y rentrent et sortent chaque année, selon une personne qui s’en occupe. Ils financent les achats de farine, gasoil, foin, pièces de rechange du matériel. La ZAD vit grâce aux gros événements – caisses de soutien à prix libre, tracto-vélo, info Tour, bar lors des grands événements – ainsi qu'aux dons, qui affluent sur le compte de l’association Vivre sans aéroport.

Chacun avec sa conscience

Camille : « Sur la ZAD, tu produis, et tu proposes ce que tu produis à prix libre à des gens qui ne sont pas que des potes. Par exemple, le non-marché du vendredi est ouvert à tous les gens qui vivent sur la ZAD. On y trouve les légumes du jardin des Rouge et Noir, et du pain. À la boulangerie de Bellevue, quand le pain est prêt, on le laisse en cagette sur la table, disponible à prix libre. La porte est ouverte. Si je vois un billet, je le range. Mais y a jamais personne derrière la cagette à zieuter qui met ou pas. Parfois, je reste là par plaisir de voir les gens. Tu repères des gueules qui ne sont jamais sur les chantiers. Chacun s’arrange avec sa conscience. »

Devenir paysans sur la ZAD

Gibier et Anne-Claire : « Depuis plusieurs années, nous voulions devenir paysans et vivre de ce travail comme maraîchers. Nous avons eu la possibilité de le faire ailleurs, mais avons décidé de nous fixer sur la ZAD pour apporter notre participation à l’expérience collective.  Nous avons envie de vivre comme paysans dans un cadre généreux, ouvert, mutualiste. Pour nous, il s’agit de déployer notre projet sur le long terme, avec un bail rural de neuf ans par exemple. Nous animerons des cultures destinées directement à l’approvisionnement de la ZAD : oignons, choux, poireaux, qui seront envoyés au non-marché ou fourniront les cantines et les tablées des luttes auxquelles la ZAD prend part. Nous vendrons aussi des produits à l’extérieur. Ce projet nous a attiré des critiques : ce serait participer à un ordre marchand, au capitalisme. Mais nous ne nous reconnaissons pas dans ces critiques car nous pensons que nous pouvons composer assez clairement entre projet individuel et attention au commun pour enrichir la lutte. »

Fête des battages.

« Auprès des services administratifs, je suis déclaré depuis déjà un an officiellement en tant que paysan sur la ZAD. Cette déclaration d’activité sur des terres expropriées est une petite victoire non seulement contre Vinci et l’État, mais aussi au regard de ce qu’est aujourd’hui le parcours d’installation agricole tel qu’on veut le faire emprunter aux candidats à la paysannerie moderne. Même s’il a fallu se justifier aussi vis-à-vis de la ZAD, nous tenions à refuser le chantage à la subvention à l’installation, des prêts bonifiés… qui permettent à notre sens aux organismes tutélaires comme la chambre d’agriculture de contrôler le monde paysan. »

Repenser les besoins

Activités collectives et espaces privés coexistent sur la zone. Tout n’est pas à tout le monde. Certains perçoivent des revenus, sociaux ou plus rarement salariés. D’autres non. Certains bénéficient de redistribution, et d’autres non.

Ici, il n’y a pas de propriété

Camille : « Les tracteurs ont été offerts à la lutte. Ils n’appartiennent pas à quelqu’un. Tous les printemps, il y a une formation à la conduite. Une machine utilisée collectivement tombe beaucoup plus en panne. La mécanique, c’est rude physiquement. Tu te bousilles le dos, tu es dans les huiles, tu t’abîmes les mains. Je suis contente et fière qu’on arrive à faire ça. »

L’argent de la ZAD

Quand tu lances un projet agricole ici, tu n’as pas d’enjeu de rentabilité.

Camille : « Le pognon entre et sort. On ne compte rien par projet agricole. Quand on a mis en place le non-marché, on a créé une seule caisse, commune, pour ne pas compter quelle activité rapporte, qui rapporte quoi. Comme ça, quand tu lances un projet agricole ici, tu n’as pas d’enjeu de rentabilité. Tu peux te planter. Que la caisse soit à flot est une préoccupation commune. Régulièrement, on fait des fêtes pour la renflouer. »

Les vaches de la lutte

Camille : « Le groupe Vaches s’occupe du troupeau d’une vingtaine de vaches dont quatre laitières, assure la transformation du lait pour faire du fromage, de la crème, des yaourts, du beurre, de la mozzarella parfois. Tout est mis à disposition au frigo, avec une caisse de soutien à côté et le reste part au non-marché. La traite a lieu deux fois par jour. On tient un planning pour le partage des traites. Des bouteilles de lait partent vers des squats de migrants. Le choix est très clair de ne rien vendre. Ce sont les vaches de la lutte. Des gens ont prêté des vaches pour que les terres soient occupées. On s’est retrouvé avec des tracteurs, des vaches, des champs, et personne n’y connaissait rien. Personne ne venait du monde agricole. Tous les jours, on appelait un paysan quand on rencontrait des problèmes. Ils nous ont formés. »

Sylvain Fresneau. © Yann Lévy/Hans Lucas

Sébastien : « Quand je suis arrivé en 2012, on se regardait en chiens de faïence avec les paysans. On n’avait aucune connaissance en ce que faisaient les uns et les autres. Faire du lait avec des vaches prêtées par des paysans, ça m’a ouvert une porte. On a commencé à avoir un langage commun : parler de vaches et de cochons avec des éleveurs. La défiance a décru. Ici, c’est une lutte contre l’aménagement du territoire et la bétonisation des terres agricoles. Le lien social avec les paysans est primordial. »

« On a toujours été plusieurs à s’occuper des vaches. Le groupe tourne mais pas beaucoup. Même si on est pour l’horizontalité, on est tous un peu autoritaires pour le soin des vaches et le rangement. Bosser ensemble, c’est vital et parfois c’est dur. On a plein de désaccords. On se réunit une fois par semaine pour faire le planning : qui fait quoi, qui veut partir en vacances. Ça permet d’avoir un peu de vie. On parle autant de politique que de vaches, que de nous. Il y a un côté psy : je raconte mes rêves. Si des potes vont en manif’, je prends leurs traites. Mais “ne vous faites pas arrêter car sinon ça va être chiant !” ».

Même si elles ne viennent pas aux réunions, les vaches font partie du groupe.

« Même si elles ne viennent pas aux réunions, les vaches font partie du groupe. Elles ont des noms et des sensibilités différentes. Il y a la cheffe, la gloutonne, la princesse. Pas une de la même race. Comme on est là pour apprendre, c’est hyper important cette diversité. À un moment, des gens des comités nous ont suggéré de faire du beurre pour le vendre et ramener des sous à la ZAD. Mais non. C’est à partager avec les gens du coin. On ne veut pas être payés. »

Favoriser les réseaux de coopération

 
« Notre-Dame-des-Landes pour les nuls » © La Parisienne Libérée

Lancé par les paysans et les habitants des environs de Notre-Dame-des-Landes dès 1972, en plein mouvement du Larzac, avec la création de l’Association de défense des exploitations concernées par le projet d’aéroport (Adeca), le mouvement contre l’aéroport du Grand Ouest est composite. Autour des paysans dits historiques, qui y élèvent des vaches laitières, et leurs voisins, se sont rassemblés au fil des ans : des riverains au sein de l’Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport (Acipa), les élus du Collectif doutant de la pertinence de l’aéroport (Cédépa), des agriculteurs militant pour la défense des terres agricoles (COPAINS), les naturalistes en lutte qui ont recensé les nombreuses espèces animales et végétales protégées sur la zone, les comités de soutien partout en France à partir de 2012 et la tentative d’évacuation par les gendarmes, un atelier citoyen de contre-expertise défendant l’amélioration de l’actuel aéroport plutôt que la construction d’un nouveau, des avocats et des juristes, et depuis peu, un collectif intersyndical. Cet écosystème militant soutient l’occupation de la ZAD malgré les différentes approches politiques qui parfois les opposent.

Les miracles de la ZAD

Jet : « Je n’ai jamais vécu ça. J’ai pu travailler dans des mouvements dotés d’une force énorme. Ici, c’est dix fois plus. Quand on a lancé le projet de construire un phare sur la zone, pour accueillir les gens et servir d’outil de défense, j’ai rencontré un paysan qui avait un pylône d’électricité dans son champ. Il me dit : “Tu le veux ?” Dans le monde normal, pour faire un projet artistique comme ça, tu mets un an et c’est très cher. Deux semaines plus tard, le pylône arrive tiré sur 30 kilomètres par un tracteur sur deux plateaux. Pareil pour la passerelle en métal qu’on a récupérée ailleurs. »

Quand tu donnes une certaine énergie à un territoire, il y a un réseau énergétique qui nous lie.

« Et ça arrive tout le temps. Quand tu donnes une certaine énergie à un territoire, il y a un réseau énergétique qui nous lie. Comme en acupuncture. Si tu as une diversité de gens, et des interconnexions entre eux, ça crée beaucoup plus de liens. Beaucoup de gens veulent résister mais ne savent pas comment. Comme la ZAD est un territoire matériel, ils peuvent réfléchir à contribuer matériellement. »

« J’avais besoin d’un laser pour prendre les niveaux du sol. Ça coûte très cher. Un soir à l’apéro, un mec arrive. Je ne sais pas qui c’est. Il vient d’un comité local. Il explique qu’avant sa retraite, il faisait des niveaux. “Ah tu fais des niveaux ? Je cherche un laser, tu pourrais venir le faire ici un jour ? ” “Oui, tout de suite, j’en ai un dans ma voiture.” »

« Les gens qui construisent le hangar de l’avenir étaient réunis pour dessiner les plans afin de le couvrir avec des ardoises. Coût estimé : 3 000 euros. Dans le parking, un mec en costume passe. “Belle charpente ! Je cherche les gens du hangar. Je travaille dans une boîte d’ardoises, on a deux conteneurs, vous les voulez ?” »

Gab : « Le week-end des appels d’offres, fin janvier 2016* Un week-end de chantiers collectifs pour développer les structures de l’occupation et non l’aéroport., une soixantaine de personnes étaient là. Certaines disaient : Je devrais être en train de retaper ma baraque, j’ai un crédit. Mais elles étaient là en train de creuser des trous dans le fossé. On imaginait construire un atelier en charpente. Un mec débarque un lundi. Je suis charpentier, j’apporte du bois sur mon toit de voiture. Je suis disponible trois jours. Et avec lui on a fait le truc qu’on imaginait. Un autre jour, un mec arrive avec une quinzaine de poules. Ça vous intéresse?On venait de finir le poulailler. Un dimanche, il y avait une balade qui s’organisait sur la ZAD, du monde était attendu, on s’est rendu compte qu’il n’y avait plus de café. À peine une heure après, on voit un camion de torréfacteur se garer devant la maison. Il venait du coin. Avec une demi-palette de café. Lui : C’est pour vous ! Et vous m’appelez si vous en voulez encore. Cent vingt kilos de café environ. On a fourni les lieux d’accueil et le non-marché. Un jour, j’étais dans une ressourcerie à Nantes pour chercher du carrelage. On me demande si j’en veux beaucoup et pour faire quoi. Je réponds que c’est pour un projet de conserverie. La personne a capté que c’était pour la ZAD, du coup, c’était gratos. »

Si l’aéroport ne se fait pas

Si l’aéroport ne se construit pas, le devenir des terres devient un enjeu stratégique majeur. Il fait l’objet de forts désaccords entre les agriculteurs qui proposent de créer une réserve foncière pour les gérer collectivement, sur le modèle de ce qui s’est mis en place sur le plateau du Larzac, et ceux qui rejettent tout accord avec l’État par principe et par peur de la normalisation qu’il entraînerait.

Ne pas être un ghetto

Je veux bien faire sécession mais mettre des frontières, bof...

Ben : « La question du territoire est forte chez les habitants du coin. Avant 2012, ils venaient sur la ZAD car ils considéraient que c’était chez eux. Maintenant, ils considèrent que c’est chez nous. Pour eux, c’est l’étranger. Il y a un truc à jouer pour que la ZAD ne se ghettoïse pas. Ce serait catastrophique. Je veux bien faire sécession mais mettre des frontières, bof… La D281, la route des chicanes, trace une frontière de fait. C’est la pire des frontières. Elle fait peur. La préfecture a fait fermer cette route. Ils ont mis des rochers et strié le sol. Et l’ont virée des cartes. Nous l’avons rouverte. On a un accord avec les habitants de La Pâquelais, le village voisin : des chicanes devant les lieux de vie sur la route mais c’est tout, pour que les voitures puissent passer. Mais des gens ont voulu la refermer car ils ont une vision de Fort Knox. Aujourd’hui, elle est carrossable mais la discussion revient sans cesse. »

L'écrivain Alain Damasio en discussion à la bibliothèque de la ZAD, le Taslu.

Le Taslu : « À la bibliothèque du Taslu, on réfléchit à mettre les livres en commun mais aussi à la façon dont le livre peut faire circuler la ZAD. On organise des rencontres avec des auteurs. Nos permanences sont ouvertes aux personnes extérieures. Pas besoin de carte de bibli pour emprunter, il suffit de laisser un mail et un contact. Plein de gens différents, de Nantes et d’ailleurs, viennent y apporter des livres. Des habitués du coin viennent tous les dimanches pour papoter. On a gardé tous les livres dédicacés que les gens nous ont apportés le jour de la manifestation des bâtons, le 8 octobre 2016. C’est une bibliothèque en construction. On prend le parti qu’elle ne sera jamais close. C’est la métaphore du mouvement. »

Transmettre à sa famille

Simon : « Je ne fais pas ça que pour moi. Je viens d’une famille prolo. Je n’ai pas d’éducation universitaire. Ma grand-mère faisait des ménages. Les gens sont volontaires dans ma famille. Ils sont bosseurs. Mais ils ont des problèmes de boulot. Le système nous maintient dans la place du pauvre. Depuis que je suis sur la ZAD, ma mère n’a plus peur de la rue et des huissiers. À son boulot, elle s’est débarrassée d’une cheffe qui les faisait chier. C’est ce fatalisme que j’ai réussi à rompre en étant ici. C’est ici que pour la première fois j’ai vu ma tante faire du vélo. Mon grand-père me pose plein de questions sur la ZAD. Mon cousin était en déscolarisation, suivi par un éducateur. Je l’ai fait venir ici, il y a passé du temps, participé à des chantiers collectifs. Il respecte plus sa mère et sa tutelle a été levée. Ça fait partie de ce qui nous nourrit ici. »



22/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres