LOCTOPUSVOITOU

Sur les compteurs Linky...

  Bonjour a tous


Sur les compteurs Linky, je vous fais suivre une analyse faite par un ingénieur (Laurent LeGuyader) complètement indépendant sur ce sujet, spécialiste des rayonnements électromagnétiques et par ailleurs promoteur des négawatts.

 

En conclusion pas de risque sur la santé (en tout cas bcp moins que les cables électriques dans vos maisons, les équipements électroniques, les tel portables (émission plusieurs milliers de fois supérieure et en permanence!). les tel sans fils, etc..), pas de risque de big brother (en tout cas pas plus que les CB).


  Par ailleurs, il pense que çà n'a pas d'intérêt sur le plan des économies d'énergie.
  C'est juste une affaire commerciale sans aucun intérêt pour l'usager...

-Pierre CAMBON - Ingénieur d'études thermiques
  Scop ENERTECH
  65 les Balcons de l'Amourier / 26160 Pont de Barret
  Tel : 04 75 90 18 54 - Site internet : www.enertech.fr
    Découvrez LowCal, nos nouveaux bureaux Énergie 4 Carbone 2
     En bois-paille, Low Tech, Coût : 1200 €HT/m²SHON
     Plus d'information sur http://leblog.enertech.fr

                 **************************************

De Laurent Le Guyader, novembre 2017

  Voici, en fin de courriel,  mon rapport sur Linky, avec mon point de vue global à la fin. 

  Je ne parle pas là des émissions en HF entre le concentrateur et l'antenne relais utilisée, mais c'est équivalent à une communication avec un téléphone portable.
J'ai bien insisté pour qu'ils utilisent des antennes directionnelles dans les transfos installés dans le monde rural, mais ils sont inflexibles sur cette question. Et de fait, l'enjeu (le risque "d'arroser" une personne EHS) est très faible. 
 
Je reviens dans ce courriel, en dehors de ce rapport, sur ce que je disais il y a quelques semaines. 
Je tiens compte là, des connaissance supplémentaires acquises depuis. 
 
La communication entre le concentrateur (situé dans le transformateur de quartier) et un compteur  précis, a une durée de l'ordre de la seconde. 
Mais un concentrateur gère plusieurs "grappes" de compteur, avec 60 compteurs par grappes (et 9 grappes maxi par concentrateur), et 
dans une grappe, tous les compteurs recoivent le même signal.
Seul le compteur qui reconnait son numéro d'interrogation répond. 
Par ailleurs, il n'y a pas de filtre entre l'amont et l'aval du compteur. 
 
En résumé, les installations électriques des appartements des usagers-clients sont donc parcourus par les CPL des compteurs d'une grappe de 1 à 60 compteurs. 
Mais ça reste d'une durée très faible
(quelques minutes par jour au maximum, y compris lors d'une mise à jour des logiciels des compteurs, une fois ou deux par an, et même en comptant les commandes d'effacement et de remise en service) et de toute façon, avec un niveau de rayonnement quasiment négligeable, d'après mes mesures. 
 
Par ailleurs, du fait qu'il y aura de l'effacement chez les clients qui l'accepteront, il pourra y avoir quelques trames de CPL qui passeront aux moments nécessaires (vers 19h par exemple). 
 
Pour les enregistrements par pas de temps suivant le choix du client (parmi 4 intervalles possibles) 
ce sera uniquement des index ou variation d'index, donc rien sur la forme du courant consommé et ne se fera que pour les clients qui auront demandé à connaître leur courbe de consommation journalière.
Cet historique journalier ne sera transmis que la nuit, pour être disponible ensuite sur une application pour tablette. Et ce sera évidemment payant. 
Il est à parier que moins de 1 % de la population regardera ça, sauf si le prix de l'électricité devient plus élevé (autrement dit : normal.)

Laurent


               ****************************************************

  Rapport sur les émission du CPL de Linky :
  Après une réunion avec le directeur du programme Linky,
  puis une réunion téléphonique de 55 minutes avec deux personnes plus techniques,
  puis des échanges de courriels sur des éléments techniques,
  j'ai enfin pu faire ce lundi 21 mars 2016 des mesures sur un câble parcouru par du CPL
  (Courant Porteur en Ligne) Linky (en Cenelec-A, G1 : 63 -74kHz)
  en quasi-continu : un échange par seconde, au lieu de un par jour et par compteur dans la réalité (1).

 
  Verdict : le rayonnement est très faible.

  Les niveaux observés (de 2 kHz à 400 kHz) sur le câble entre le concentrateur et le compteur,
  étaient :
  - en champ électrique, de 3,4 V/m, +/-0,5V/m sans CPL, et si j'ai trouvé +0,5 V/m au moment de le présence du CPL, c'est vraiment par bonne volonté. Alors que le mesureur était à 2 cm du câble. A 20cm, le niveau était négligeable et la variation de niveau infinitésimale.
  - en champ d'induction magnétique, de l'ordre de 5nT sans CPL, et j'ai constaté une augmentation de 1 nT au moment de le présence du CPL. Et ceci avec mon appareil de mesure collé au câble dans l'orientation de détection maximale. Un éloignement de quelques cm rendait toute détection très difficile.
 
Ca s'explique par le fait que la tension du CPL produite par le concentrateur ou le compteur est de l'ordre de 1V, seulement, et ceci sur une résistance de 50 ohm.
L'impédance du réseau à la fréquence du CPL étant inférieure à 16 ohm (de 0,5 à 16 ohm en réalité, suivant les configurations) le champ électrique dû au CPL est forcément très faible, en fait négligeable.

  Donc on est très éloigné des pseudo-mesures de l'effet du compteur Linky qu'on peut voir sur une vidéo déjà vue 260 000 fois qui montre 17V/m sans qu'on sache quelle est la source du champ électrique, ni dans quelle bande de fréquence c'est mesuré.
Car partout, chez tout le monde, on trouve à proximité des lignes électriques du secteur, des champs électriques supérieurs à 3V/m, à 50Hz.
Je vous en fait la démonstration quand vous voulez.
Que ça puisse poser des problèmes de sommeil à certaines personnes, j'en conviens (mais plutôt au dessus de 10V/m à 50Hz). C'est le cas depuis l'arrivée de l'électricité dans les logements.
 
Il y aurait des cas éventuellement plus ennuyeux, mais ils seraient de toute façon dans des configurations où le 50 Hz pose déjà un problème. 
 
Pour ce qui est du champ d'induction magnétique que j'ai mesuré au Linky Lab, il est très inférieur à celui des compteurs électriques électromécaniques (à disque) ou du câble d'alimentation de mon ordinateur, par exemple (plus de 30nT dans ce cas, à la distance de quelques cm du câble.)
 
 Pour ce qui est de la production de champ électromagnétique du compteur lui-même, dans l'environnement proche du compteur, elle est inférieure à celle des compteurs "bleu" électroniques
  (CBE qui sont en fait blanc, le bleu étant la couleur de l'abonnement des particuluiers) en service depuis 20 ans.
 
 Pour résumer : par rapport à la propagande anti-Linky qui parle de 150Hz, de risque d'incendie, de rayonnement "toxique" : rien n'est vrai.
  Si un compteur est mal monté, ou qu'il prend un coup de foudre, l'effet sera le même qu'avec un compteur "bleu" électronique (en fait de couleur blanche). Le Linky et son CPL n'y changent rien.

  Pour ce qui est du risque "Big Brother" :
  La consommation est enregistrée par le compteur entre minuit et 24h, pour être transmise entre minuit et 6h la nuit suivante.
 De ce fait ou pourrait éventuellement savoir si le logement était occupé le jour précédent, mais guère plus.
 Il n'y a que dans le cas où les clients demanderont à obtenir la courbe de consommation journalière, que des indications de consommation plus détaillées dans le temps seront transmises avec des pas de temps de 10', 15', 30' ou 1 heure.
 Mais il sera toujours très difficile de savoir quel appareil a consommé du courant avec un pas de temps aussi long. Et encore ce sera à condition de savoir quel équipement électrique est susceptible d'être utilisé. Car qui peut différencier, par une mesure de puissance, un convecteur électrique de 2 kW d'une bouilloire de 2 kW ?
  De même qu'entre une lampe fluocompacte de 23W et un ordinateur portable consommant 23W ?
 
 Il y a des choses à dire pour et contre Linky, mais rien qui soit décrit par Next-Up ou Annie Lobbé.

 
 
Linky va supprimer des emplois de releveurs de compteurs.
Il va créer des emplois pendant 5 ans pour les changements de compteurs, mais après... quasiment zéro. Ou alors peut-être dans 10 ans, quand les premiers Linky seront a changer.
  Le "quasiment zéro" fait allusion aux quelques informaticiens qui vont proposer des offres tarifaires, d'effacement du pic de consommation ou autres.
 Du point de vue des emplois créés c'est episilonnesque.
 
Sur la question des économies d'énergie, le Linky ne garantit rien.
  Tout au plus, quelques geeks auront le plaisir de surveiller leur consommation depuis les smart-phones, et pourront intervenir sur quelques points. Par exemple en mettant un programmateur sur leur ballon d'eau chaude. Mais ils pourraient déjà le faire sans Linky, après une communication grand-public.

  Si on considère la consommation électrique du système Linky (intervention de changement de compteurs, concentrateurs, système de gestion, ...) il se peut que la consommation ajoutée soit supérieure à la consommation diminuée. Tout dépendra en fait de l'augmentation du prix du kWh, qui incitera les clients à faire des modifications.

  Quand à la "capacité d'effacement de la pointe de consommation de 19h" que Linky offre, à condition d'être utilisée par des opérateurs d'effacement et des clients, elle mérite d'être vérifiée.
Si cela fonctionne à une échelle suffisante (à condition que les cients fasse refaire leur tableau électrique pour cela), ça permettra l'inclusion dans le mix énergétique des énergies renouvelables variables non contrôlables (éolien et photovoltaïque.)
Mais un autre système que Linky, bien plus simple et décentralisé, sans toucher à l'installation électrique, le permettrait aussi.

  La problème est que le consortium autour de Linky n'en tirerait pas bénéfice.

  Conclusion : l'oligarchie est toujours aux manettes, et Linky lui assure des revenus.
 
Pour rassurer les EHS : ERDF ne forcera jamais un opposant à accepter Linky.
Car la loi prévoit que 80% de la population soit équipée. Pas plus.
Il reste 20%, et ERDF n'a pas envie de créer des conflits, et n'envisage pas de faire intervenir la force publique.
 

1 : Les récupérations d'index de consommation journalière de chaque compteur, se font la nuit, entre minuit et 6 h du matin, par le concentrateur du transformateur HTA-BT - ou 20kV-230V - de quartier.
   Le concentrateur installé dans chaque transformateur de quartier gère des branches de 60 compteurs au maximum.

   Il est vrai qu'une interrogation d'un compteur (par envoi du CPL par le concentrateur) se retrouve présente sur les 60 compteurs d'une grappe. Le nombre réel de compteurs d'une "grappe" varie de 1
(2) à 60 suivant le nombre de clients desservis par le transformateur de quartier. Un concentrateur, donc un transformateur HTA-BT, peut gérer jusqu'à 9 "grappes" de 60 compteurs). Et de fait, comme les compteurs n'ont pas de filtrage entre l'aval et l'amont (3), le signal CPL se retrouve en même temps sur le circuit électrique dans les logements. Il y a déjà eu un cas (à Tours) de domicile équipé en domotique X10 qui a été perturbé par le CPL Linky.
 
2 : Dans les zones rurales, il peut y avoir un transformateur HTA-BT pour une ferme.
 
3 : contrairement aux compteurs électromécaniques (à disque), les compteurs électroniques n'ont pas de filtre entre l'amont et l'aval du compteur.
Ce qui fait que les CPL en amont se retrouvent en aval, et on peut se poser la question des risques d'interférence entre voisins qui existent avec les systèmes domotiques qui utilisent le communication X10. https://fr.wikipedia.org/wiki/X10_%28informatique%29


01/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres