LOCTOPUSVOITOU

La santé qu’une affaire de brevet, de marchandise et de profit...

 

Pour les Big Pharma, la santé n’est qu’une affaire de brevet, de marchandise et de profit

 

 

Comme pour les précédents numéros, je n’aborde, choix très subjectif, que certains articles et certains points traités.

Les médicaments, le droit d’être soigné·e, l’égalité d’accès aux médicaments, le médicament comme bien commun, la mise en cause de la notion de propriété privée et du monopole des droits de propriété intellectuelle (les brevets), la santé publique et environnementale à l’échelle planétaire, la production des médicaments en relation avec les besoins des populations, l’industrie pharmaceutique (l’accaparement de molécules, les profits, le pouvoir discrétionnaire lié au système juridique des brevets)…

Les auteurs et autrices du Manifeste Pour une appropriation sociale du médicament, pour-une-appropriation-sociale-du-medicament/ revendiquent, entre autres, laccessibilité universelle aux soins de santé et aux médicaments, le refus de la marchandisation des médicaments et plus généralement des soins de santé, une autre politique de recherche et développement (R&D), de production et de distribution, la liberté de recherche, la primauté de la santé publique.

Maitrise sociale, brevet, recherche, pharmacovigilance, tests cliniques…

Pour les Big Pharma, « le brevet est un outil », un support de bénéfices et de spéculations.

Pourquoi leur laisser la maitrise – période d’exclusivité liée au brevet – des prix et des marges ?

Les avancées « scientifiques » ne pourraient-elles pas être considérées comme des communs ?

Les pouvoirs publics ont préféré « les droits de la propriété intellectuelle » dont la pertinence en regard des droits humains est plus que discutable.

Daniel Vergnaud aborde, entre autres, les dividendes versés et les politiques d’acquisition, la faiblesse des investissements scientifiques et productifs, les recherches indispensables freinées ou empêchées, le choix privilégié du traitement plutôt que la guérison, l’abaissement des normes sanitaires, les nouveaux débouchés et les « nouvelles maladies ». Il insiste sur l’« abrogation des brevets ».

De nouvelles thérapies ne peuvent être simplement issues de la recherche appliquée, la recherche fondamentale – et son temps long et parfois peu fructueux – est indispensable.

Éliane Mandine et Thierry Bodin discutent de la dangereuse liaison entre « recherche et finance », la prime donnée à certaines thérapies et aux molécules appelées blockbusters pour les milliards de chiffre d’affaires générés. « Entre 1975 et 1999, sur 1 400 nouveaux médicaments commercialisés, 13 seulement concernent les maladies tropicales infectieuses alors que celles-ci constituaient la première cause de mortalité mondiale ». A ce point il conviendrait d’ajouter une réflexion sur le sexe des pathologies.

Elle et il (iels) abordent, entre autres, les opérations de fusions, les politiques de génériques, les pertes d’expertises, la sérendipité (découverte scientifique ou une invention technique inattendue à la suite de circonstances fortuites et très souvent dans le cadre d’une recherche concernant un autre sujet), l’utilisation de travaux de recherche publics dans le cadre privé, les biotechnologies, la place de l’oncologie…

Il faudrait prendre en compte la part de la recherche et développement financée par la collectivité publique grâce aux avantages comptables et fiscaux – charges directement déductibles et dotations aux amortissements et provisions (lorsque la R&D est dite « activée ») venant en déduction du résultat comptable et du résultat fiscal.

Il faudrait aussi étudier l’impact des normes comptables IFRS appliquées en Europe sur les pratiques d’externalisation – les contrats pour l’usage « activés » comme des biens propres, les sur-valeurs d’acquisition (goodwills) amorties, la notion de « juste valeur » et ses effets sur la variation des fonds propres…

Autorisation de mise sur le marché, mesures de privatisation des systèmes de santé, augmentation des prix des médicaments, prix libre pour les médicaments non remboursables, nuisance à la santé de certains traitements… J’ajoute le conditionnement qui nous fait acheter des quantités bien au-delà des prescriptions médicales.

Éliane Mandine et Thierry Bodin soulignent l’inflation des prix, en particulier pour des médicaments dits innovants et issus des biotechnologies. Iels parlent de l’inclusion des frais de marketing et de lobbying dans le poste recherche et développement, des investissements publics dans la recherche biomédicale, des bénéfices liés aux nouvelles thérapies, de l’appropriation de résultats de la recherche par la prise de brevets, du rachat de petites start-up qui ont développé certains médicaments, du pouvoir de lobbying, de la fixation des prix, « De fait, les prix du médicament peut être déterminé, non plus en fonction des coûts de développement et de fabrication, mais du prix maximal au-delà duquel il risquerait de provoquer une révolte », de la logique de « monétarisation » de la vie humaine.

Se soigner ne relève pas d’un choix mais d’une nécessité. « Le médicament doit être libre de droits exclusifs, pensé comme un bien commun, c’est-dire accessible au plus grand nombre ».

Un article traite plus particulièrement des génériques et des transformations du secteur pharmaceutique, de l’externalisation de la production. Le suivant des essais cliniques et de la pharmacovigilance.

Je souligne l’article de Thierry Bodin et Bernard Dubois sur les ruptures d’approvisionnement en médicaments et en vaccins, les impacts des choix financiers et industriels.

Je signale les analyses de Manolis Kosadinos sur le neuro-positivisme, la psychiatrisation de l’enfance, l’utilisation des opiacés et ses conséquences (sur ce sujet, lire par exemple, Patrick Radden Keefe : Addiction sur ordonnance. La crise des antidouleursladdiction-une-garantie-pour-les-profits/), la marchandisation des psychotropes, la souffrance psychique…

Pascale Brudon aborde, entre autres, le médicament dans la mondialisation, les luttes pour l’accès aux soins, la notion de « médicaments essentiels », le rôle de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le boycott de Nestlé sur la question du lait en poudre, le Health Action International (HAI), les programmes d’ajustement structurel, « Avec souvent des conditionnalités qui limitent l’extension des services de santé et des politiques publiques de médicaments », les débats autour « de la mise à disposition de médicaments efficaces pour les maladies spécifiques et celui de la protection de la propriété intellectuelle », la fabrication de médicaments antirétroviraux dans certains pays à des coûts moindre, les règles d’octroi des brevets en vue de protéger la santé publique, le déclin de la capacité d’innovation de l’industrie pharmaceutique, les « mee too » et les génériques de marque, les politiques d’acquisition, l’escalade des prix, « Il est temps d’admettre que la forme de la recherche, de la production, de la distribution telle qu’organisée par l’industrie pharmaceutique ne permet pas d’atteindre les buts de santé publique et de disponibilité d’un médicament efficace, de qualité et accessible ».

Comme pour l’alimentation, il me semble indispensable de parler de souveraineté et de sécurité…

Je regrette l’absence d’articles critiques sur les biotechnologies, les réductions de comportements sociaux à la génétique, les assimilations du cerveau à une simple machine informationnelle, les fantasmes de transhumanisme…

                          

En complément possible :

Appel à la création d’un Réseau Européen pour une Santé Mentale démocratiqueappel-a-la-creation-dun-reseau-europeen-pour-une-sante-mentale-democratique/

Sanofric, danger public, sanitaire et social. Stop à l’impunité des multinationales comme Sanofi !sanofric-danger-public-sanitaire-et-social-stop-a-limpunite-des-multinationales-comme-sanofi/

Utopie active… Pour un monde de solidarité, de coopération, de fraternité et de libertéutopie-active-pour-un-monde-de-solidarite-de-cooperation-de-fraternite-et-de-liberte/

Lettre ouverte aux laboratoires pharmaceutiques pour la mise sur le marché d’une pilule contraceptive sans ordonnancelettre-ouverte-aux-laboratoires-pharmaceutiques-pour-la-mise-sur-le-marche-dune-pilule-contraceptive-sans-ordonnance/

Danielle Montel, Daniel Vergnaud, Danielle Sanchez, Thierry Bodin : SANOFI Big Pharma – L’urgence de la maîtrise sociale : se-reapproprier-et-rendre-solidaire-la-chaine-de-sante/

Jean Pierre Martin : Emancipation de la psychiatrie. Des garde-fous à l’institution démocratiqueles-besoins-humains-de-la-et-du-sujet-malade-dans-sa-singularite-sociale-et-culturelle/

François Dagognet et Philippe Pignarre : 100 mots pour comprendre les médicaments. Comment on vous soignepharmacopees/



19/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres