LOCTOPUSVOITOU

La société industrielle et son avenir

 


      La société industrielle et son avenir 


  Theodore Kaczynski
Éditions de l'encyclopédie des Nuisances, 1998
A retrouver également ici sur le Web : http://kropot.free.fr/Kaczynski-livre.htm

Sommaire
Note de l'éditeur.......................................................................................................... 4
Introduction................................................................................................................. 6
La psychologie du progressisme moderne ................................................................. 7
Sentiments d'infériorité ............................................................................................... 7
Sursocialisation ........................................................................................................ 10
Le processus d'auto-accomplissement..................................................................... 13
Les activités de substitution...................................................................................... 13
L'autonomie .............................................................................................................. 15
Les causes des problèmes sociaux.......................................................................... 16
La perturbation du processus d'auto-accomplissement dans la société moderne.... 18
Comment certaines personnes s'adaptent ............................................................... 23
Les mobiles des scientifiques ................................................................................... 25
L'essence de la liberté.............................................................................................. 26
Quelques principes historiques................................................................................. 28
La société industrielle et technologique ne peut pas être réformée.......................... 30
La restriction de la liberté est inévitable dans la société industrielle......................... 31
Les «mauvais» côtés de la technologie ne peuvent être séparés des «bons»......... 34
La technologie est une force sociale plus puissante que l'aspiration à la liberté ...... 35
Des problèmes sociaux plus simples se sont révélés insolubles.............................. 38
La révolution est plus aisée que la réforme .............................................................. 39
Le contrôle du comportement humain ...................................................................... 40
L'espèce humaine à la croisée des chemins ............................................................ 45
La souffrance humaine ............................................................................................. 46
L'avenir ..................................................................................................................... 48
Stratégie ................................................................................................................... 50
Les deux technologies.............................................................................................. 56
Les dangers du progressisme .................................................................................. 58
Note finale ................................................................................................................ 62
NOTES ..................................................................................................................... 64

 


Note de l'éditeur


Le 22 janvier 1998, Theodore Kaczynski a reconnu devant un tribunal californien être
le terroriste que la police avait dénommé «Unabomber»; et par là même être l'auteur
du manifeste — Industrial Society and Its Future — dont «Unabomber» avait obtenu
la publication dans la presse, en assurant qu'il cesserait en échange les attentats à la
bombe qu'il commettait depuis dix-sept ans.

Ces attentats, destinés selon leur auteur
à frapper des individus liés à la recherche scientifique ou diversement impliqués dans
la promotion du progrès technique, avaient fait trois morts — le propriétaire d'un
magasin d'ordinateurs, un cadre d'une compagnie de publicité et le président de la
corporation des exploitants forestiers de Californie —, ainsi qu'une vingtaine de
blessés. Dénoncé par son frère, qui l'avait reconnu grâce aux indices fournis par le
texte du manifeste, Kaczynski avait été arrêté le 3 avril 1996. Lors de son procès,
commencé en novembre 1997, le droit d'assurer lui-même sa défense lui fut refusé,
le juge invoquant sa «schizophrénie paranoïde» et sa volonté de «manipuler le
procès» ; il finit donc par accepter de plaider coupable et fut condamné à la prison à
vie.
Dans la lettre que, juste après un dernier attentat, il adressait en avril 1995 au New
York Times pour proposer d'abandonner le terrorisme si l'on publiait son texte,
Kaczynski écrivait: «Au cours des années, nous avons consacré autant de soin à la
mise au point de nos idées qu'à celle de nos bombes, et nous avons maintenant
quelque chose d'important à dire.» Après sa démission de l'Université en 1969 (il
était maître assistant de mathématiques à Berkeley), il avait commencé par formuler
sa critique de la technologie sur un mode naïvement réformiste : cherchant à susciter
une campagne pour l'arrêt total de la recherche scientifique, il proposait en 1971 de
réclamer l'adoption de lois en interdisant le financement tant public que privé et, pour
commencer, de créer une organisation qui défendrait ce programme. On peut trouver
un souvenir de cette naïveté dans la critique lucide qu'il en fait, bien revenu de telles
illusions, en l995. Mais si les moyens qu'il a ensuite choisis pour poursuivre les
mêmes buts ont assuré à son manifeste la publicité qu'il désirait, ils l'ont également
affecté d'un certain nombre de défauts qui sont comme le pendant conspiratif de
l'irréalisme réformiste-légaliste de sa position antérieure : les perspectives qu'il trace
à son espèce de blanquisme (ou bakouninisme) imaginaire sont évidemment
d'autant plus floues qu'il n'est pas lui-même parvenu au moindre début d'activité
organisée avec d'autres, malgré le sigle pseudo-collectif («FC») qu'il utilise comme
signature. Quant aux attentats proprement dits, outre qu'en règle générale ils
atteignent rarement ceux qui mériteraient d'en être les victimes et que de toute façon
le recours au terrorisme est encore plus inefficace contre la société industrielle qu'il
ne l'a jamais été auparavant, on voit que ceux de Kaczynski servent maintenant
surtout à occulter le contenu et l'existence même de son texte, auquel il n'a plus du
tout été fait allusion pendant la durée du procès, ou seulement au passage, comme à
une preuve supplémentaire des obsessions paranoïaques de son auteur.
Si nous avons voulu publier une nouvelle version de Industrial Society and Its future,
après celle qui est déjà parue en français1, c'est qu'il nous a semblé que ce texte
méritait une traduction moins hâtive et sensationnelle. A qui voudra le lire avec
attention, il apparaîtra que l'analyse de Kaczynski va, par son chemin singulier, droit
à l'essentiel, et atteint ce qui est bien le centre du système universel de la
dépossession : l'extinction de toute liberté individuelle dans la dépendance de
chacun vis-à-vis d'une machinerie technique devenue nécessité vitale. I1 fallait donc
que ce document puisse rester, et c'est ce que notre édition lui assurera.
Remarques sur la présente traduction :
Nous avons traduit leftism et leftist par progressisme et progressiste : les termes
«gauchisme» et «gauchiste» auraient été inexacts, «gauche» et «homme de
gauche», d'un maniement pesant, et d'un sens trop réducteur. Progressisme est
historiquement justifié, plus général en même temps que spécifique : c'est bien de
cela qu'il s'agit. (N.d.T.)


En américain power process : littéralement «processus de pouvoir», qui n'a guère de
sens en français. En fait le concept sur lequel Kaczynski fonde son anthropologie et
sa critique de l'aliénation évoque l'exercice de soi à la manière de Thoreau, l'activité
vitale comme Mumford en parle, et aussi l'instinct de puissance distingué par
Hesnard. On peut également y discerner quelque chose de l'égoïsme affirmé par
Stirner. Tout cela étant, «processus d'auto-accomplissement» a paru la traduction la
plus convenable. (N.d.T.)


1 Unabomber, Manifeste: l'avenir de la société industrielle, traduit et présenté par J.-M.
Apostolidès, préface d'Annie Le Brun, Jean-Jacques Pauvert aux éditions du Rocher, Paris,
1996.


Introduction
1. Les conséquences de la révolution industrielle ont été désastreuses pour
l'humanité. Pour ceux d'entre nous qui vivent dans les pays «avancés» l'espérance
de vie s'est accrue, mais la société a été déstabilisée, la vie privée de sens, les
hommes ont été livrés à l'humiliation, la souffrance psychique s'est généralisée —
souffrance qui est également physique dans le tiers monde — et enfin le monde
naturel été gravement détérioré. Le développement accéléré de la technologie va
empirer les choses et sans aucun doute infliger aux hommes des humiliations plus
graves encore et à la nature de plus grands dommages ; il va probablement accroître
la désagrégation sociale et la souffrance psychique, et peut-être augmenter la
souffrance physique, même dans les pays «avancés».


2. Le système industriel-technologique peut survivre, ou il peut s'effondrer. S'il
survit, peut-être réussira-t-il finalement à réduire les souffrances physiques et
psychiques, mais ce sera seulement au terme d'une longue et douloureuse période
d'adaptation, et au prix d'une réduction définitive des hommes, et de beaucoup
d'autres organismes vivants, à l'état de produits manufacturés, simples rouages de la
machine sociale. En outre, si le système survit, on ne pourra en éviter les
conséquences : il n'existe aucun moyen, réforme ou ajustement, pour l'empêcher de
priver les gens de leur dignité et de leur autonomie.


3. Si le système s'effondre, les conséquences seront également très douloureuses,
et le seront d'autant plus qu'il se sera étendu et perfectionné ; s'il doit s'effondrer,
mieux vaut donc que ce soit aussitôt que possible.


4. Nous préconisons donc une révolution contre le système industriel. Elle peut être
violente ou non, être soudaine ou s'étaler sur plusieurs décennies. Nous ne pouvons
le prédire. En revanche, nous pouvons énoncer dans leurs grandes lignes les
dispositions que devraient prendre les ennemis du système industriel, en vue de
préparer la voie à une révolution. Ce ne sera pas une révolution politique. Ce n'est
pas aux gouvernements qu'elle devra s'attaquer, mais aux bases économiques et
technologiques de la société actuelle.


5. Dans ce texte, nous analyserons seulement quelques-uns des aspects négatifs
inhérents au système industriel-technologique, d'autres seront évoqués brièvement
ou simplement ignorés. Cela ne signifie pas que nous les minimisions mais, pour des
raisons pratiques, nous devons limiter notre propos aux points qui n'ont pas reçu une
attention suffisante, ou au sujet desquels nous avons quelque chose de nouveau à
dire. Par exemple, les mouvements de défense de l'environnement et des espaces
naturels étant désormais bien implantés, nous parlerons peu ici de la dégradation de
l'environnement ou de la destruction de la nature sauvage, même si nous leur
accordons une très grande importance.


La psychologie du progressisme moderne


6. Presque tout le monde s'accordera à dire que nous vivons dans une société
profondément troublée. Le progressisme est une des manifestations les plus
répandues de la folie de notre monde ; quelques réflexions à son propos peuvent
ainsi servir d'introduction â l'examen des problèmes de la société moderne dans son
ensemble.


7. Mais qu'est-ce que le progressisme ? Dans la première moitié du XXe siècle, on
pouvait à peu près identifier le progressisme au socialisme. Aujourd'hui, les choses
sont moins claires, et il est difficile de qualifier d'un seul mot un mouvement devenu
très hétéroclite. Quand nous parlerons ici des progressistes, nous ferons surtout
référence aux socialistes, aux collectivistes, aux gens «politiquement corrects», aux
féministes, aux défenseurs des homosexuels et des handicapés, aux défenseurs des
droits des animaux, etc. Mais n'est pas forcément progressiste celui qui participe à
de telles activités ; nous essayerons de cerner un type psychologique, ou un
ensemble de types, plutôt qu'un mouvement ou une idéologie. Ce que nous
entendons par progressisme sera précisé au cours de notre examen de la mentalité
progressiste (voir également paragraphes 227-230).


8. Même alors, il semble inévitable que notre conception du progressisme n'ait pas
toute la clarté voulue. Nous essayerons seulement de mettre en évidence, de
manière rapide et approximative, les deux grandes tendances psychologiques qui
sont, selon nous, les caractéristiques principales du progressisme moderne. Nous ne
prétendons aucunement énoncer toute la vérité sur la mentalité progressiste. Notre
propos s'applique uniquement au progressisme actuel. La question reste ouverte de
savoir s'il vaut également pour les progressistes du XIXe siècle et du début du XXe
siècle.


9. Nous appellerons ces deux tendances «sentiments d'infériorité» et
«sursocialisation». Les sentiments d'infériorité caractérisent l'ensemble du
progressisme moderne, alors que la sursocialisation n'en caractérise qu'une partie,
mais une partie très influente.


Sentiments d'infériorité


10. Nous n'entendons pas «sentiments d'infériorité» au sens strict du terme, nous
parlons plutôt d'un ensemble de traits : autodépréciation, sentiments d'impuissance,
tendances dépressives, défaitisme, culpabilité, haine de soi, etc. Nous affirmons que
les progressistes d'aujourd'hui sont portés à présenter ces traits, qui peuvent être
plus ou moins réprimés, mais qui sont déterminants dans l'orientation du
progressisme moderne.


11. Lorsqu'un individu juge dépréciatifs presque tous les propos tenus sur lui — ou
sur les groupes auxquels il s'identifie — nous pouvons dire qu'il nourrit un sentiment
d'infériorité ou de dépréciation de soi. C'est une attitude fréquente chez ceux qui
militent en faveur des droits des minorités, qu'ils appartiennent ou non aux
communautés qu'ils défendent. Ils sont particulièrement susceptibles sur les mots
désignant les minorités. Les termes «nègre», «oriental», «handicapé», ou «nana»
désignant un Africain, un Asiatique, un infirme ou une femme n'avaient pas à l'origine
de connotation péjorative. «Nana» et «gonzesse» étaient presque les équivalents
féminins de «gars», «mec» ou «type». Ce sont les militants eux-mêmes qui leur ont
donné un sens péjoratif. Quelques défenseurs des droits des animaux vont jusqu'à
rejeter le terme «animal domestique» et insistent pour le remplacer par «compagnon
animal». Les anthropologues progressistes se donnent beaucoup de mal pour éviter
le moindre propos dépréciatif sur les peuples primitifs. Ils veulent désormais les
appeler des «peuples sans écriture». Ils réagissent de façon presque paranoïaque à
tout ce qui pourrait suggérer qu'une culture primitive est inférieure à la nôtre. (Nous
ne voulons pas dire qu'elles le sont. Nous mentionnons simplement le fait que les
anthropologues sont très chatouilleux sur ce point.)


12. Les plus sensibles au langage «politiquement incorrect» ne sont ni le Noir du
ghetto, ni l'immigré asiatique, ni la femme battue, ni la personne handicapée ; il
s'agit plutôt d'une minorité de militants dont la plupart n'appartiennent à aucun
groupe «opprimé», mais viennent des couches privilégiées de la société. Le bastion
du «politiquement correct» se trouve dans les universités, en majorité chez les
professeurs, blancs, de sexe masculin, hétérosexuels, issus de la classe moyenne,
avec emploi fixe et bon salaire.


13. De nombreux progressistes font leurs les problèmes des groupes qui paraissent
faibles (les femmes), historiquement vaincus (les Indiens d'Amérique), répulsifs (les
homosexuels) ou inférieurs d'une quelconque façon. Ce sont eux qui pensent que
ces groupes sont inférieurs et c'est précisément à cause de cela qu'ils s'identifient à
eux, même s'ils ne s'avouent jamais de tels sentiments. (Nous ne voulons pas dire
que les femmes, les Indiens, etc., sont inférieurs, nous relevons seulement un trait de
la psychologie progressiste.)


14. Les féministes sont vraiment rongées par la crainte que les femmes ne soient
pas aussi fortes et aussi compétentes que les hommes, et cherchent désespérément
à prouver qu'elles le sont.


15. Les progressistes ont tendance à haïr tout ce qui renvoie une image de force,
d'habileté et de réussite. Ils détestent les États-Unis, la civilisation occidentale, les
Blancs de sexe masculin et la rationalité. Mais les raisons invoquées ne
correspondent pas vraiment à leurs motivations réelles. Ils prétendent détester
l'occident parce qu'il est belliqueux, impérialiste, sexiste, ethnocentrique, etc., mais
lorsque ces défauts se manifestent dans les pays socialistes ou chez les peuples
primitifs, ils leur trouvent mille excuses ou, au mieux, les admettent du bout des
lèvres; alors qu'ils dénoncent avec empressement, et souvent en les exagérant, ces
mêmes défauts dans la civilisation occidentale. Cela démontre qu'en réalité ils
détestent les États-Unis et la civilisation occidentale en raison de leur force et de leur
réussite.


16. Des locutions comme «confiance en soi», «indépendance d'esprit», «initiative»,
«esprit d'entreprise» ou «optimisme» ont peu de place dans le vocabulaire
progressiste de gauche. Le progressiste est anti-individualiste et procollectiviste. Il
demande à la société de résoudre les problèmes des individus et de les prendre en
charge. Il n'a pas confiance en ses propres capacités à résoudre ses problèmes et à
satisfaire ses besoins. Il est opposé à la notion de compétition parce que, dans le
fond, il se sent minable.


17. Les formes d'art prisées par les intellectuels progressistes modernes sont
caractérisées par le sordide, l'échec et le désespoir. Ou bien encore elles prennent
une tournure orgiaque, rejetant tout contrôle rationnel, comme s'il n'y avait plus
aucun espoir de parvenir rationnellement à quoi que ce soit, comme s'il ne restait
plus qu'à s'immerger dans les sensations du moment.


18. Les philosophes progressistes modernes dévalorisent la raison, la science, la
réalité objective et assurent que tout est culturellement relatif. I1 est vrai que l'on peut
légitimement s'interroger sur les fondements de la connaissance scientifique et se
demander si le concept de réalité objective peut être défini, et comment. Mais les
philosophes progressistes sont loin d'être des logiciens à tête froide analysant les
fondements du savoir. Ils sont profondément et émotionnellement impliqués dans
leurs attaques contre la vérité et la réalité, qu'ils mènent selon leurs propres besoins
psychologiques. Pour une part, elles sont un exutoire à leur agressivité et, dans la
mesure où elles ont du succès, cela satisfait leur instinct de puissance. Plus
profondément, les progressistes détestent la science et la rationalité parce qu'elles
font la différence entre des opinions vraies (donc vouées à la réussite, supérieures)
ou fausses (donc vouées à l'échec, inférieures). Le sentiment d'infériorité de ces
gens est si fort qu'ils ne supportent aucune classification introduisant une hiérarchie
des valeurs. Cela explique aussi pourquoi beaucoup d'entre eux rejettent le concept
de maladie mentale ou la validité de la mesure du QI. Ils sont hostiles aux
explications génétiques des capacités ou du comportement humains parce que de
telles explications font apparaître des inégalités entre les gens. Ils préfèrent rendre la
société responsable de la disparité entre les individus. Si quelqu'un est «inférieur»,
ce n'est pas sa faute mais celle de la société, qui ne l'a pas élevé comme il faut.


19. Le progressiste n'entre pas dans la catégorie des gens que leurs sentiments
d'infériorité rendent vantards, égocentriques, brutaux, portés à se mettre en avant en
écrasant les autres. De telles personnes n'ont pas totalement perdu confiance en
elles ; elles doutent d'elles-mêmes, mais cherchent néanmoins à devenir fortes, et ce
décalage entraîne chez elles un comportement déplaisant (1). Le progressiste est
tombé trop bas pour cela. Son sentiment d'infériorité est tellement ancré qu'il ne peut
pas s'imaginer fort et doté d'une valeur propre. Cela explique son goût pour le
collectivisme : il se sent fort uniquement en tant que membre d'une grande
organisation ou d'un mouvement de masse.


20. Notez les tendances masochistes des tactiques progressistes : protester en
s'allongeant devant des voitures, provoquer intentionnellement les policiers ou les
racistes pour s'en faire maltraiter, etc. Ces tactiques peuvent être souvent efficaces,
mais de nombreux militants les utilisent non pas comme moyens, mais parce qu'ils
préfèrent les tactiques masochistes. La haine de soi est un trait de caractère typique
du progressiste.


21. Les progressistes prétendent que leur militantisme est fondé sur la compassion
ou les principes moraux. Ces derniers jouent effectivement un rôle chez le
progressiste de type «sursocialisé», mais ni la compassion ni les principes moraux
ne suffisent à expliquer l'activisme des progressistes. L'agressivité et le goût du
pouvoir sont des composantes bien trop importantes de leur comportement. Nombre
de leurs actions ne sont d'ailleurs pas calculées rationnellement en vue d'aider les
gens qu'elles sont censées soutenir. Par exemple, si on pense que «l'action positive»
est bonne pour les Noirs, est-il sensé de la réclamer en termes agressifs ou
dogmatiques ? Il serait certainement plus judicieux de trouver une approche
diplomatique et conciliatrice, en faisant des concessions au moins verbales et
symboliques aux Blancs qui trouvent discriminatoire l'action positive. Mais une telle
approche ne saurait satisfaire les besoins émotionnels des progressistes. Aider les
Noirs n'est pas leur véritable but. Les problèmes raciaux leur servent de justification
pour exprimer leur propre agressivité et leur désir frustré de pouvoir. En fait, ils
nuisent aux Noirs, parce que leur attitude hostile à l'égard de la majorité blanche tend
à exacerber la haine raciale.


22. Si notre société n'avait plus de problèmes sociaux, les progressistes en
inventeraient afin d'avoir un prétexte pour faire du foin.


23. Nous insistons sur le fait que ce qui précède ne prétend pas être une
description valant pour chaque individu progressiste. C'est seulement l'esquisse
d'une tendance générale.


Sursocialisation


24. Les psychologues utilisent le terme de «socialisation» pour désigner le
processus d'apprentissage par lequel on fait passer les enfants, afin qu'ils pensent et
qu'ils agissent comme l'exige la société. Une personne est dite bien socialisée,
lorsqu'elle adhère au code moral de cette société et s'y intègre efficacement. Il peut
paraître insensé de parler de sursocialisation dans le cas de nombreux progressistes
de gauche, puisqu'ils sont perçus comme des rebelles. Cela est pourtant justifié ; de
nombreux progressistes ne sont pas aussi révoltés qu'ils le paraissent.


25. Le code moral de notre société est tellement exigeant que personne ne peut
penser, ressentir ou agir de manière entièrement morale. Par exemple, nous
sommes supposés ne haïr personne, et pourtant chacun de nous en vient à haïr
quelqu'un à un moment ou à un autre, qu'il se l'avoue ou non. Certains sont tellement
socialisés que l'effort pour penser, ressentir et agir selon les règles morales leur pèse
continuellement. Pour échapper aux sentiments de culpabilité, ils doivent se leurrer
sans cesse sur leurs propres mobiles et trouver des explications morales à des
sentiments et à des actions qui, en réalité, ont une autre origine. Nous définissons
ces gens comme sursocialisés (2).


26. La sursocialisation peut conduire à l'autodépréciation, à un sentiment
d'impuissance, au défaitisme, à la culpabilité, etc. Un des moyens les plus efficaces
pour socialiser un enfant est de l'amener à avoir honte d'actions ou de paroles allant
contre les attentes de la société. Si cela est poussé trop loin, ou si un enfant est
particulièrement impressionnable, il finira par avoir honte de lui-même. En outre, la
pensée et le comportement d'une personne sursocialisée sont plus inhibés par les
contraintes sociales que ceux d'un individu moins conditionné. La plupart des gens
ont fréquemment des comportements répréhensibles : ils mentent, commettent de
petits larcins, enfreignent le code de la route, tirent au flanc au travail, détestent un
voisin, déblatèrent sur les autres ou manoeuvrent pour supplanter un collègue. Un
individu sursocialisé ne peut pas se le permettre, ou alors cela provoque chez lui un
sentiment de honte et de haine de lui-même. Il ne peut même pas avoir, sans
culpabilité, d'idées ou de sentiments contraires à la morale dominante ; il ne peut pas
se laisser aller à des pensées «malpropres». Et la socialisation n'est pas seulement
affaire de morale ; nous sommes socialisés pour nous conformer à de nombreuses
normes de conduite ne relevant pas de la morale. La personne sursocialisée est ainsi
tenue psychologiquement en laisse et passe toute sa vie à suivre le chemin tracé par
la société ; il en résulte une sensation de contrainte et d'impuissance qui pèse sur
elle comme un fardeau. Nous affirmons que la sursocialisation est l'une des plus
cruelles tortures que les hommes s'infligent mutuellement.


27. Une partie très importante et influente du progressisme moderne est
sursocialisée, et cette sursocialisation détermine à bien des égards ses orientations.
Les progressistes sursocialisés sont en général des intellectuels ou des individus
appartenant à la «bourgeoisie». Notez que les intellectuels universitaires (3)
constituent à la fois le secteur le plus fortement socialisé et le plus progressiste de
notre société.


28. Le progressiste sursocialisé cherche à se débarrasser de sa laisse
psychologique et à affirmer son autonomie en se rebellant. Mais il est en général trop
faible pour s'opposer aux valeurs fondamentales de la société. D'une manière
générale, ses buts n'entrent pas en conflit avec la morale dominante. Au contraire, le
progressiste s'empare d'un grand principe moral, en fait son cheval de bataille, et
accuse ensuite l'ensemble de la société de le bafouer : égalité des races, des sexes,
aide aux démunis, pacifisme, non-violence, liberté d'expression, protection des
animaux et, plus profondément, devoir individuel de servir la société, et devoir de la
société de prendre l'individu en charge. Toutes ces valeurs sont depuis longtemps
enracinées dans notre société ou du moins dans les classes moyenne et supérieure
(4). Elles sont explicitement ou implicitement exprimées ou présupposées par les
médias ou dans le système éducatif. Les progressistes, surtout ceux de type
sursocialisé, ne les remettent généralement pas en cause, mais expliquent leur
hostilité envers la société en affirmant, à plus ou moins juste titre, qu'elle ne respecte
pas ces principes.


29. Voici une illustration de la manière dont le progressiste sursocialisé montre son
attachement réel aux conventions dominantes, alors qu'il prétend s'y opposer.
Nombreux sont ceux qui militent en faveur de «l'action positive», pour l'accession des
Noirs à des métiers prestigieux, pour une meilleure éducation dans des écoles noires
mieux financées. Ils considèrent le mode de vie de la «sous-classe» noire comme
une injustice et veulent intégrer les Noirs dans le système, en faire des cadres, des
juristes, des scientifiques, en tout point semblables aux Blancs de la classe
moyenne. Ils répondront que pour rien au monde ils ne veulent faire de l'homme noir
une copie de l'homme blanc, qu'ils veulent au contraire préserver la culture afroaméricaine.
Mais en quoi consiste au juste une telle préservation ? Elle se réduit
pour l'essentiel au fait de manger des plats traditionnels noirs, d'écouter de la
musique noire, de s'habiller à la mode noire et de fréquenter une église pour Noirs ou
une mosquée. En d'autres termes, cette culture ne peut s'exprimer que
superficiellement. Sur tous les points essentiels, ils veulent que les Noirs adoptent
les idéaux de la classe moyenne blanche. Ils veulent leur faire étudier les disciplines
techniques, qu'ils deviennent des cadres ou des scientifiques, qu'ils fassent carrière
pour prouver que les Noirs sont aussi performants que les Blancs, que les parents
noirs soient «responsables», que la gangs noirs deviennent non violents, etc. Mais
ce sont justement là les valeurs du système industriel-technologique, qui se
contrefout du genre de musique qu'un homme écoute, du style de vêtements qu'il
porte ou de sa religion, aussi longtemps qu'il suit des études, qu'il exerce un métier
respectable, qu'il grimpe dans l'échelle sociale, qu'il se comporte en parent
«responsable», qu'il est non violent, etc. En réalité, et bien qu'il s'en défende, le
progressiste sursocialisé veut que l'homme noir s'intègre au système et qu'il en
adopte les valeurs.


30. Nous n'affirmons pas que les progressistes, même sursocialisés, ne se
rebellent jamais contre les valeurs fondamentales de notre société. Ils le font
évidemment quelquefois. Certains d'entre eux, en s'engageant dans des actions
violentes, ont même remis là en cause un des principes fondamentaux de notre
société. De leur propre aveu, la violence est pour eux une forme de «libération». En
d'autres termes, en usant de violence, ils brisent le carcan psychologique dans lequel
ils furent élevés. Parce qu'ils sont sursocialisés, ils se sentent plus prisonniers que
d'autres ; d'où leur désir de se libérer. Mais ils justifient en général leur révolte dans
les termes de la morale dominante. S'ils usent de moyens violents, ils disent se
battre contre le racisme, ou quelque chose d'approchant.


31. Nous savons que cette description schématique de la psychologie progressiste
peut susciter beaucoup d'objections. La réalité est plus complexe, et il faudrait
plusieurs volumes pour en faire un inventaire détaillé, à supposer que toutes les
données soient disponibles. Nous avons simplement voulu en indiquer les deux
tendances principales.


32. Les problèmes du progressiste font comprendre les problèmes de la société
dans son ensemble. La dépréciation de soi, les tendances dépressives et le
défaitisme ne lui sont pas réservés. Quoique ces traits soient vraiment remarquables
chez lui, ils sont également très répandus ailleurs. Et la société actuelle s'efforce de
nous socialiser plus qu'aucune autre ne l'avait fait jusque-là. Au point que des
experts nous expliquent comment il faut manger, prendre de l'exercice, faire l'amour,
élever nos enfants, etc.


   Le processus d'auto-accomplissement


33. Les êtres humains ont le besoin, sans doute biologique, de quelque chose que
nous appellerons le «processus d'auto-accomplissement ». Il s'agit d'un besoin voisin
du besoin de puissance, dont l'existence est largement reconnue, sans que ce soit
exactement la même chose. Ce processus d'auto-accomplissement comporte quatre
composantes. Nous nommerons but, effort et réalisation les trois composantes les
plus aisément identifiables — tout le monde a besoin de buts qui exigent des efforts
pour être atteints, et de réussir à en atteindre au moins quelque uns. La quatrième
composante est plus délicate à définir et n'est peut-être pas indispensable à tout le
monde ; il s'agit de l'autonomie, dont nous parlerons plus loin (paragraphes 42-44).


34. Prenons le cas d'un homme à qui il suffit de désirer quelque chose pour
l'obtenir. Un tel homme a du pouvoir, mais de sérieux problèmes psychologiques
apparaîtront chez lui. Au début, il s'amusera beaucoup, mais petit à petit il connaîtra
l'ennui et le découragement. Il peut même devenir cliniquement dépressif. L'histoire
montre que les aristocraties oisives finissent par sombrer dans la décadence.
Contrairement aux aristocraties guerrières qui doivent combattre pour se maintenir
au pouvoir, les aristocraties oisives et insouciantes terminent dans la langueur,
l'hédonisme et la dépression, même lorsqu'elles détiennent le pouvoir. Ce qui montre
que le pouvoir n'est pas tout : il faut avoir des buts en fonction desquels l'exercer.


35. Tout le monde a des buts ; ne serait-ce que ceux liés aux nécessités de la
survie : nourriture, eau, vêtements et habitat adaptés au climat. Mais l'aristocratie
oisive n'a besoin de faire aucun effort pour obtenir tout cela. D'où son ennui et sa
démoralisation.


36. Ne pas atteindre certains buts peut conduire à la mort, s'ils se rapportent à des
nécessités physiques, et sinon à la frustration, si le fait d'y échouer ne compromet
pas la survie. Passer toute une vie sans pouvoir jamais atteindre aucun de ses buts
mène au défaitisme, à la dépréciation de soi ou à la dépression.


37. Pour éviter de sérieux problèmes psychologiques, un homme doit donc se
donner des buts qui supposent des efforts pour être atteints, et il doit connaître un
minimum de succès dans la poursuite de ses buts.


   Les activités de substitution


38. Pour autant les aristocrates oisifs ne sombrent pas tous dans l'ennui ou la
démoralisation. L'empereur Hirohito, par exemple, au lieu de se réfugier dans un
hédonisme décadent, s'est intéressé à la biologie marine, domaine où il se distingua.
Quand les gens peuvent satisfaire sans efforts leurs besoins physiques, ils
s'inventent souvent des objectifs artificiels, auxquels ils consacrent la même énergie,
avec le même investissement émotionnel que s'il s'agissait d'assurer leur survie. Les
aristocrates de l'Empire romain avaient ainsi des ambitions littéraires ; de nombreux
aristocrates ont consacré beaucoup de temps et d'énergie à chasser, alors qu'ils ne
manquaient certainement pas de nourriture ; d'autres rivalisaient dans l'étalage de
leurs richesses ; et quelques-uns, comme Hirohito, se sont tournés vers la science.


39. Nous utiliserons l'expression «activité de substitution» pour désigner une
activité dirigée vers un but artificiel que les gens se donnent à seule fin d'avoir un but
quelconque à poursuivre, et surtout pour le sentiment de «réalisation» qu'ils retirent
de cette activité. Voici une règle simple pour identifier les activités de substitution.
Soit un individu consacrant beaucoup de temps et d'énergie à atteindre un but
quelconque ; demandez vous ceci : s'il devait les consacrer à satisfaire ses besoins
biologiques, et que cet effort mobilise ses facultés physiques et mentales de manière
intéressante et variée, souffrirait-il vraiment de ne pas atteindre cet autre but qu'il
s'était fixé ? Si la réponse est non, il s'agit alors d'une activité de substitution. Les
travaux d'Hirohito sur la biologie marine entrent manifestement dans cette catégorie ;
il est en effet certain que s'il avait dû consacrer son temps à des tâches
intéressantes et non scientifiques pour satisfaire aux nécessités de la vie, il ne se
serait pas senti diminué de ne pas tout connaître de l'anatomie et de la vie des
animaux marins. En revanche, la recherche du plaisir sexuel et de l'amour, par
exemple, n'est pas une activité de substitution, parce que la plupart des gens, aussi
satisfaisante que soit leur vie par ailleurs, se sentiraient mutilés si leur existence se
déroulait sans relations amoureuses. (Mais la recherche frénétique et forcenée du
plaisir sexuel peut être une activité de substitution.)


40. Dans la société industrielle moderne, la satisfaction des besoins matériels ne
requiert qu'un minimum d'efforts. Il suffit de suivre une formation qui dispense un
petit savoir-faire technique, puis d'arriver à l'heure au travail et de déployer le peu
d'effort nécessaire pour conserver ce travail. Une intelligence moyenne et, pardessus
tout, la soumission : voilà tout ce que la société demande, ensuite de quoi
elle prendra soin de vous, depuis le berceau jusqu'à la tombe. (Certes, il existe bien
une sous-classe à laquelle on ne garantit pas la satisfaction de ses besoins
matériels, mais nous parlons ici de la majorité des gens.) Il n'est donc pas surprenant
que la société moderne soit encombrée d'activités de substitution. En font partie les
travaux scientifiques, l'exploit sportif, l'action humanitaire, la création artistique et
littéraire, la réussite professionnelle, l'accumulation d'argent et de biens matériels en
telle quantité qu'ils cessent de procurer une quelconque satisfaction physique, et
l'activisme social lorsqu'il n'est pas vital pour le militant lui-même, comme dans le cas
des activistes blancs qui se battent pour les droits des minorités non blanches. Ce ne
sont pas toujours de pures activités de substitution, puisqu'elles n'ont pas forcément
pour seul motif le simple besoin d'avoir un but. Le travail scientifique peut s'expliquer
en partie par la soif de prestige, la création artistique par le besoin d'exprimer des
émotions, l'activité militante par l'agressivité. Mais ces activités sont dans de
nombreux cas des activité de substitution. La plupart des scientifiques, par exemple,
diront probablement que «l'épanouissement» qu'ils trouvent dans leur travail est plus
important que le prestige ou que l'argent qu'ils en retirent.


41. Pour beaucoup, si ce n'est pour la majorité, les activités de substitution sont en
réalité moins satisfaisantes que ne le serait la poursuite de buts authentiques —
c'est-à-dire de buts qui existeraient même si le besoin d'auto-accomplissement n'était
pas frustré. La preuve en est que dans la plupart des cas, les gens profondément
impliqués dans ces activités de substitution ne sont jamais satisfaits, jamais
tranquilles. Ainsi, celui qui gagne de l'argent lutte constamment pour accroître sa
fortune. A peine a-t-il résolu un problème que le scientifique s'attaque à un autre. Le
coureur de fond cherche à courir toujours plus vite, toujours plus loin. De
nombreuses personnes se livrant à des activités de substitution diront qu'elles en
retirent un plus grand sentiment de réalisation que de l'activité «banale» de pourvoir
à leurs besoins biologiques, mais c'est parce que, dans notre société, l'effort
nécessaire pour satisfaire ceux-ci est devenu quelque chose d'insignifiant. Qui plus
est, les gens ne satisfont pas leurs besoins biologiques de façon autonome, mais en
fonctionnant comme des rouages d'une énorme machine sociale. En revanche, ils
conservent généralement une grande autonomie dans leurs activités de substitution.
L'autonomie


42. L'autonomie, en tant qu'élément constitutif de l'auto-accomplissement, n'est
peut-être pas indispensable à tout le monde. Mais la plupart des gens en ont plus ou
moins besoin dans la poursuite de leurs buts. Ils veulent déployer leurs efforts à leur
propre initiative, sous leur direction et leur contrôle. Cela dit, il n'est pas
indispensable que ce soit en tant qu'individus isolés ; il suffit le plus souvent que ce
soit au sein d'un petit groupe où ils puissent prendre l'initiative d'une activité et en
garder la direction et le contrôle. La recherche d'un auto-accomplissement peut ainsi
être menée par une demi-douzaine d'individus discutant ensemble d'un projet et
unissant leurs efforts pour le réaliser. En revanche, ils en seront frustrés s'ils
travaillent sous des ordres impératifs venus d'en haut, ne laissant place ni à
l'autonomie, ni à l'initiative. Il en va de même lorsque les décisions collectives sont
prises dans un groupe trop étendu pour que le rôle de chacun ait une signification
quelconque (5).


43. Certains individus ne semblent avoir qu'un besoin réduit d'autonomie. ou bien
leur instinct de puissance est faible, ou bien ils le satisfont en s'identifiant à quelque
organisation puissante dont ils sont membres. Et puis il y a les imbéciles, les
animaux humains qui semblent se satisfaire d'un sentiment purement physique de
leur puissance (le bon soldat, qui acquiert ce sentiment en développant des
capacités militaires qu'il met aveuglément au service de ses supérieurs).


44. Mais pour la plupart, c'est grâce à l'auto-accomplissement — avoir un but et
l'atteindre par un effort autonome — que s'acquièrent estime de soi, confiance et
sentiment de puissance. Pour quiconque n'a pas l'occasion de mener à bien le
processus d'auto-accomplissement, les conséquences, qui dépendent de l'individu et
de la manière dont ce processus est perturbé, sont l'ennui, la démoralisation, la
dépréciation de soi, les sentiments d'infériorité, le défaitisme, la dépression, l'anxiété,
la culpabilité, la frustration, l'hostilité, la violence envers sa femme ou son enfant,
l'hédonisme insatiable, les déviations sexuelles, les troubles du sommeil ou de
l'appétit, et ainsi de suite (6).


    Les causes des problèmes sociaux


45. Tous ces symptômes peuvent certes exister dans n'importe quel type de
société, mais ils sont produits massivement par les sociétés industrielles modernes.
Nous ne sommes pas les premiers à dire que le monde actuel semble devenir fou.
Cela n'est pas naturel et normal pour une société humaine. Il y a de bonnes raisons
de penser que l'homme primitif souffrait moins du stress et de la frustration que
l'homme moderne, et qu'il était plus satisfait de son mode de vie. Il est vrai que tout
n'était pas délices et splendeurs dans les sociétés primitives. Le viol était courant
chez les aborigènes d'Australie, et les travestis n'étaient pas rares dans certaines
tribus d'Indiens d'Amérique. Mais il est certain qu'en général les problèmes évoqués
au paragraphe précédent étaient beaucoup moins répandus chez les primitifs.


46. Nous voyons la cause des problèmes sociaux et psychologiques des sociétés
modernes dans le fait qu'elles imposent des conditions de vie radicalement
différentes de celles qui ont permis l'évolution de l'espèce humaine, et des modes de
comportement en rupture avec ceux des hommes d'autrefois. Nous considérons
l'impossibilité de poursuivre de façon satisfaisante son auto-accomplissement
comme étant la plus grave de toutes les conditions de vie anormales que la société
moderne impose aux gens. Mais ce n'est pas la seule. Avant d'en venir à la
perturbation du processus d'auto-accomplissement en tant que cause des problèmes
sociaux, nous allons en examiner quelques autres.


47. Parmi les conditions anormales présentes dans la société industrielle moderne,
il faut citer la densité excessive de la population, la séparation de l'homme et de la
nature, l'extrême rapidité des transformations sociales et l'effondrement des petites
communautés naturelles telles que la famille élargie, le village ou la tribu.


48. Personne n'ignore que la promiscuité provoque le stress et l'agressivité.
L'actuel niveau d'entassement, la séparation de l'homme et de son milieu naturel
résultent du progrès technologique. Toutes les sociétés préindustrielles étaient à
prédominance rurale. La révolution industrielle a énormément accru la taille des villes
et augmenté le nombre de gens qui y vivent, et l'agriculture industrielle a permis
d'atteindre une densité de population inconnue jusqu'alors. (De plus, la technologie
aggrave les conséquences de la promiscuité en donnant aux gens la possibilité de
nuire à leurs semblables. Par exemple, tout un arsenal d'appareils bruyants :
tondeuses à gazon, postes de radio, motos, etc. Si l'utilisation de ces engins n'est
pas réglementée, les gens qui veulent la paix et la tranquillité sont excédés par le
bruit. Si leur emploi est limité, les gens qui les utilisent se sentent frustrés. Mais si
ces machines n'avaient jamais été inventées, il n'y aurait eu ni conflit ni frustration.)


49. La nature, qui change très lentement, procurait un cadre stable aux sociétés
primitives, et donc un sentiment de sécurité. Dans le monde moderne, c'est au
contraire la société humaine qui domine la nature, et les changements
technologiques modifient rapidement cette société. Il n'y a donc plus de cadre
stable.


50. Les conservateurs sont idiots : ils se lamentent sur l'effondrement des valeurs
traditionnelles mais s'enthousiasment pour le progrès technique et la croissance
économique. Il ne leur est visiblement jamais venu à l'idée qu'on ne peut pas opérer
de changements rapides et radicaux dans la technologie et l'économie d'une société
sans provoquer des changements tout aussi rapides dans tous les autres domaines,
et que ces changements détruisent inévitablement les valeurs traditionnelles.


51. L'effondrement de ces valeurs implique la rupture des liens sociaux qui
assuraient la cohésion des petits groupes traditionnels. Cette destruction provient
également du fait que les conditions modernes exigent souvent des individus qu'ils
déménagent, se séparant ainsi de leur communauté d'origine. De plus, une société
technologique doit affaiblir la famille et les communautés locales si elle veut
fonctionner efficacement ; l'individu doit d'abord servir le système, et seulement dans
un deuxième temps une communauté restreinte, car si la loyauté pratiquée au sein
des petites communautés était la plus forte, elles agiraient pour leur propre compte,
aux dépens du système.


52. Supposez qu'un fonctionnaire, ou un cadre d'entreprise, offre un poste à un
parent, un ami ou un coreligionnaire, plutôt qu'à un individu plus qualifié. Sa «fidélité»
personnelle aura donc supplanté son dévouement au système et cela s'appelle du
«népotisme», ou de la «discrimination», deux péchés terribles pour la société
moderne. Les sociétés qui se veulent industrielles sans avoir réussi à subordonner
les solidarités personnelles ou locales au loyalisme à l'égard du système sont
souvent très inefficaces (voyez l'Amérique latine). Une société industrielle avancée
ne peut tolérer que de petites communautés émasculées, domptées et transformées
en outils à son service (7).


53. La surpopulation, le changement rapide et l'effondrement des communautés ont
été largement reconnus comme causes de problèmes sociaux. Mais nous ne
pensons pas qu'ils suffisent à expliquer la multiplication des problèmes actuels.


54. Quelques villes préindustrielles étaient très étendues et très peuplées ; leurs
habitants ne semblent pourtant pas avoir souffert de problèmes psychologiques
aussi graves que l'homme moderne. En revanche, il y a encore aujourd'hui en
Amérique des campagnes peu peuplées et on y rencontre les mêmes problèmes que
dans les villes, même s'ils sont moins aigus. La surpopulation ne semble donc pas
être le facteur décisif.


55. Dans l'Amérique du XIXe siècle en expansion vers l'Ouest, la mobilité de la
population entraîna sans doute au moins autant qu'aujourd'hui la dissolution d«
familles élargies et des petites communautés. En fait, de nombreuses familles
choisissaient de vivre isolées, sans voisins à des kilomètres à la ronde ; elles
n'appartenaient à aucune communauté et pourtant cela ne semble pas avoir
occasionné de problèmes particuliers.


56. De plus, l'Amérique des pionniers connut une transformation très rapide et très
profonde. Un homme pouvait être né et avoir été élevé dans une cabane en rondins,
à l'écart des lois et de l'ordre, se nourrir essentiellement de gibier, et se retrouver, à
un âge plus avancé, avec un emploi stable, dans une communauté bien ordonnée et
bien policée. C'était un changement beaucoup plus profond que celui affectant la vie
d'un individu moderne, et cela ne semble pourtant pas avoir induit de problèmes
psychologiques. En fait, la société américaine du XIXe siècle était confiante et
optimiste, contrairement à celle d'aujourd'hui (8).


57. Nous pensons que la différence tient au fait que l'homme moderne a la
sensation, largement justifiée, que le changement lui est imposé, alors que le
pionnier du XIXe siècle pensait, lui aussi à juste titre, que le changement était son
oeuvre, dû à sa seule initiative. Il s'installait sur la terre qu'il avait choisie et y créait
une ferme de ses mains. En ce temps-là, un comté entier pouvait être habité par à
peine deux cents personnes et constituer une entité beaucoup plus isolée et plus
autonome qu'aujourd'hui. Et le pionnier, en tant que membre d'un petit groupe,
participait à la création d'une communauté nouvelle et ordonnée ; on peut se
demander si c'était un réel progrès, mais en tout cas, cela satisfaisait le besoin
d'auto-accomplissement.


58. On pourrait donner d'autres exemples de sociétés dans lesquelles la rapidité
des changements, ou l'absence de liens communautaires, ou même les deux, n'ont
pas provoqué les massives aberrations de comportement que nous constatons
aujourd'hui. Les gens n'ont pas la possibilité de mener à bien de façon normale leur
auto-accomplissement ; voilà selon nous la raison primordiale des problèmes sociaux
et psychologiques. La société moderne n'est pas la seule où ce processus est
perturbé ; il l'a été plus ou moins dans la plupart sinon dans toutes les sociétés
civilisées. Mais le problème est devenu particulièrement aigu dans la société
industrielle moderne. Le progressisme, surtout dans sa forme récente (seconde
moitié du XXe siècle), est par certains côtés un symptôme du fait que les individus
sont privés de toute possibilité d'auto-accomplissement.


     La perturbation du processus d'autoaccomplissement
dans la société moderne


59. Nous divisons les aspirations humaines en trois catégories : 1) celles qui
peuvent être satisfaites à l'aide d'un effort minime ; 2) celles qui peuvent être
satisfaites, mais au prix d'efforts sérieux ; 3) celles qui sont impossibles à satisfaire,
quels que soient les efforts fournis. L'auto-accomplissement est le processus qui
consiste à satisfaire les aspirations de la deuxième catégorie. Quant à celles de la
troisième, plus elles sont nombreuses, plus sont fréquents la frustration, la colère, le
défaitisme, la dépression, etc.


60. Dans la société industrielle moderne, les aspirations humaines naturelles sont
reléguées dans les première et troisième catégories, alors que la deuxième catégorie
se compose de plus en plus d'aspirations artificiellement créées.


61. Dans les sociétés primitives, les besoins matériels font généralement partie de
la deuxième catégorie : on peut les satisfaire, mais seulement au prix d'un effort
soutenu. Les sociétés modernes tendent, en revanche, à garantir la survie à tout le
monde (9) au prix d'un effort minimum, de sorte que les besoins matériels se
retrouvent dans la première catégorie. (Il peut y avoir désaccord sur le fait que le
travail nécessite un effort «minimum» ; mais en règle générale, les emplois
subalternes et intermédiaires demandent surtout de la soumission. Il faut s'asseoir ou
se tenir debout à l'endroit désigné et faire ce qu'il y a à faire comme il a été prescrit
de le faire. Il est rarement nécessaire de produire de réels efforts et de toute façon il
n'y a presque aucune autonomie dans le travail ; le besoin d'auto-accomplissement
ne peut donc y trouver satisfaction.)


62. Dans le monde moderne, des besoins sociaux comme la sexualité, l'amour ou
la soif de prestige entrent souvent dans la deuxième catégorie, en fonction de la
situation individuelle (10). Mais, sauf pour les gens ayant une soif de prestige
particulièrement forte, l'effort demandé pour satisfaire ces besoins est insuffisant
pour qu'il y ait réellement auto-accomplissement.


63. Certains besoins artificiels qui entrent dans la deuxième catégorie ont donc été
créés et ce sont eux qui répondent désormais au besoin d'auto-accomplissement :
de sérieux efforts sont en effet requis pour gagner l'argent nécessaire à la
satisfaction de ces faux besoins, des techniques de publicité et de marketing ayant
été mises au point pour convaincre les individus qu'il leur faut absolument ces objets
que leurs grands-parents n'auraient jamais désirés ni même rêvés (voir néanmoins
paragraphes 80-82). L'homme moderne doit assouvir son besoin d'autoaccomplissement
en cherchant à satisfaire les aspirations artificiellement créées par
la publicité et le marketing (11) ainsi qu'en s'adonnant à des activités de substitution.


64. Il semble que pour beaucoup de gens, peut-être la majorité, ces formes
artificielles d'auto-accomplissement soient insuffisantes. Le sentiment d'inanité
qu'éprouvent nombre de nos contemporains (on parle aussi d'«anomie» ou de
«vacuité de la classe moyenne» est un thème récurrent dans les textes de critique
sociale de la seconde moitié du XXe siècle. Selon nous, la prétendue «crise
d'identité» est en réalité la quête d'un but dans l'existence, le plus souvent par la
participation à une activité de substitution appropriée. L'existentialisme a peut-être
été dans une large mesure une réaction à l'inanité de la vie moderne (12). La
recherche d'une «réalisation de soi» est très répandue dans la société moderne.
Mais nous pensons que, pour la majorité des gens, une activité dont l'objet principal
est la réalisation de soi (c'est-à-dire une activité de substitution) ne peut procurer une
réalisation de soi pleinement satisfaisante. En d'autres termes, elle ne peut satisfaire
entièrement le besoin d'auto-accomplissement (voir paragraphe 41): on ne peut le
satisfaire vraiment que par des activités ayant quelque but extérieur, comme les
besoins matériels, la sensualité, l'amour, le prestige, la vengeance, etc.


65. De plus, quand il s'agit de gagner de l'argent, de gravir l'échelle sociale ou de
participer au système d'une quelconque manière, la plupart des gens ne sont pas en
mesure d'y parvenir de manière autonome. La plupart des travailleurs sont salariés
et, comme nous le disions au paragraphe 61, ils doivent passer leur journée à obéir
aux ordres. Même ceux qui sont à leur compte ne disposent que d'une autonomie
limitée. Les petits patrons se plaignent sans arrêt d'être entravés par une législation
envahissante. Certaines réglementations sont sans doute inutiles mais la plupart sont
essentielles et inévitables dans notre société extrêmement complexe. Une bonne
part des petites entreprises fonctionnent aujourd'hui au sein d'un réseau de
franchises. Il y a quelques années, le Wall Street Journal rapportait que beaucoup de
sociétés qui cherchaient à développer leur réseau de franchisés demandaient aux
candidats de se soumettre à un test de personnalité en vue d'éliminer ceux qui,
faisant preuve de créativité et d'initiative, n'étaient pas assez dociles pour se fondre
dans le moule. La plupart de ceux qui ont le plus besoin d'autonomie ne peuvent
donc monter une petite entreprise.


66. Les gens vivent aujourd'hui davantage en fonction de ce que le système fait
pour eux ou leur apporte qu'en fonction de ce qu'ils font pour eux-mêmes. Et ce qu'ils
font pour eux-mêmes suit de plus en plus les voies tracées par le système. Il fournit
les occasions, qui doivent être saisies en accord avec les lois et les réglementations
(13) ; il faut employer les techniques prescrites par les experts si l'on veut avoir une
chance de réussir.


67. Le processus d'auto-accomplissement est donc perturbé dans nos sociétés
faute d'objectifs réels et d'autonomie. Mais il est également perturbé à cause des
aspirations appartenant à la troisième catégorie: celles qu'il est impossible de
satisfaire réellement, quels que soient les efforts fournis. Ainsi le besoin de sécurité.
Nos vies dépendent de décisions prises par d'autres ; nous n'avons aucun contrôle
sur ces décisions et nous ignorons souvent même le nom des gens qui les prennent.
(«Nous vivons dans un monde où les décisions importantes sont prises par
relativement peu de gens — peut-être 500 ou 1.000, Philip B. Heymann, de la
Harvard Law School, cité par Anthony Lewis, The New York Times, 21 avril 1995.)
Nos vies dépendent du respect des normes de sécurité dans les centrales
nucléaires, du taux de pesticides toléré dans nos aliments, du degré de pollution de
l'air, de la compétence (ou de l'incompétence) de notre médecin. Le fait d'obtenir un
emploi (ou de le perdre) dépend de décisions prises par les économistes du
gouvernement ou par les dirigeants des grandes entreprises, etc. La plupart des
individus ne peuvent guère se soustraire à ces dangers. Le besoin individuel de
sécurité est donc frustré, provoquant ainsi un sentiment d'impuissance.
68. On pourrait objecter à cela que l'homme primitif était matériellement moins en
sécurité que l'homme moderne, comme le prouve sa moindre espérance de vie.
L'homme moderne serait donc en fait trop en sécurité, plus en tout cas qu'il n'est
naturel dans une existence humaine, et c'est ce dont il souffrirait. Mais la sécurité
psychologique n'est pas exactement du même ordre que la sécurité matérielle. Ce
qui fait que nous nous sentons en sécurité n'est pas tant une sécurité objective qu'un
sentiment de confiance dans nos capacités à nous prendre en charge. L'homme
primitif, menacé par une bête sauvage ou tenaillé par la faim, pouvait se défendre ou
aller chercher de la nourriture. Il n'avait nulle certitude de voir ses efforts couronnés
de succès mais il ne restait pas impuissant face aux menaces. L'homme moderne
est quant à lui menacé par mille dangers contre lesquels il ne peut rien : accidents
d'origine nucléaire, alimentation cancérigène, pollution, guerres, augmentation des
impôts, violation de sa vie privée par les grandes organisations, phénomènes
économiques et sociaux qui peuvent affecter sa manière de vivre.


69. I1 est vrai que l'homme primitif était impuissant face à certaines menaces : la
maladie, par exemple. Mais il pouvait accepter ce risque avec stoïcisme. Cela faisait
partie de la nature des choses, ce n'était la faute de personne, même si on en rendait
responsable quelque démon imaginaire et impersonnel. Les périls qui menacent
l'homme moderne sont en revanche créés par l'homme. Ils ne sont pas le résultat
d'un hasard, ils lui sont imposés par d'autres, dont il ne peut pas, en tant qu'individu,
modifier les décisions. Il se sent donc frustré, humilié et furieux.


70. L'homme primitif était maître de sa propre sécurité — en tant qu'individu ou
membre d'un petit groupe — tandis que celle de l'homme moderne se trouve entre
les mains de personnes ou d'organisations trop éloignées de lui, ou trop importantes
pour qu'il puisse agir sur elles. Le besoin de sécurité de l'homme moderne appartient
donc aux première et troisième catégories ; dans quelques cas (nourriture, habitat,
etc.) il obtient cette sécurité au prix d'un effort insignifiant, mais dans d'autres cas, il
ne peut pas se l'assurer. (Ce qui précède est une simplification, mais cela indique,
d'une manière très générale, en quoi la condition de l'homme moderne diffère de
celle de l'homme primitif.)


71. Les gens éprouvent de nombreux désirs passagers ou des impulsions qui sont
automatiquement frustrés dans la vie moderne, et qui font donc partie de la troisième
catégorie. On peut se mettre en colère, mais la société n'autorise pas la bagarre.
Dans beaucoup de situations, elle ne permet même pas les agressions verbales. On
peut être pressé de se rendre quelque part ou avoir envie de flâner, mais il n'y a pas
d'autre choix que de suivre le flot des voitures et de respecter les signalisations. On
peut vouloir faire son travail d'une manière différente, mais on ne peut en général
travailler qu'à condition de se plier aux exigences de son employeur. Dans beaucoup
d'autres cas, l'homme moderne est ainsi empêtré dans un filet de lois et de
réglementations, implicites ou explicites, qui entravent nombre de ses impulsions et
interfèrent donc avec le processus d'auto-accomplissement. La plupart de ces
réglementations ne peuvent être abandonnées parce qu'elles sont nécessaires au
fonctionnement de la société industrielle.


72. La société moderne est, à certains égards, très permissive. Tant que le
fonctionnement du système n'est pas en cause, nous pouvons faire généralement ce
qui nous plaît. Nous pouvons choisir notre religion, du moment que cela n'entraîne
pas un comportement dangereux pour le système. Nous pouvons coucher avec qui
nous voulons, aussi longtemps que nous respectons les règles du «safe sex». Nous
pouvons faire ce que nous voulons, dès lors que c'est sans importance. Mais pour
tout ce qui a de l'importance, le système nous dicte de plus en plus précisément la
conduite à suivre.


73. Le comportement n'est pas dicté seulement par des lois explicites ou par l'État.
Le contrôle est souvent exercé par des coercitions indirectes, des pressions
psychologiques ou des manipulations, que mettent en oeuvre des organisations non
étatiques ou le système dans son ensemble. La plupart des grandes organisations
utilisent certaines formes de propagande (14) pour manipuler les comportements.
Cette propagande ne se limite pas aux «films» publicitaires ou aux affiches; elle n'est
quelquefois même pas conçue en tant que telle par les gens qui la font. Le contenu
d'un divertissement télévisé est un puissant moyen de propagande. Autre exemple
de coercition indirecte : il n'y a pas de loi obligeant à travailler chaque jour et à obéir
aux ordres de son patron. Légalement, il n'y a rien qui nous interdise d'aller vivre
comme les hommes primitifs dans une région sauvage ou de nous mettre à notre
compte. Mais en pratique il reste très peu de contrées sauvages, et l'économie n'a
besoin que d'un très petit nombre de patrons. La plupart d'entre nous ne peuvent
donc survivre qu'en devenant salariés.


74. Nous pensons que l'obsession de l'homme moderne pour la longévité, pour la
conservation de la vigueur physique et du désir sexuel jusqu'à un âge avancé, est un
symptôme d'insatisfaction dû à la perturbation de l'auto-accomplissement. Idem pour
le «démon de midi» et le peu d'inclination à faire des enfants, tendance très
répandue dans nos sociétés, alors qu'elle était inexistante dans les sociétés
primitives.


75. Dans les sociétés primitives, le cours de la vie était une succession d'étapes.
Une fois les besoins de chaque étape satisfaits, et ses buts atteints, il n'y avait pas
de répugnance particulière à passer à la suivante. Un jeune homme trouvait un autoaccomplissement
en devenant chasseur, non par goût du sport ou par plaisir, mais
pour se nourrir. (Chez les jeunes femmes, l'auto-accomplissement était plus
complexe et accordait plus de place au pouvoir social ; nous ne discuterons pas de
cela ici.) Cette étape ayant été franchie avec succès, le jeune homme acceptait sans
regret d'assumer la responsabilité de fonder une famille. (Certains modernes reculent
au contraire indéfiniment le moment d'avoir un enfant parce qu'ils sont trop occupés
à chercher une sorte de «réalisation». Nous pensons que la réalisation dont ils ont
besoin serait une expérience réussie d'auto-accomplissement, ayant des buts réels
plutôt qu'artificiels comme ceux proposés par les activités de substitution.) Ensuite,
ayant réussi à élever ses enfants et s'étant accompli en subvenant à leurs besoins
matériels, l'homme primitif sentait que sa tâche était remplie et il était prêt à accepter
la vieillesse — s'il survivait assez longtemps — et la mort. Beaucoup d'hommes
modernes sont au contraire obsédés par l'idée de la mort, comme le montre la
quantité d'efforts qu'ils déploient pour se maintenir en forme, conserver leur
apparence et leur santé. Nous pensons que cela vient de l'insatisfaction de n'avoir
jamais utilisé leurs capacités physiques, de ne s'être jamais accomplis dans une
activité corporelle qui ne soit pas futile. L'homme primitif ne craignait pas les atteintes
de l'âge, lui qui se servait quotidiennement de son corps dans des tâches pratiques ;
en revanche, l'homme moderne en a peur, lui qui n'a jamais fait d'autre effort
physique que de marcher de sa voiture à sa maison. C'est celui dont le besoin
d'auto-accomplissement a été satisfait durant sa vie qui est le mieux préparé à en
accepter la fin.


76. En réponse à ces arguments, certains diront: «La société doit donner à chacun
l'occasion de son accomplissement.» A ceux-là, nous répondrons que le seul fait
que cette occasion soit offerte par la société suffit à lui ôter toute valeur. Les gens
ont besoin de trouver ou de construire leurs propres occasions. Aussi longtemps que
ce sera le système qui les leur accordera, il les tiendra toujours en laisse. Ils devront
la rompre pour devenir autonomes.


    Comment certaines personnes s'adaptent


77. Tout le monde ne souffre pas de problèmes psychologiques dans la société
industrielle-technologique. Quelques-uns affirment même être très satisfaits du
monde tel qu'il est. Nous envisagerons maintenant certaines des raisons pour
lesquelles les jugements sur cette société peuvent à ce point diverger.


78. D'abord, il y a sans aucun doute de grandes différences dans l'intensité de
l'instinct de puissance. Les individus chez qui cet instinct est faible ont relativement
peu besoin de mener à bien le processus d'auto-accomplissement, ou du moins peu
besoin d'autonomie dans ce processus. Ce sont des individus dociles qui auraient
été heureux s'ils avaient été nègres dans les plantations du vieux Sud. (Nous ne
voulons pas nous moquer de ces nègres ; la plupart des esclaves n'acceptaient pas
leur servitude. En revanche, nous méprisons vraiment ceux qui s'en satisfont.)


79. Certains sont habités d'un instinct exceptionnellement fort et trouvent à
l'assouvir une forme d'auto-accomplissement. Par exemple, ceux qui ont un désir
hypertrophié de prestige social peuvent passer leur vie à gravir les échelons sans
jamais se lasser de ce jeu.


80. Les gens sont plus ou moins réceptifs à la publicité et au marketing. Certains
sont tellement réceptifs que, même en gagnant beaucoup d'argent, ils ne peuvent
jamais satisfaire leur besoin compulsif des nouveaux jouets rutilants que le marketing
leur fait miroiter. Aussi, même s'ils touchent un bon salaire, ils n'ont jamais assez
d'argent, et leur convoitise est frustrée.


81. D'autres en revanche y sont peu réceptifs. Ceux-là ne sont pas intéressés par
l'argent. Les acquisitions matérielles ne sont pas nécessaires à leur autoaccomplissement.
82. Ceux qui sont moyennement réceptifs à ces techniques peuvent gagner assez
d'argent pour satisfaire leur frénésie de produits et de services, mais seulement au
prix d'un sérieux effort : heures supplémentaires, second travail, recherche de
promotion, etc. L'acquisition matérielle est donc au service de leur besoin d'autoaccomplissement.
Mais cela ne veut pas dire que ce besoin est pleinement satisfait.
Ils ne sont pas suffisamment autonomes ; — leur travail consiste à exécuter les
ordres — et certains de leurs instincts, par exemple de conservation ou d'agression,
peuvent être frustrés. (Nous nous sentons coupables d'une trop grande simplification
dans les paragraphes 80-82 parce que nous avons fait du besoin d'acquisition
matérielle un pur produit de la publicité et du marketing. Bien entendu, cela n'est pas
si simple (voir note 11.)


83. Certains individus assouvissent partiellement leur instinct de puissance en
s'identifiant à une organisation puissante ou à un mouvement de masse. Un individu
qui n'a ni buts ni pouvoir rejoint un mouvement ou une organisation, en fait siens les
buts et travaille à ce qu'ils soient atteints. Lorsque certains de ces buts sont atteints,
l'individu, même si son rôle fut insignifiant, éprouve — grâce à son identification à
l'organisation ou au mouvement — un sentiment d'accomplissement. Ce phénomène
fut exploité par les fascistes, les nazis et les communistes. Notre société l'utilise
également, quoique moins grossièrement. Exemple : Manuel Noriega gênait les
États-Unis (but : punir Noriega). Les États-Unis envahirent le Panama (effort) et
punirent Noriaga (but atteint). Les États-Unis ont ainsi fourni à beaucoup
d'Américains, qui s'identifiaient à leur patrie, une occasion d'auto-accomplissement
par procuration. C'est pourquoi une très large partie de l'opinion approuva l'invasion
du Panama ; cela donnait aux gens un sentiment de puissance (15). Nous
constatons le même phénomène dans les armées, les grandes entreprises, les partis
politiques, les organisations humanitaires, les mouvements religieux ou idéologiques.
Les mouvements progressistes en particulier tendent à attirer des gens qui cherchent
à satisfaire leur besoin de puissance ; mais pour la plupart des gens, il ne suffit pas
pour cela de s'identifier à une grande organisation ou à un mouvement de masse.


84. Les gens assouvissent également leur besoin d'auto-accomplissement par des
activités de substitution. Comme nous l'avons exposé aux paragraphes 38-40, une
activité de substitution est une activité dirigée vers un but artificiel que l'individu se
donne seulement pour éprouver un sentiment de «réalisation» et non par besoin
d'atteindre réellement ce but. Par exemple, il n'y a aucune raison pratique d'acquérir
d'énormes muscles, de mettre une petite balle dans un trou ou de constituer une
collection de timbres. Pourtant de nombreuses personnes sont passionnées par le
body building, le golf ou la philatélie. Certains individus sont plus influençables que
d'autres et par là plus enclins prêter de l'importance aux activités de substitution,
simplement parce que leur entourage ou la société les persuadent qu'elles sont
importantes. C'est pourquoi ils se lancent sérieusement dans des activités
essentiellement dérisoires comme le sport, le bridge, les échecs ou la recherche
érudite pour initiés, tandis que d'autres, plus clairvoyants, les prennent pour ce
qu'elles sont réellement — des activités de substitution — et n'y attachent donc pas
assez d'importance pour y chercher le moyen de leur auto-accomplissement.
Précisons que dans bien des cas, la manière de gagner sa vie est également une
activité de substitution. Non une pure activité de substitution, puisqu'elle sert aussi à
acquérir de quoi survivre et, pour certains, à obtenir le statut social et les articles de
luxe que la publicité leur fait désirer. Mais beaucoup de gens, dans leur travail,
fournissent bien davantage d'efforts qu'il n'est nécessaire pour gagner de l'argent ou
obtenir le statut qu'ils souhaitent, et ces efforts-là constituent une activité de
substitution. Ce surcroît d'effort, avec l'investissement émotionnel qu'il implique, est
l'une des plus puissantes forces qui soit au service du développement du système et
de son incessant perfectionnement, toujours nuisible à la liberté individuelle (voir
paragraphe 131). C'est en particulier chez les ingénieurs et les scientifiques les plus
créatifs qu'on voie le travail devenir essentiellement une activité de substitution. Ce
point mérite que nous lui consacrions un développement spécifique (paragraphes 87-
92).


85. Nous avons expliqué dans ce chapitre comment beaucoup de parviennent plus
ou moins à assouvir leur besoin d'auto-accomplissement dans la société moderne,
mais nous pensons qu'il n'est jamais pleinement satisfait. Tout d'abord, parce que
rares sont les individus qui ont une soif inextinguible de prestige, ou qui sont
«accrochés» à une activité de substitution, ou encore qui s'identifient suffisamment à
un mouvement ou à une organisation pour parvenir à satisfaire de cette manière leur
instinct de puissance. Les autres ne sont pas pleinement satisfaits de leurs activités
de substitution ou de l'identification à une organisation (voir paragraphes 41, 64). Par
ailleurs, le système, à travers une réglementation explicite ou la socialisation, exerce
un contrôle trop important, ce qui entraîne un manque d'autonomie et une frustration
liée à l'impossibilité d'atteindre certains buts et à la nécessité de réfréner trop
d'impulsions.


86. Mais même si la plupart des gens étaient satisfaits de la société industrielletechnologique,
nous (FC) lui resterions hostiles parce que, entre autres raisons, nous
trouvons dégradant que l'individu soit condamné à des activités de substitution ou à
s'identifier à une organisation pour tenter de mener à bien son autoaccomplissement,
faute de buts réels à poursuivre.


   Les mobiles des scientifiques


87. La science et la technologie fournissent les exemples les plus parlants de ce
qu'est une activité de substitution. Certains scientifiques prétendent être mus par la «
curiosité», ou encore oeuvrer pour le «bien de l'humanité». Mais il est facile de voir
qu'aucune de ces explications ne tient. Quant à celle qui invoque la «curiosité», elle
est tout simplement absurde. La plupart travaillent dans des domaines hautement
spécialisés qui sortent du champ de la curiosité ordinaire. Est-ce qu'un astronome,
un mathématicien ou un entomologiste est intéressé par les propriétés de
l'isopropyltriméthylméthane ? Bien sûr que non. Seul le chimiste l'est, et il l'est
seulement parce que la chimie est son activité de substitution. Est-ce qu'un chimiste
est curieux de connaître la classification appropriée d'une nouvelle sorte de
coléoptères ? Non. Cette question intéresse seulement l'entomologiste, et il s'y
intéresse seulement parce que l'entomologie est son activité de substitution. Si le
chimiste et l'entomologiste devaient sérieusement assurer leur survie, et si cet effort
mobilisait leurs capacités de manière intéressante sans pourtant rien avoir de
scientifique, ils se ficheraient complètement de l'isopropyltriméthylméthane ou de la
classification des coléoptères. Supposons que le manque de moyens ait empêché le
chimiste de poursuivre ses études, et qu'il soit devenu agent d'assurances. Il se
serait intéressé dans ce cas aux problèmes d'assurance et n'aurait rien eu à faire de
l'isopropyltriméthylméthane. Il est stupide d'expliquer par la simple curiosité la
quantité de temps et d'effort dépensée par les scientifiques dans leur travail. Cette
explication ne tient pas debout.


88. Il n'est pas plus plausible d'invoquer le «bien de l'humanité». Certains travaux
scientifiques n'ont aucun rapport avec le bien-être de l'espèce humaine — comme la
majeure partie de l'archéologie ou de la linguistique comparée, par exemple — et
d'autres s'avèrent même manifestement dangereux. Les spécialistes de ces
domaines sont pourtant aussi enthousiastes que ceux qui cherchent de nouveaux
vaccins ou étudient la pollution de l'air. Prenons le cas du Dr Edward Teller, qui se
lança avec passion dans la promotion des centrales nucléaires. Cette passion estelle
née du désir de faire le bien de l'humanité ? Et dans ce cas pourquoi le Dr Teller
s'est-il pas senti concerné par d'autres causes «humanitaires» ? S'il était si
humaniste, pourquoi a-t-il participé au développement de la bombe H ? Comme pour
beaucoup d'autres travaux scientifiques, il est loin d'être prouvé que les centrales
nucléaires sont réellement bénéfiques à l'humanité. Est-ce que la la modicité du prix
de l'électricité compense l'accumulation des déchets ou les risques d'accidents ? Le
Dr Teller a vu seulement un aspect de la question. Son engagement en faveur du
nucléaire ne venait évidemment pas d'un désir d'oeuvrer au «bien de l'humanité»,
mais du sentiment de réalisation personnelle qu'il retirait de ses travaux et de leurs
applications.


89. Cela est vrai pour les scientifiques en général. Excepté en de rares cas, leurs
mobiles ne sont ni la curiosité ni le bien de l'humanité, mais un besoin d'autoaccomplissement
: avoir un but (un problème scientifique à résoudre), faire un effort
(la recherche) et atteindre son but (résolution du problème). La science est une
activité de substitution parce que les scientifiques travaillent essentiellement pour le
sentiment de réalisation qu'ils retirent du travail lui-même.


90. Bien sûr, ce n'est pas si simple. En fait, chez beaucoup de scientifiques,
d'autres mobiles entrent en jeu. L'argent et la carrière par exemple. Certains ont une
soif inextinguible de prestige (voir paragraphe 79) et cela peut être le principal mobile
de leur travail. Il est évident que la majorité des scientifiques, comme d'ailleurs le
reste de la population, est plus ou moins réceptive à la publicité ou au marketing, et a
besoin d'argent pour satisfaire sa fringale de marchandises et de services. La
science n'est donc pas une pure activité de substitution, mais elle l'est dans une
large mesure.


91. La science et la technologie constituent en outre un puissant mouvement de
masse, et de nombreux scientifiques assouvissent leur besoin de puissance en
s'identifiant à ce mouvement (voir paragraphe 83).


92. La science poursuit donc aveuglément sa marche en avant, sans se soucier du
véritable bien-être de l'espèce humaine (ni de quoi que ce soit d'autre), obéissant
seulement aux besoins psychologiques des scientifiques, des fonctionnaires du
gouvernement et des dirigeants de l'industrie qui financent la recherche.
L'essence de la liberté


93. Nous allons maintenant démontrer qu'il est impossible d'empêcher par la voie
de réformes que la société industrielle-technologique ne réduise progressivement la
liberté des hommes. Mais parce que le mot «liberté» est susceptible de nombre
d'interprétations, nous devons préciser ce que nous entendons par là.


94. Par «liberté» nous entendons la possibilité de mener à bien le processus
d'auto-accomplissement, avec des buts réels et non pas artificiels comme ceux des
activités de substitution, et sans intrusion, manipulation ou contrôle de quiconque, en
particulier d'aucune grande organisation. La liberté signifie la maîtrise — en tant
qu'individu isolé ou membre d'un groupe restreint — des questions vitales de sa
propre existence : la nourriture, l'habillement, l'habitat et la défense contre toute
menace éventuelle. Être libre signifie avoir du pouvoir ; non pas celui de dominer les
autres, mais celui de dominer ses conditions de vie. Nous ne pouvons être libres si
qui que ce soit, en particulier une grande organisation — nous dirige, quelle que soit
la manière dont ce pouvoir s'exerce, avec bienveillance, indulgence ou permissivité.
Il est important de ne pas confondre liberté et permissivité (voir paragraphe 72).


95. On dit que nous vivons dans une société libre parce que nous avons un certain
nombre de droits garantis constitutionnellement. Mais cela n'est pas si important
qu'on le croit. Le degré de liberté de l'individu est davantage déterminé par la
structure économique et technologique d'une société que par ses lois ou son
organisation politique (16), La plupart des nations indiennes de la Nouvelle
Angleterre étaient des monarchies et de nombreuses villes de la Renaissance
italienne étaient dirigées par des dictateurs. Pourtant, il semble que ces sociétés
laissaient une place bien plus grande à la liberté individuelle que la nôtre. Cela était
en partie dû à l'absence de rouages efficaces pour imposer la volonté des
souverains : il n'y avait pas de police moderne bien organisée, pas de moyens de
communication rapides, pas de caméras de surveillance, pas de dossiers
rassemblant des informations sur la vie des citoyens. Il était donc relativement aisé
d'échapper au contrôle.


96. Parmi nos droits constitutionnels, prenons par exemple la liberté de la presse.
Nous ne voulons certainement pas supprimer ce droit : il permet réellement de limiter
la concentration du pouvoir politique et de maintenir une certaine pression sur les
dirigeants en rendant publiques leurs malversations. Mais, individuellement, les
citoyens n'ont guère l'usage de ce droit. Les mass media sont contrôlés par de
grandes organisations intégrées au système. Quiconque a un peu d'argent peut faire
imprimer un texte, le diffuser sur Internet ou ailleurs, mais ce qu'il veut dire sera
submergé par la quantité des informations véhiculées par les médias, et n'aura donc
aucun effet pratique. Il est impossible que les écrits émanant d'individus et de
groupes restreints aient une quelconque influence sur la société. Prenons notre cas
(FC) : si nous avions transmis le présent texte à un éditeur sans avoir commis
d'actes de violence, il n'aurait probablement jamais été accepté. Et s'il avait été
accepté et publié, il n'aurait probablement pas attiré beaucoup de lecteurs, parce qu'il
est plus amusant de regarder les divertissements distillés par les médias que de lire
un essai sérieux. Et même si ce texte avait eu beaucoup de lecteurs, la plupart
d'entre eux l'auraient rapidement oublié car les esprits sont submergés par la masse
d'informations diffusées par les médias. Pour que notre message ait quelque chance
d'avoir un effet durable, nous avons été obligés de tuer des gens.


97. Les droits constitutionnels sont utiles jusqu'à un certain point, mais ils ne
servent pas à garantir beaucoup plus que ce que nous pourrions appeler la
conception bourgeoise de la liberté. Selon cette conception, un homme «libre» est un
élément de la machine sociale, il a un certain nombre de libertés bien spécifiées et
délimitées, destinées surtout à servir les besoins de la machine sociale. L'homme
«libre» de la bourgeoisie jouit donc de la liberté économique parce que cela favorise
la croissance et le progrès ; il bénéficie de la liberté de la presse parce que la critique
publique limite les abus des dirigeants politiques ; il a droit à une justice équitable
parce que des emprisonnements laissés à l'arbitraire des puissants seraient nuisibles
au système. Ce fut manifestement la conception de Simon Bolivar : le peuple méritait
la liberté uniquement s'il la mettait au service du progrès — tel qu'il était conçu par la
bourgeoisie. D'autres penseurs bourgeois ont élaboré une conception similaire de la
liberté, comme simple moyen d'atteindre des buts collectifs. Chester C. Tan, dans
Chinese Political Thought in the Twentieth Century, expose ainsi la philosophie du
dirigeant du Kuo-min-tang Hu Han-min : «Un individu dispose de droits parce qu'il est
partie intégrante de la société, et sa vie au sein de la communauté requiert de tels
droits. Par communauté, Hu entendait la nation tout entière.» Plus loin, Tan affirme
que selon Carsun Chang (Chang Chün-mai, dirigeant du parti social-démocrate
chinois), la liberté devait être au service des intérêts de l'État et du peuple tout entier.
Mais qu'est-ce qu'une liberté dont on ne jouit que dans les limites fixées .par
d'autres ? La conception qu'a FC de la liberté n'est ni celle de Bolivar, de Hu, de
Chang, ni celle d'autres théoriciens bourgeois. L'ennui avec ces théoriciens, c'est
qu'ils ont fait de l'élaboration et de l'application de leurs conceptions sociales leur
activité de substitution. Leurs théories sont donc conçues pour servir leurs propres
besoins, non ceux des gens ayant la malchance de vivre dans une société où ces
théories sont imposées.


98. Un dernier point : on ne devrait pas supposer qu'une personne dispose d'une
liberté suffisante simplement parce qu'elle l'affirme. La liberté est réduite en partie
par des contrôles psychologiques dont les gens n'ont pas conscience, et par ailleurs
l'idée que la plupart des gens se font de la liberté est davantage déterminée par les
conventions sociales que par leurs besoins réels. Par, exemple, il est probable que
de nombreux progressistes sursocialisés prétendraient que la plupart des gens, y
compris eux-mêmes, ne sont pas encore assez socialisés ; et pourtant le
progressiste sursocialisé paie un lourd tribut psychologique pour son niveau élevé de
socialisation.


   Quelques principes historiques


99. L'histoire peut être vue comme la somme de deux composantes : une
composante erratique, consistant en une suite d'événements imprévisibles sans
logique discernable, et une composante régulière consistant en orientations
historiques à long terme. Nous nous intéressons ici à ces dernières.


100. Premier principe. Si un petit changement affecte une tendance historique à
long terme, alors la conséquence de ce changement sera presque toujours
éphémère, la tendance reviendra bientôt à son orientation initiale. (Un mouvement
de réformes visant à éradiquer la corruption politique a rarement un effet durable : les
réformateurs se relâchent tôt ou tard et la corruption revient insidieusement. Le
niveau de la corruption politique dans une société donnée a tendance à demeurer
constant, ou à évoluer lentement au rythme de la société. Généralement, un
chambardement politique ne peut être durable que s'il est accompagné de
changements sociaux importants ; un petit changement dans la société ne saurait
suffire.) Si un petit changement dans une tendance historique à long terme se
montre durable, c'est uniquement parce qu'il suit la même orientation que cette
tendance, qui n'est donc pas modifiée, mais seulement renforcée.


101. Le premier principe est presque une tautologie. Si une tendance était affectée
par de légers changements, elle errerait au hasard plutôt que de suivre une direction
précise ; en d'autres termes, il ne s'agirait pas là d'une tendance à long terme.


102. Deuxième principe. S'il se produit un changement suffisamment important
pour modifier une tendance à long terme, alors la société entière en sera
transformée. En d'autres termes, une société est un système dans lequel toutes les
parties sont en corrélation, où il est impossible de changer une partie importante de
manière durable sans que toutes les autres ne s'en trouvent changées elles aussi.


103. Troisième principe. Si un changement suffisamment important pour modifier
de manière durable une tendance à long terme survient, les conséquences pour
l'ensemble de la société deviennent alors imprévisibles. (A moins que beaucoup
d'autres sociétés ne soient passées par le même changement et n'aient toutes
expérimenté la même chose, auquel cas on pourrait prévoir empiriquement la suite,
les mêmes causes produisant les mêmes effets.)


104. Quatrième principe. Une nouvelle forme de société ne peut pas être projetée
sur le papier ; il est vain de la concevoir en détails puis de vouloir l'établir, en
espérant qu'elle fonctionnera comme prévu.


105. Le troisième et le quatrième principe découlent de la complexité des sociétés
humaines. Un changement dans le comportement humain affectera l'économie d'une
société et son environnement ; l'économie affectera l'environnement et vice versa,
les changements dans l'économie et dans l'environnement affecteront les
comportements humains de manière complexe et imprévisible ; et ainsi de suite.
L'enchevêtrement des causes et des effets est beaucoup trop complexe pour être
démêlé et compris.


106. Cinquième principe. Les gens ne choisissent pas consciemment et
rationnellement la forme de leur société. Les sociétés se développent à travers des
processus qui échappent au contrôle rationnel.


107. Le cinquième principe est la conséquence des quatre premiers.


108. Selon le premier principe, on peut dire en général d'une tentative de réforme
sociale qu'elle agit soit dans la direction que prend de toute façon la société — elle
ne fait alors qu'accélérer un changement inévitable —, soit qu'elle a seulement un
effet passager, et la société retombe bientôt dans sa vieille routine. Pour modifier
durablement le cours de la vie sociale dans n'importe quel domaine important, une
réforme est insuffisante : il faut une révolution. (Une révolution n'implique pas
forcément un soulèvement armé ou le renversement d'un gouvernement.) Selon le
deuxième principe, une révolution ne change jamais un seul et unique domaine de la
vie sociale ; et selon le troisième principe, certains changements surviennent sans
avoir été ni prévus ni espérés par les révolutionnaires. D'après le quatrième principe,
quand des révolutionnaires ou des utopistes instaurent une nouvelle forme de
société, les choses ne se passent jamais comme il était prévu.


109. La Révolution américaine ne constitue pas un contre-exemple. Elle ne fut pas
une révolution au sens où nous l'entendons, mais une guerre d'indépendance suivie
d'une réforme politique de grande ampleur. Les Pères Fondateurs ne modifièrent pas
la direction du développement de la société américaine, et d'ailleurs ils n'y
songeaient pas. Ils l'affranchirent seulement de l'effet rétrograde de la domination
britannique. Leur réforme politique ne changea aucune orientation fondamentale, elle
poussa seulement la vie politique américaine sur la voie qui lui était naturelle. La
société britannique, dont était issue la société américaine, avait depuis longtemps
commencé à se transformer en démocratie représentative. Et avant la guerre
d'Indépendance, les Américains pratiquaient déjà une ébauche de démocratie
représentative dans les assemblées coloniales. Le système politique instauré par la
Constitution s'inspira du système britannique et des assemblées coloniales, non sans
les modifier — il est certain que les Pères Fondateurs franchirent une étape
importante. Mais ils ne quittèrent pas la voie que le monde anglophone suivait déjà.
La preuve en est que l'Angleterre et toutes celles de ses colonies peuplées
principalement de gens d'ascendance britannique ont fini par adopter un système de
démocratie représentative essentiellement comparable à celui des États-Unis. Les
Pères Fondateurs auraient-ils faibli et reculé devant la signature de la déclaration
d'Indépendance que notre mode de vie n'en serait pas très différent aujourd'hui.
Peut-être aurions-nous gardé plus d'attaches avec l'Angleterre et peut-être aurionsnous
un parlement et un Premier ministre au lieu d'un Congrès et d'un président. La
belle affaire ! Ainsi, la Révolution américaine n'apporte pas un contre-exemple à nos
principes, elle en est plutôt une bonne illustration.


110. Néanmoins, il faut faire preuve de bon sens dans l'application de ces
principes. Ils sont exprimés dans un langage imprécis qui permet une large
interprétation, et on peut y trouver des exceptions. Nous les présentons donc non
comme des lois inviolables mais plutôt comme des règles approximatives ou des
outils intellectuels pouvant servir d'antidote partiel aux idées naïves quant à l'avenir
de la société. On devrait toujours garder ces principes à l'esprit, et quand on arrive à
une conclusion qui les contredit, réexaminer avec soin son analyse et ne maintenir
sa conclusion que si on a de bonnes raisons de le faire.


La société industrielle et technologique ne
peut pas être réformée


111. Ces principes montrent bien qu'il est vain de vouloir réformer le système pour
l'empêcher de restreindre progressivement notre liberté. Depuis la révolution
industrielle en tout cas, la technologie a eu constamment tendance à renforcer le
système aux dépens de la liberté individuelle et de l'autonomie locale. Aussi un
changement visant à protéger la liberté contre la technologie serait contraire à une
des tendances fondamentales du développement de notre société. Une telle
transformation serait donc éphémère — vite engloutie par le flux de l'histoire — ou
bien, si elle était suffisamment importante pour être durable, elle changerait la nature
de toute notre société. Cela en vertu des premier et deuxième principes. De plus,
puisque la société ne peut être modifiée de manière prévisible (troisième principe), le
risque couru serait grand. On ne pourrait mettre en oeuvre des transformations
suffisamment importantes et durables en faveur de la liberté, parce qu'on se rendrait
compte qu'elles perturbent gravement le système. Toute tentative de réformes serait
ainsi trop timide pour être efficace, et sinon elle serait abandonnée lorsque ses effets
perturbants deviendraient apparents. Des changements durables en faveur de la
liberté ne peuvent donc être provoqués que par des gens prêts à accepter une
transformation radicale, dangereuse et imprévisible du système entier. En d'autres
termes, par des révolutionnaires, non par des réformateurs.


112. Les gens désireux de sauver la liberté sans sacrifier les bienfaits supposés de
la technologie proposeront des schémas naïfs de nouvelles formes de société
cherchant à réconcilier la liberté et la technologie. En dehors du fait que ces gens
suggèrent rarement des moyens pratiques pour mettre en place une nouvelle forme
de société, il résulte du quatrième principe que même si un jour elle pouvait être
instaurée, elle s'effondrerait ou donnerait des résultats très différents de ceux
escomptés.


113. Ainsi, sans même entrer dans les détails, il apparaît hautement improbable
qu'un quelconque moyen de réconcilier la liberté avec la technologie moderne puisse
être trouvé. Dans les chapitres suivants, nous avancerons des raisons plus
spécifiques de conclure que liberté et progrès technologique sont incompatibles.
La restriction de la liberté est inévitable
dans la société industrielle


114. Comme nous l'expliquions aux paragraphes 65-67 et 70-73, l'homme
moderne est empêtré dans un filet de lois et de réglementations, et son sort dépend
des agissements d'individus éloignés, sans qu'il puisse influer sur leurs décisions. Ce
n'est pas un accident ni un effet de l'arbitraire d'arrogants bureaucrates, cela est
nécessaire et indispensable aux sociétés technologiquement avancées. Le système
doit réglementer le comportement humain pour fonctionner. Dans leur travail, les
gens doivent obéir exactement aux ordres, sans quoi la production tournerait au
chaos. Les bureaucraties doivent être régies par des lois rigides. Laisser une marge
de manoeuvre substantielle aux petits bureaucrates perturberait le système et
susciterait des accusations d'injustice dues aux différentes manières dont les
bureaucrates exerceraient leur fonction. Il est vrai qu'on pourrait éviter certaines
restrictions de notre liberté, mais d'une façon générale l'administration de nos vies
par de grandes organisations est nécessaire au fonctionnement de la société
industrielle-technologique. Il en découle un sentiment d'impuissance chez l'individu
ordinaire. Il est possible, néanmoins, que les réglementations formelles tendent de
plus en plus à être remplacées par des méthodes psychologiques qui nous feront
désirer ce que le système attend de nous. (Propagande — voir note 14 —,
techniques éducatives, programmes de «santé mentale», etc.).


115. Le système doit contraindre les gens à adopter des comportements de plus
en plus étrangers au comportement naturel de l'homme. Par exemple, le système a
besoin de scientifiques, de mathématiciens et de techniciens, il ne peut fonctionner
sans eux. On exerce donc une très forte pression sur les enfants pour qu'ils excellent
dans ces domaines. Il n'est pas naturel pour un adolescent de passer la plus grande
partie de son temps assis studieusement à un bureau. Un adolescent normal désire
passer son temps en contact direct avec le monde réel. Chez les peuples primitifs,
les enfants apprenaient à faire ce qui est en harmonie avec les impulsions humaines
naturelles. Chez les Indiens d'Amérique, les garçons s'aguerrissaient par l'exercice
de leurs forces en pleine nature — précisément ce qui plaît à des garçons. Mais dans
nos sociétés, les enfants sont obligés d'étudier des sujets techniques, ce que la
plupart font à contrecoeur.


116. Le nombre de personnes qui ne peuvent ou ne veulent se conformer aux
exigences de la société augmente continuellement, à cause de la pression constante
que le système exerce pour modifier le comportement humain : chômeurs
professionnels, gangs de jeunes, membres de sectes, révoltés antiétatiques,
saboteurs écologistes radicaux, zonards et tous ceux qui font, d'une manière ou
d'une autre, acte de résistance.


117. Dans toute société technologiquement avancée, le sort de l'individu doit
dépendre de décisions sur lesquelles il ne peut notablement influer. Une société
technologique ne peut pas être composée de petites communautés autonomes,
parce que la production dépend du concours d'un grand nombre de personnes et de
machines. Une telle société doit donc être hautement organisée et des décisions
doivent être prises qui affecteront le plus grand nombre. Quand une décision
concerne, disons, un million d'individus, chacun d'entre eux n'a en moyenne qu'une
part d'un millionième dans le processus de décision. En réalité la plupart du temps
les décisions sont prises par les fonctionnaires, les cadres ou les experts ; même
lorsque la population est appelée à voter, le nombre des votants est en général trop
grand pour qu'une voix signifie quelque chose (17). La plupart des individus sont
donc incapables de peser de façon significative sur les décisions importantes
concernant leur propre vie. Aucun moyen n'est concevable pour remédier à cela
dans une société technologiquement avancée. Le système essaie de «résoudre»
cette question par la propagande, afin que les gens souhaitent les décisions qui ont
été prises pour eux ; mais cette «solution» ne peut réussir à rendre les gens satisfaits
de leur sort qu'en les avilissant.


118. Les conservateurs et autres préconisent plus d'«autonomie locale». Les
communautés locales ont certes été autonomes autrefois ; une telle autonomie
devient de moins en moins possible car ces communautés sont devenues très
largement dépendantes des grands systèmes : service public, réseaux électroniques,
réseaux d'autoroutes, médias et système de sécurité sociale moderne. De plus, la
technologie utilisée à un endroit précis a souvent des effets dont souffrent des
populations très éloignées. Les pesticides et les engrais chimiques utilisés près d'un
ruisseau peuvent contaminer l'eau potable à des centaines de kilomètres en aval, et
l'effet de serre affecte le monde entier.


119. Le but du système n'est pas de satisfaire les besoins humains. Bien au
contraire, c'est le comportement humain qui doit être modifié pour s'adapter aux
besoins du système, et l'idéologie politique ou sociale qui l'inspire prétendument n'est
pas ici en cause ; la technologie est seule responsable, c'est elle qui dirige le
système, et non l'idéologie (18). Bien entendu, le système satisfait de nombreux
besoins humains, mais seulement dans la mesure où il y trouve un intérêt. Ses
propres besoins sont souverains, pas ceux de l'espèce humaine. Ainsi fournit-il de la
nourriture parce qu'il ne pourrait pas fonctionner si tout le monde mourait de faim ; il
subvient aux besoins psychologiques des gens chaque fois qu'il peut le faire sans
inconvénient, parce qu'il cesserait de fonctionner si trop d'individus devenaient
dépressifs ou se rebellaient. Mais le système, pour de bonnes et solides raisons
pratiques, doit exercer une pression constante pour modeler le comportement des
gens selon ses besoins. Trop de déchets accumulés ? Le gouvernement, les médias,
le système éducatif, les écologistes, tout un chacun nous inonde d'une masse de
propagande en faveur du recyclage. Manque de personnel technique ? On exhorte
en choeur les enfants à étudier les maths. Personne ne prend le temps de se
demander s'il est humain d'obliger des adolescents à passer la plus grande partie de
leur temps à étudier des matières que la plupart détestent. Quand des ouvriers
spécialisés sont licenciés à cause des progrès technologiques et doivent se
«recycler», personne ne se demande s'il est humiliant pour eux d'être évincés de
cette manière. On pose simplement en postulat indiscutable que chacun doit se
soumettre à la nécessité technique pour la bonne raison que, si on donnait la priorité
aux besoins humains, il y aurait des problèmes économiques, du chômage, des
pénuries, et pire encore. La notion de «santé mentale» recouvre pour l'essentiel dans
notre société la façon dont un individu se comporte en accord avec les besoins du
système, et ce sans présenter de symptômes de stress.


120. Les tentatives pour que le système n'étouffe pas toute autonomie et tout
sentiment de responsabilité ne sont qu'une mauvaise plaisanterie. Ainsi, une
entreprise, au lieu de cantonner chacun de ses salariés à fabriquer une partie d'un
produit final, les a-t-elle fait travailler à toutes les phases successives du processus
de fabrication, et cela était censé leur procurer un sentiment de responsabilité et
d'accomplissement. D'autres entreprises ont essayé de laisser à leurs salariés une
certaine autonomie dans leur travail mais, pour des raisons pratiques, cela reste
forcément dans des limites très étroites. De toute façon, les salariés n'ont jamais
d'autonomie lorsqu'il s'agit d'objectifs fondamentaux. Ils ne peuvent en aucun cas
choisir eux-mêmes les objectifs auxquels ils consacrent leurs efforts «autonomes» :
ce sont toujours des objectifs fixés par leur patron, tels que la bonne marche et la
croissance de l'entreprise. N'importe quelle entreprise fermerait vite ses portes s'il en
était autrement. Il en va de même dans les pays socialistes, où les ouvriers doivent
consacrer leurs efforts à atteindre des objectifs définis par l'entreprise, à défaut de
quoi elle ne remplira pas sa fonction à l'intérieur du système. Encore une fois, et ce
pour des raisons purement techniques, la plupart des individus ou des petits groupes
ne peuvent guère avoir d'autonomie dans la société industrielle. Même le petit patron
ne dispose généralement que d'une autonomie limitée. Il doit se plier non seulement
aux réglementations administratives, mais aussi aux lois de l'économie. Par
exemple, quand une nouvelle technologie est mise au point, il doit, bon gré mal gré,
l'adopter pour rester compétitif.


Les «mauvais» côtés de la technologie ne
peuvent être séparés des «bons»


121. La technologie moderne est un système unifié où toutes les parties sont
interdépendantes. C'est une preuve supplémentaire de l'incompatibilité de la société
industrielle avec la liberté ; on ne peut se débarrasser des «mauvais» côtés pour ne
garder que les «bons». Voyez les progrès de la médecine moderne : ils dépendent
des progrès de la chimie, de la physique, de la biologie, de l'informatique, etc. Les
traitements de pointe demandent des équipements coûteux, haut de gamme, ne
pouvant être fabriqués que par une société économiquement riche et
technologiquement novatrice. Il est évident qu'une grande part du progrès médical
serait impossible sans l'ensemble du système technologique et tout ce qui s'ensuit.


122. Même si le progrès médical pouvait exister indépendamment du système
technologique, il engendrerait certains maux. Supposez que soit découvert un
traitement du diabète. Les personnes ayant une disposition génétique pour cette
maladie pourront alors survivre et se reproduire aussi bien que n'importe qui d'autre.
L'élimination par la sélection naturelle des gènes produisant le diabète cessera, et
ceux-ci se répandront dans la population. (C'est peut-être déjà le cas, puisque le
diabète, bien qu'incurable, peut être régulé grâce à la prise d'insuline.) Il en sera de
même pour de nombreuses autres maladies, dont la prévalence augmentera du fait
de la dégradation génétique de la population. Il ne restera qu'une solution : établir un
programme eugénique ou appliquer à grande échelle la manipulation générique des
êtres humains, et l'individu cessera alors d'être une création de la nature, du hasard
ou de Dieu (selon vos convictions religieuses ou philosophiques) pour devenir un
produit manufacturé.


123. Si vous pensez que cet État omniprésent régente déjà trop votre vie
maintenant, attendez seulement qu'il commence à légiférer sur le patrimoine
génétique de vos enfants. Une telle législation sera indispensable dès lors qu'il y
aura manipulation génétique des êtres humains, parce que celle-ci aurait des
conséquences désastreuses si elle était pratiquée sans aucune règle (19).


124. On essaye habituellement de faire taire ce genre d'inquiétudes en parlant
d'«éthique médicale». Mais aucun code d'éthique ne peut mettre la liberté à l'abri du
progrès médical ; il ne ferait qu'empirer la situation, car il permettrait d'instaurer un
contrôle légal sur la constitution génétique humaine. Certains (appartenant sans
doute aux classes privilégiées) décideraient que telle ou telle application est
«morale» et d'autres non, et ils imposeraient en pratique leurs propres valeurs en
matière génétique à l'ensemble de la population. Même si un code était adopté
démocratiquement, la majorité imposerait ses propres valeurs à toutes les minorités
ayant une idée différente de ce que serait une utilisation «éthique» de l'ingénierie
génétique. Le seul code d'éthique protégeant réellement la liberté serait celui qui
interdirait toute ingénierie génétique, et il est bien certain qu'un tel code ne sera
jamais adopté dans une société technologique. Un code tentant de limiter l'ingénierie
génétique serait rapidement dépassé, parce que la tentation que représente
l'immense pouvoir de la biotechnologie sera irrésistible ; en particulier du fait que
nombre de ses applications (éradiquer les maladies physiques et mentales, modifier
les gens pour qu'ils puissent survivre dans le monde d'aujourd'hui) apparaîtront
comme indiscutablement bénéfiques à la plupart des gens. C'est inévitable :
l'ingénierie génétique sera utilisée extensivement mais uniquement dans les
domaines où son usage sera cohérent avec les besoins du système industrieltechnologique
(20).


   La technologie est une force sociale plus
puissante que l'aspiration à la liberté


125. Un compromis durable entre la technologie et la liberté est impossible: la
technologie est de loin la force sociale la plus puissante, elle gagne sans cesse du
terrain sur la liberté par des compromis répétés. Prenons le cas de deux voisins
possédant chacun la même étendue de terres, mais dont l'un est plus puissant que
l'autre. Le puissant exige une partie des terres de l'autre. Le faible refuse. Le
puissant dit: «D'accord, faisons un compromis. Donne-moi la moitié de ce que je
réclame.» Le faible doit céder. Quelque temps après, le plus puissant exige d'autres
terrains, de nouveau il y a compromis, et ainsi de suite. En imposant une série de
compromis au plus faible, le puissant lui prend à la longue toutes ses terres. I1 en va
de même dans le conflit entre la technologie et la liberté.


126. Voyons pourquoi la technologie est une force sociale plus puissante que
l'aspiration à la liberté.


127. Il arrive fréquemment qu'une avancée technologique qui semblait au départ
inoffensive finisse par mettre en péril la liberté. Par exemple, un piéton pouvait
autrefois aller où bon lui semblait, à sa propre allure, sans se préoccuper du code de
la route ; il restait indépendant de l'infrastructure technologique. Lorsqu'ils furent
introduits, les véhicules à moteur semblèrent accroître la liberté de l'homme ; ils
n'entamaient aucunement la liberté du piéton, personne n'était obligé d'avoir une
automobile, celui qui choisissait d'en acheter une pouvait simplement voyager
beaucoup plus vite. Mais le développement des transports motorisés changea
bientôt à tel point la société que la liberté de mouvement s'en trouva énormément
restreinte. Quand les automobiles se multiplièrent, il fallut réglementer
considérablement leur usage. En voiture, et en particulier dans les endroits très
peuplés, on ne peut aller où l'on veut à son propre rythme ; chaque mouvement est
régi par la densité du trafic et ses nombreuses lois. On est contraint à de multiples
obligations : vignette, permis de conduire, carte grise, assurance, contrôle technique,
paiement des traites. L'utilisation d'un engin motorisé n'est d'ailleurs plus l'objet d'un
choix. Depuis l'invention de l'automobile, l'aménagement des villes a changé de
manière telle qu'il est devenu impossible à la majorité des gens de se rendre à pied à
leur travail, dans les magasins et dans les lieux de divertissement ; ils sont donc
obligés de se servir d'une voiture. ou bien ils doivent utiliser les transports en
commun, et ils ont alors encore moins d'autonomie dans leurs mouvements. La
liberté du piéton est elle aussi désormais grandement réduite. En ville, il doit
continuellement s'arrêter et respecter les feux de circulation destinés au trafic
automobile. A la campagne, celui-ci rend la marche dangereuse et désagréable le
long des routes. (Veuillez noter l'importance de ce que nous avons illustré en prenant
l'exemple des transports : une nouvelle technologie est souvent tout d'abord l'objet
d'un choix, mais elle ne le reste pas nécessairement. Dans de nombreux cas, elle
transforme la société de telle manière que les gens se trouvent finalement contraints
de l'utiliser.)


128. Alors que le progrès technologique dans son ensemble restreint
continuellement notre liberté, chaque nouvelle avancée technologique considérée
séparément semble désirable. Que peut-on reprocher à l'électricité, à l'eau courante,
au téléphone ou à n'importe laquelle des innombrables avancées technologiques
qu'a effectuées la société moderne ? Il aurait été absurde de s'opposer à
l'introduction du téléphone : il offrait de nombreux avantages, et aucun inconvénient.
Pourtant, comme nous l'expliquions aux paragraphes 59-76, tous ces progrès
technologiques pris dans leur ensemble ont créé un monde où le sort de l'homme de
la rue ne dépend plus de lui-même, ni de ses voisins et de ses amis, mais des
politiciens, des cadres d'entreprise, des techniciens anonymes et des bureaucrates
sur lesquels il n'a aucun pouvoir (21). Ce processus va se poursuivre. Prenons la
génétique : peu de gens s'opposeront à l'introduction d'une technique génétique
éliminant une maladie héréditaire. Cela ne cause aucun tort apparent et évite
beaucoup de souffrances. Pourtant, la génétique prise dans son ensemble fera de
l'espèce humaine un produit manufacturé au lieu d'une création libre du hasard — ou
de Dieu, ou autre, selon les croyances.


129. L'immense puissance sociale de la technologie vient aussi de ce que, à
l'intérieur d'une société donnée, le progrès technologique avance dans une seule et
unique direction, et qu'il ne peut y avoir de retour en arrière. Une fois qu'une
innovation technologique a été introduite, les gens en deviennent généralement
dépendants, jusqu'à ce qu'elle soit remplacée par l'innovation suivante. Et ce n'est
pas seulement chaque individu qui en devient dépendant, mais plus encore le
système dans son entier. (Imaginez seulement ce que deviendrait le système actuel
si les ordinateurs étaient supprimés.) Le système ne peut donc avancer que dans
une seule et unique direction : toujours plus de technologie. La technologie fait sans
cesse reculer la liberté — faute d'un renversement total du système technologique.


130. La technologie avance à grands pas et menace la liberté de multiples façons
à la fois (surpopulation, lois et décrets, dépendance accrue des individus vis-à-vis
des grandes organisations, techniques de propagande et de manipulation
psychologique, recherche génétique, envahissement de la vie privée par les
appareils de surveillance et les ordinateurs, etc.). Parer à une seule de ces menaces
pour la liberté demanderait dans chaque cas une lutte sociale de longue haleine. La
multiplicité des nouvelles atteintes à la liberté et la rapidité avec laquelle elles se
produisent submergent ceux qui veulent la défendre ; ils se résignent et abandonnent
toute résistance. Il est vain de vouloir combattre chaque menace séparément. On ne
peut espérer vaincre qu'en combattant le système technologique dans son entier ;
mais il s'agit alors d'une révolution, non d'une réforme.


131. Les techniciens — nous utilisons ce terme au sens large pour parler de ceux
dont la fonction spécialisée exige une qualification — sont en général tellement
impliqués dans leur travail (leur activité de substitution) qu'ils tranchent presque
toujours en faveur de la technique lorsque survient un conflit entre celle-ci et la
liberté. Cela est évident dans le cas des scientifiques, mais ils ne sont pas les seuls :
les éducateurs, les groupes humanitaires, les associations de défense de
l'environnement n'hésitent pas à utiliser la propagande ou d'autres techniques de
manipulation psychologique pour parvenir à leurs nobles fins. Lorsque cela leur sert,
les grandes entreprises et les officines gouvernementales n'hésitent pas à ficher les
individus, au mépris de leur vie privée. Les droits constitutionnels des suspects, qui
se trouvent être bien souvent des gens totalement innocents, sont fréquemment une
entrave à l'activité des services de police et ceux-ci font tout ce qu'ils peuvent,
légalement ou illégalement, pour restreindre ou tourner ces droits. La plupart de ces
éducateurs, magistrats et policiers croient en la liberté, au respect de la vie privée et
aux droits constitutionnels mais, quand ces valeurs entrent en conflit avec leur travail,
ils ont tendance à privilégier leur travail.


132. C'est bien connu, les gens travaillent en général mieux et avec plus de
constance lorsqu'il s'agit d'obtenir une récompense plutôt que d'éviter une punition
ou une conséquence fâcheuse. Les scientifiques et autres techniciens sont motivés
principalement par les récompenses obtenues dans leur travail. Mais ceux qui
s'opposent à l'érosion de la liberté par la technologie oeuvrent pour éviter un résultat
négatif ; ils sont donc peu nombreux à se consacrer entièrement et avec constance à
cette tâche décourageante. Si les réformateurs parvenaient un jour à une victoire
significative, et que celle-ci leur paraisse un garde-fou protégeant la liberté de
nouvelles atteintes dues aux projets technologiques, la plupart d'entre eux
relâcheraient leur attention et se tourneraient vers des buts plus agréables. Les
scientifiques, eux, continueraient à s'affairer dans leurs laboratoires, et aucun gardefou
ne pourrait empêcher la technologie d'avancer, de créer les moyens d'accroître le
contrôle sur les individus et de les faire dépendre toujours plus du système.


133. Aucun aménagement social — qu'il s'agisse de lois, d'institutions, de modes
de vie ou de code moral — ne peut protéger durablement contre la technologie.
L'histoire montre que tous les aménagements sociaux sont transitoires : ils changent
de sens ou tournent court. A l'inverse, le progrès technologique est constant à
l'intérieur d'une civilisation donnée. Supposez par exemple qu'il soit possible de
prendre des mesures interdisant l'application de l'ingénierie génétique aux êtres
humains, ou l'empêchant de nuire à la liberté et à la dignité. La technologie n'en
restera pas moins à l'affût et, tôt ou tard, ces mesures seront balayées.
Probablement très tôt, étant donné le rythme du changement dans notre société.
Alors l'ingénierie génétique commencera d'empiéter sur notre liberté, et ce processus
sera irréversible, à moins d'un effondrement de la civilisation technologique ellemême.
Toute illusion de pouvoir obtenir quoi que ce soit de durable au moyen
d'aménagements sociaux devrait être dissipée par le simple exemple de ce qui se
passe couramment pour la législation sur l'environnement. Il y a quelques années, il
semblait exister quelques garde-fous légaux permettant au moins d'empêcher
quelques-unes des pollutions les plus graves. Il a suffi d'une modification du climat
politique, et ces garde-fous ont commencé à s'effondrer.


134. Pour toutes ces raisons, la technologie est une force sociale bien plus
puissante que l'aspiration à la liberté. Mais il faut apporter à cette affirmation une
réserve de taille. Il est certain qu'au cours des prochaines décennies, le système
industriel-technologique subira des tensions considérables liées aux problèmes
écologiques et économiques, et plus particulièrement aux troubles du comportement
humain (aliénation, rébellion, agressivité, troubles sociaux et psychologiques divers).
Nous espérons que ces tensions prévisibles entraîneront le système à sa perte, ou
du moins l'affaibliront suffisamment pour qu'une révolution se produise et soit
victorieuse. Alors seulement aura-t-on la preuve que le désir de liberté est plus
puissant que la technologie.


135. Au paragraphe 125, nous avons utilisé l'image d'un homme puissant
dépossédant un voisin faible par une série de compromis. Supposez maintenant qu'il
tombe malade et devienne incapable de se défendre. Le faible peut alors l'obliger à
lui rendre ses terres ou bien le tuer. C'est un imbécile s'il l'épargne et l'oblige
seulement à lui rendre son bien, parce que le puissant lui reprendra sa terre dès qu'il
sera rétabli. La seule décision sensée est de le tuer pendant que cela est possible.
De la même manière, nous devons détruire le système pendant qu'il est malade. Si
nous acceptons des compromis et le laissons recouvrer la santé, il nous
dépossédera inévitablement de toute notre liberté.


Des problèmes sociaux plus simples se
sont révélés insolubles


136. Ceux qui doutent encore de ce que nous affirmons n'ont qu'à penser à la
maladresse avec laquelle notre société s'est attaquée, le plus souvent sans succès,
à des problèmes sociaux beaucoup plus simples. Elle s'est montrée incapable, entre
autres, d'arrêter la dégradation de l'environnement, la corruption politique, le trafic de
drogue ou la violence domestique.


137. Voyez les problèmes écologiques. Là, le conflit entre les valeurs est clair :
d'un côté les intérêts économiques à court terme, de l'autre la sauvegarde de
certaines ressources naturelles pour la postérité (22). Pourtant, nous n'avons droit à
ce sujet qu'au verbiage confusionniste des dirigeants, jamais à aucun projet clair et
cohérent ; et les problèmes écologiques, avec lesquels nos petits-enfants devront
vivre, continuent à s'accumuler. Les tentatives de résoudre ces problèmes se
réduisent à des luttes et à des compromis entre diverses factions, dont chacune
prend tour à tour le dessus. La ligne de front se déplace suivant les foucades de
l'opinion publique. Ce n'est pas un processus rationnel, susceptible de nous mener à
une solution durable et salutaire. Les problèmes sociaux les plus graves ne sont
presque jamais «résolus» — quand ils le sont — par un plan rationnel et détaillé. Ils
trouvent leur solution à travers un processus où divers groupes rivaux poursuivant
leur propre intérêt, en général à court terme (23), parviennent cahin-caha à un
modus vivendi plus ou moins stable. En fait, les principes que nous avons formulés
aux paragraphes 100-106 permettent de douter qu'une planification à long terme
puisse jamais réussir.


138. Il est donc clair que l'espèce humaine n'a qu'une très faible capacité à
résoudre les problèmes sociaux, même relativement simples. Comment va-t-elle s'y
prendre alors pour réconcilier la technologie et la liberté, problème bien plus difficile
et complexe ? La technologie présente des avantages matériels manifestes, alors
que la liberté est une abstraction ayant un sens différent selon les individus, et dont
la perte est aisément occultée par la propagande et le bavardage.


139. Notez en outre cette différence importante : on peut concevoir que les
problèmes écologiques soient un jour résolus par un plan rationnel et détaillé, mais
cela arrivera, si cela arrive, parce que c'est à long terme dans l'intérêt du système.
En revanche, il n'est pas dans l'intérêt du système de préserver la liberté ou
l'autonomie des petits groupes ; il est dans son intérêt au contraire de contrôler le
comportement humain (24). Ainsi, tandis que des considérations pratiques peuvent
éventuellement le contraindre à une approche rationnelle et avisée des problèmes
écologiques, des raisons pratiques tout aussi puissantes le forceront à réglementer le
comportement humain de manière toujours plus contraignante, de préférence par
des moyens détournés qui masqueront l'érosion de la liberté. Nous ne sommes pas
seuls de cet avis : des sommités des sciences sociales comme James Q. Wilson ont
souligné l'importance d'une «socialisation» plus efficace des gens.


La révolution est plus aisée que la réforme


140. Nous espérons avoir convaincu le lecteur qu'il est impossible de réformer le
système de manière à concilier la liberté et la technologie. Il n'y a pas d'autre solution
que de se passer purement et simplement du système industriel-technologique. Cela
implique une révolution, pas nécessairement un soulèvement armé, mais
certainement un changement radical et fondamental de la nature de la société.


141. Les gens ont tendance à croire qu'il est plus difficile de déclencher une
révolution qu'une réforme, parce qu'elle entraîne un changement plus profond. En
réalité, dans certaines circonstances, la révolution est beaucoup plus aisée qu'une
réforme, pour cette raison qu'un mouvement révolutionnaire peut susciter une
mobilisation d'une tout autre intensité. Une réforme propose seulement de résoudre
un problème social particulier. Un mouvement révolutionnaire cherche à résoudre
tous les problèmes d'un coup et à créer un monde entièrement nouveau ; il procure
le genre d'idéal pour lequel les gens prennent de grands risques et font de gros
sacrifices. C'est pourquoi il serait en réalité plus aisé de se débarrasser du système
technologique tout entier que d'apporter des limitations efficaces et permanentes au
développement d'une application de la technologie, comme la génétique par
exemple. Rares seront ceux qui lutteront passionnément pour imposer des limitations
à l'ingénierie génétique mais, dans des conditions propices, un grand nombre de
gens pourraient se consacrer avec passion à la révolution contre le système
industriel-technologique. Comme nous l'avons dit au paragraphe 132, les
réformateurs, en se contentant de vouloir limiter certains aspects de la technologie,
travaillent à éviter un résultat négatif. Mais les révolutionnaires oeuvrent à atteindre
un but grandiose — l'accomplissement de leur idéal révolutionnaire —, ils font donc
preuve de plus de fermeté et de ténacité que les réformateurs.
142. Une réforme est toujours limitée par la crainte de conséquences
douloureuses si les changements vont trop loin. En revanche, une fois que la fièvre
révolutionnaire s'est emparée de la société, les gens sont prêts à accepter les plus
dures épreuves pour le succès de leur cause. Cela s'est vu clairement lors de la
Révolution française et lors de la Révolution russe. Sans doute seule une minorité
était-elle alors réellement impliquée, mais cette minorité était suffisamment
importante et active pour devenir la force motrice de la société. Nous reviendrons là
dessus aux paragraphes 180-265.


  Le contrôle du comportement humain


143. Depuis les origines de la civilisation, les sociétés organisées ont dû, pour
assurer leur fonctionnement, exercer des contraintes sur les hommes. La nature de
ces contraintes varie beaucoup d'une société à l'autre. Les unes sont physiques :
nourriture insuffisante, travail excessif, pollution ; d'autres sont psychologiques : bruit,
surpopulation, modification du comportement humain pour l'adapter au moule social.
Par le passé, la nature humaine n'a guère varié pour l'essentiel et toujours à
l'intérieur des mêmes limites. Les sociétés ne pouvaient donc modeler les hommes
que jusqu'à un certain point. Chaque fois que la limite de l'endurance humaine était
franchie, les doses tournaient mal : rébellion, crime, corruption, refus du travail,
dépression et autres problèmes mentaux, augmentation du taux de mortalité, baisse
du taux de natalité, etc. La société s'effondrait alors, ou son fonctionnement devenait
trop chaotique, et elle était, rapidement ou graduellement, par conquête, usure ou
évolution, remplacée par une forme plus efficace de société (25).


144. Ainsi, la nature humaine posait autrefois certaines limites au développement
des sociétés ; l'oppression ne pouvait aller au-delà d'un certain point. Il n'en va plus
de même aujourd'hui : la technologie moderne a désormais les moyens de modifier
les êtres humains.


145. Qu'on imagine une société soumettant les gens à des conditions qui les
rendent terriblement malheureux, tout en leur procurant des médicaments qui leur
ôtent toute conscience de leur malheur. Science-fiction ? Dans une certaine mesure,
nous y sommes déjà. Il est notoire que le taux de dépressions a énormément
augmenté au cours des dernières décennies. Comme nous l'avons expliqué aux
paragraphes 59-76, nous pensons que cela tient à la perturbation du processus
d'auto-accomplissement. Mais même si nous avons tort, cette augmentation est
nécessairement due à certaines conditions produites par la société actuelle ; plutôt
que d'abolir ces conditions, cette société préfère neutraliser les gens avec des
antidépresseurs, qui sont un moyen de leur faire accepter intérieurement ce qu'ils
trouveraient autrement intolérable. (Certes la dépression est souvent d'origine
purement génétique, mais nous faisons ici référence aux cas où le milieu joue un rôle
prépondérant.)


146. Les psychotropes ne sont qu'un exemple des méthodes de contrôle du
comportement humain développées par la société moderne. En voici quelques
autres.


147. Comme techniques de surveillance, on utilise désormais dans la plupart des
magasins et dans beaucoup d'autres endroits des caméras vidéo cachées ; de
même, des ordinateurs servent à collecter et traiter de grandes quantités
d'informations sur les individus. La somme d'informations ainsi obtenue augmente
considérablement l'efficacité de la coercition physique — c'est-à-dire l'application de
la loi (26). Viennent ensuite les méthodes de propagande, dont les médias se font les
agents efficaces. Il existe maintenant des techniques permettant de gagner les
élections, de vendre des produits, d'influencer l'opinion publique. L'industrie du
divertissement est une arme psychologique importante du système, et sans doute
même lorsqu'elle prodigue du sexe et de la violence. Le divertissement procure à
l'homme moderne une évasion indispensable ; quand il est absorbé par la télévision,
les vidéos, etc., il peut oublier le stress, l'anxiété, la frustration, l'insatisfaction. Quand
ils ne travaillaient pas, les primitifs restaient tranquillement assis pendant des heures
à ne rien faire, parce qu'ils étaient en paix avec eux-mêmes et avec leur monde.
Mais la plupart des modernes ont besoin d'être constamment occupés ou divertis,
faute de quoi ils «s'emmerdent», c'est-à-dire qu'ils deviennent agités, anxieux,
irritables.


148. D'autres techniques agissent encore plus profondément. L'éducation ne
consiste plus seulement à botter les fesses d'un enfant quand il n'apprend pas ses
leçons, ou à le cajoler quand il les sait, c'est désormais une technique scientifique de
contrôle du développement de l'enfant. Les Sylvan Learning Centers, par exemple,
sont parvenus à fortement motiver les enfants et beaucoup d'écoles conventionnelles
utilisent elles aussi, avec plus ou moins de succès, des techniques psychologiques
de manipulation. Les techniques destinées à apprendre aux parents leur «métier de
parent» sont conçues pour que les enfants acceptent les valeurs fondamentales du
système et se comportent conformément à ses exigences. Les programmes de
«santé mentale», les techniques d'«intervention», la psychothérapie, etc., sont
censés apporter du bien-être, mais en réalité ces méthodes ne servent qu'à
domestiquer les individus (Il n'y a pas ici de contradiction : un individu dont les
attitudes et le comportement entrent en conflit avec le système affronte des forces
trop puissantes, il ne peut ni vaincre ni fuir ; il est donc condamné à souffrir de stress,
de frustration ou de défaitisme. Il souffrira moins s'il reste dans le droit chemin, et
c'est dans ce sens que l'on peut dire que le système oeuvre pour son bien, lorsqu'il le
soumet à un lavage de cerveau pour le rendre conforme.) La plupart des cultures
désapprouvent les formes grossières et manifestes de mauvais traitements infligés
aux enfants ; tout le monde blâme le châtiment d'un enfant pour une peccadille. Mais
de nombreux psychologues ont considérablement élargi la notion de mauvais
traitement. Est-ce qu'une fessée, lorsqu'elle est donnée dans le cadre d'un système
rationnel et cohérent d'éducation, est une forme de mauvais traitement ? Le système
tranche cette question sur le seul critère de l'adaptation des comportements : en
pratique, l'expression «maltraitance» est appliquée uniquement aux méthodes
d'éducation produisant des conduites inadaptées. Au-delà de la simple prévention de
la cruauté évidente et insensée, les programmes de prévention de la «maltraitance»
n'ont pas d'autre but que de contrôler les comportements.


149. De nouvelles découvertes accroîtront vraisemblablement encore l'efficacité
des techniques psychologiques de manipulation, mais il est peu probable qu'elles
suffisent à adapter les êtres humains au type de société que la technologie est en
train de créer. Il faudra sans doute recourir à des méthodes biologiques ; nous avons
déjà mentionné l'utilisation des médicaments à cette fin. La neurologie peut ouvrir de
nouvelles voies à la modification de l'esprit humain. L'ingénierie génétique appliquée
à l'homme est déjà présente sous la forme de la «thérapie génique», et il y a toutes
les raisons de croire que de telles méthodes seront effectivement utilisées pour
modifier les organes impliqués dans l'activité mentale.


150. Comme nous l'avons mentionné au paragraphe 134, la société industrielle
entre dans une période de tension aiguë due, pour une part, aux troubles du
comportement humain et, d'autre part, aux problèmes économiques et écologiques ;
qui eux-mêmes découlent en grande partie des comportements humains. Aliénation,
dépréciation de soi, dépression, agressivité, rébellion ; retard scolaire, gangs de
jeunes, usage de drogues illégales, viols, violences à enfants, crimes divers, refus du
«safe sex», grossesses d'adolescentes, explosion démographique, corruption
politique, haine raciale, rivalités ethniques, violents conflits idéologiques (par
exemple à propos de l'avortement), extrémisme politique, terrorisme, sabotage,
groupes subversifs, groupes prônant la haine : tout cela menace la survie du
système. Il sera obligé d'utiliser tous les moyens efficaces de contrôle du
comportement.


151. La désagrégation sociale actuelle n'est certainement pas le fruit du hasard
mais plutôt le résultat des conditions de vie imposées par le système. (Nous avons
avancé que la perturbation du processus d'auto-accomplissement est l'aspect le plus
caractéristique de ces conditions.) Si le système réussit à contrôler suffisamment les
comportements humains pour assurer sa survie, ce sera alors un tournant historique
décisif. Alors qu'auparavant les limites de l'endurance humaine posaient les limites
du développement des sociétés (comme nous l'avons exposé aux paragraphes 143
et 144), la société industrielle-technologique pourra s'affranchir de ces limites en
modifiant les êtres humains, soit par des méthodes psychologiques, soit par des
méthodes biologiques, ou par les deux. A l'avenir, les systèmes sociaux ne seront
pas adaptés aux besoins des hommes mais, au contraire, les hommes seront
adaptés aux besoins du système (27).


152. En règle générale, le contrôle technologique du comportement humain ne
sera probablement pas introduit dans une intention totalitaire ni même avec un désir
conscient de réduire la liberté humaine (28), Chaque nouveau pas dans
l'affermissement du contrôle de l'esprit humain paraîtra la solution rationnelle d'un
problème que doit résoudre la société : guérison des alcooliques, réduction des
crimes ou orientation des jeunes vers les sciences et la technique. (Dans de
nombreux cas, sous couvert d'une justification humanitaire.) Un psychiatre, par
exemple, rend évidemment service à son patient en lui prescrivant un antidépresseur
; il serait inhumain de ne pas donner de médicament à celui qui en a besoin. Quand
les parents envoient leurs enfants aux Sylvan Learning Centers pour qu'on les
transforme en élèves enthousiastes, ils le font par souci de leur avenir. Certains de
ces parents auraient sans doute préféré que leur enfant n'ait pas besoin de suivre de
cours spécialisés pour espérer ensuite trouver un emploi, et qu'il n'ait pas à subir de
lavage de cerveau pour devenir un obsédé de l'ordinateur. Mais que peuvent-ils faire
? Ils ne peuvent pas changer la société, et leur enfant ne pourra pas trouver de
travail s'il n'a pas certains savoir-faire. Ils l'envoient donc aux centres Sylvan.
153. Le contrôle du comportement humain ne sera donc pas introduit par une
décision préméditée des autorités, mais s'imposera à travers un processus
d'évolution sociale — rapide cependant — qu'il sera impossible d'inverser, parce que
chaque avancée, considérée en elle-même, semblera être bénéfique, ou constituer
un moindre mal (voir paragraphe 127). La propagande, par exemple, est souvent
mise au service de buts louables comme de prévenir les mauvais traitements infligés
aux enfants ou la haine raciale (14). L'éducation sexuelle est sans aucun doute utile,
et pourtant la conséquence de cette éducation, dans la mesure où elle réussit, est de
retirer des mains de la famille la formation des comportements sexuels pour la
confier à l'État, représenté par le système scolaire.


154. Si on découvrait un gène prédisposant certains enfants à la criminalité et une
thérapie génique qui le neutralise (29), la plupart des parents concernés voudraient
évidemment qu'on applique ce traitement à leurs enfants ; il serait en effet inhumain
de laisser ces enfants se perdre dans une vie misérable de criminel. Mais beaucoup,
sinon la majorité, des sociétés primitives avaient un taux de criminalité nettement
moins élevé que le nôtre, alors qu'elles n'avaient pas de méthodes sophistiquées
d'éducation et ne recouraient pas aux châtiments sévères. Nous n'avons aucune
raison de croire que l'homme moderne a davantage de tendances innées au crime
que l'homme primitif ; le taux élevé de criminalité dans notre société ne peut donc
s'expliquer que par la pression des conditions de vie modernes, auxquelles
beaucoup de gens ne peuvent pas ou ne veulent pas s'adapter. Un traitement contre
d'éventuelles prédispositions à la criminalité est donc, au moins partiellement, une
manière de remodeler les individus et de les adapter aux besoins du système.


155. Notre société a tendance à taxer de «maladie» toute forme de pensée oude
comportement gênants pour elle, et cela n'est pas sans vraisemblance : lorsqu'un
individu ne se coule pas dans le moule, ce n'est pas seulement le système qui en
pâtit mais aussi l'individu lui-même. La manipulation d'un individu en vue de l'adapter
est donc considérée comme le «traitement» d'une «maladie», et par conséquent
comme une bonne chose.


156. Au paragraphe 127, nous avons souligné que si l'utilisation d'un nouvel outil
technique fait au départ l'objet d'un choix, cela ne reste pas nécessairement le cas,
parce que la nouvelle technologie change progressivement la société de telle façon
qu'il devient difficile, voire impossible, de ne pas y recourir. Cela s'applique
également aux techniques de manipulation du comportement humain. Dans un
monde où la plupart des enfants suivent un programme pour devenir des élèves
enthousiastes, les parents se voient pratiquement contraints d'y inscrire leur enfant,
parce que sinon il sera désavantagé par rapport aux autres et ne trouvera pas
d'emploi. ou encore : si on découvrait un traitement biologique réduisant
considérablement, et sans effets secondaires indésirables, la tension psychique dont
souffrent tant de personnes dans notre société et si un grand nombre de gens
suivaient ce traitement, le niveau général de stress serait réduit, et le système
pourrait alors augmenter les contraintes productrices de stress. En fait, quelque
chose de semblable existe déjà avec l'industrie du divertissement, qui est l'un des
instruments psychologiques les plus puissants à l'aide duquel les gens évacuent leur
stress, ou peuvent du moins s'y soustraire temporairement (voir paragraphe 147). Le
recours à ces divertissements est «facultatif»: aucune loi ne nous oblige à regarder la
télévision, à écouter la radio, à lire des magazines. Et pourtant, la plupart d'entre
nous sont devenus dépendants de ce moyen de s'évader et de réduire le stress. Tout
le monde se plaint de la totale ineptie de la télévision, mais presque tout le monde la
regarde. Quelques-uns parviennent à se débarrasser de cette habitude, mais seul un
être d'exception pourrait aujourd'hui se passer de tous les divertissements de masse.
(Pourtant, jusqu'à une époque récente, la plupart des gens vivaient très bien sans
autre divertissement que ceux qu'ils créaient eux-mêmes entre eux.) Sans le dérivatif
de l'industrie du divertissement, le système n'aurait probablement pas pu faire peser
sur nous autant de contraintes stressantes.


157. Si la société industrielle survit, il est probable que s'installera un contrôle
technologique presque total du comportement humain. Il ne fait aucun doute que la
pensée et le comportement humain sont pour une large part biologiquement
déterminés. Les expériences l'ont démontré: des sensations comme la faim, ou des
sentiments comme le plaisir, la colère ou la crainte peuvent être manipulés en
stimulant électriquement des parties précises du cerveau. Les souvenirs peuvent être
détruits en endommageant certaines régions du cerveau, ou ravivés par stimulation
électrique. Des médicaments peuvent provoquer des hallucinations ou modifier l'état
d'esprit. Il existe peut-être une âme humaine immatérielle mais, si elle existe, il est
évident qu'elle est moins déterminante que les données biologiques du
comportement humain. Dans le cas contraire, les scientifiques ne pourraient pas
manipuler si facilement les sensations et les comportements à l'aide de médicaments
et d'impulsions électriques.


158. Les autorités ne peuvent guère envisager de contrôler la population en
branchant des électrodes dans tous les cerveaux. Mais le fait que les pensées et les
sensations humaines soient si vulnérables aux interventions biologiques montre que
le problème du contrôle du comportement est principalement un problème technique
: un problème de neurones, d'hormones et de molécules complexes, le genre de
problème auquel les scientifiques peuvent s'attaquer. Étant donné les extraordinaires
performances techniques de notre société, il est plus que probable que de grands
progrès seront accomplis dans le contrôle du comportement humain.


159. Les gens parviendront-ils à résister victorieusement à l'introduction d'un tel
contrôle ? Ce serait certainement le cas si on tentait de l'instaurer brusquement. Mais
parce qu'il sera installé très progressivement, il n'y aura aucune résistance
rationnelle et efficace (voir paragraphes 127, 132, 153).


160. A tous ceux qui pensent que cela relève de la science-fiction, nous répondons
que la science-fiction d'hier est la réalité d'aujourd'hui. La révolution industrielle a
radicalement changé l'environnement et le mode de vie de l'homme, et comme la
technologie s'attaque désormais au corps humain et à son esprit, il faut s'attendre à
ce que l'homme lui-même soit changé tout aussi radicalement que le furent son
environnement et son mode de vie.


   L'espèce humaine à la croisée des
chemins


161. Mais n'anticipons pas. C'est une chose que de développer une série de
techniques de manipulation psychologique ou biologique dans un laboratoire, c'en
est une autre que de les intégrer au système social. Par exemple, les techniques de
psychologie pédagogique sont sans doute très efficaces dans les «écoles pilotes» où
elles sont expérimentées, mais il n'est pas si simple de les mettre efficacement en
pratique dans l'ensemble du système éducatif. Nous savons tous à quoi ressemblent
la plupart de nos écoles. Les professeurs sont trop occupés à confisquer les
couteaux et les armes aux enfants pour les soumettre aux dernières techniques qui
en feront des obsédés de l'ordinateur. Et c'est ainsi qu'en dépit de toutes les
avancées technologiques relatives au comportement humain, le système n'a pas
jusqu'ici connu un franc succès dans le contrôle des populations, excepté pour ceux
que l'on nomme pour simplifier les «bourgeois». Mais les gens qui se rebellent d'une
manière ou d'une autre sont de plus en plus nombreux : chômeurs professionnels,
gangs de jeunes, adeptes de cultes, satanistes, nazis, écologistes radicaux, groupes
paramilitaires, etc.


162. Le système est engagé actuellement dans une lutte désespérée pour
résoudre certains problèmes qui menacent sa survie, parmi lesquels celui du
comportement humain, qui est le plus important. Si le système réussit à mettre en
place assez rapidement un contrôle suffisant, il survivra probablement. Sinon, il
disparaîtra. Nous pensons qu'il faudra plusieurs décennies pour trancher cette
question, disons entre quarante et cent ans.


163. Si le système survit à la crise des prochaines décennies, il lui aura fallu entretemps,
parmi tous les autres problèmes à résoudre, achever la «socialisation» des
hommes, les avoir rendus suffisamment maniables pour que leur comportement ne
constitue plus une menace. Cela accompli, il n'y aura apparemment plus aucun
obstacle au développement de la technologie, et elle s'approchera probablement de
sa conclusion logique, le contrôle de toute vie terrestre, que ce soit celle des
hommes ou des autres organismes complexes. Le système pourrait alors devenir
une organisation unitaire et monolithique, ou se fragmenter en plusieurs
organisations entretenant des relations de coopération et de compétition, comme
aujourd'hui le gouvernement, les consortiums et autres grandes organisations
coopèrent, tout en rivalisant les uns avec les autres. La liberté aura disparu, parce
que les individus et les petits groupes seront impuissants face aux grandes
organisations suréquipées technologiquement et dotées non seulement
d'instruments de surveillance et de coercition physique, mais aussi d'un arsenal
d'outils de manipulation psychologique et biologique. Le pouvoir réel sera détenu par
un petit nombre de gens ; eux-mêmes ne jouiront probablement que d'une liberté très
limitée, parce que leur conduite sera elle aussi surveillée, à l'image de nos politiciens
et chefs d'entreprise qui doivent aujourd'hui agir dans certaines limites s'ils veulent
conserver leur place.


164. Il serait naïf de croire que le système, une fois ces années de crise passées,
n'aura plus besoin de développer de nouvelles techniques de contrôle des individus
et de la nature ; il se hâtera au contraire d'accroître son contrôle, parce qu'il ne sera
plus embarrassé de toutes ces difficultés auxquelles il est confronté actuellement. Sa
survie immédiate n'est pas le principal moteur de cette extension. Comme nous
l'avons expliqué aux paragraphes 87-90, le travail des techniciens et des
scientifiques est en grande partie une activité de substitution ; c'est-à-dire qu'ils
satisfont leur besoin de puissance en résolvant des problèmes techniques. Ils
continueront à le faire avec un enthousiasme égal, et les problèmes les plus
intéressants et les plus stimulants qu'ils auront à résoudre seront ceux de la
compréhension et de la modification du corps et de l'esprit humains. Pour le «bien de
l'humanité», naturellement.


165. Mais supposez au contraire que le système échoue à maîtriser les tensions
des décennies à venir. S'il s'effondre, il s'ensuivra sans doute une période de chaos,
une «époque de troubles» semblable à celles que l'histoire a traversées à plusieurs
reprises par le passé. Il est impossible de prédire ce qui en émergera alors, mais, de
toute façon, ce sera pour l'humanité une nouvelle chance. Le plus grand danger
serait de voir le système industriel se reconstituer dès les années suivantes. Il y aura
certainement des gens, ceux avides de pouvoir en particulier, qui seront impatients
de remettre les usines en route.


166. Ceux qui haïssent l'esclavage dans lequel le système industriel tient l'espèce
humaine doivent donc s'atteler à deux tâches précises. Nous devons tout d'abord
travailler à aiguiser les tensions sociales afin de précipiter l'effondrement du système
ou, en tout cas, l'affaiblir suffisamment pour qu'une révolution devienne possible. Il
est nécessaire ensuite de développer et de propager, en prévision d'un moment où le
système sera assez affaibli, une idéologie opposée à la technologie et au système
industriel. Son but étant de s'assurer qu'au moment de l'effondrement, s'il vient à se
produire, soit mis en pièces tout ce qui subsistera de la société industrielle, de sorte
qu'elle ne puisse plus être reconstituée. Les usines devront être détruites, les livres
techniques brûlés, etc.


   La souffrance humaine


167. Une action révolutionnaire ne suffira pas à mettre bas le système industriel.
Pour qu'il devienne vulnérable aux assauts révolutionnaires, il faut que ses
problèmes internes de développement engendrent de très sérieuses difficultés. S'il
s'effondre, ce sera soit spontanément, soit par un processus de dissolution en partie
spontané mais précipité par les révolutionnaires. En cas d'effondrement soudain,
beaucoup de gens mourront, puisque la population mondiale est devenue si
démesurée qu'elle ne peut même plus se nourrir sans l'aide de la technologie
avancée. Même en cas d'effondrement progressif — auquel cas la réduction de la
population s'effectuerait davantage par une baisse du taux de natalité que par une
hausse du taux de mortalité —, le processus de désindustrialisation sera
probablement très chaotique et engendrera de grandes souffrances. Il est naïf de
vouloir supprimer la technologie graduellement, d'une manière douce, contrôlée et
ordonnée, en particulier parce que les technophiles se battront avec opiniâtreté à
chaque étape. Est-il par conséquent cruel de travailler à l'effondrement du système ?
Cela dépend. Premièrement, pour que les révolutionnaires puissent le détruire, il faut
qu'il connaisse déjà des difficultés telles que son effondrement spontané soit des
plus probable ; et comme plus le système s'étendra, plus les conséquences de son
effondrement seront désastreuses, il se peut qu'en hâtant le moment de
l'effondrement, les révolutionnaires réduisent l'étendue du désastre.


168. Deuxièmement, la lutte et la mort doivent être mises en balance avec la perte
de la liberté et de la dignité. Pour beaucoup d'entre nous, la liberté et la dignité
importent plus que le fait de vivre longtemps ou d'éviter la souffrance physique. De
toute façon, nous devons tous mourir un jour, et il peut être préférable de mourir en
combattant pour survivre, ou pour une cause, que d'avoir une existence certes
longue mais vide et sans but.


169. Troisièmement, il n'est pas du tout certain que le maintien du système
produise moins de souffrances que son effondrement. Il en a déjà infligé beaucoup et
ne cesse, partout dans le monde, d'en infliger de nouvelles. Des cultures anciennes
qui, pendant des centaines d'années, ont permis aux hommes d'avoir des relations
satisfaisantes avec leurs semblables et avec la nature, ont été détruites au contact
de la société industrielle, et il en est résulté une kyrielle de problèmes économiques,
écologiques, sociaux et psychologiques. Avec l'extension de la société industrielle à
toute la planète, le mode traditionnel de régulation démographique a été détruit. D'où
l'explosion démographique, avec tout ce que cela implique. Quant à la souffrance
psychologique, elle est généralisée dans tous les pays occidentaux prétendument
heureux (voir paragraphes 44, 45). Nul ne peut prévoir quelles seront les
conséquences de la destruction de la couche d'ozone, de l'effet de serre et des
autres problèmes écologiques dont la révélation nous attend. Et, comme on l'a vu
avec la prolifération nucléaire, il est impossible d'empêcher les dictateurs et les pays
irresponsables du tiers monde de se doter des nouvelles technologies. Imaginez un
instant quel usage feraient l'Irak ou la Corée du Nord de l'ingénierie génétique !


170. Les technophiles rétorquent : «Mais la science va arranger tout ça ! Nous
allons vaincre la famine, éliminer la souffrance psychologique, rendre tout le monde
heureux et en bonne santé !» Tu parles ! Ils le disaient déjà il y a deux siècles. La
révolution industrielle était censée éliminer la pauvreté, rendre tout le monde
heureux, etc. Le résultat est en réalité tout autre. Les technophiles sont
désespérément naïfs, ou ils sont leurs propres dupes, lorsqu'ils abordent les
problèmes sociaux. Ils ne comprennent pas, ou ignorent sciemment, que de grands
changements dans une société, même s'ils semblent bénéfiques, apportent un long
cortège d'autres changements, pour la plupart impossibles à prédire (voir paragraphe
103). Il en résulte une désagrégation de la société. Dans leur tentative de
suppression de la pauvreté et de la maladie, de fabrication de personnalités dociles
et heureuses, etc., les technophiles vont donc probablement instaurer des systèmes
sociaux extrêmement instables, encore beaucoup plus que celui d'aujourd'hui. Par
exemple, les scientifiques se vantent de mettre fin aux famines en créant de
nouvelles variétés végétales par manipulation génétique. Mais cela amènera un
accroissement indéfini de la population, et on sait bien que cela entraîne une
augmentation du stress et de l'agressivité. C'est au moins un exemple des problèmes
prévisibles qui nous attendent. Nous insistons sur le fait que, comme l'expérience l'a
montré, le progrès technique obéit à la loi suivante : il engendre de nouveaux
problèmes sociaux beaucoup plus rapidement qu'il ne résout les anciens. Il faut donc
s'attendre à une longue et difficile période de tâtonnements, avant que les
technophiles ne parviennent, s'ils y parviennent jamais, à faire tourner sans heurts
leur «Meilleur des mondes». En attendant, les souffrances ne manqueront pas, et
rien ne prouve qu'elles seront plus nombreuses si la société industrielle s'effondre.
La technologie a mis l'espèce humaine dans un pétrin dont il ne sera pas facile de
sortir.


     L'avenir


171. Supposons maintenant que la société industrielle, après la crise des
prochaines décennies, parvienne à un équilibre et fonctionne harmonieusement.
Dans quel système serions-nous alors ? Nous allons envisager plusieurs
éventualités.


172. Première hypothèse : les électroniciens inventeront des machines
intelligentes qui feront tout mieux que les êtres humains. Dans ce cas, le travail sera
vraisemblablement effectué par d'importants systèmes automatisés, extrêmement
organisés, et aucun effort humain ne sera plus nécessaire. Deux cas peuvent alors
se présenter : soit les machines prendront toutes les décisions sans supervision
humaine, soit les hommes continueront à les contrôler.


173. Dans le premier cas, on ne peut faire aucune supposition sur ce qui arrivera,
parce qu'il est impossible de deviner comment de telles machines se comporteront.
Tout ce qu'on peut dire c'est que l'espèce humaine serait alors à leur merci. A quoi
on pourrait rétorquer que l'espèce humaine ne sera jamais assez stupide pour laisser
un jour tout le pouvoir aux machines, mais nous ne disons pas que les hommes le
leur abandonneront volontairement, ni que les machines s'en empareront. Nous
disons que l'espèce humaine pourrait facilement s'accoutumer à une telle
dépendance vis-à-vis des machines et qu'elle n'aurait alors pratiquement plus d'autre
choix que d'accepter leurs décisions. A mesure que la société et les problèmes
auxquels elle devra faire face deviendront de plus en plus complexes, et les
machines de plus en plus intelligentes, les gens leur laisseront prendre la plupart
décisions simplement parce que ces décisions donneront de meilleurs résultats que
celles prises par les hommes. Finalement un stade sera peut-être atteint où les
décisions nécessaires à la bonne marche du système seront si complexes que les
hommes seront incapables de les prendre intelligemment. A ce stade, les machines
seront effectivement au pouvoir. Les gens ne pourront plus les débrancher, parce
qu'ils en seront devenus tellement dépendants que cela équivaudrait à un suicide.


174. Il est possible néanmoins que les hommes gardent le contrôle des machines.
Dans ce cas, le commun des mortels conservera un contrôle partiel de sa voiture ou
de son ordinateur personnel, mais les grands systèmes automatisés seront gérés par
une minuscule élite, exactement comme aujourd'hui, à deux différences près.
L'amélioration des techniques permettra à cette élite un plus grand contrôle des
masses et, parce que le travail humain ne sera plus nécessaire, celles-ci deviendront
pour le système un fardeau inutile. Si l'élite se montre impitoyable, elle peut tout
simplement décider de leur extermination. Si elle ne l'est pas, elle se servira de la
propagande ou de tout moyen psychologique ou biologique pour réduire le taux des
naissances jusqu'à ce que la masse de l'humanité s'éteigne, lui laissant le monde. Si
l'élite est composée de libéraux au coeur tendre, ils peuvent décider de jouer le rôle
de bons pasteurs pour le reste de l'espèce humaine, en s'assurant que les besoins
physiques de chacun sont satisfaits, que tous les enfants sont élevés dans de
bonnes conditions d'hygiène mentale, que tout le monde s'adonne à de saines
occupations et que les insatisfaits suivent un «traitement» pour soigner leur
«problème». Bien entendu, la vie sera tellement vide de sens que les gens devront
être programmés biologiquement ou psychologiquement, soit pour supprimer leur
besoin d'auto-accomplissement, soit pour leur faire «sublimer» leur instinct de
puissance dans un passe-temps inoffensif. Ces humains remodelés seront peut-être
heureux dans une telle société, mais ils ne seront certainement pas libres. Ils auront
été réduits à l'état d'animaux domestiques.


175. Mais supposez que les électroniciens échouent à perfectionner l'intelligence
artificielle et qu'ainsi le travail humain soit encore nécessaire. Même dans ce cas, les
machines prendront en charge de plus en plus de tâches simples, et il y aura donc
un excédent croissant de travailleurs peu qualifiés. (Nous connaissons déjà cette
situation. Il y a beaucoup de gens à qui il est difficile, voire impossible, de trouver du
travail parce que, pour des raisons intellectuelles ou psychologiques, ils ne peuvent
pas acquérir le niveau de formation qui les rendrait utiles au système actuel.) Pour
ceux qui auront un emploi, les exigences augmenteront ; ils auront besoin de plus en
plus de formation, de plus en plus de compétences, et devront être de plus en plus
fiables, «formatés» et dociles, car ils sembleront de plus en plus aux cellules d'un
organisme gigantesque. Leurs tâches deviendront de plus en plus spécialisées et
leur travail sera, en un sens, sans contact avec le monde réel, parce que concentré
sur une toute petite partie de la réalité. Le système devra utiliser tous les moyens
possibles, psychologiques ou biologiques, pour fabriquer des hommes dociles, ayant
les compétences voulues par le système, «sublimant» leur instinct de puissance
dans une quelconque tâche spécialisée. Mais le terme «docile» demande à être
précisé. La société peut trouver la compétition utile, pour autant qu'elle ait les
moyens de la canaliser au mieux de ses intérêts. On peut imaginer une société future
dans laquelle existerait une compétition sans fin pour obtenir des positions de
prestige et de pouvoir. Mais seule une infime minorité de gens y atteindront le
sommet, où se trouve le pouvoir réel (voir la fin du paragraphe 163). Une telle
société, où un individu ne peut satisfaire son besoin de puissance qu'en évinçant une
grande quantité de gens et en les privant de toute possibilité de satisfaire le leur, est
vraiment répugnante.


176. On peut envisager divers scénarios combinant plusieurs aspects des
possibilités que nous avons évoquées. Les machines, par exemple, pourraient
réaliser la plupart des travaux d'une réelle importance pratique, tandis que les
hommes resteraient rivés aux tâches subalternes. Le développement massif du
secteur des services va, paraît-il, créer des emplois. Ainsi les gens passeront leur
temps à se cirer mutuellement les chaussures, à se conduire en taxi les uns les
autres, à faire de l'artisanat les uns pour les autres, à se servir à table
réciproquement, etc. Cela nous semble une fin particulièrement indigne pour
l'humanité et nous doutons que beaucoup de gens puissent trouver à s'épanouir
dans des occupations aussi insignifiantes. Ils rechercheront d'autres voies,
dangereuses — les drogues, les crimes, les sectes, les groupes fanatiques —, tant
qu'ils ne seront pas conditionnés biologiquement ou psychologiquement à s'adapter
à un tel mode de vie.


177. Inutile de préciser que les scénarios décrits ci-dessus n'envisagent pas toutes
les éventualités. Ils indiquent seulement le genre de résultats qui nous semblent les
plus probables. Mais nous affirmons qu'il n'est pas possible de concevoir un scénario
quelque peu plausible et qui soit plus réjouissant. Il ne fait guère de doute que, si le
système industriel-technologique survit aux prochaines quarante ou cent années, il
aura dans l'intervalle acquis certaines caractéristiques : les individus — au moins les
«bourgeois», qui sont intégrés au système et le font marcher, et qui pour cette raison
détiennent tout le pouvoir — seront plus dépendants que jamais des grandes
organisations ; ils seront plus «socialisés» que jamais, et leurs qualités physiques et
morales seront dans une large mesure dues au remodelage génétique plutôt qu'au
hasard (ou à la volonté de Dieu, ou à quoi que ce soit d'autre). De la nature sauvage,
il ne restera que des lambeaux placés sous la garde des scientifiques et réservés à
leurs études. A long terme, disons dans quelques siècles, il est probable que
n'existeront plus ni l'espèce humaine ni les autres organismes complexes tels que
nous les connaissons aujourd'hui ; quand on commence à modifier les organismes
par la génétique, il n'y a plus de raison de s'arrêter, et les modifications continueront
donc probablement jusqu'à ce que l'homme et les autres organismes vivants soient
complètement transformés.


178. Il est de toute façon certain que la technologie est en train de créer un nouvel
environnement physique et social, radicalement différent de ceux auxquels la
sélection naturelle a adapté physiquement et psychologiquement l'espèce humaine.
Si l'homme n'est pas remodelé artificiellement pour être adapté à son nouvel
environnement, c'est au travers d'un long et douloureux processus de sélection
naturelle qu'il devra y parvenir. La première hypothèse est beaucoup plus probable
que la seconde.


179. Mieux vaut se débarrasser de ce système pourri et en assumer les
conséquences.


       Stratégie


180. Les technophiles nous entraînent dans une aventure insensée, un saut dans
l'inconnu. Beaucoup de gens discernent à peu près ce que le progrès technologique
est en train de nous faire, mais restent passifs parce qu'ils le pensent inévitable.
Nous (FC) ne le croyons pas inévitable : il peut être arrêté et nous allons donner ici
quelques indications pour ce faire.


181. Comme nous l'avons indiqué au paragraphe 166, deux tâches s'imposent
principalement à l'heure actuelle : promouvoir l'agitation sociale et aggraver
l'instabilité de la société industrielle, développer et propager une idéologie
antitechnologique et anti-industrielle. Une fois le système suffisamment affaibli et
déstabilisé, une révolution contre la technologie deviendra possible, sur le modèle
des révolutions française et russe. Les sociétés russe et française, quelques dizaines
d'années avant leurs révolutions respectives, montraient des signes grandissants
d'agitation et de faiblesse. En même temps se développèrent des idéologies qui
offraient une vision du monde entièrement nouvelle. Dans l'exemple russe, les
révolutionnaires travaillaient activement à miner en profondeur l'ordre ancien. Quand
l'ancien système fut suffisamment affaibli (par la crise financière en France, la défaite
militaire en Russie), il fut balayé par la révolution. Nous proposons quelque chose
d'approchant.


182. On objectera que ces deux révolutions ont échoué. Mais la plupart des
révolutions ont deux ambitions. L'une est de détruire la forme ancienne de la société,
l'autre d'en construire une nouvelle à la place. Les révolutionnaires français et russes
échouèrent (heureusement !) à créer la société nouvelle à laquelle ils rêvaient, mais
ils réussirent bien à détruire celle qui existait.


183. Mais pour qu'une idéologie suscite l'enthousiasme, elle doit offrir à la fois un
idéal positif et un idéal négatif ; il lui faut être tout autant pour quelque chose que
contre quelque chose. Nous proposons la Nature comme idéal positif. La nature
sauvage, évidemment : tout ce qui de la vie sur Terre ne dépend pas de la gestion
humaine et qui échappe au contrôle de la société organisée. Et dans cette nature
sauvage, nous incluons la nature humaine, entendant par là cette part de la vie des
individus qui n'est pas le produit du conditionnement social mais celui du hasard, du
libre arbitre ou de Dieu (selon vos convictions religieuses ou philosophiques).


184. La nature est un contre-idéal parfait à la technologie, et ce pour plusieurs
raisons. La nature (ce qui est en dehors du pouvoir du système) est à l'opposé de la
technologie (qui cherche à étendre indéfiniment le pouvoir du système). La plupart
des gens s'accordent à dire que la nature est belle et il est vrai qu'elle exerce un
immense pouvoir de séduction. Les écologistes radicaux tiennent déjà un discours
antitechnologigue exaltant la nature (30). Pour la sauver, il n'est pas nécessaire de
fonder une quelconque utopie chimérique ou un nouvel ordre social. La nature prend
soin d'elle-même ; c'est une création spontanée qui existait bien avant l'homme, et
pendant de nombreux siècles des sociétés variées ont coexisté avec elle, sans trop
l'endommager. C'est seulement avec la révolution industrielle que sa dévastation a
commencé. Et pour y mettre un terme il n'est pas nécessaire de créer un système
social particulier, il faut simplement se débarrasser de la société industrielle.
Évidemment, cela ne résoudra pas tous les problèmes. La société industrielle a
d'ores et déjà causé des ravages énormes et il faudra longtemps pour que les
blessures se cicatrisent. De plus, même des sociétés préindustrielles peuvent lui
causer d'importants dommages. Un grand pas sera néanmoins franchi avec la fin de
la société industrielle ; une fois supprimées les agressions les plus nuisibles, la
nature pourra commencer à guérir. La société organisée y perdra la faculté d'étendre
son contrôle sur la nature et sur la nature humaine aussi bien. Quelle que soit la
forme de la société gui émergera des ruines du système industriel, il est certain que
la plupart des gens y vivront proches de la nature parce que, en l'absence de
technologie avancée, c'est la seule façon dont les hommes peuvent vivre. Pour se
nourrir, il faudra se faire paysan, berger, pêcheur, chasseur, etc. Plus généralement,
l'autonomie locale augmentera peu à peu, parce que, faute de technologie avancée
et de moyens de communication rapide, il sera plus difficile aux gouvernements ou
aux grandes organisations de contrôler les communautés locales.


185. Quant aux conséquences négatives de l'élimination de la société industrielle,
eh bien ! On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Pour obtenir une
chose, il faut savoir en sacrifier une autre.


186. La plupart des gens détestent les conflits psychologiques. Ils évitent donc de
réfléchir sérieusement aux questions sociales difficiles et ils aiment les voir présentés
dans des termes simples et manichéens : ceci est bien, cela est mal. L'idéologie
révolutionnaire devra par conséquent être élaborée sur deux plans.


187. Dans sa version la plus élaborée, elle devra s'adresser aux gens intelligents,
réfléchis et portés à la pensée rationnelle. Le projet serait de constituer, sur une base
rationnelle et théorisée, un noyau de gens hostiles au système industriel, avec une
intelligence globale des problèmes et de leur complexité, et conscients du prix à
payer pour se débarrasser du système. Il est particulièrement important d'attirer cette
sorte de gens, parce que ce sont des gens pleins de ressources et qu'ils
contribueront à influencer les autres. On devra s'adresser à eux aussi
rationnellement que possible, sans jamais déformer intentionnellement les faits et en
évitant toute outrance de langage. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas faire appel
aux émotions mais que, si on le fait, il faut éviter de dénaturer la vérité ou de
compromettre la respectabilité intellectuelle de l'idéologie.


188. L'idéologie devra par ailleurs être propagée sous une forme simplifiée qui
permette à la majorité réfractaire à la réflexion de comprendre, dans des termes sans
ambiguïté, l'opposition entre technologie et nature. Cependant, même sous cette
forme, l'idéologie ne devra pas être exprimée dans un langage si sommaire, excessif
ou irrationnel qu'il rebuterait les gens intelligents et réfléchis. Une propagande
sommaire et outrancière permet parfois des victoires à court terme, mais il est plus
utile de pouvoir compter durablement sur la fidélité d'un petit nombre de gens
intelligents et déterminés, plutôt que d'exciter les passions d'une foule versatile,
irréfléchie, et qui changera d'attitude dès que quelqu'un lancera un nouveau slogan,
plus séduisant. Cependant, une propagande appelant au déchaînement général sera
peut-être nécessaire lorsque le système sera sur le point de s'effondrer, au moment
de la lutte finale, quand il s'agira de savoir quelle idéologie remplacera l'ancienne
conception du monde.


189. Avant cette lutte finale, les révolutionnaires ne doivent pas compter rallier la
majorité des gens. L'histoire est faite par des minorités agissantes et déterminées,
non par la majorité, qui a rarement une idée claire et précise de ce qu'elle veut
réellement. En attendant le moment du dernier assaut révolutionnaire (31), la tâche
des révolutionnaires sera moins de gagner le soutien superficiel de la majorité que
d'organiser un petit noyau de gens profondément déterminés. Quant à la majorité, il
suffira de lui faire prendre conscience qu'une nouvelle idéologie existe et de la lui
remettre fréquemment en mémoire. Certes, il reste souhaitable d'obtenir le soutien
de la majorité, dans la mesure où cela n'affaiblit pas le noyau de gens vraiment
déterminés.


190. Il faudra prendre garde à ne pas encourager n'importe quel conflit social,
même si tout conflit concourt à la déstabilisation du système. Il faut tracer une ligne
de démarcation entre la masse des gens et l'élite détenant le pouvoir — politiciens,
scientifiques, grands patrons, responsables gouvernementaux, etc. —, non pas entre
les révolutionnaires et la masse des gens. Il serait par exemple très mauvais
stratégiquement pour les révolutionnaires de condamner les habitudes de
consommation des Américains. Dans ce cas, il s'agirait plutôt de décrire l'Américain
moyen comme une victime de la publicité et du marketing qui l'ont embobiné en lui
faisant acheter toutes sortes de cochonneries inutiles, pauvres compensations à sa
liberté perdue. L'une ou l'autre approches sont en accord avec les faits. Il y a autant
de raisons de condamner l'industrie de la publicité pour sa capacité à manipuler les
gens que de condamner les gens pour leur propension à se laisser manipuler. Mais
stratégiquement, il vaut mieux éviter de blâmer les gens.


191. On devra y regarder à deux fois avant d'encourager tout conflit social qui
n'opposerait pas l'élite au pouvoir, contrôlant la technologie, et la masse des gens,
sur laquelle la technologie exerce son pouvoir. De tels conflits risquent de détourner
l'attention des vrais antagonismes : ceux opposant l'élite au pouvoir aux gens
ordinaires, la technologie à la nature. En outre, ils risquent même de précipiter la
technologisation, parce que chaque camp cherche à utiliser le pouvoir de la
technologie pour avoir le dessus. Cela se voit clairement dans les rivalités entre
nations ou dans les conflits ethniques. En Amérique, par exemple, de nombreux
dirigeants noirs veulent que les Américains noirs conquièrent du pouvoir en
s'intégrant à l'élite qui détient le pouvoir technologique. Ils veulent que soient plus
nombreux les fonctionnaires noirs, les scientifiques noirs, les patrons noirs, etc. Ils
favorisent la récupération de la culture noire américaine par le système
technologique. On devra donc encourager seulement ce qui participe du conflit entre
l'élite au pouvoir et le peuple, entre la technologie et la nature.


192. Mais pour désamorcer les conflits ethniques, la bonne méthode n'est pas le
plaidoyer militant pour les droits des minorités (voir les paragraphes 21, 29). Au
contraire, les révolutionnaires doivent insister sur le fait que, quelles que soient les
discriminations dont souffrent ces minorités, elles n'ont qu'une importance
secondaire. Notre ennemi réel est le système industriel-technologique et, dans la
lutte contre ce système, les différences ethniques n'ont aucune importance.
193. La révolution dont nous parlons n'implique pas forcément un soulèvement
armé contre le gouvernement. Elle aura ou n'aura pas recours à la violence, mais ce
ne sera pas une révolution politique : c'est à la technologie et à l'économie quelle
s'en prendra (32).


194. Les révolutionnaires devront même probablement éviter d'assumer le pouvoir
politique, que ce soit par des moyens légaux ou illégaux, jusqu'à ce que le système
industriel soit arrivé à un point critique et apparaisse à tous comme un échec.
Supposez par exemple qu'un quelconque parti «vert» gagne les élections au
Congrès américain. S'il ne veut pas trahir ou édulcorer sa propre idéologie, il devra
prendre des mesures vigoureuses pour ralentir la croissance économique. Le résultat
paraîtra désastreux à l'Américain moyen : chômage massif, pénurie de
marchandises, etc. Même si les effets négatifs peuvent être évités par une gestion
extraordinairement habile, les gens devront commencer à se désintoxiquer du confort
auquel ils sont habitués. L'insatisfaction augmentera, le parti «vert» sera mis en
minorité, et les révolutionnaires auront subi un échec cuisant. Pour cette raison, les
révolutionnaires ne doivent pas tenter d'exercer un pouvoir politique tant que le
système industriel n'aura pas abouti à un chaos tel que les privations soient
attribuées à son échec, et non à la politique des révolutionnaires. La révolution
contre la technologie devra sans doute être faite par des «en-dehors», venir d'en bas
et non pas d'en haut.


195. La révolution doit être mondiale. Elle ne peut pas s'accomplir sur une base
nationale. Chaque fois qu'on propose que les États-Unis, par exemple, mettent un
frein au progrès technologique ou à la croissance économique, les gens paniquent et
se mettent à hurler que les Japonais vont nous dépasser. Nom d'un robot, la Terre
s'arrêtera de tourner si jamais les Japonais vendent plus de voitures que nous ! (Le
nationalisme est un grand défenseur de la technologie.) Plus sérieusement, certains
avancent que si les pays relativement démocratiques prennent du retard dans le
domaine technologique alors que les pays dictatoriaux, comme la Chine, le Vietnam
et la Corée du Nord, continuent de progresser, les dictateurs finiront par dominer le
monde. C'est pourquoi le système industriel devra, dans la mesure du possible, être
attaqué dans tous les pays en même temps. En vérité, il n'y a aucune certitude
d'arriver à détruire le système industriel à peu près simultanément partout dans le
monde, et il est même possible, au contraire, que des assauts révolutionnaires
conduisent à la domination du système par des dictateurs. C'est un risque à prendre.
Et cela en vaut la peine, puisque la différence entre un système industriel
«démocratique» et un système dictatorial est faible, en comparaison de la différence
entre un monde industriel et un monde non industriel (33). on peut même soutenir
qu'un système industriel contrôlé par un dictateur serait préférable, car ces
systèmes-là ont fait la preuve de leur inefficacité et sont donc vraisemblablement
plus fragiles. Regardez Cuba.


196. Les révolutionnaires pourraient envisager de soutenir les mesures qui tendent
à unifier l'économie mondiale. Les accords de libre échange comme l'ALENA ou le
GATT sont sans doute nuisibles à l'environnement à court terme, mais ils peuvent
être avantageux à long terme car ils favorisent l'interdépendance économique des
pays. Il sera plus facile de détruire le système industriel dans le monde entier si
l'économie est à ce point unifiée que son effondrement dans un seul pays avancé
conduise à l'effondrement de tous les pays industrialisés.


197. Certains prétendent que l'homme moderne a trop de pouvoir, trop de contrôle
sur la nature ; selon eux, les hommes devraient se comporter de manière plus
passive. Au mieux, ces gens-là ne s'expriment pas clairement, parce qu'ils ignorent
la distinction entre le pouvoir des grandes organisations et celui des individus et des
petits groupes. C'est une erreur de préconiser l'impuissance et la passivité, parce
que l'homme a besoin de pouvoir. L'homme moderne, en tant qu'entité collective —
c'est-à-dire le système industriel —, a un énorme pouvoir sur la nature et nous (FC)
pensons que cela est néfaste. Mais les individus et les petits groupes d'individus ont
beaucoup moins de pouvoir que n'en avait l'homme primitif. En règle générale,
l'immense pouvoir de «l'homme moderne» sur la nature n'est pas exercé par des
individus ou des petits groupes, mais par les grandes organisations. L'individu moyen
d'aujourd'hui ne peut utiliser le pouvoir de la technologie que dans des limites étroites
et seulement sous le contrôle du système ; il faut une autorisation pour tout, d'où
toujours plus de lois et de réglementations. L'individu a seulement les moyens
technologiques que le pouvoir choisit de lui donner. Son pouvoir personnel sur la
nature est minime.


198. Les individus et les petits groupes primitifs avaient un pouvoir considérable
sur la nature ; ou, pour dire mieux, un pouvoir à l'intérieur de la nature. Quand ils
avaient besoin de nourriture, ils savaient comment trouver et préparer des racines
comestibles, comment traquer le gibier et le capturer avec des armes artisanales. Ils
savaient se protéger de la chaleur, du froid, de la pluie, des bêtes féroces, etc. Mais
ils endommageaient fort peu la nature parce que le pouvoir collectif de la société
primitive était négligeable par rapport au pouvoir collectif de la société industrielle.
199. Au lieu de préconiser l'impuissance et la passivité on devrait affirmer que le
pouvoir du système industriel doit être détruit, et que cela augmentera beaucoup le
pouvoir et la liberté des individus et des petits groupes.


200. Tant que le système industriel n'est pas entièrement anéanti, sa destruction
doit être l'unique objectif des révolutionnaires. Tout autre but risquerait de leur faire
gaspiller leur énergie et de détourner leur attention du but principal. Plus important :
si les révolutionnaires se laissent détourner du but principal, qui est la destruction de
la technologie, ils seront tentés d'utiliser la technologie pour atteindre ce but
secondaire. S'ils succombent à cette tentation, ils retomberont dans le piège
technologique, parce que la technologie moderne est un système unifié, solidement
organisé, de sorte que pour conserver une technologie, on se trouve obligé de les
conserver presque toutes, et l'on finit donc par ne plus sacrifier que quelques détails
symboliques.


201. Supposez par exemple que les révolutionnaires se donnent pour but la
«justice sociale». La nature humaine étant ce qu'elle est, la justice sociale ne
s'instaurera pas spontanément ; elle devra être imposée. Pour cela, les
révolutionnaires devront conserver une organisation et un contrôle centralisés. Ils
auront donc besoin de transports rapides, d'un réseau de communications, et donc
de toute la technologie que cela implique. Pour nourrir et habiller les pauvres, ils
devront utiliser la technologie agricole et industrielle. Et ainsi de suite. La tentative
d'instaurer la justice sociale les obligera à conserver une grande partie du système
technologique. Ce n'est pas que nous ayons quelque chose contre la justice sociale,
mais on ne doit pas permettre qu'elle interfère avec l'effort pour se débarrasser du
système technologique.


202. Il serait suicidaire pour les révolutionnaires d'essayer d'attaquer le système
sans utiliser une partie de la technologie moderne. S'il n'y a rien d'autre, ils doivent
utiliser les médias pour diffuser leur message. Mais ils devront se servir de la
technologie moderne en vue d'un seul projet : attaquer le système technologique.
203. Imaginez un alcoolique assis à côté d'une barrique de vin. Supposez qu'il
commence à se dire: «Le vin n'est pas mauvais si on le boit avec modération. On dit
même qu'un petit verre est bon pour la santé ! Cela ne me fera aucun mal si j'en bois
juste un seul...» Bon, vous voyez d'ici la suite. N'oubliez jamais que l'espèce
humaine se comporte avec la technologie exactement comme l'alcoolique avec son
tonneau de vin.


204. Les révolutionnaires devraient faire autant d'enfants qu'ils le peuvent. Les
comportements sociaux sont dans une large mesure héréditaires, selon des travaux
scientifiques fiables. Personne ne dit qu'un comportement social est une
conséquence directe de la constitution génétique, mais il est manifeste que, dans le
contexte social actuel, les comportements des individus sont le plus souvent
déterminés par des traits de caractère hérités. Des objections à ces découvertes
existent, mais elles sont faibles et tendancieuses. En tout cas, personne ne nie que
les enfants tendent en général à adopter un comportement social similaire à celui de
leurs parents. Selon nous, il n'est d'ailleurs pas si important de savoir si ces
comportements se transmettent génétiquement ou par l'éducation. Le fait est qu'ils
sont transmis.
205. Ce qui complique les choses est que la plupart des gens portés à se rebeller
contre le système industriel sont également préoccupés par les problèmes de
surpopulation et font donc peu ou pas d'enfants. En faisant un tel choix, ils laissent la
destinée de ce monde entre les mains de ceux qui soutiennent, ou du moins
acceptent, le système industriel. Pour assurer la relève, l'actuelle génération de
révolutionnaires doit se reproduire abondamment, le problème de la population n'en
deviendra pas plus aigu. Et la tâche la plus importante reste celle de se débarrasser
du système industriel, parce qu'une fois qu'il aura disparu, la population mondiale
diminuera forcément (voir paragraphe 167); en revanche s'il survit, il continuera à
développer de nouvelles techniques de production alimentaire, permettant ainsi une
croissance presque indéfinie de cette population.


206. En matière de stratégie révolutionnaire, nous insistons sur le fait d'avoir pour
seul et unique but l'élimination de la technologie moderne, et de n'en laisser aucun
autre prendre le pas sur celui-ci. Pour le reste, les révolutionnaires devront procéder
de façon empirique. Si l'expérience montre que quelques-unes des
recommandations émises ci-dessus ne donnent pas de bons résultats, elles devront
être rejetées.


    Les deux technologies


207. Certains objecteront sans doute que cette révolution est condamnée à
l'échec, pour la raison que la technologie ayant toujours progressé dans l'histoire et
jamais régressé, une telle régression serait impossible. Mais ce raisonnement est
fallacieux.


208. Nous distinguons deux types de technologies : la technologie à petite échelle,
mise en oeuvre par des communautés restreintes, sans aide extérieure, et la
technologie qui implique l'existence de structures sociales organisées sur une grande
échelle. Il n'y a pas d'exemple significatif de régression technologique dans les
communautés restreintes. En revanche, la technologie de l'autre type régresse
réellement lorsque la structure dont elle dépend s'effondre. Par exemple, lorsque
l'Empire romain se désagrégea, le premier type de technologie survécut parce que
n'importe quel artisan intelligent pouvait construire une roue à eau, n'importe quel
forgeron pouvait travailler le fer selon les méthodes romaines, etc. Mais la
technologie dépendant de l'organisation de l'Empire régressa. Ses aqueducs
tombèrent en ruine et ne furent jamais reconstruits, ses techniques de construction
des routes furent perdues, son système d'égouts fut oublié et d'ailleurs, jusqu'à un
passé assez récent, celui des villes européennes ne surpassa pas celui de la Rome
antique.


209. Cette impression d'un progrès continu de la technologie vient du fait qu'il
s'agissait principalement, jusqu'à un siècle ou deux avant la révolution industrielle,
d'une technologie à petite échelle. Mais, pour l'essentiel, la technologie élaborée
depuis la révolution industrielle est une technologie qui implique l'existence d'une
organisation à grande échelle. Prenez l'exemple du réfrigérateur. Il serait
pratiquement impossible à une poignée d'artisans locaux d'en construire un sans
disposer de pièces usinées ou de l'outillage de l'ère postindustrielle. Si par quelque
miracle ils y parvenaient, cela ne leur servirait à rien sans une production régulière
d'électricité. Ils devraient donc construire un barrage sur une rivière ainsi qu'un
générateur, ce dernier nécessitant beaucoup de fils de cuivre. Imaginez ces artisans
en train de fabriquer ces fils sans machines modernes. Et où trouveraient-ils le gaz
pour la réfrigération ? Il leur serait beaucoup plus facile de construire une glacière, de
conserver la nourriture dans la saumure ou en la séchant, comme cela se faisait
avant l'invention du réfrigérateur.


210. Il est donc évident que la technique de réfrigération serait perdue si le
système industriel s'effondrait brutalement. il en irait de même pour d'autres
techniques impliquant l'existence d'une organisation sociale centralisée. Si elles ont
été oubliées pendant plus d'une génération, il faudra des siècles pour les retrouver,
comme il a fallu des siècles pour les inventer. Les livres techniques qui subsisteront
seront peu nombreux et dispersés. Une société industrielle, si elle repart de zéro et
sans aide extérieure, ne peut se construire que par étapes : il faut des outils pour
faire des outils pour faire des outils pour faire des outils... C'est un long processus de
développement économique et d'organisation sociale. Et même en l'absence d'une
idéologie opposée à la technologie, il n'y a aucune raison de croire que quiconque
désirerait reconstruire la société industrielle. L'enthousiasme pour le «progrès» est
un phénomène spécifique aux formes modernes de société, qui ne semble pas avoir
existé avant le XVIIe siècle.


211. A l'époque du haut Moyen Âge coexistaient quatre grandes civilisations, qui
étaient toutes à peu près aussi «avancée» : l'Europe, le monde islamique, l'Inde et
l'Extrême-Orient (Chine, Japon, Corée). Trois d'entre elles restèrent plus ou moins
stables, seule l'Europe s'engagea dans un processus dynamique. Personne ne sait
pourquoi cela se passa à ce moment-là ; les historiens ont leurs théories, mais ce ne
sont que pures spéculations. Il est clair en tout cas que certaines conditions doivent
être réunies pour qu'un développement rapide vers une forme technologique de
société ait lieu. I1 n'y a donc pas de raison d'affirmer qu'il est impossible de
provoquer une régression technologique durable.


212. Mais la société ne pourrait-elle ensuite recommencer à se développer sous
une forme industrielle-technologique ? C'est possible, mais ne pouvant ni anticiper
sur ce qui arrivera d'ici cinq cents ou mille ans, ni influer sur un avenir aussi lointain,
il n'est pas utile de s'en préoccuper. Ces problèmes regarderont ceux qui vivront à ce
moment-là.


   Les dangers du progressisme


213. Ayant besoin à la fois de révolte et d'embrigadement, les progressistes et
ceux qui leur ressemblent psychologiquement sont souvent attirés par des
mouvements activistes ou subversifs, dont les buts et les membres ne sont pas
initialement progressistes. Leur arrivée peut aisément transformer ces organisations
en mouvements progressistes, leurs buts se substituant aux buts originels de
l'organisation, ou les modifiant.


214. Pour pallier ce danger, un mouvement défendant la nature et combattant la
technologie doit prendre une position résolument antiprogressiste et doit éviter toute
collaboration avec ces gens-là. Le progressisme est à long terme en contradiction
avec la nature sauvage, la liberté humaine et l'élimination de la technologie moderne.
Il est collectiviste ; il cherche à faire du monde entier — aussi bien de la nature que
de l'espèce humaine — un tout unifié. Cela implique l'administration de la nature et
de la vie humaine par des sociétés organisées et cela requiert des technologies
avancées. On ne peut avoir un monde unifié sans transports rapides et sans
communications, on ne peut faire en sorte que tout le monde aime son prochain sans
manipulations psychologiques sophistiquées, on ne peut avoir une «société
planifiée» sans l'indispensable infrastructure technologique. Par-dessus tout, le
progressiste est mû par son besoin de puissance, et il cherche à le satisfaire sur une
base collective, en s'identifiant à un mouvement de masse ou à une organisation. Il
ne renoncera probablement jamais à la technologie, arme trop précieuse pour
exercer un pouvoir collectif.


215. L'anarchiste (34). recherche lui aussi le pouvoir, mais un pouvoir exercé par
les individus ou les petits groupes ; il veut qu'ils puissent maîtriser leurs conditions
d'existence. Il s'oppose à la technologie parce qu'elle rend les petits groupes
dépendants des grandes organisations.


216. Certains progressistes ont l'air de s'opposer à la technologie ; cela durera tant
qu'ils seront exclus de la direction du système. Mais si le progressisme devient un
jour dominant dans notre société et qu'alors il dispose de la technologie, les
progressistes s'en serviront avec enthousiasme et favoriseront son développement.
Ils ne feront ainsi que répéter ce qu'ils ont déjà fait tant de fois par le passé. Quand
les bolcheviques étaient minoritaires en Russie, ils étaient vigoureusement opposés
à la censure et à la police secrète, ils prônaient l'autodétermination des minorités
nationales, etc. ; mais, aussitôt arrivés au pouvoir, ils imposèrent une censure plus
stricte, créèrent une police secrète encore plus implacable que celle du tsarisme et
opprimèrent les minorités nationales au moins autant que l'avaient fait les tsars. Aux
États-Unis, il y a une vingtaine d'années, alors que les progressistes étaient en
minorité dans les universités, les professeurs progressistes s'étaient fait les ardents
défenseurs de la liberté d'expression ; aujourd'hui ils ont réussi à imposer leur mode
de pensée, à l'exclusion de tout autre, dans les universités où ils sont majoritaires :
c'est le «politiquement correct». Même chose pour la technologie : s'ils arrivent
jamais à la contrôler, ils s'en serviront pour opprimer tout le monde.


217. Lors des révolutions passées, les progressistes les plus avides de pouvoir ont
chaque fois collaboré initialement avec des révolutionnaires de diverses tendances, y
compris libertaire, pour ensuite les trahir et s'emparer du pouvoir. Ainsi Robespierre
pendant la Révolution française, les bolcheviques pendant la Révolution russe, les
communistes en Espagne en 1938 et Castro avec ses partisans à Cuba. Il serait
donc complètement idiot, pour des révolutionnaires authentiques, de collaborer avec
eux aujourd'hui.


218. Différents penseurs ont souligné le caractère religieux de l'idéologie
progressiste. Ce n'est pas une religion au sens strict du terme parce qu'elle ne
postule pas l'existence d'un être surnaturel. Mais pour le militant progressiste,
l'idéologie joue un rôle semblable à celui d'une religion. Il a besoin de croire en elle ;
elle occupe une place vitale dans son économie psychologique. Ses croyances ne
sont pas aisément modifiées par la logique ou par les faits. Il a la conviction profonde
que son idéologie est moralement Juste (avec un grand J), et que ce n'est pas
seulement un droit, mais un devoir, d'imposer à tous la morale progressiste.
(Cependant, beaucoup de ceux que nous appelons «progressistes» ne se
définissent pas comme tels et ne qualifieraient pas de «progressistes» leurs
convictions. Nous utilisons ce terme parce que nous ne trouvons pas d'autre mot
pour désigner la nébuleuse qui rassemble des credos voisins : féminisme, droits des
homosexuels, le «politiquement correct», etc., tous mouvements qui ont une grande
affinité avec la vieille gauche progressiste. Voir paragraphes 227-230.)


219. L'idéologie progressiste est totalitaire. Partout où le progressisme est en
position de force, il cherche à envahir le moindre recoin de la vie privée et à modeler
toute pensée, parce que son idéologie a un caractère quasi religieux et que tout ce
qui est contraire à ses croyances incarne le péché. Mais si le progressisme est
totalitaire, c'est surtout en raison du besoin de puissance de ses militants, besoin
qu'ils cherchent à satisfaire en s'identifiant à un mouvement social et en essayant de
réaliser leur auto-accomplissement par la poursuite des objectifs de ce mouvement
(voir paragraphe 83). Ils ne sont pourtant jamais satisfaits, quelle que soit la réussite
du mouvement, parce que leur activisme est une activité de substitution (voir
paragraphe 41). Leur motivation réelle n'est pas d'atteindre leurs buts affichés mais
d'éprouver un sentiment de puissance en luttant pour imposer certaines mesures
sociales (35). Ils ne sont par conséquent jamais satisfaits par celles qu'ils ont déjà
obtenues ; leur besoin d'auto-accomplissement les pousse à chercher sans cesse
autre chose. Ils revendiquent l'égalité des chances pour les minorités puis, quand cet
objectif est atteint, ils veulent que soient imposés des quotas d'embauche pour
chaque minorité. Ils traqueront pour le rééduquer quiconque gardera dans un coin de
son esprit un jugement dépréciatif pour une quelconque minorité. Les minorités
ethniques ne leur suffisent pas ; personne ne doit se permettre de juger
négativement les homosexuels, les handicapés, les gros, les vieux, les laids, etc. Il
ne suffit pas d'avertir le public des méfaits du tabac ; une mise en garde doit être
imprimée sur chaque paquet de cigarettes ; ensuite il faut réduire, si ce n'est
interdire, toute publicité pour le tabac. Les activistes ne seront satisfaits que lorsque
le tabac sera complètement prohibé, puis viendra le tour de l'alcool, de la nourriture
non diététique, etc. Ils se sont élevés contre les mauvais traitements infligés aux
enfants, ce qui est raisonnable. Mais maintenant ils voudraient interdire jusqu'à la
simple fessée. Après quoi, ils s'attaqueront à une autre chose qu'ils déclareront
malsaine, puis à une autre, et encore à une autre. Ils ne seront pas satisfaits tant
qu'ils n'exerceront pas un contrôle total sur l'éducation des enfants. Et alors ils
enfourcheront un nouveau cheval de bataille.


220. Supposez qu'on leur demande de dresser une liste de tout ce qui cloche dans
la société, et qu'on réalise tous les changements sociaux qu'ils exigent. on peut
affirmer sans risque de se tromper que très vite ils trouveront de nouveaux motifs de
se plaindre, de nouveaux «maux» sociaux à corriger puisque, encore une fois, c'est
moins la misère de la société que leur instinct de puissance qui les pousse à vouloir
imposer leurs solutions.


221. En raison des interdits que fait peser sur leurs comportements et leurs
pensées leur niveau élevé de socialisation, de nombreux progressistes de type
sursocialisé ne peuvent s'adonner au carriérisme à la façon de tous. Il n'y a qu'un
exutoire moralement acceptable à leur instinct de puissance : la lutte pour imposer
leur morale à tout le monde.


222. Les progressistes, en particulier ceux du type sursocialisé, sont des «vrais
croyants», au sens du terme utilisé par Eric Hoffer dans son livre The True Believer.
Pourtant, les vrais croyants ne sont pas tous du même type psychologique que les
progressistes. Un vrai croyant nazi, par exemple, est sans doute très différent
psychologiquement du vrai croyant progressiste. Les vrais croyants, par leur
aptitude à se consacrer fanatiquement à une cause, sont des déments utiles, peutêtre
nécessaires, à tout mouvement révolutionnaire. Cette constatation soulève un
problème que nous avouons ne pas être en mesure de résoudre. Nous ne sommes
pas certains de savoir comment orienter les énergies de telles gens vers une
révolution antitechnologique. Tout ce que nous pouvons dire pour l'instant, c'est
qu'aucun d'entre eux ne sera une recrue sûre pour la révolution, à moins que son
engagement ne soit exclusivement dirigé vers la destruction de la technologie. S'il a
aussi un autre idéal, il voudra probablement mettre la technologie au service de
celui-ci (voir paragraphes 220, 221).


223. Quelques lecteurs se diront peut-être: «Ce truc sur le progressisme est un tas
de conneries. Marius et Jeannette, qui sont progressistes, n'ont pas toutes ces
tendances totalitaires.» Il est vrai que de nombreux militants, et même probablement
la majorité, sont des personnes honnêtes, qui croient sincèrement faire preuve d'une
certaine tolérance, et ne songent pas à employer la manière forte pour imposer leur
programme. Nos remarques n'ont pas pour but de caractériser chaque individu, mais
de décrire le caractère général du progressisme en tant que mouvement. Et le
caractère général d'un mouvement n'est pas automatiquement déterminé par
l'importance numérique relative des divers genres d'individus qui y participent.


224. Ce sont en général les assoiffés de pouvoir qui parviennent à la direction des
mouvements progressistes, car ce sont eux qui se battent le plus férocement pour
cela. Nombreux sont alors les progressistes plus désintéressés qui désapprouvent
intérieurement la plupart des actions de leurs dirigeants mais ne peuvent se résoudre
à les combattre. Ils ont besoin de leur foi dans le mouvement et, faute de pouvoir y
renoncer, ils continuent à suivre ces dirigeants. En vérité, quelques militants ont le
courage de s'opposer aux tendances totalitaires naissantes, mais ils sont en général
vaincus, car les carriéristes sont mieux organisés, plus impitoyables et
machiavéliques, et ils ont pris soin d'asseoir leurs positions.


225. Ce phénomène est apparu clairement en Russie et dans d'autres pays où les
progressistes ont pris le pouvoir. De la même façon, avant l'effondrement du
communisme en URSS, les progressistes occidentaux critiquaient peu ce pays. Si on
insistait, ils finissaient par admettre que l'URSS était critiquable, mais ils trouvaient
rapidement des excuses aux communistes et commençaient à parler des erreurs des
pays occidentaux. Ils s'élevaient systématiquement contre la résistance militaire de
l'Ouest aux agressions communistes. Partout dans le monde les progressistes
protestèrent vigoureusement contre l'engagement militaire des États-Unis au
Vietnam, mais ils se turent lorsque l'URSS envahit l'Afghanistan. Non parce qu'ils
approuvaient l'intervention soviétique, mais parce qu'il aurait été contraire à leur foi
de se mettre en opposition avec le communisme. Aujourd'hui, dans les universités où
le «politiquement correct» s'est imposé, il y a probablement de nombreux
progressistes qui désapprouvent en privé la suppression de la liberté d'expression,
mais ils se taisent.


226. Ainsi le fait que de nombreux progressistes soient, pris individuellement, doux
et plutôt tolérants n'empêche en rien le progressisme dans son ensemble de
présenter une tendance totalitaire.


227. Il y a une grande faiblesse dans notre propos : ce que nous entendons par
«progressisme» est encore loin d'être clair. Il nous est difficile de faire mieux. Le
progressisme se trouve aujourd'hui morcelé en un grand nombre de mouvements
activistes. Mais tous les mouvements activistes ne sont pas progressistes et certains
d'entre eux — l'écologisme radical, par exemple — se composent à la fois de
progressistes et de non-progressistes qui auraient mieux à faire que de s'associer
avec ces gens. Il existe toute une gradation entre progressistes et non-progressistes,
et nous aurions nous-mêmes souvent beaucoup de peine à décider si un individu
donné est progressiste ou non. Notre définition du progressisme, aussi peu précise
soit-elle, se déduit des arguments que nous avons avancés dans ce texte, et le seul
conseil que nous pouvons donner au lecteur est de se servir de son propre jugement
pour décider qui est progressiste.


228. Il peut être néanmoins utile de dresser une liste des critères permettant de
caractériser le progressisme en se gardant de les appliquer de façon dogmatique.
Certains individus répondent à certains de ces critères sans être progressistes,
tandis que certains progressistes peuvent ne répondre à aucun de ces critères. Là
encore, il faut simplement faire preuve de bon sens.


229. Le progressiste est partisan d'un collectivisme à grande échelle. Il insiste sur
le devoir de l'individu de servir la société, et sur le devoir de la société de prendre
soin de l'individu. Il rejette l'individualisme et prend souvent un ton moralisateur. Il est
souvent favorable au contrôle des armes à feu, à l'éducation sexuelle et à toutes les
méthodes d'éducation pédagogiquement «avancées», à la planification, à «l'action
positive», au multiculturalisme. Il s'identifie habituellement aux victimes et s'oppose à
la compétition, à la violence, mais trouve souvent des excuses aux progressistes qui
la pratiquent. Il aime à aligner les poncifs de gauche, «racisme», «sexisme»,
«homophobie», «capitalisme», «impérialisme», «néocolonialisme», «génocide»,
«progrès social», «justice sociale», «citoyenneté». Le signe le plus certain d'une
mentalité progressiste est peut-être la tendance à sympathiser avec les mouvements
suivants : le féminisme, les droits des homosexuels, ceux des minorités, des
handicapés, des animaux, le «politiquement correct». Quiconque se solidarise avec
tous ces mouvements est presque à coup sûr un progressiste (36).


230. Les progressistes dangereux, c'est-à-dire les carriéristes du mouvement, sont
souvent caractérisés par leur morgue ou leur dogmatisme idéologique. Mais plus
dangereux encore sont ceux qui, appartenant au type sursocialisé, évitent de heurter
leurs interlocuteurs par des manifestations d'agressivité et se gardent d'afficher leurs
convictions ; ils travaillent discrètement et insidieusement à promouvoir les valeurs
collectivistes, les techniques «avancées» d'éducation pour socialiser les enfants, la
dépendance de l'individu à l'égard du système, etc. Ces crypto-progressistes
(comme on peut les appeler) s'apparentent par leur pratique à un certain type
bourgeois, mais s'en différencient par leur psychologie, leur idéologie et leurs
motivations. Si le bourgeois ordinaire défend le contrôle des individus par le système,
c'est pour protéger son mode de vie, ou simplement par conformisme. Le cryptoprogressiste
aspire au même contrôle, mais parce qu'il est un vrai croyant de
l'idéologie collectiviste. Le crypto-progressiste diffère du type moyen de progressiste
sursocialisé en ceci qu'il est moins révolté et mieux intégré. Il diffère du bourgeois
ordinaire bien intégré en ceci qu'une sorte de vide intérieur le pousse à se dévouer à
une cause et à se fondre dans une collectivité. Et, quoique bien sublimé, son goût
pour le pouvoir est sans doute plus violent que celui du bourgeois moyen.
Note finale


231. Nous avons énoncé tout au long de ces pages des affirmations imprécises et
d'autres qui mériteraient toutes sortes de nuances et de restrictions. Certaines sont
peut-être même totalement fausses. Un manque d'informations suffisantes et la
nécessité d'être brefs nous ont empêchés d'être plus précis et d'apporter toutes les
nuances nécessaires. Dans une analyse de ce genre, chacun est largement
tributaire de son intuition, au risque parfois de se tromper. Nous ne prétendons, avec
ce texte, à rien d'autre qu'à fournir une approximation sommaire de la vérité.


232. Nous le pensons malgré tout exact dans ses grandes lignes. Nous avons
décrit le progressisme sous sa forme moderne, en tant que phénomène propre à
notre époque, et en tant que symptôme de la perturbation du processus d'autoaccomplissement.
Peut-être nous trompons-nous. Des individus sursocialisés
cherchant à satisfaire leur instinct de puissance en imposant partout leur morale
existent certainement depuis longtemps. Mais nous pensons que le rôle décisif joué
par les sentiments d'infériorité, d'auto-dépréciation, d'impuissance, d'identification
aux victimes est une particularité du progressisme moderne. L'identification aux
victimes a pu exister jusqu'à un certain point dans le progressisme du XIXe siècle ou
dans le christianisme primitif, mais il nous semble que des symptômes comme la
dépréciation de soi, etc., n'ont jamais été aussi manifestes. Mais nous ne sommes
pas en mesure d'affirmer qu'il n'y a jamais eu dans l'histoire un mouvement
comparable au progressisme moderne. C'est un point important auquel les historiens
devraient prêter attention.


       NOTES


Paragraphe 19
1. Nous affirmons que la plupart, sinon tous les fonceurs et les battants souffrent d'un
sentiment d'infériorité.


Paragraphe 25
2. A l'époque victorienne, de nombreux individus sursocialisés souffraient de graves
problèmes psychologiques dus au refoulement ou aux tentatives de refoulement de
leur sexualité, et Freud a fondé ses théories là-dessus. Aujourd'hui, la socialisation
ne fait plus porter le refoulement sur la sexualité mais sur l'agressivité.


Paragraphe 27
3. Cela n'inclut pas forcément les spécialistes des sciences «dures».


Paragraphe 28
4. Nombreux sont les individus de la classe moyenne ou aisée qui refusent, plus ou
moins secrètement, certaines de ces valeurs, mais les médias parlent très peu de
cette résistance. Dans notre société, la propagande se consacre principalement à la
défense des valeurs établies. La raison majeure pour laquelle ces valeurs sont
devenues, pour ainsi dire, les valeurs officielles, c'est leur utilité au fonctionnement
du système industriel. On condamne la violence parce qu'elle gêne le
fonctionnement du système, le racisme parce que les conflits ethniques le perturbent
également, et la discrimination parce qu'elle l'empêche d'utiliser le talent de certains
membres des groupes minoritaires. La pauvreté doit être «éradiquée» en raison des
problèmes que posent les exclus et parce que le fait de les côtoyer démoralise les
autres classes. Les femmes sont encouragées à faire carrière : leurs aptitudes se
sont révélées utiles et, de plus, en s'y intégrant par un travail régulier, elles
deviennent dépendantes du système plutôt que de leur famille. Ce qui contribue à
affaiblir la solidarité familiale. (Les dirigeants disent qu'ils souhaitent renforcer la
famille, mais tout ce qu'ils veulent c'est qu'elle soit un instrument efficace pour la
socialisation des enfants. Le système ne peut pas se permettre — voir paragraphes
51, 52 — de laisser la famille ou d'autres groupes restreints être forts ou autonomes.)


Paragraphe 42
5. On dira peut-être que la plupart des gens ne tiennent pas à décider eux-mêmes et
préfèrent que des dirigeants pensent pour eux. Ce qui n'est pas entièrement faux. Ils
aiment prendre des décisions sur les problèmes mineurs ; mais quand il s'agit de
questions délicates et fondamentales, trancher implique de passer par un conflit
intérieur, et la plupart da gens détestent ça. De sorte qu'ils sont portés à laisser à
d'autres le soin de prendre les décisions délicates. Les gens sont en général plus
portés à suivre qu'à diriger ; ils aiment néanmoins avoir des relations personnelles et
directes avec leurs dirigeants et participer jusqu'à un certain point aux décisions
délicates. Dans cette mesure au moins, ils ont besoin d'autonomie.


Paragraphe 44
6. Certains de ces symptômes ressemblent à ceux d'animaux en cage. Voici
comment ils se manifestent, faute d'un auto-accomplissanent le bon sens suffit pour
comprendre que l'absence de buts demandant un effort pour être atteints engendre
l'ennui et que souvent ce dernier, s'il dure, conduit en définitive à la dépression.
L'échec à atteindre ses buts conduit à la frustration et à l'autodépréciation, la
frustration, à la colère; la colère à l'agressivité, souvent sous forme de mauvais
traitements infligés aux femmes et aux enfants. Une frustration permanente conduit
habituellement à la dépression et cette dernière à la culpabilité, aux troubles du
sommeil et de l'alimentation, et au dégoût de soi. Ceux qui sont enclins à la
dépression recherchent un antidote dans le plaisir, d'où l'hédonisme insatiable et les
excès sexuels, accompagnés de perversions agissant comme nouvelles stimulations.
L'ennui génère la même chose car, lorsque l'on n'a aucun but, on se met souvent â
rechercher frénétiquement le plaisir (voir le diagramme ci-après).
Ce qui précède est une simplification. La réalité est plus complexe, et bien entendu,
l'absence d'auto-accomplissement n'est pas la seule origine de tels symptômes.
D'ailleurs, quand nous parlons de dépression, nous parlons surtout de ses formes
bénignes et non de celles qui relèvent de la psychiatrie. De même lorsque nous
parlons de buts a atteindre, ce ne sont pas forcément des buts à long terme,
longuement médités. Pour la plupart des gens, tout au long de l'histoire de
l'humanité, l'objectif d'assurer leur subsistance au jour le jour (en fait de nourrir leur
famille quotidiennement) était un but amplement suffisant.


Paragraphe 52
7. On peut dans une certaine mesure faire une exception pour quelques groupes
inactifs et repliés sur eux-mêmes, comme les Amish, qui n'ont guère d'influence sur
la société. Par ailleurs, il existe aujourd'hui aux États-Unis d'autres petites
communautés authentiques, par exemple les gangs de jeunes ou les sectes. Tout le
monde considère ces groupes comme dangereux, et ils le sont effectivement, parce
que leurs membres sont plus solidaires entre eux qu'envers le système, de sorte que
ce dernier ne peut les contrôler. Prenons l'exemple des gitans. En cas de vol ou de
fraude, ils sont protégés par leur clan, trouvant toujours d'autres gitans prêts à
témoigner pour «prouver» leur innocence. Le système aurait de sérieux problèmes si
de trop nombreuses personnes appartenaient à de tels groupes. Quelques penseurs
chinois du début du XXe siècle, soucieux de moderniser la Chine, reconnaissaient la
nécessité de briser pour ce faire les petits groupes sociaux, tels la famille. Selon Sun
Yat-sen : «Le peuple chinois avait besoin d'une nouvelle vue de patriotisme, qui
entraînerait un transfert de loyauté de la famille vers l'État...» Selon Li Huang : «Les
liens traditionnels, en particulier les liens familiaux, devaient être rompus pour que le
nationalisme se développe en Chine.» (Chester C. Tan, Chinese Political Thoughs in
the Twentieth Century.)


Paragraphe 56
8. Nous savons bien que l'Amérique du XIXe siècle connaissait aussi de graves
problèmes, mais nous devons simplifier pour être brefs.
Paragraphe 61
9. Nous laissonsde côté la «sous-classe». Nous ne parlons que de la majorité.
Paragraphe 62
10. Quelques experts en sciences sociales, éducateurs et autres professionnels de la
«santé mentale» s'efforcent de cantonner les besoins sociaux dans la première
catégorie, en veillant à ce que tout le monde jouisse d'une vie sociale satisfaisante.


Paragraphes 63, 82
11. Le désir inextinguible de bien matériels est-il vraiment une création artificielle de
l'industrie publicitaire ? Ce désir n'est certainement pas inné chez l'homme. Dans de
nombreuses cultures les individus avaient peu de désirs matériels, hormis ceux liés à
leurs besoins élémentaires (les aborigènes d'Australie, les paysans mexicains,
certaines cultures africaines). On connaît néanmoins d'autres cultures
préindustrielles dans lesquelles l'acquisition matérielle a joué un rôle important ; nous
ne pouvons donc pas affirmer que notre culture centrée sur la consommation soit
uniquement une création de l'industrie publicitaire. Il reste néanmoins évident que la
publicité et le marketing ont eu une part prépondérante dans cette création. Les
grands groupes qui dépensent des millions dans la publicité ne se livreraient pas à
de telles dépenses sans être assurés que cela leur rapporte plus encore. Un membre
de FC rencontra il y a quelques années un directeur des ventes qui eut la franchise
de lui dire : « Notre boulot est d'amener les gens à acheter des choses qu'ils ne
veulent pas, et dont ils n'ont pas besoin.» Il exposa ensuite comment un vendeur
professionnel inexpérimenté pouvait expliquer aux gens à quoi sert un produit et ne
rien vendre, alors qu'un vendeur professionnel pouvait vendre n'importe quoi aux
mêmes personnes. Cela montre que les gens sont conditionnés pour acheter ce
qu'ils ne désirent pas réellement.


Paragraphe 64
12. Cette inanité semble être devenue un problème moins dramatique au cours des
quinze dernières années: la sécurité physique et économique étant devenue de plus
en plus précaire et difficile à obtenir, c'est elle qui fait désormais office de but.
Cependant le sentiment d'inanité a été remplacé par la frustration du besoin de
sécurité. Nous insistons sur cette question parce que les gens de gauche et les
progressistes aimeraient résoudre nos problèmes sociaux en faisant garantir la
sécurité individuelle par la société ; même si cela était possible, le résultat serait
seulement de ramener au premier plan le sentiment d'inanité. La vraie question n'est
pas de savoir si la société garantit bien ou mal la sécurité de chacun ; le problème
est que les gens dépendent du système pour leur sécurité au lieu que celle-ci soit
leur affaire. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles certains se mettent dans
tous leurs états dès qu'on remet en cause le droit d'être armé; la possession d'une
arme les rend maîtres de cet aspect de leur sécurité.


Paragraphe 66
13. Les efforts des conservateurs pour diminuer le nombre des réglementations
administratives ne profitent guère à l'individu ordinaire. D'une part, parce que seules
quelques-unes peuvent être éliminées, la plupart étant indispensables. D'autre part,
les dérégulations les plus nombreuses concernent l'homme d'affaires et non l'individu
moyen, de sorte que leur principal effet est de faire passer le pouvoir aux grandes
entreprises privées. L'ingérence de l'État dans la vie de chacun est remplacée par
l'ingérence des grandes entreprises, ce qui laisse toute latitude pour déverser
davantage de chimiques dans l'eau, par exemple, et il en résultera une augmentation
des cancers. Les conservateurs prennent vraiment l'individu moyen pour un pauvre
type, exploitant son ressentiment envers la bureaucratie d'État pour favoriser le
pouvoir des entreprises privées.


Paragraphe 73, 153
14. Quand quelqu'un manifeste son accord avec l'utilisation de la propagande dans
un domaine particulier, il emploie le terme d'«éducation » ou utilise un euphémisme
approchant. Mais la propagande reste la propagande, quel que soit le but dans
lequel elle est utilisée.


Paragraphe 83
15. Nous n'approuvons ni ne désapprouvons l'invasion du Panama. Nous la citons
seulement pour illustrer notre propos.


Paragraphe 95
16. Lorsque les colonies américaines étaient réglées par les lois britanniques, la
liberté était moins bien garantie légalement qu'après l'adoption de la Constitution
américaine ; la liberté individuelle était pourtant plus grande dans l'Amérique
préindustrielle avant comme après la guerre d'Indépendance, qu'après la révolution
industrielle. Dans Violence in America : Historical and Comparative Perspectives,
publié sous la direction de Hugh Davis Graham et Ted Robert Gurr, Roger Lane
expose au chapitre 12 comment, dans l'Amérique préindustrielle, l'individu ordinaire
jouissait de plus d'indépendance et d'autonomie qu'aujourd'hui, et comment le
processus d'industrialisation conduit nécessairement à la restriction de la liberté
individuelle.


Paragraphe 117
17. Les apologistes du système aiment à citer des cas d'élections où une ou deux
voix ont fait la différence, mais de tels cas sont rares.


Paragraphe 119
18. «Dans les régions technologiquement avancées, les hommes mènent aujourd'hui
des existences très similaires, en dépit des différences géographiques, religieuses ou
politiques. Les vies quotidiennes d'un employé de banque chrétien à Chicago, d'un
employé de banque bouddhiste à Tokyo et d'un employé de banque à Moscou se
ressemblent beaucoup plus qu'elles ne ressemblent à la vie d'un homme ayant vécu
il y a mille ans. Ces ressemblances sont le résultat d'une technologie commune.» (L.
Sprague, The Ancient Engineers.) Les vies de ces trois employés ne sont pas
identiques. L'idéologie a quand même quelque influence, mais toutes les sociétés
technologiques, pour survivre, doivent suivre approximativement le même chemin.


Paragraphe 123
19. Imaginez un chercheur en génétique irresponsable produisant en série des
terroristes.


Paragraphe 124
20. Un dernier exemple à propos des conséquences néfastes du progrès médical :
supposez qu'on découvre un traitement efficace contre le cancer. Même si ce
traitement, en raison de son prix, est réservé à une élite, cela réduira
considérablement les motifs de cesser la dispersion de substances cancérigènes
dans l'environnement.


Paragraphe 128
21. Beaucoup pourront trouver paradoxal qu'une accumulation de bienfaits puisse
aboutir à un mal : nous illustrerons donc notre propos par une analogie. Imaginez
une partie d'échecs entre A et B. Un grand maître, appelons-le C, regarde jouer A
qui, bien entendu, veut gagner la partie. Si C lui indique un bon coup, il aidera A.
Mais supposez maintenant que C indique à A tous les coups à jouer. Dans le premier
cas, il rend service à A en lui montrant le meilleur mouvement, mais dans le second,
il sabote la partie car A n'a plus d'intérêt à jouer, quelqu'un d'autre jouant à sa place.
L'homme moderne se trouve dans la même position que A. Le système rend sa vie
plus facile, mais il le prive du même coup de la maîtrise de son sort.
Paragraphe 137


22. Nous ne considérons ici que le conflit entre des valeurs qui sont celles de la
majorité des gens. Par souci de simplicité, nous ne parlons pas des valeurs
«marginales», comme l'idée selon laquelle la nature sauvage passe avant le bienêtre
économique.


23. L'intérêt personnel n'est pas nécessairement d'ordre matériel. Ce peut être la
satisfaction d'un besoin psychologique, comme, par exemple, la promotion d'une
idéologie ou d'une religion.


Paragraphe 139
24. Une nuance: le système a intérêt, dans certains domaines, à laisser une certaine
marge de liberté. La liberté économique, avec ses conditions et ses contraintes, s'est
avérée propice à la croissance économique. Mais seule une liberté planifiée,
circonscrite et limitée l'intéresse, évidemment. L'individu doit toujours être tenu en
laisse, même si cette laisse est parfois assez longue (voir paragraphes 94, 97).
Paragraphe 143


25. Nous ne voulons pas dire que l'efficacité ou le potentiel de survie d'une société a
toujours été inversement proportionnel à la somme de contraintes ou d'inconfort
imposés aux hommes. Tel n'est certainement pas le cas. On est en droit de penser
que de nombreuses sociétés primitives soumettaient les hommes à des pressions
moindres que ne le fait la société européenne ; cette dernière s'est pourtant montrée
bien plus efficace que n'importe laquelle de ces sociétés et les a toujours vaincues
grâce à la supériorité que lui conférait la technologie.


Paragraphe 147
26. Si vous pensez qu'un renforcement de la répression est la solution qui s'impose
pour empêcher les crimes, dites-vous bien que la définition du crime donnée par la
société n'est pas obligatoirement la même que la vôtre. Aujourd'hui, fumer de la
marijuana est un «crime» et, dans certains de nos États, c'en est également un que
de posséder une arme à feu non déclarée. Demain, posséder n'importe quelle arme
à feu, déclarée ou non, peut en devenir un ; de même pour des méthodes
d'éducation aujourd'hui blâmées, comme la fessée. Dans certains pays, l'expression
d'opinions dissidentes est un crime, et cela pourrait aussi bien arriver aux États-Unis,
car aucun système politique ni aucune constitution ne sont éternels. Si une société a
besoin de se doter d'un puissant appareil répressif, c'est qu'il y a en elle quelque
chose qui cloche. Les pressions subies doivent être vraiment énormes pour que tant
de gens refusent de suivre les règles, ou ne le fassent que sous la contrainte. De
nombreuses sociétés du passé fonctionnaient très bien avec un appareil répressif
minime, voire inexistant.


Paragraphe 151
27. Bien entendu, les sociétés du passé se sont donné des moyens d'agir sur le
comportement humain, mais ces moyens étaient primitifs et peu efficaces comparés
aux moyens techniques développés aujourd'hui.


Paragraphe 152
28. Certains psychologues ont cependant exprimé publiquement leur mépris pour la
liberté humaine. Et le mathématicien Claude Shannon, cité dans la revue Omni (août
1987) déclarait: «Je vois venir l'époque où nous serons aux robots ce que les chiens
sont aux hommes, et je suis un fan des machines.»


Paragraphe 154
29. Ce n'est pas de la science-fiction ! ! Après avoir écrit ce paragraphe, nous
sommes tombés sur un article de la revue Scientific American selon lequel des
scientifiques s'appliquent à développer des techniques pour identifier et traiter les
criminels en puissance à l'aide de moyens psychologiques et biologiques combinés.
Certains scientifiques préconisent même une application obligatoire du traitement,
qui pourrait être au point dans un futur proche. (Voir « Seeking the Criminal
Element», W. Wayt Gibbs, Scientific American, mars 1995). Peut-être penserez-vous
qu'il n'y a rien à objecter puisque ce traitement sera appliqué aux individus
susceptibles de devenir des criminels violents. Mais les choses ne s'arrêteront
évidemment pas là. Un traitement sera ensuite appliqué à ceux qui pourraient
conduire en état d'ivresse (ils mettent aussi la vie des autres en danger), puis à ceux
qui donnent la fessée à leurs enfants, et puis aux écologistes qui sabotent le matériel
de déforestation, finalement à tous ceux dont le comportement gêne le système.


Paragraphe 184
30. Il existe un autre avantage à cette proposition : de nombreuses personnes
considèrent la nature avec une sorte de vénération que l'on peut assimiler au
sentiment religieux ; elle pourrait ainsi être idéalisée à la manière d'une divinité. Si de
nombreuses sociétés ont pu se servir de la religion pour défendre et légitimer l'ordre
établi, celle-ci a aussi été un point d'appui pour la rébellion. Introduire un élément
religieux dans lutte contre la technologie peut donc s'avérer utile, d'autant que la
société occidentale moderne n'a plus aucun fondement religieux solide. De nos jours,
la religion est tantôt utilisée comme caution grossière d'un égoïsme mesquin et
aveugle (c'est le cas pour certains conservateurs), tantôt exploité cyniquement pour
faire de l'argent (dans le cas des évangélistes). Elle a dégénéré en un vulgaire
irrationalisme (les fondamentalistes protestants, les sectes) ou se contente de
stagner (le catholicisme, le protestantisme). En Occident, la seule chose se
rapprochant d'une religion puissante et dynamique fut au XXe siècle le progressisme,
mais ce mouvement est aujourd'hui divisé et ne propose plus de but clair et unifié qui
puisse susciter l'enthousiasme. Il y a donc un vide religieux dans notre société, que
pourrait peut-être combler une religion basée sur la nature en opposition à la
technologie. Mais cela serait une erreur d'essayer de confectionner artificiellement
une religion pour remplir ce rôle, car une telle religion créée de toutes pièces serait
probablement un échec. Prenons le culte de «Gaia». Ses adeptes y croient-ils
vraiment ou bien jouent-ils simplement la comédie ? Dans ce dernier cas, leur
religion sera un fiasco. Il vaut sans doute mieux ne pas essayer d'introduire la
religion dans le conflit qui oppose la nature à la technologie, sauf si on croit vraiment
à cette religion et si on constate qu'elle suscite chez de nombreuses autres
personnes une adhésion forte, sincère et profonde.


Paragraphe 189
31. A supposer qu'un tel assaut final se produise. Il se peut également que le
système industriel soit détruit petit à petit (voir paragraphes 4, 167 et note 4).


Paragraphe 193
32. Il est même possible que la révolution consiste, à long terme, en un changement
complet d'attitude envers la technologie et aboutisse à un dépérissement progressif
et indolore du système industriel. Nous aurons bien de la chance si cela arrive. Il est
malheureusement bien plus probable que le passage à une société non
technologique s'accompagne d'immenses difficultés, de beaucoup de conflits et de
désastres.


Paragraphe 195
33. Les structures économiques et technologiques d'une société sont beaucoup plus
importantes que ses structures politiques dans la détermination du mode de vie de
l'homme ordinaire (voir paragraphes 95, 119 et notes 16, 18).


Paragraphe 215
34. Cette affirmation fait référence notre conception de l'anarchisme. On a qualifié
d'anarchistes les positions les plus diverses, et nombreux sont ceux qui se déclarent
anarchistes et n'accepteraient pas notre affirmation du paragraphe 215. On notera,
d'ailleurs, qu'il existe un mouvement anarchiste non violent dont les membres ne
reconnaîtraient probablement pas FC comme anarchiste et n'approuveraient
certainement pas ses méthodes violentes.


Paragraphe 219
35. De nombreux progressistes sont aussi motivés par l'agressivité, mais leur
agressivité a sans doute en partie pour origine un besoin de puissance insatisfait.


Paragraphe 229
36. I1 s'agit de bien comprendre que nous parlons des gens qui sympathisent avec
ces mouvements sous leurs formes actuelles : on n'est pas nécessairement un
progressiste parce qu'on est favorable à l'égalité des droits des femmes, des
homosexuels, etc. Les mouvements féministes, homosexuels, etc. ont une coloration
idéologique particulière qui est caractéristique du progressisme; si on pense, par
exemple, que les femmes devraient avoir la mêmes droits que les hommes, cela
n'implique pas forcément qu'on doive sympathiser avec le mouvement féministe
d'aujourd'hui.Theodore Kaczynski

 

 

 

 



01/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres