LOCTOPUSVOITOU

Une «?offensive politique?»...

 Mélenchon demande « l’annulation des perquisitions »

 

                                  Jean-Luc Mélenchon a tenu une conférence de presse ce 19 octobre.
Jean-Luc Mélenchon a tenu une conférence de presse ce 19 octobre. | REUTERS/BENOIT TESSIER

 

Après les perquisitions de mardi, le chef de file de la France insoumise a tenu une conférence de presse, vendredi 19 octobre. Jean-Luc Mélenchon demande « l’annulation de la perquisition » au siège de son parti et la restitution de tout ce qui a été « pris illégalement ».

 

Jean-Luc Mélenchon est monté au créneau lors d’une conférence de presse, ce vendredi, après les perquisitions menées mardi chez lui, au Parti de gauche, à la France insoumise et chez d’autres collaborateurs dans le cadre des enquêtes préliminaires sur les comptes de campagne et sur les soupçons d’emplois fictifs d’attachés parlementaires au Parlement européen. Il réagit aussi avec virulence à l’enquête de Radio France parue le matin même sur ses comptes de campagne pendant la présidentielle de 2017.

 

« Je renouvelle ma protestation », a-t-il lancé, parlant des perquisitions comme « de ces odieuses violences psychologiques ». Il a remercié ses soutiens mais a aussi pointé du doigt d’autres partis, comme Europe écologie-Les Verts et son « assourdissant silence », et le PS qui « s’est senti obligé d’en rajouter dans l’indignation ».

 

Une « offensive politique »

Pour l’ancien candidat à la présidentielle, qui a mis en cause le gouvernement, il s’agit d’une « offensive politique ». « Elle n’a aucun précédent politique dans la vie de ce pays. Jamais on n’a perquisitionné les sièges de partis et les personnes en même temps. Quel besoin d’intervenir dans 4 sièges en même temps. Que craignait-on ? », a-t-il lancé.

 

 « Toute la Macronie a trouvé ses relais en instrumentalisant la police, la justice et les médias », a-t-il aussi estimé. 

Il évoque la très vaste saisie de documents, ordinateurs et objets lors des perquisitions, y compris de documents et photos personnelles:  « Sans qu'aucun d'entre nous ne sache quel usage il va être fait tout ça et pourquoi », a-t-il ajouté. « Nous demandons l'annulation de cette perquisition et la restitution de tout ce qui a été prélevé. Tout nous a été pris illégalement et doit nous être restitué », a-t-il demandé.

 

Il a reconnu sa fatigue après ces perquisitions et crier « parfois plus fort qu’il ne le faudrait ».

 

« Un bouc émissaire »

Sur le fond et l’enquête préliminaire sur les soupçons d’emplois fictifs d’attachés parlementaires au Parlement européen, il assure : « Je réaffirme sur l’honneur que nous nous sommes toujours conformés au règlement européen »

 

Sur l’enquête préliminaire sur les comptes de campagne et celle de Radio France dans laquelle la société Mediascop de Sophia Chikirou est mise en cause, il interroge : « Quel autre chef d’entreprise est traité de cette manière ? Est-ce qu’il s’agit du PDG de Monsanto ? »

Il félicite Sophia Chikirou, « un bouc émissaire », pour son travail tout en comparant les coûts de campagne de ses principaux concurrents.

Plus tard, il répète : « Nous n’avons rien surfacturé. »

 

 

Voir la vidéo de la confèrence de presse...possibllité de recopier les liens dans votre moteur de recherche .

https://youtu.be/ISQlI4J5qHY

https://youtu.be/ISQlI4J5qHY?t=20

 

https://www.ouest-france.fr/politique/jean-luc-melenchon/perquisitions-jean-luc-melenchon-tout-nous-ete-pris-illegalement-et-doit-nous-etre-restitue-6026811

 



19/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres